Aller au contenu

Feu vert à l'extradition de Julian Assange en Suède


eklipse

Messages recommandés

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)

Julian Assange peut être extradé en Suède où l'attendent des poursuites pour crime sexuel : ainsi en a décidé jeudi un juge britannique. Le fondateur de WikiLeaks a fait appel de cette décision, ce qui suspend donc son exécution.

julian-assange.jpg

C'est néanmoins un coup dur pour Assange, qui est accusé en Suède de viol et d'agression sexuelle, mais qui redoute par dessus tout d'être extradé par la suite aux Etats-Unis où il pourrait être poursuivi pour « trahison » à la suite de la publication des télégrammes diplomatiques américains.

Le juge britannique a rejeté les arguments de la défense mettant en doute l'impartialité de la justice suédoise en raison de la « publicité négative » orchestrée en Suède autour du cas d'Assange, y compris au sein du gouvernement de Stockholm.

Il a également rejeté l'argumentation de la défense sur le fait que le « crime » reproché à Assange en Suède n'existe pas dans le droit britannique : le « sexe par surprise », qui est différent du viol tel qu'on l'entend dans les autres pays européens.

Deux femmes affirment avoir été victimes de Julian Assange, d'agression sexuelle pour l'une et de viol pour l'autre. Le fondateur de WikiLeaks, assigné à résidence en Grande-Bretagne depuis sa libération de garde à vue en décembre dernier, conteste les faits et explique avoir eu des relations sexuelles librement consenties avec les deux femmes.

http://www.rue89.com/2011/02/24/assange-pe...ondonien-192116

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Tu n'auras d'autre batracien devant ma face, 106ans Posté(e)
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
106ans‚ Tu n'auras d'autre batracien devant ma face,
Posté(e)
Il a également rejeté l'argumentation de la défense sur le fait que le « crime » reproché à Assange en Suède n'existe pas dans le droit britannique : le « sexe par surprise », qui est différent du viol tel qu'on l'entend dans les autres pays européens.

Il existe aussi le "viol par surprise" en droit français, même si cette notion est plus large en droit suédois.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)

Tous les éditos de Christophe Barbier

selon Christophe Barbier, Le fondateur de WikiLeaks n'est pas la victime d'un complot mondial. Avec la Suède et l'Angleterre, nous sommes entre démocraties matures et confirmées.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique...dee_966057.html

Apparemment Assange est un personnage complexe avec sa part de lumière et sa part sombre...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Tu n'auras d'autre batracien devant ma face, 106ans Posté(e)
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
106ans‚ Tu n'auras d'autre batracien devant ma face,
Posté(e)

Que va faire la Suède ? Va-t-elle extrader Assange vers les USA ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)

Il a du souci à se faire...j'espère pour lui qu'on l'enverra pas à Guantánamo...les Américains c'est pas des tendres, surtout le pentagone et le secret défense.

Au cours de ces derniers mois, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été la cible d'une campagne orchestrée par l'Etat et fondée sur des allégations fictives d'abus sexuels. Il a fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, a été détenu dans une prison de Londres, il a vu sa mise en liberté sous caution initialement refusée et été détenu en cellule d'isolement pendant neuf jours. Les avocats d'Assange luttent contre son extradition vers la Suède tandis qu'il reste pratiquement assigné à résidence.

L'extradition d'Assange vers la Suède pourrait être suivie par son extradition vers les Etats-Unis. Il existe des compte rendu sur des discussions ayant lieu entre les gouvernements américain et suédois et un grand jury aurait été formé en Virginie pour inculper Assange d'avoir violé la loi américaine contre l'espionnage. Les responsables du gouvernement et les politiciens ont qualifié Assange de « terroriste. » Certains ont réclamé son assassinat.

http://www.wsws.org/francais/News/2010/dec.../juas-d28.shtml

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeur alchimiste/Honey, Posté(e)
Nightwish Membre 10 322 messages
forumeur alchimiste/Honey,
Posté(e)
Tous les éditos de Christophe Barbier

selon Christophe Barbier, Le fondateur de WikiLeaks n'est pas la victime d'un complot mondial. Avec la Suède et l'Angleterre, nous sommes entre démocraties matures et confirmées.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique...dee_966057.html

Apparemment Assange est un personnage complexe avec sa part de lumière et sa part sombre...

certainement..

les empêcheurs de tourner en rond étant nécessaires, j'espère vraiment

qu'il va s'en sortit

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité pako
Invités, Posté(e)
Invité pako
Invité pako Invités 0 message
Posté(e)

salut ,

comment faire tomber julian massange ? facile , on va le faire inculper de viol ....

c est tellement facile de nos jours ...les filles ont dues toucher un joli pactole ...

freeassang.jpg

en attendant , wikileaks et assange méritent le prix nobel de la paix d aprés moi ,pour avoir mis

de la transparence dans ce monde ...

regarder ce lien ...

