Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Quand le psy cause...


Messages recommandés

Pierre-de-Jade Membre 1370 messages
Forumeur alchimiste‚ 40ans
Posté(e)

Quand le psy cause …

« Docteur, je ne vais pas bien »

« Allons, allons, ce ne doit pas être si grave que ça. Si vous étiez venu me voir en allant bien, là je me serais dit, celui là il ne va pas bien. Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Je suis victime d’un dédoublement de personnalité »

« Expliquez moi ça. Je vous en prie, prenez deux chaises »

« Quand je suis quelque part, les gens disent que j’ai l’air absent. Je suis donc ailleurs tout en étant là. Je ne sais plus où j’en suis »

« Vous ressentez ce trouble depuis quand ? »

« Depuis longtemps et jusque là, ça passait encore. Mais depuis quelques temps, mon double me suit comme mon ombre. Je ne peux pas faire un pas sans l’avoir sur le dos, une vraie doublure »

« Vous n’avez pas essayé de le semer ? »

« Impossible, il est aussi collant qu’un adhésif double-face »

« Comment se traduisent vos troubles ? »

« Vous êtes marrant, vous ne voulez pas que je vous les traduise, j’ai déjà du mal à les comprendre ! »

« Je veux dire comment se matérialisent vos troubles ? »

« ça me coûte un fric fou ! Vous imaginez un peu, tout en double. Je mangeais déjà comme quatre, alors à huit, je n’y arrive plus »

« Il y a certainement un problème de père dans votre histoire de double »

« Vous n’allez pas me ressortir la rengaine du complexe d’Œdipe ! Je n’ai pas couché avec ma mère ! Et si vous aviez connu ma mère, vous vous poseriez même la question comment mon père a bien pu couché avec »

« Dans votre cas, le fait de ne pas avoir tué le père peut être à l’origine de votre problème »

« Soyons clair, je ne l’ai pas tué. Je n’ai pas eu le temps. Mon père disait toujours, ta mère elle va finir par me tuer à petit feu. Il se trompait. Elle lui a fendu le crâne à coups de tisonnier »

« ça a dû générer un vrai traumatisme »

« Oui, surtout pour lui »

« Votre mère a été prise d’un accès de folie ? »

« Pas vraiment, elle s’est un peu énervée, il venait de violer ma grand-mère après avoir égorgé ma sœur, ou l’inverse, je ne me souviens plus bien »

« C’est tout ?! »

« Il n’a pas pu faire mieux, mon grand-père avait préféré mourir avant. Il a toujours eu horreur des histoires de famille »

« Votre père était un psychopathe ? »

« Au début non. Mais je crois qu’il n’a pas supporté que ma mère le trompe avec la mère supérieure du couvent voisin. Il a noyé son chagrin dans l’Entredeuxmers. Ça finit par attaquer la carafe ! »

« Il semble évident que vous avez un lourd passé »

« Sans compter si j’ose dire, que mon frère s’est pendu juste après. Radin comme il était, il n’a pas supporté le devis des obsèques. A peine le temps de le décrocher que ma mère par désespoir s’est jetée sous le TER de 17h30. Jusqu’au bout, elle aura mis en retard tout le monde. Et je vous épargne la coupure au petit doigt que je me suis faite en décapsulant une bière. Une horreur, ça pissait le sang ! »

« Tout n’est pas perdu, vous pouvez vous en sortir. La preuve, vous êtes le seul rescapé de ce génocide »

« Deux, nous sommes deux rescapés, moi et mon double »

« Je vais vous faire un aveu. Moi aussi, j’ai eu des gros problèmes étant jeune. Je me suis pris longtemps pour une toupie. Un vrai désaxé. Je sentais que ça ne tournait vraiment pas rond. On m’ a fait tourner de psy en psy qui n’arrivaient pas à trouver la cause de ma psychose, ils tournaient en rond sans arrêt. Le dernier a fini par découvrir l’origine de mes problèmes : mon père, tourneur-fraiseur, s’était mis à boire après avoir changé de roulement d’horaires. Il enchaînait tournées sur tournées et c’est moi qui trinquait »

