Les succubes et les incubes

sennoma Membre 130 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

Les succubes et les incubes

Les succubes sont des démons femelles qui, la nuit, viennent s'unir à certains hommes, tandis que les incubes, démons masculins, violent les femmes. On dit que les incubes se servent de la semence que l'homme perd durant son sommeil pour fertiliser leurs victimes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

Il y aurait quand même tant d'autres choses à dire à ce sujet que je trouve un peu triste de ne trouver que cette définition. Les succubes, ce sont aussi une personnification de l'inconnue qui nous rejoint dans nos fantasmes, je crois que la notion a été définie par l'Eglise pour que les gens luttent contre les tentations jusque dans leurs rêves : toute souillure, même rêvée, avait un impact réel sur le pêcheur.

Huysmans, un écrivain français fabuleux du début du siècle, a dédié au sujet des succubes de nombreuses pensées dans ses livres, et je pense en particulier à Là-bas, que je profite pour recommander à tout le monde. Ce doit être l'un de mes livres favoris, au demeurant.

Les succubes ont également inspiré de nombreux artistes; je posterai des dessins si je retrouve.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Naphtaline
Invité Naphtaline Invités 0 message
Posté(e)

Le cinéma non plus ne les a pas oubliés comme par exemple le Dracula de Coppola où Monica Belluci y fait ses débuts d'actrice en succube relativement convaincante..

ou plus kistch mais cultissime, le film de Leslie Stevens, Incubus, totalement tourné en...esperanto :smile2: ..avec William Shatner aux prises avec deux démons femelles qui le séduisent puis veulent s'en débarasser (souvent femme varie ;) ) et qui devra donc ensuite affronter leur frere un trés puissant démon nommé...tadam... Incubus.

le

vaut le coup d'oeil^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

Il me semble que pendant cette scène du film de Coppola (que je n'ai pas aimé, ceci-dit en passant), on entend de curieux effets de voix féminine; c'est la chanteuse avant-gardiste Diamanda Galás qui les ferait. J'en profite donc pour recommander cette chanteuse pour ceux qui n'ont pas peur de découvrir de la musique aussi étrange qu'éthéré; c'est tout simplement une grande artiste, à la voix stupéfiante.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Diamanda_Gal%C3%A1s ;)

Pour en revenir aux succubes, je voudrais corriger ce que j'ai écrit plus haut: il semblerait que la version de l'Eglise des succubes ne fasse que dériver de mythes plus anciens - ce qui ne devrait pas être très étonnant - mythes relatifs à ces démons-femelles visiteuses de la nuit, personnifications du fantasme. ;)

Pour les curieux, je pense qu'il faut prendre certaines parties de la page wikipédia sur les succubes avec des pincettes, car l'on voit que ces quelques parties ont été écrites de la main d'un adepte du néo-paganisme, et probablement la wicca. Et bien que je n'ai rien contre ceux-ci, je les ai déjà vu prendre beaucoup de libertés du point de vue historique, il ne faudrait donc pas prendre l'article pour argent comptant. Deux choses intéressantes cependant: d'une part, l'étymologie probable du mot: succuba qui signifiait tout d'abord une concubine (hihi, coucher hors mariage, c'est le mal :smile2: ). D'autre part, il paraît donc que pour le Malleus Maleficarum (un ouvrage assez connu décrivant comment il fallait tuer les sorcières et ce qu'elles trafiquotaient, ouvrage démontrant surtout qu'il y avait plus de perversité à trouver chez les gens d'Eglise l'ayant écrit que chez les prétendues sorcières), les succubes iraient charmer les dormeurs, récupérer leur semence, la confier aux incubes, qui vont charmer les dormeuses, lesquelles donneront naissance à des enfants du Démon (lire: des mal-formés).

J'illustre avec un dessin amusant pour bien rappeler que toutes ces démoneries devraient nous inspirer de poignants écrits plutôt que nous effrayer.

278731-so3_succubus_super.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Il me semble que pendant cette scène du film de Coppola (que je n'ai pas aimé, ceci-dit en passant)

Dommage que tu n'aies pas aimé, c'est pourtant le film le plus fidèle à l'oeuvre magnifique de Bram Stoker.