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-m...011-1296779.php

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 1 an après...
Membre, Tu n'auras d'autre batracien devant ma face, 106ans Posté(e)
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
106ans‚ Tu n'auras d'autre batracien devant ma face,
Posté(e)
forum

Julian Assange. La justice britannique confirme son extradition


Mercredi 30 Mai - 11:51

La Cour suprême britannique a donné son feu vert mercredi à l'extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vers la Suède qui le réclame dans une affaire de viol et d'agressions sexuelles. Toutefois, ses avocats ont obtenu de manière inattendue un délai de 14 jours pour présenter une demande de réouverture du dossier.



    L'appel rejeté
    Cinq des sept juges de la plus haute juridiction britannique ont rejeté le dernier appel interjeté par le fondateur de WikiLeaks, interpellé en décembre 2010 à Londres et qui se bat depuis cette date contre son extradition. "La requête en faveur de l'extradition de Julian Assange a été faite dans les règles et son appel contre son extradition est donc débouté", a déclaré le président.
    
    La défense d'Assange avait contesté la régularité de la demande de Stockholm car le mandat d'arrêt a été émis par un procureur agissant au nom de l'Etat suédois, ce qui n'offre, à ses yeux, aucune garantie d'"indépendance et d'impartialité".
    
    Demande de réouverture du dossier sous 14 jours
    Après le feu vert de la Cour suprême, l'extradition de Julian Assange aurait pu théoriquement intervenir sous dix jours, sauf si l'Australien avait décidé de se pourvoir devant la Cour européenne des droits de l'Homme de Strasbourg. Mais les avocats de l'Australien ont obtenu de la Cour suprême un délai de 14 jours pendant lequel ils vont pouvoir présenter une demande de réouverture du dossier, un rebondissement totalement inattendu.
    
    Ils ont justifié cette requête par le fait que le jugement de la Cour suprême faisait référence à des éléments qui n'avaient pas été évoqués à l'audience.


Suite de l'article...
forum Source: Le Télégramme
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, ONE SHOT ,ONE KILL !!!, 44ans Posté(e)
cocoy Membre 2 611 messages
44ans‚ ONE SHOT ,ONE KILL !!!,
Posté(e)

En balançant des secrets d'état , il ne fallait pas qu'il s'attende a recevoir une médaille , cela lui apprendra a jouer au con , avec les services secret !!! dev.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines après...
Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)

L'Australie promet son aide diplomatique à Julian Assange

Le Monde.fr avec Reuters | 20.06.2012 à 14h08 • Mis à jour le 20.06.2012 à 14h08

L'Australie promet son aide diplomatique à Julian Assange

Le Monde.fr avec Reuters | 20.06.2012 à 14h08 • Mis à jour le 20.06.2012 à 14h08

1721467_3_e325_julian-assange-a-londres-le-1er-fevrier-2012_43df3119fd4b14ea970808fe48da9514.jpg

Le cofondateur de Wikileaks Julian Assange est "passible d'arrestation" pour avoir enfreint les dispositions de sa liberté conditionnelle, a indiqué Scotland Yard, mercredi 20 juin. L'une des règles de la liberté conditionnelle, accordée à la fin de 2010 à Julian Assange, stipulait qu'il devait "rester à une adresse prédéterminée entre 22 heures et 8 heures", a expliqué une porte-parole de la police. "Vers 22 heures mardi, la police a été informée qu'Assange avait violé l'une des conditions de sa liberté. Il est désormais passible d'être arrêté", a-t-elle ajouté.

C'est en effet à ce moment-là que Julian Assange s'est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres, et a demandé l'asile politique à ce pays sud-américain. Une requête actuellement examinée par les responsables du pays, a déclaré le ministre des affaires étrangères équatorien, Ricardo Patino, tandis que les journalistes affluaient dans la soirée devant les locaux diplomatiques, dans un quartier chic de Londres.

