Aller au contenu

La réussite scolaire


Big-KAZ

Messages recommandés

Membre, 45ans Posté(e)
Big-KAZ Membre 268 messages
Baby Forumeur‚ 45ans‚
Posté(e)

Quels sont les facteurs de la réussite scolaire?

  • Le temps consacré à l'apprentissage et la confiance dans ses capacités sont les deux facteurs les plus importants pour la réussite scolaire (1).
  • Les jeunes qui étudient et font leurs devoirs ont plus de chances de réussir que celles et ceux qui ne les font pas. Il est important de manifester un intérêt marqué et constant par rapport aux études et à la réussite de tout élève. Discutez avec le jeune pour connaître son point de vue sur les études et dites-lui l'importance que vous y attachez (2).
  • Cependant, la relation maître-élèves demeure la clé des succès pédagogiques (1).

L'encadrement comme facteur de réussite

En offrant un meilleur encadrement aux élèves on diminue le nombre d'échecs et d'abandons. Dans les mémoires et témoignages, plusieurs types d'encadrement ont été suggérés. Directement ou indirectement, une modification des pratiques en cette matière peut avoir des conséquences sur la tâche des enseignants ou sur le type de pédagogie à utiliser. Parmi les suggestions, il y a celles qui privilégient le titulariat, à tout le moins pour les deux premières années du secondaire, le tutorat pour des élèves qui éprouvent des difficultés ou une forme de mentorat donné par des élèves de degré ou de niveau supérieur. D'autres ont également suggéré d'abaisser le ratio maître-élèves (1) Pour réellement aider ces jeunes, il faut leur donner un meilleur soutien individuel leur permettant de découvrir ce qu'ils sont et ce qu'ils veulent. Il faut leur donner les informations nécessaires pour qu'ils puissent aller chercher la formation dont ils ont besoin. (1) Plusieurs, et principalement les jeunes, veulent que l'école soit plus qu'un lieu où l'on donne un enseignement. On souhaite que l'école devienne un milieu de vie et un lieu de culture pour les jeunes. On suggère de donner aux conseils étudiants la place qui leur revient au sein de l'école et de développer les activités parascolaires(1).

S'il n'a pas d'amis à l'école ou si ses amis ont eux-mêmes quitté l'école, il se peut qu'il se sente seul et isolé. Pour un très grand nombre de jeunes, les amis sont l'élément le plus important de l'école. De même, si une ou un élève participait à des activités parascolaires et qu'il a cessé de le faire, discutez avec lui de ses raisons. Il se peut qu'il commence ainsi à s'éloigner de l'école (2). Il faut également offrir aux élèves un environnement sécuritaire où ils pourront évoluer en toute confiance.

Mais, ici encore, l'école a besoin du support de la communauté pour que puisse s'établir un tel climat. Elle ne peut y arriver seule (1). Dans certains mémoires, les auteurs ont insisté sur la taille des écoles. Le sentiment d'appartenance se développant plus facilement dans des unités plus petites et plus stables, le regroupement des élèves du secondaire I et du secondaire II a été avancé tant par les représentants des jeunes que par les organismes du milieu scolaire (1).

  • Des appels à la collaboration sont également lancés aux entreprises qui devraient se préoccuper de la réussite scolaire. Leur soutien est demandé pour promouvoir et soutenir la formation professionnelle par des visites et des expositions industrielles, par des rencontres entre les étudiants et des professionnels, des travailleurs et des dirigeants d'entreprises. L'entreprise peut également appuyer le travail de l'école lorsqu'elle embauche des étudiants. Le modèle de Saint-Jérôme a été cité en exemple. Dans cette ville, la communauté d'affaires s'est concertée afin de limiter le travail à temps partiel des élèves à un maximum de quinze heures par semaine, pour freiner les impacts négatifs du travail sur les études (1).

Avoir un emploi à temps partiel n'est pas néfaste pour la plupart des jeunes. Cela leur permet d'acquérir des habiletés, de découvrir de nouveaux champs d'intérêt et de faire certains choix pour leur futur. Là où il y a problème, c'est lorsque le travail nuit aux études. Des recherches ont démontré que, au-delà de quinze heures de travail par semaine, il est difficile de concilier travail et études(2).

  • Dans un autre témoignage, l'école est invitée à impliquer ses diplômés, les étudiants du cégep et de l'université dans certaines activités au sein des écoles primaires et secondaires par des formules de tutorat et d'aide aux devoirs, des rencontres d'information (1).

