Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Innover ou disparaître


Messages recommandés

Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Innover ou disparaître

Dans le secteur high-tech, une enterprise leader de son secteur peu tout perdre si elle loupe une innovation importante.

Les stars d'Internet et du high-tech d'aujourd'hui sont-elles vouées à devenir les faillites de demain? C'est probablement excessif, mais elles sont très vulnérables, beaucoup plus même que dans les autres secteurs industriels. Avec une valorisation de plus de 100 milliards de dollars en 2000, Yahoo! est monté au ciel avant d'en être chassé peu à peu par Google, en moins d'une décennie.

Du côté du high-tech, Sony est un cas emblématique. Faute d'avoir su inventer l'iPod, le smartphone ou la tablette informatique, le groupe japonais a perdu sa suprématie dans l'électronique grand public en quinze ans. Nokia, première capitalisation boursière européenne en 2000, n'est plus que l'ombre de lui-même. BlackBerry est à la dérive.

Ruptures technologiques

La principale explication de la fragilité de ces géants, c'est l'innovation. Les ruptures technologiques se succèdent de plus en plus vite. Les PC portables ont été bousculés en 2007 avec l'arrivée des netbooks, eux-mêmes fragilisés par les tablettes, lancées en 2010. «L'accélération technologique est exponentielle», assène Bruno Bonnell, cofondateur d'Infogrames et PDG de Robopolis. «Une entreprise qui rate une vague d'innovation est chassée du marché. Plus cruel, le leader d'une vague, même agile et innovant, n'est pas certain de rester dominant la vague d'après», explique Jean-Stéphane Bonneton, associé de la société de capital-investissement Time Equity Partners.

La vulnérabilité est particulièrement forte dans Internet et dans le logiciel. MySpace et Second Life ont été détrônés en à peine trois ans par Facebook. Les barrières à l'entrée sont minces. Une idée, de l'intelligence et un bon ordinateur permettent en théorie d'inventer eBay ou Twitter. Autre constat: les sites Internet sont largement valorisés en fonction de leur trafic. Or, ce trafic peut être instantanément modifié.

source.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Ellana15 Membre 465 messages
Forumeur survitaminé‚ 26ans
Posté(e)

Innovation => "destruction créatrice" (Schumpeter) :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Donny Membre 621 messages
Forumeur forcené‚ 34ans
Posté(e)

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce genre de conneries. Nos chômeurs ne sont pas BAC +8. Avant d'innover, il faudrait peut-être régler le problème du chômage, pour éviter de payer une partie de la consommation artificiellement, et donc régler le déficit budgétaire, et le problème de la dette. A partir de ce moment là, on peut investir de l'argent qu'on a dans l'innovation et la formation. J'entend beaucoup de pseudo libéraux nous les casser avec la R&D, et les entreprises à haute valeur ajoutée. Mais ça ne règle en rien le problème du surendettement, et après nos chères libérales viennent pleurer sur les dépenses publiques, et du manque d'investissement dans la R&D. Pitoyable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 14130 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Innover ou disparaître

Dans le secteur high-tech, une enterprise leader de son secteur peu tout perdre si elle loupe une innovation importante.

Les stars d'Internet et du high-tech d'aujourd'hui sont-elles vouées à devenir les faillites de demain? C'est probablement excessif, mais elles sont très vulnérables, beaucoup plus même que dans les autres secteurs industriels. Avec une valorisation de plus de 100 milliards de dollars en 2000, Yahoo! est monté au ciel avant d'en être chassé peu à peu par Google, en moins d'une décennie.

Du côté du high-tech, Sony est un cas emblématique. Faute d'avoir su inventer l'iPod, le smartphone ou la tablette informatique, le groupe japonais a perdu sa suprématie dans l'électronique grand public en quinze ans. Nokia, première capitalisation boursière européenne en 2000, n'est plus que l'ombre de lui-même. BlackBerry est à la dérive.