1721468_3_8743_l-ambassade-d-equateur-a-londres-alors-que_c66c0632da7d0e9a3a8c238f231cf240.jpg

"La décision d'examiner la demande de M. Assange pour un asile ne doit en aucune manière être interprétée comme une ingérence du gouvernement équatorien dans les affaires judiciaires du Royaume-Uni ni de la Suède, a précisé l'ambassade. Pendant que ce service examine la demande de M. Assange, M. Assange restera à l'ambassade, sous la protection du gouvernement équatorien."

UNE DEMANDE "TRÈS, TRÈS PARTICULIÈRE"

L'avocat des plaignantes a déclaré mercredi que la demande d'asile à l'Equateur du fondateur de Wikileaks sera vraisemblablement rejetée et Julian Assange sera extradé en Suède où il est accusé de crimes sexuels. "Je ne peux pas imaginer que l'Equateur va lui donner l'asile", a estimé l'avocat Claes Borgstroem cité par l'agence TT. "C'est une nouvelle tentative pour stopper ou retarder l'examen légal auquel il doit se soumettre en Suède pour que la justice soit rendue", a déclaré l'avocat des deux Suédoises qui accusent Assange de viol et d'agression sexuelle.

Si l'Equateur accordait l'asile au fondateur de Wikileaks, "ce pays irait à l'encontre du mandat d'arrêt européen et ce serait aussi une sévère critique contre les Etats-Unis", a également prévenu l'avocat des Suédoises. "L'Equateur est un Etat de droit et j'attends qu'il suive les règles internationales en la matière", a souligné M. Borgstroem. L'avocat a estimé que la demande d'Assange était "très, très particulière" car "généralement les gens demandent l'asile parce qu'ils ne peuvent pas obtenir dans leur propre pays la protection dont ils ont besoin".

UN "DERNIER EFFORT DÉSESPÉRÉ"

Cette demande d'asile auprès de l'ambassade d'Equateur est "un dernier effort désespéré", a estimé, mercredi 20 juin, sa mère, qui souhaite que ce pays "ou un autre du tiers-monde" lui accorde refuge. La première ministre australienne, Julia Gillard a en outre annoncé, mardi 19 juin, que son pays allait offrir son assistance consulaire à Julien Assange. "L'Australie continuera à soutenir M. Assange de la même façon qu'elle soutient tout Australien à l'étranger qui est confronté à des difficultés ou des dilemmes juridiques", a-t-elle déclaré.

Julian Assange s'est régulièrement plaint d'avoir été délaissé par son propre pays, prévenant que s'il finissait par être extradé aux Etats-Unis, il pourrait y encourir la peine de mort pour espionnage après la publication de documents diplomatiques confidentiels américains sur Wikileaks.

RECHERCHÉ POUR VIOLENCES SEXUELLES

Cette annonce intervient alors que plus rien ne fait obstacle à l'extradition de l'Australien vers la Suède, où il est recherché pour violences sexuelles, après le rejet de son dernier appel par la Cour suprême britannique, la semaine dernière.

Julian Assange a été arrêté en décembre 2010 en Grande-Bretagne, puis assigné à résidence. Il nie les allégations de ses deux accusatrices. Wikileaks a diffusé à la fin de 2010 des dizaines de milliers de notes diplomatiques du département d'Etat américain. Les avocats de Julian Assange redoutent que leur client, une fois extradé en Suède, ne soit transféré ensuite vers les Etats-Unis, où il serait passible de la peine de mort pour divulgation de secrets d'Etat.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/06/19/julian-assange-a-demande-l-asile-politique-a-l-equateur_1721441_651865.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Con de Sysiphe, 46ans Posté(e)
Aaltar Membre 11 523 messages
46ans‚ Con de Sysiphe,
Posté(e)

Il a demandé l'asile politique à l'Equateur.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)
Les Etats-Unis chercheraient, selon lui, à le réduire au silence, après la divulgation par son site WikiLeaks de centaines de milliers de dépêches militaires sur les guerres d'Irak et d'Afghanistan, puis de câbles diplomatiques par la suite.Le nouveau rebondissement a été dévoilé à Quito par le chef de la diplomatie équatorienne, Ricardo Patiño. "Julian Assange a demandé l'asile politique auprès de la mission diplomatique de l'Equateur à Londres" et le "gouvernement équatorien examine cette requête", a-t-il dit à la presse.

Fin 2011, le vice-ministre équatorien des Affaires étrangères avait déjà suggéré à titre personnel d'offrir l'asile à M. Assange, une proposition finalement rejetée par le président du pays Rafael Correa.