Tout cela doit créer une école confortable
suscitant un sentiment d'appartenance où l'élève se sent important et en confiance
. Il semble que les adolescents se sentent de passage à l'école et qu'ils attendent que ça finisse. "
Il faut arriver à ce que l'école ne soit pas qu'un milieu pour apprendre ce qu'est la vie, il faut que ce soit la vie
."(1).

Facteurs reliés à l'abandon scolaire

  • Pour plusieurs familles vivant sous le seuil de la pauvreté, la préoccupation première demeure la satisfaction des besoins fondamentaux comme celui de manger à sa faim. Il faut rappeler également que cette pauvreté est le lot de plusieurs familles monoparentales. Les chefs de ces familles, majoritairement des femmes, ne vivent souvent que grâce aux revenus provenant de l'aide sociale et possèdent peu de ressources et de soutien pour élever un ou plusieurs enfants. Les études de toutes sortes ont démontré le lien entre la "défavorisation" et la réussite éducative. Comme l'a rappelé justement un mémoire "La pauvreté est plus qu'un handicap économique. Elle est aussi une véritable disqualification tant sur le plan social que sur celui du vécu quotidien". Dans un tel contexte, les obstacles à la réussite sont nombreux (1)

  • Il y a également d'autres facteurs de risque qui peuvent influencer la réussite scolaire, notamment ceux reliés à des attitudes inadéquates tels que le repli sur soi, l'agressivité, la faible estime de soi, la perception négative de l'école, etc. Un participant a même estimé à plus de 80 % le taux d'abandon des élèves en difficulté de comportement. Statistiquement, ces facteurs de risque apparaissent plus fréquemment dans les milieux socio-économiques défavorisés (1).

  • Il est établi que les parents qui coopèrent le moins sont le plus souvent ceux des élèves dits à risque ou en difficulté. Sans leur jeter la pierre, car qui peut nier la difficulté d'être parent, il existe un lien direct et indéniable entre l'attention que la famille accorde à l'école et la réussite scolaire de l'enfant. Il ne s'agit pas tellement d'un manque de temps des parents mais de l'absence de motivation et de confiance en soi qui se transmet à l'enfant (1).

  • Un grand nombre de jeunes qui ont quitté l'école ont déjà eu des échecs et des difficultés scolaires. Bon nombre ont redoublé une année. En fait, si un élève éprouve des difficultés depuis un certain temps, il risque de s'en fatiguer et de quitter l'école (2).

Les chiffres sont alarmants: le redoublement affecte un enfant sur quatre au primaire, deux garçons redoublent pour une fille et le taux d'abandon scolaire de ces élèves au secondaire est de 50%. Sans nécessairement abolir ces pratiques, il faut en réduire l'utilisation (1).

    • Le jeune a-t-il des difficultés de comportement? Le personnel de l'école téléphone-t-il souvent à la maison pour signaler les agissements de l'élève?(2)

[*]Plusieurs jeunes décrocheurs ont d'abord commencé par s'absenter fréquemment. Comme il est dit plus haut, l'abandon scolaire n'est pas une décision qui survient tout à coup. Avant de quitter l'école, le jeune s'absente de plus en plus fréquemment (2).

Qu'est-ce qu'un parent peut faire concrètement?

On peut aider un jeune à réussir à l'école par les actions que l'on accomplit. Les actions parlent d'elles-mêmes et elles peuvent avoir un effet important sur la vision qu'un jeune aura de l'importance de l'école. Les questions suivantes offrent aux parents l'occasion de poser un regard critique sur leurs actes (2).

  • Allez-vous aux remises de bulletins, aux réunions de parents?
  • Vous informez-vous auprès de votre enfant de ce qu'il fait ou apprend à l'école?
  • L'encouragez-vous à faire ses devoirs (par exemple, en lui donnant congé de travaux ménagers la veille d'un examen pour lui laisser plus de temps pour étudier)?
  • Favorisez-vous une ambiance de travail à la maison (par exemple, en baissant le volume de la télévision ou de la radio)?