« Vous êtes guéri ? »

« Je suis plus posé, plus stable. C’est suite à ces problèmes que j’ai trouvé ma vocation. Et puis, je ne me voyais pas tourner toute ma vie. Entre nous, il y a plus de débouchés dans le tire-bouchon que dans la toupie »

« C’est encourageant, en effet. Qu’est-ce que vous me conseillez pour que je me sorte de ce calvaire ? »

« Une thérapie de couple. Venez tous les deux mardi prochain à 18h00 »

« Avec mon double ou avec ma moitié ? »

« Je ne fais jamais le travail à moitié, mais débutons avec votre double. Et puisque c’est vous, je vous fais les 50 premières séances à moitié prix »

« Merci docteur, à mardi »

:crazy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Effie Membre 138 messages
Forumeur inspiré‚ 58ans
Posté(e)

ts ts ts, pas besoin de psy, ta situation n'est que bourrée d'avantages ! L'engouement de feu ton père pour l'entre-deux-mers explique deux faits indéniables :

1) ton don d'ubicuité (si tu manges comme 4, bois donc comme 8, surtout qu'avec des 8 ah le petit vin blanc)

2) ton talent pour la bilocation (selon le rapport taille/poids, le m3 peut se révéler très lucratif)

Pose donc ta carafe au frais et ouvre une agence immobilière, héhé :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

Juste tordante, ton histoire :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité s
Invité s Invités 0 message
Posté(e)
:bo: Bonjour, toujours un plaisir de te lire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 14151 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Quand le psy cause …

« Docteur, je ne vais pas bien »

« Allons, allons, ce ne doit pas être si grave que ça. Si vous étiez venu me voir en allant bien, là je me serais dit, celui là il ne va pas bien. Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Je suis victime d’un dédoublement de personnalité »

« Expliquez moi ça. Je vous en prie, prenez deux chaises »

« Quand je suis quelque part, les gens disent que j’ai l’air absent. Je suis donc ailleurs tout en étant là. Je ne sais plus où j’en suis »

« Vous ressentez ce trouble depuis quand ? »

« Depuis longtemps et jusque là, ça passait encore. Mais depuis quelques temps, mon double me suit comme mon ombre. Je ne peux pas faire un pas sans l’avoir sur le dos, une vraie doublure »

« Vous n’avez pas essayé de le semer ? »

« Impossible, il est aussi collant qu’un adhésif double-face »

« Comment se traduisent vos troubles ? »

« Vous êtes marrant, vous ne voulez pas que je vous les traduise, j’ai déjà du mal à les comprendre ! »

« Je veux dire comment se matérialisent vos troubles ? »

« ça me coûte un fric fou ! Vous imaginez un peu, tout en double. Je mangeais déjà comme quatre, alors à huit, je n’y arrive plus »

« Il y a certainement un problème de père dans votre histoire de double »

« Vous n’allez pas me ressortir la rengaine du complexe d’Œdipe ! Je n’ai pas couché avec ma mère ! Et si vous aviez connu ma mère, vous vous poseriez même la question comment mon père a bien pu couché avec »

« Dans votre cas, le fait de ne pas avoir tué le père peut être à l’origine de votre problème »

« Soyons clair, je ne l’ai pas tué. Je n’ai pas eu le temps. Mon père disait toujours, ta mère elle va finir par me tuer à petit feu. Il se trompait. Elle lui a fendu le crâne à coups de tisonnier »

« ça a dû générer un vrai traumatisme »

« Oui, surtout pour lui »

« Votre mère a été prise d’un accès de folie ? »

« Pas vraiment, elle s’est un peu énervée, il venait de violer ma grand-mère après avoir égorgé ma sœur, ou l’inverse, je ne me souviens plus bien »

« C’est tout ?! »

« Il n’a pas pu faire mieux, mon grand-père avait préféré mourir avant. Il a toujours eu horreur des histoires de famille »