En avril dernier toutefois, M. Correa avait été interviewé sur internet par Assange. Il avait alors estimé que ce dernier avait été "persécuté, calomnié et lynché médiatiquement", tout en le décrivant comme l'homme qui avait "mis en échec" les Etats-Unis.

Un porte-parole de l'ambassade équatorienne, établie dans un quartier chic de l'ouest de la capitale britannique, a indiqué que Quito entendait recueillir "les points de vue des gouvernements du Royaume-Uni, de la Suède et des Etats-Unis (...) afin de rendre une décision appropriée, conforme au droit international".

A la nuit tombée, plusieurs dizaines d'équipes de télévision, de photographes et reporters ont commencé à faire le siège des locaux diplomatiques en briques rouges situé derrière le célébrissime magasin Harrods.

Les journalistes ont sonné en vain à la porte et frappé aux fenêtres, mais aucun diplomate n'est venu ouvrir. Aucun dispositif policier n'était visible.

Les possibilités pour Assange d'échapper à une extradition semblent s'être évanouies quand la Cour suprême britannique a rejeté le 14 juin son ultime demande de réexamen. La plus haute instance judiciaire du pays avait alors indiqué que la procédure d'extradition deviendrait applicable à compter du 28 juin.

Assange est apparu de plus en plus isolé au fil des mois, tandis que son site WikiLeaks était étranglé financièrement et quasi réduit au silence.

Arrêté en décembre 2010 à Londres, il a constamment exprimé la crainte que la Suède ne l'expédie aux Etats-Unis. Son ultime espoir d'échapper à l'extradition résidait dans un hypothétique recours devant la cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg.

http://www.20minutes.fr/monde/gb/956581-wikileaks-julien-assange-refugie-ambassade-equateur-londres#

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)
L'ambassadrice de l'Equateur en Grande-Bretagne est rentrée dans son pays pour discuter d'un éventuel asile à accorder à Julian Assange, le fondateur du site WikiLeaks, a t-on appris samedi auprès de l'ambassade.

"Quand elle sera en Equateur, elle tiendra une série de réunions avec le ministre des Affaires étrangères avant de rencontrer le président Rafael Correa pour le renseigner sur la candidature de M. Assange à l'asile politique", a déclaré l'ambassade dans un communiqué.

Rafael Correa a dit samedi que son pays prendrait une "décision souveraine" et ne céderait pas aux pressions internationales, même s'il prendrait en compte les arguments britanniques. Il a également mis en doute les accusations suédoises.

http://www.europe1.fr/International/GB-Assange-l-ambassadrice-equatorienne-rentre-1142775/

1723015_5_06d4_messages-de-soutien-a-julian-assange-devant_03e9675f8e05c9465ec39e99de7ed30d.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange s'exprime à partir de l'ambassade d'Equateur

Par Richard Phillips

23 juin 2012

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange s'est exprimé aujourd'hui à partir de l'ambassade d'Equateur à Londres pour parler de l'intensification de l'attaque contre ses droits démocratiques et des raisons pour lesquelles il a été contraint de demander l'asile politique à l'Equateur.

Les médias britanniques ont aussi cherché à attiser le ressentiment contre Assange des personnes qui on payé les 24 000 livres de caution en décembre 2010. Mais leur tentative a échoué. L'auteur Phillip Knightley par exemple a déclaré qu'il soutenait entièrement Assange et qu'il donnerait encore de l'argent pour d'autres cautions parce que l'éditeur de Wikileaks est « victime des systèmes judiciaires suédois et britanniques présentant de sérieux défauts. » Assange a dit à radio ABC qu'il rejetait les déclarations selon lesquelles il refuserait l'extradition vers la Suède pour « éviter un interrogatoire. » Il a dit qu'il ne s'opposait pas à un interrogatoire mais que ce qui l'inquiétait étaient les conditions d'extradition de la Suède et les démarches des Etats-Unis pour l'incarcérer dans une prison américaine.

Il a dit que s'il était extradé en Suède, il serait détenu et gardé en prison aussi longtemps que durerait l'enquête sur la soi-disant attaque sexuelle. Assange a aussi fait remarquer que les autorités suédoises exigeaient qu'on ne lui laisse pas le temps de faire appel auprès de la Cour européenne des droits de l'homme. Il a dit que le refus du procureur suédois de l'interroger en Grande-Bretagne, ou par téléphone, l'avait «coincé » pendant tout ce temps en Grande-Bretagne.

En réponse aux déclarations des gouvernements américain et australien que Washington ne cherchait pas à l'extrader vers les Etats-Unis, Assange a dit qu'une action en justice était déjà en cours et « rendue publique ».