On peut aider un jeune à réussir à l'école en évitant un discours défaitiste.

http://reponses.iquebec.com/articles/decrochage.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Annonces
Maintenant
Membre, 30ans Posté(e)
piploutt Membre 16 messages
Baby Forumeur‚ 30ans‚
Posté(e)

Après, ça dépend de l'élève... pour motiver un enfant à travailler et l'aider à réussir, il faut parlé avec lui, le rassurer, lui trouver des qualité. Où pour un prof qui n'a pas le temps de faire du "cas par cas", expliquer pourquoi il aime ce qu'il fait, à quoi ça lui sert, se qu'il trouve fascinant dans son métier... sans barber les élèves bien sure et donc en s'adaptant à leurs centres d'intérêts, c'est la meilleure solution je pense.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
amine1981tn Membre 8 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

bonjour .. C'est pas facile de répondre à cette question ! Je suis professeur au lycée depuis cinq ans et j'ai remarqué qu'ouvrir le dossier de la réussite scolaire demande un travail collectif .. En d'autres termes, il faut diriger tous les efforts vers des objectifs précis .. Il ne faut pas oublier de plus du contexte socio-culturel .. ça demande des études et des recherches et ça demande beaucoup de temps ..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
amine1981tn Membre 8 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Beaucoup de problèmes nous rencontrent :

- L'état de l'élève : absence de motivation, paresse intellectuelle , désorientation cognitive ...

- Le renouvellement pédagogique : avons-nous pensé à des systèmes d'enseignement compatibles avec les changements économiques socio-culturels et politiques.. Nous bougeons comme si rien ne change ...

- Le plus important c'est la motivation sociale .. Nos sociétés ne représentent plus un facteur motivant pour l'enseignement ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre, 38ans Posté(e)
Noisettes Membre+ 10 175 messages
38ans‚ Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre,
Posté(e)

Je vais peut être poser une question idiote, mais qu'est-ce la réussite scolaire?

Je pose cette question car vue mon parcours scolaire pour le moins chaotique, je suis parvenue là où je voulais aller alors que personne (à l'exception de deux profs) n'aurait jamais parier un centime pour que j'ai mon bac et que j'aille à la fac.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Partisan de la non-violence, 110ans Posté(e)
Sylvano Membre 4 949 messages
110ans‚ Partisan de la non-violence,
Posté(e)

Le travail, l'attention en classe, la discipline et la motivation :o°

Pas besoin de 36 pavés :rtfm:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Partisan de la non-violence, 110ans Posté(e)
Sylvano Membre 4 949 messages
110ans‚ Partisan de la non-violence,
Posté(e)
Je vais peut être poser une question idiote, mais qu'est-ce la réussite scolaire?

Je pose cette question car vue mon parcours scolaire pour le moins chaotique, je suis parvenue là où je voulais aller alors que personne (à l'exception de deux profs) n'aurait jamais parier un centime pour que j'ai mon bac et que j'aille à la fac.

C'est vrai. D'autant que de nombreux BTS se retrouvent au chômage ou à se contenter de boulots de manutentionnaires...

Disons que la réussite scolaire seule ne suffit pas. Il faut choisir les branches porteuses. Le but final est d'avoir le boulot le moins chiant possible et d'avoir la meilleure paie :rtfm: enfin ce n'est que mon avis.

Après on peut réussir aussi sans diplôme, mais c'est très difficile. Les efforts qu'on aura pas fait à l'école, faudra en faire 4x plus au boulot pour.. espérer grimper les échelons... En sachant que tu as peut être des BTS en concurrence ! Faut s'accrocher...

Sinon faut cambrioler, racketter, dealer... A force, vu le nombre de gens qui choisissent cette branche, on finira par créer des bac pro dans le domaine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Membre, Posté(e)
psychos Membre 57 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

je pense que le plus important pour le jeune est le milieu dans lequel il vit et grandit...

je pense que c'est la la base de sa motivation et donc de sa réussite

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 31ans Posté(e)
s32florian Membre 6 messages
Baby Forumeur‚ 31ans‚
Posté(e)

Honnêtement j'ai arrêter l'école en 4ème je n'ai aucun diplôme ; j'ai été délinquant et je m'en sors très bien je ne pense pas être plus con qu'un autre lire écrire compter d'accord mais l'école est surtout pour moi un moyen de l'état d'essayer d'éduquer les enfant a devenir ce qu'ils veulent les formater a devenir des moutons la motivation et l'envie sont les seul moteur pour avancer et s'en sortir dans la vie !!!!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
psychos Membre 57 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

je ne vois pas en quoi vouloir réussir dans la vie fait de nous des moutons...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×