Ruptures technologiques

La principale explication de la fragilité de ces géants, c'est l'innovation. Les ruptures technologiques se succèdent de plus en plus vite. Les PC portables ont été bousculés en 2007 avec l'arrivée des netbooks, eux-mêmes fragilisés par les tablettes, lancées en 2010. «L'accélération technologique est exponentielle», assène Bruno Bonnell, cofondateur d'Infogrames et PDG de Robopolis. «Une entreprise qui rate une vague d'innovation est chassée du marché. Plus cruel, le leader d'une vague, même agile et innovant, n'est pas certain de rester dominant la vague d'après», explique Jean-Stéphane Bonneton, associé de la société de capital-investissement Time Equity Partners.

La vulnérabilité est particulièrement forte dans Internet et dans le logiciel. MySpace et Second Life ont été détrônés en à peine trois ans par Facebook. Les barrières à l'entrée sont minces. Une idée, de l'intelligence et un bon ordinateur permettent en théorie d'inventer eBay ou Twitter. Autre constat: les sites Internet sont largement valorisés en fonction de leur trafic. Or, ce trafic peut être instantanément modifié.

source.

bonjour

bien sur , c 'est un secteur particulier .

une innovation peut en cacher une autre d ' ou la fragilitée d ' une position de leaders dans çe domaine en perpétuel transformation .

mais , avant d ' innover , il faudrait garder çe qui marche déja .

les politiques , aidés de leurs éminences grise ,les tchecnocrates ,ont détruit des secteurs de l ' économie en prenant des directives qui imposaient un achat de matériel au petits producteurs ou aux commerçants .

ceux-çi ne pouvent économiquement obtempérer , durent mettre la clée sous la porte .

bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 11382 messages
Forumeur alchimiste‚ 75ans
Posté(e)

Dans un pays qui a abandonné toute son industrie il n'y a plus rien a innover.

Nous avons basculé dans une société de services et dans ce domaine aussi nous sommes très faibles.

Contrairement 'a ce que l'on dit, il y a beaucoup de boulots pour reprendre surface.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
doug Membre+ 7183 messages
Statut : de la liberté‚ 33ans
Posté(e)

[Petite analyse perso.]

-----

Je te trouve sévère Bibi... :p

L'innovation et la Technologie font partie intégrante de la bonne gouvernance d'un pays et la France n'a rien à prouver de ce côté-là. Il n'y a qu'à voir le TGV, le Rafale, le nucléaire, l'armement, l'industrie pharmaceutique, etc. Ce qu'il manque pour être compétitif, c'est d'avoir de bons commerciaux, il faut être agressif sur tous les échanges - genre vendre un frigo à un esquimau - et ne rien lâcher.

Un autre problème qui se pose couramment en France c'est qu'il faut baisser les coûts et là, les Français, contrairement à certains de leurs concurrents, ne comprendront jamais ce modèle économique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Je ne peux être que difficilement d'accord avec toi, baisser les coûts ?

Ce n'est pas ça qui changera beaucoup de choses, c'est un faux problème, quand on fabrique de la qualité on vend et on la vend très bien !

Il suffit de regarder le marché du luxe français, il suffit de regarder l'engouement pour les produits bios...

Les gens veulent de la qualité et sont prêts à payer plus cher pour autre chose que du made in china que nous importent nos entreprises qui se sont délocalisées.

Et celles qui restent veulent concurrencer les chinois ! bataille perdue d'avance.

Après certes la fiscalité est une vraie plaie en France, mais pas seulement.

Ensuite, si l'on regarde le carnet de commande record d'Airbus on se rend compte que la R&D a trouvé le moyen de construire des avions qui consomment moins de carburant que tous les autres.

La recherche et développement est cruciale aujourd'hui, mais trop souvent les entreprises n'y consacrent que peu de crédits.

Les profits à courts termes sont la priorité au détriment d'investissements à moyens et longs termes. Résultat : des entreprises qui ferment faute d'être compétitives. Il suffit de regarder en ce moment même les investissements en matériels en Italie ou en Allemagne... et de comparer avec la France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nephalion Modérateur 31045 messages
A ghost in the shell‚ 45ans
Posté(e)

Demandez à Kodak ce qu'il se passe quand on loupe le coche d'un bond technologique ...