Il a dit que le ministère américain de la Justice « joue à un petit jeu, et ce petit jeu, c'est de refuser de confirmer ou d'infirmer l'existence d'un jury d'accusation. Et en conséquence, la presse se dit "bon, ils ne confirment pas, alors on ne peut pas vraiment faire un papier là-dessus." »

« Mais ce n'est pas vrai », a dit Assange. « Il y a des confirmations publiques partout, il y a de multiples témoins partout, il y a des témoignages dans les tribunaux militaires sur l'existence de ce qui est en train de se tramer dans ces 48.000 pages, et qu'on y parle des fondateurs et directeurs de Wikileaks. »

Assange a dit que deux personnes avec lesquelles il avait précédemment travaillé, Jérémie Zimmermann et Smàri McCarthy, avaient récemment été détenues dans des aéroports américains et interrogées par des responsables du FBI sur les activités de Wikileaks.

Assange a ajouté que les Etats-Unis dépensaient de « vastes ressources » pour leurs opérations contre lui. Il a révélé que Wikileaks venait de découvrir que le ministère de la Justice avait accordé un contrat de deux millions de dollars à MANTEC, une compagnie de systèmes informatiques, pour poursuivre les opérations du système informatique du gouvernement à l'encontre de Wikileaks.

http://www.wsws.org/.../assa-j23.shtml

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)
03/06/2012, 01:50 par Giuliettalasubversive

Jérémie Zimmermann (LQDN) interrogé sur Julian Assange par le FBI

http://www.pcinpact....nn-lqdn-fbi.htm

Jérémie Zimmermann, de la Quadrature du net « a été stoppé par des agents du FBI et interrogé sur Assange à l’aéroport alors qu’il tentait de rentrer en France» indique le compte Twitter de Wikileaks. Wikileaks rappelle que @jerezim avait récemment été invité à l’émission de TV de Julian Assange, The World… tomorrow. « Il a été menacé d'arrestation et d'emprisonnement lorsqu'il a voulu connaître ses droits ». Le message s'est répandu comme une trainée de poudre sur le réseau social où Wikileaks dépasse la barre des 1,5M de followers...

Smari Mc Carthy, porte-parole de l’Icelandic modern media Initiative (IMMI), fervent défenseur de la liberté d’expression, a lui aussi été questionné par les autorités américaine cette fois lors de son entrée aux États-Unis.

Le compte Twitter de Wikileaks annnoçait cinq heures plus tôt que « les autorités américaines ont cette semaine détenu et interrogé de multiples Européens à propos d’Assange ». Cependant, Wikileaks, pourtant chantre de la transparence, ne dit pas tout : nous avons appris que le contrôle de Jeremie Zimmermann est intervenu voilà deux bonnes semaines, soit bien avant ce message au parfum annonciateur.

Du coup, ces posts pourraient ne relater que des procédures de routine sur un dossier sensible (nous attendons des détails). En effet, ils interviennent à un moment crucial pour Julian Assange qui peut vouloir jouer sur la forte résonnance médiatique en tordant à sa cause le calendrier et donc l'opinion. C’est en effet demain, outre-Manche, que la Cour suprême statuera sur son extradition suite à un mandat d’arrêt émis par la Suède pour des faits d’agression sexuels. En faisant un maximum de bruit, Wikileaks peut espérer un maximum d'attention.

http://www.pcinpact....nn-lqdn-fbi.htm

http://justice4assange.com/

Julian Assange n'a pas à redouter notre justice

3105-assange.jpg

La Cour suprême britannique a approuvé le 31 mai l'extradition du fondateur de WikiLeaks vers la Suède, où il doit répondre d'accusations de viol et d'agression sexuelle. Un juriste suédois regrette que la justice de son pays soit vilipendée alors qu'elle ne fait que respecter le droit.

31.05.2012 | Mårten Schultz |

Il aura fallu du temps, mais enfin arrive ce quidevait arriver : Julian Assange va être livré à la justice suédoise. [Les avocats d'Assange ont néanmoins obtenu quatorze jours de délai pour présenter une demande de réouverture du dossier, ce qui pourrait retarder l'extradition.] L'autreoption était que la plus haute juridiction de Grande-Bretagne donne suite auxrecours des avocats de Julian Assange, laissant ainsi entendre qu'elle nereconnaissait pas la Suède comme un Etat de droit. Ce qui aurait étéparfaitement absurde.L'image caricaturale de notre régime juridiquevéhiculée dans le monde par l'équipe de Julian Assange et sessympathisants est un problème pour la Suède. Et lorsque des personnagesinfluents – comme le réalisateur Michael Moore, la féministe Naomi Wolf ou lejournaliste John Pilger [qui ont écrit des tribunes pour dénoncer l'inculpation d'Assange] – s'appuient sur la caricature pour attaquer le systèmejudiciaire suédois, le problème devient grave.