« Votre père était un psychopathe ? »

« Au début non. Mais je crois qu’il n’a pas supporté que ma mère le trompe avec la mère supérieure du couvent voisin. Il a noyé son chagrin dans l’Entredeuxmers. Ça finit par attaquer la carafe ! »

« Il semble évident que vous avez un lourd passé »

« Sans compter si j’ose dire, que mon frère s’est pendu juste après. Radin comme il était, il n’a pas supporté le devis des obsèques. A peine le temps de le décrocher que ma mère par désespoir s’est jetée sous le TER de 17h30. Jusqu’au bout, elle aura mis en retard tout le monde. Et je vous épargne la coupure au petit doigt que je me suis faite en décapsulant une bière. Une horreur, ça pissait le sang ! »

« Tout n’est pas perdu, vous pouvez vous en sortir. La preuve, vous êtes le seul rescapé de ce génocide »

« Deux, nous sommes deux rescapés, moi et mon double »

« Je vais vous faire un aveu. Moi aussi, j’ai eu des gros problèmes étant jeune. Je me suis pris longtemps pour une toupie. Un vrai désaxé. Je sentais que ça ne tournait vraiment pas rond. On m’ a fait tourner de psy en psy qui n’arrivaient pas à trouver la cause de ma psychose, ils tournaient en rond sans arrêt. Le dernier a fini par découvrir l’origine de mes problèmes : mon père, tourneur-fraiseur, s’était mis à boire après avoir changé de roulement d’horaires. Il enchaînait tournées sur tournées et c’est moi qui trinquait »

« Vous êtes guéri ? »

« Je suis plus posé, plus stable. C’est suite à ces problèmes que j’ai trouvé ma vocation. Et puis, je ne me voyais pas tourner toute ma vie. Entre nous, il y a plus de débouchés dans le tire-bouchon que dans la toupie »

« C’est encourageant, en effet. Qu’est-ce que vous me conseillez pour que je me sorte de ce calvaire ? »

« Une thérapie de couple. Venez tous les deux mardi prochain à 18h00 »

« Avec mon double ou avec ma moitié ? »

« Je ne fais jamais le travail à moitié, mais débutons avec votre double. Et puisque c’est vous, je vous fais les 50 premières séances à moitié prix »

« Merci docteur, à mardi »

:crazy:

bonjour

toujours beaucoup d'humour et d'esprit lol ,bonne journée :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre-de-Jade Membre 1370 messages
Forumeur alchimiste‚ 40ans
Posté(e)

Je me dépêche de vous remercier, l'ambulance des urgences psychiatriques vient juste de s'arrêter en bas de chez moi ... :snif::aie::crazy:

ts ts ts, pas besoin de psy, ta situation n'est que bourrée d'avantages ! L'engouement de feu ton père pour l'entre-deux-mers explique deux faits indéniables :

1) ton don d'ubicuité (si tu manges comme 4, bois donc comme 8, surtout qu'avec des 8 ah le petit vin blanc)

2) ton talent pour la bilocation (selon le rapport taille/poids, le m3 peut se révéler très lucratif)

Pose donc ta carafe au frais et ouvre une agence immobilière, héhé :p

Manger des 8 quand on est du même moule, c'est pas la mer à boire.

J'hésite entre une agence immobilière et une coutellerie. Je me verrais bien guérisseur de lames ...

:air_kiss:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Effie Membre 138 messages
Forumeur inspiré‚ 58ans
Posté(e)

Guérisseur de lames, comme c'est gentil. Il est vrai que parfois elles en ont gros sur la patate ! :gurp:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
voilacté Membre 5896 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Manger des 8 quand on est du même moule, c'est pas la mer à boire.

Manger des huîtres quand on est une moule, c'est quand même difficile à croire, et

manger des 9 quand on est une poule c'est ne plus être une vraie mère et boire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité caminde
Invité caminde Invités 0 message
Posté(e)

:smile2:

Mais comment qu'y fait?

Il doit s'entraîner tous les jours Pierrot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×