La R&D devrait être mise en avant plus qu'elle ne l'est actuellement, car c'est elle qui créé l'emploi de demain ...

Le produit inventé aujourd'hui c'est celui qui est fabriqué demain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enchantant Membre 9716 messages
Forumeur confit‚
Posté(e)

Bonjour Néphalion,

Que la recherche et le développement soient une nécessité absolue pour pérenniser une entreprise est une évidence, mais n’est pas une garanti à vie pour autant.

Par ailleurs, la recherche et le développement se conjuguent sur deux plans distincts. La recherche fondamentale et la recherche appliquée.

Les entreprises font prioritairement de la recherche appliquée, et c’est normal, puisque cela s’inscrit dans une logique de courts termes, aux adaptations concurrentielles et économiques de leur développement. Processus qui engendre une spécialisation poussée et qui la fragilise en même temps.

Or, la recherche fondamentale pour exister, ne peut être assujettie totalement à la contingence d’un budget aléatoire, pour cette raison, seuls les états sont en mesure d’assurer cette mission. C’est en général le budget militaire qui sert de cache-sexe à ce financement.

Par ailleurs, l’utilisation et les retombées de la recherche fondamentale se font souvent par irruption intempestive

L'application du laser est une découverte qui s'inscrit dans la révolution de la physique fondamentale de tous le XXÉME siècle.

Les sociétés Philips et Sony conjointement ont mis au point un CD audio,il y a 35 ans seulement, qui à balayer d’un revers de la main, tous les fabricants de disques vinyles.

La naissance, le développement puis la disparition de certaines entreprises s’inscrit naturellement dans le cours de l’histoire des hommes et des techniques.

Sans que ces entreprises ne soient directement, à elles seules responsables de leur disparition.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
doug Membre+ 7183 messages
Statut : de la liberté‚ 33ans
Posté(e)

Je ne peux être que difficilement d'accord avec toi, baisser les coûts ?

....

Autant pour moi, je me suis mal exprimé. Je ne voulais pas parler du coût de production, mais de la négociation et des remises arrières lors de l'acte de vente.

....

Ce n'est pas ça qui changera beaucoup de choses, c'est un faux problème, quand on fabrique de la qualité on vend et on la vend très bien !

Il suffit de regarder le marché du luxe français, il suffit de regarder l'engouement pour les produits bios...

Je ne comprends pas David, tu sous-entends que qualitativement la concurrence n'a pas le même niveau ?

....

Les gens veulent de la qualité et sont prêts à payer plus cher pour autre chose que du made in china que nous importent nos entreprises qui se sont délocalisées.

Et celles qui restent veulent concurrencer les chinois ! bataille perdue d'avance.

Après certes la fiscalité est une vraie plaie en France, mais pas seulement.

Ensuite, si l'on regarde le carnet de commande record d'Airbus on se rend compte que la R&D a trouvé le moyen de construire des avions qui consomment moins de carburant que tous les autres.

La recherche et développement est cruciale aujourd'hui, mais trop souvent les entreprises n'y consacrent que peu de crédits.

Les profits à courts termes sont la priorité au détriment d'investissements à moyens et longs termes. Résultat : des entreprises qui ferment faute d'être compétitives. Il suffit de regarder en ce moment même les investissements en matériels en Italie ou en Allemagne... et de comparer avec la France.

Il y a une chose que je ne comprendrais jamais, pourquoi les appels d'offres concernant le rafale, les EPR et le TGV ont-ils échoué ? Il y avait des clients potentiels à qui nous pouvions vendre ce type de produit, mais malheureusement les circonstances et les négociations financières n'ont pas abouti. Pourquoi ?

------

Dans l'ensemble, je suis plutôt d'accord avec toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)
Je ne comprends pas David, tu sous-entends que qualitativement la concurrence n'a pas le même niveau ?

Non, ce n'est pas que la concurrence n'ai pas le même niveau, c'est plutôt les domaines de spécificités, nous avons un savoir faire français et nous l'oublions ou le dévalorisons en allant tout fabriquer ailleurs, il faut un juste milieu.