En tant que juriste suédois, j'ai eu droit lors demes déplacements à l'étranger à de stupéfiantes questions de confrères : est-il exact qu'un homme peut être condamné pour viol en Suèdesur la seule foi des allégations d'une femme ? Y a-t-il viol lorsque lepréservatif se déchire ? Dans la pratique, les jugements des tribunaux suédoissont-ils dictés par les politiques ? Est-il vrai que l'on enseigne auxfonctionnaires suédois que les femmes ne mentent jamais ? La policesuédoise va-t-elle mettre Julian Assange [s'il est livré à la Suède] directement dans un avion pourGuantanamo Bay ? [Julian Assange craint une extradition de Stockholm vers les Etats-Unis, où il pourrait être mis en cause pour les révélations de WikiLeaks.]

Toutes ces questions reflètent une image faussée dela justice suédoise, et la réponse, dans la plupart des cas, est négative.Julian Assange est arrivé en Suède en qualité de porte-parole de WikiLeaks àl'été 2010. L'ironie veut que la bonne réputation dont jouit le systèmejudiciaire suédois ait figuré parmi les raisons qui l'ont poussé à faire cevoyage : il voulait voir si WikiLeaks pouvait se mettre sous la protectionde la législation suédoise, en pointe dans le domaine de la défense de laliberté d'expression. C'est à l'occasion de cette visite que sont survenus lesévénements qui valent à Julian Assange d'être accusé pour agression sexuelle sur deux femmes. Le temps d'organiser une audition, le prévenu avaitquitté le pays. Il a ensuite choisi de ne pas retourner en Suède, et il aurafallu près de deux ans pour que les tribunaux britanniques se penchent enfinsur la question de son extradition.

La décision de la cour suprême britannique prévoitl'extradition de Julian Assange vers la Suède uniquement pour qu'il y soitentendu dans le cadre de l'enquête préliminaire. Cela ne veut pas dire queJulian Assange va comparaître devant un tribunal ou qu'il va être poursuivi. Ilest donc tout à fait imaginable qu'il soit extradé vers la Suède, entendu surplace, puis qu'il reparte, si les autorités suédoises estiment qu'il n'existepas suffisamment d'éléments de nature à justifier des poursuites.

La primauté du droit est très respectée en Suède.Cela vaut également pour les infractions à caractère sexuel. Voilà encorequelques années, la plus haute juridiction suédoise insistait clairement sur lefait qu'il fallait réunir autant d'éléments dans les affaires de viol présuméque pour d'autres délits. L'arsenal juridique applicable aux infractions àcaractère sexuel n'est pas différent de la plupart des autres cadresréglementaires. Je ne vais pas être poursuivi pour viol si mon préservatif sedéchire pendant un rapport sexuel. En revanche, je peux être jugé pour viol sij'ai un rapport sexuel avec une personne endormie ou inconsciente, exactementcomme dans un grand nombre d'autres pays.

Les magistrats suédois qui seront amenésà statuer si Julian Assange comparaît à la barre ne se laisseront ni donnerd'ordres ni soumettre à aucune pression. Les juges siégeant dans les tribunauxsuédois sont laïques et nommés par le gouvernement – ce qui, entre parenthèses,me laisse sceptique – mais la politique n'interfère pas dans leur fonction, etles études qui ont été menées montrent que leurs opinions n'ont aucuneincidence sur les affaires qu'ils sont amenés à traiter.

Et non, Julian Assange ne va pas être mis par lapolice suédoise dans un charter affrété par la CIA à son arrivée sur le solsuédois. La Suède est en effet un Etat de droit. Julian Assange a la garantieque son cas fera l'objet d'un traitement neutre et équitable de la part des pouvoirspublics et des tribunaux suédois. Reste à espérer que c'est également l'imagede la justice suédoise qui sera véhiculée à compter de ce jour au reste dumonde – en lieu et place de l'image caricaturale colportée par lessympathisants de Julian Assange.

http://www.courrierinternational.com/article/2012/05/31/julian-assange-n-a-pas-a-redouter-notre-justice

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)
WikiLeaks: Assange demande des garanties sur son éventuelle extradition aux USA

Afp | 25 Juin 2012 06h24

Le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a réclamé lundi des garanties diplomatiques l'assurant qu'il ne serait pas poursuivi par les Etats-Unis pour la publication de documents secrets s'il est finalement extradé vers la Suède.

"En fin de compte, ça pourrait dépendre des garanties que la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la Suède sont prêts à donner", a déclaré l'Australien dans un entretien au Sydney Morning Herald depuis l'ambassade d'Equateur à Londres.

Il y est réfugié depuis la semaine dernière pour échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé.

Le fondateur de WikiLeaks craint d'être transféré par Stockholm aux Etats-Unis pour y être jugé pour espionnage, après la divulgation par son site de plus de 250.000 télégrammes diplomatiques américains, notamment sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

"Par exemple, si les Etats-Unis pouvaient garantir l'abandon de l'enquête devant le Grand jury et de toute autre enquête sur les activités de WikiLeaks, ce serait une garantie importante (...). Les engagements diplomatiques ont un poids certain", a déclaré Julian Assange au quotidien.

Il a de nouveau reproché au gouvernement australien de ne pas avoir suivi son cas avec suffisamment de sérieux. "C'est une affaire politique très sérieuse (...) que le gouvernement australien devrait traiter avec le sérieux qu'elle mérite", a-t-il dit.

"J'ai été présenté par les Etats-Unis, jusqu'au vice-président, comme un terroriste high-tech, et aussi par le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères suédois (...), cela nécessite certainement une réponse de la part du gouvernement Gillard", a estimé Assange, 40 ans.

Dimanche, Canberra a répété une nouvelle fois qu'il n'y avait "aucune indication" que les Etats-Unis demanderaient l'extradition du fondateur du site WikiLeaks s'il devait être envoyé en Suède.

http://www.rtl.be/info/monde/europe/888146/wikileaks-assange-demande-des-garanties-sur-son-eventuelle-extradition-aux-usa

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Membre, Dégonfleur de baudruches, 65ans Posté(e)
Dinosaure marin Membre 24 125 messages
65ans‚ Dégonfleur de baudruches,
Posté(e)
03/06/2012, 01:50 par Giuliettalasubversive

Jérémie Zimmermann (LQDN) interrogé sur Julian Assange par le FBI

...

Les magistrats suédois qui seront amenés à statuer si Julian Assange comparaît à la barre ne se laisseront ni donner d'ordres ni soumettre à aucune pression. Les juges siégeant dans les tribunaux suédois sont laïques et nommés par le gouvernement – ce qui, entre parenthèses,me laisse sceptique – mais la politique n'interfère pas dans leur fonction, et les études qui ont été menées montrent que leurs opinions n'ont aucune incidence sur les affaires qu'ils sont amenés à traiter.

Merci à ce juriste de confirmer ouvertement que la justice suédoise est aux ordres du pouvoir exécutif et n'étant pas indépendante fait de la Suède un pays non-démocratique.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines après...
Membre, Dazzling blue², 49ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
49ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)
Wikileaks : Assange a choisi Garzon

Par Charles Carrasco avec AFP

Publié le 25 juillet 2012 à 14h43

Mis à jour le 25 juillet 2012 à 16h53

Spain-Judge-Garzon+%281%29.jpg

Le magistrat espagnol, classé à gauche, fait figure de "poil à gratter" dans le milieu judiciaire.

Une star pour défendre une autre star médiatique. Le célèbre juge espagnol, Baltasar Garzon va diriger l'équipe de défense de WikiLeaks et de son fondateur Julian Assange, a annoncé mardi le site Internet.

Connu pour ses prises de positions politiques, le juge espagnol est celui qui colle le mieux à cet épineux dossier. Un leitmotiv uni les deux hommes : lutter contre les "puissants".

Assange, le cyberactiviste face aux puissants. Réfugié depuis le 19 juin à l'ambassade d'Equateur, à Londres, afin d'échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé, Julian Assange, qui clame son innocence, a réclamé l'asile politique au pays latino-américain.

Le fondateur australien de WikiLeaks redoute d'être transféré dans un second temps aux Etats-Unis et d'y être condamné à la peine capitale pour espionnage, après la divulgation par son site de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.