Je n'ai pas vraiment d'exemple en France à l'esprit, je vais donc prendre l'exemple de Porsche, la majeure partie des éléments des porsches cayennes sont fabriqués en Europe de l'est mais sont assemblés à Stuttgart ainsi que la fabrication des moteurs.

Il y a une chose que je ne comprendrais jamais, pourquoi les appels d'offres concernant le rafale, les EPR et le TGV ont-ils échoué ?

Je peux répondre pour le Rafale : trop cher !! depuis toujours.

Pour l'EPR :

Quelle est la situation actuelle des réacteurs EPR ?

- Un seul EPR a été exporté, en Finlande, laquelle s'en mord les doigts - lancé en février 2005, le chantier compte 38 mois de retard à ce jour - et demande 2,4 milliards d'euros de pénalité qui seront payés… par les Français. Vendu 3 milliards d'euros, ce réacteur coûte donc en réalité 5,4 milliards… en attendant de nouveaux surcoûts.

- Un EPR a été vendu… à la France. Situé à Flamanville (Manche), le chantier de ce réacteur, lancé en décembre 2007, compte déjà près d'un an de retard et son prix est passé de 3,3 milliards à 4 milliards, mais tout pousse à penser qu'il coûtera lui aussi 5 ou 6 milliards… ou plus.

- Deux EPR supposés vendu à la Chine restent à ce jour à l'état de projet. Seuls des travaux de terrassement ont eu lieu fin 2008 sur le site de Taishan. Mais, alors que la crise économique mondiale frappe la Chine comme les autres pays, il est fort possible que ces réacteurs ne voient jamais le jour.

Et avec la catastrophe de Fukushima...

Pour le TGV ... ?

Edit : j'ajoute une analyse journalistique de l'Express : Pourquoi la France est si mauvaise à l'export

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 11382 messages
Forumeur alchimiste‚ 75ans
Posté(e)

Si on veut de l'innovation et de la qualité, il faut rompre avec notre système de direction et remplacer les gestionnaires par des ingénieurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

J'ajoute mon petit lien aussi.

-----

Rafale, TGV, nucléaire : quand le made in France peine à se vendre.

En résumé, nous sommes de grosses pipes. Rien à voir avec le modèle allemand qui vend à tire-larigot et engendre des bénéfices.

Merci pour le lien Doug, je retiens surtout ceci :

Mais les produits français sont aussi accusés d'être, tout simplement, mal adaptés aux besoins.

Les rames du TGV d'Alstom ne transporteraient pas assez de pèlerins vers La Mecque. L'EPR est trop puissant pour s'adapter au réseau de lignes à haute tension de certains pays émergents, tout le monde en convient chez EDF et Areva. Quant au Rafale, il était probablement surdimensionné pour faire la police dans le ciel suisse.

Ensuite niveau relations commerciales c'est sûr que c'est pas le top !

La France pâtit aussi d'une désorganisation entre les acteurs, alors que les Allemands ont la réputation de "chasser en meute". Il arrive que les services de l'Etat s'entre-déchirent ou que les entreprises d'un secteur ne s'entendent pas.

L'"équipe de France" du nucléaire n'a pas débarqué au complet à Abou Dhabi, et les autorités locales n'ont pas compris pourquoi EDF, maître d'ouvrage de l'EPR de Flamanville (Manche), refusait de rejoindre le consortium français. Jusqu'à ce que le groupe rapplique in extremis sous la pression de l'Elysée, présent depuis le début sur ce contrat à 30 milliards d'euros.

Et enfin :

Mais l'erreur des Français n'est-elle pas de sous-estimer la capacité de certains pays à combler leur retard technologique ?

Pionnière du TGV, la France l'a vendu dans les années 1980 aux Espagnols, qui disposent aujourd'hui du deuxième réseau mondial (derrière la Chine) et exportent leur industrie ferroviaire. La Corée du Sud a développé son savoir-faire dans la grande vitesse et le nucléaire civil, qu'elle peut exporter

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×