Julian Assange réclame des garanties en cas d'extradition. "Si les Etats-Unis pouvaient garantir l'abandon de l'enquête devant le Grand jury et de toute autre enquête sur les activités de WikiLeaks, ce serait une garantie importante. Les engagements diplomatiques ont un poids certain", a affirmé au mois de juin dernier, Julian Assange au Sydney Morning Herald.

La stratégie judiciaire commune. Une réunion privée a récemment eu lieu entre les deux hommes à l'ambassade d'Equateur à Londres, selon El Pais. Ils ont défini ensemble une nouvelle stratégie de défense. Dans les grandes lignes, elle vise à "défendre à la fois Wikileaks et Julian Assange contre les abus de procédure existants et exposer les actions arbitraires, extrajudiciaires du système financier international" contre le site et son fondateur, selon la même source.

© Reuters

Le magistrat espagnol va également s'employer à "montrer comment des procédures secrètes américaines contre Julian Assange et Wikileaks ont compromis et contaminé d'autres procédures légales, dont la procédure d'extradition contre M. Assange", ajoute le texte.

© Reuters

Garzon, le juge révolutionnaire. Selon El Pais qui a obtenu l'information de la bouche de Julian Assange, le choix de Baltasar Garzon a été dicté par le fait qu'il a "révolutionné, depuis deux décennies, la justice internationale", précise le quotidien espagnol. Critiqué par ses détracteurs qui l'accusent de rechercher la notoriété, Baltasar Garzon est un haut magistrat espagnol réputé pour avoir épinglé de nombreux dirigeants. Classé à gauche, il avait dans les années 90 entamé une carrière politique au sein du PSOE, le parti socialiste espagnol et avait enquêté sur l'organisation terroriste ETA.

L'homme, connu pour ses prises de positions sur les droits de l'Homme, est surtout célèbre pour avoir fait arrêter l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet en 1998 au terme d'une intense bataille judiciaire. Plus tard, il tenta également d'épingler l'ex-secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger pour ses relations avec plusieurs dictateurs d'Amérique du Sud dans les années 70.

L'ex-juge d'instruction s'était également "illustré" en demandant une enquête sur Silvio Berlusconi pour une fraude fiscale de l'ordre de 108 millions entre 1990 et 1993 alors qu'il était vice-président de la société Gestevision Telecinco.

Garzon l'avocat face aux puissants. Ce nouveau dossier sur la table de l'avocat Garzon met fin à une traversée du désert de plusieurs mois. En février dernier, il a été condamné par la Cour suprême à onze ans d'interdiction d'exercer son métier de juge après avoir ordonné des écoutes, en violation des droits de la défense, dans une enquête sur un réseau de corruption qui avait éclaboussé en 2009 la droite espagnole.

Selon El Pais, Baltasar Garzon, qui officie aujourd'hui comme simple avocat, vient de créer son propre cabinet dans un quartier madrilène. Avec ce nouveau dossier "Wikileaks" qui implique les "grands" de ce monde, le juge retrouve un dossier à la hauteur de ses ambitions.

http://www.europe1.fr/International/Wikileaks-Assange-a-choisi-Garzon-1181827/

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines après...
Membre, Dégonfleur de baudruches, 65ans Posté(e)
Dinosaure marin Membre 24 125 messages
65ans‚ Dégonfleur de baudruches,
Posté(e)

L'Equateur accorde l'asile politique à Julian Assange

Mis en ligne le 16 août 2012 à 15h06, mis à jour le 16 août 2012 à 16h12

L'Equateur a décider d'accorder l'asile politique au fondateur de WikiLeaks, réfugié depuis deux mois dans son ambassade à Londres, par crainte d'une extradition vers la Suède. Toutefois Londres a prévenu qu'il entendait extrader Assange malgré la décision équatorienne.

http://lci.tf1.fr/monde/europe/l-equateur-accorde-l-asile-politique-a-julian-assange-7459691.html

Faut-il qu'Assange dérange pour que les Anglais soient prêts à violer la Convention de Vienne pour pouvoir le livrer aux US.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Agitateur Post Synaptique, 53ans Posté(e)
zenalpha Membre 17 441 messages
53ans‚ Agitateur Post Synaptique,
Posté(e)

J'ai cette impression qu'on a affaire à une sacrée partie de poker.

Autant je justifie pas qu'on puisse publier tout et n'importe quoi selon la philosophie d'Assanges, autant j'ai la nette conviction qu'ils veulent à présent sa peau et qu'il est dans la Black List en bonne place.

Quand un requin se fait attaquer par des plus gros requins, ça reste une histoire de requins.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×