Voici justement le passage sur les succubes:

I was not alone. The room was the same, unchanged in any way since I came into it. I could see along the floor, in the brilliant moonlight, my own footsteps marked where I had disturbed the long accumulation of dust. In the moonlight opposite me were three young women, ladies by their dress and manner. I thought at the time that I must be dreaming when I saw them, they threw no shadow on the floor. They came close to me, and looked at me for some time, and then whispered together. Two were dark, and had high aquiline noses, like the Count, and great dark, piercing eyes, that seemed to be almost red when contrasted with the pale yellow moon. The other was fair, as fair as can be, with great masses of golden hair and eyes like pale sapphires. I seemed somehow to know her face, and to know it in connection with some dreamy fear, but I could not recollect at the moment how or where. All three had brilliant white teeth that shone like pearls against the ruby of their voluptuous lips. There was something about them that made me uneasy, some longing and at the same time some deadly fear. I felt in my heart a wicked, burning desire that they would kiss me with those red lips.It is not good to note this down, lest some day it should meet Mina's eyes and cause her pain, but it is the truth. They whispered together, and then they all three laughed, such a silvery, musical laugh, but as hard as though the sound never could have come through the softness of human lips. It was like the intolerable, tingling sweetness of waterglasses when played on by a cunning hand. The fair girl shook her head coquettishly, and the other two urged her on.

One said, "Go on! You are first, and we shall follow. Yours' is the right to begin."

The other added, "He is young and strong. There are kisses for us all."

I lay quiet, looking out from under my eyelashes in an agony of delightful anticipation. The fair girl advanced and bent over me till I could feel the movement of her breath upon me. Sweet it was in one sense, honey-sweet, and sent the same tingling through the nerves as her voice, but with a bitter underlying the sweet, a bitter offensiveness, as one smells in blood.

I was afraid to raise my eyelids, but looked out and saw perfectly under the lashes. The girl went on her knees, and bent over me, simply gloating. There was a deliberate voluptuousness which was both thrilling and repulsive, and as she arched her neck she actually licked her lips like an animal, till I could see in the moonlight the moisture shining on the scarlet lips and on the red tongue as it lapped the white sharp teeth. Lower and lower went her head as the lips went below the range of my mouth and chin and seemed to fasten on my throat. Then she paused, and I could hear the churning sound of her tongue as it licked her teeth and lips, and I could feel the hot breath on my neck. Then the skin of my throat began to tingle as one's flesh does when the hand that is to tickle it approaches nearer, nearer. I could feel the soft, shivering touch of the lips on the super sensitive skin of my throat, and the hard dents of two sharp teeth, just touching and pausing there. I closed my eyes in languorous ecstasy and waited, waited with beating heart.

But at that instant, another sensation swept through me as quick as lightning. I was conscious of the presence of the Count, and of his being as if lapped in a storm of fury. As my eyes opened involuntarily I saw his strong hand grasp the slender neck of the fair woman and with giant's power draw it back, the blue eyes transformed with fury, the white teeth champing with rage, and the fair cheeks blazing red with passion. But the Count! Never did I imagine such wrath and fury, even to the demons of the pit. His eyes were positively blazing. The red light in them was lurid, as if the flames of hell fire blazed behind them. His face was deathly pale, and the lines of it were hard like drawn wires. The thick eyebrows that met over the nose now seemed like a heaving bar of white-hot metal. With a fierce sweep of his arm, he hurled the woman from him, and then motioned to the others, as though he were beating them back. It was the same imperious gesture that I had seen used to the wolves. In a voice which, though low and almost in a whisper seemed to cut through the air and then ring in the room he said,

"How dare you touch him, any of you? How dare you cast eyes on him when I had forbidden it? Back, I tell you all! This man belongs to me! Beware how you meddle with him, or you'll have to deal with me."

The fair girl, with a laugh of ribald coquetry, turned to answer him. "You yourself never loved. You never love!" On this the other women joined, and such a mirthless,hard, soulless laughter rang through the room that it almost made me faint to hear. It seemed like the pleasure of fiends.

Then the Count turned, after looking at my face attentively, and said in a soft whisper, "Yes, I too can love. You yourselves can tell it from the past. Is it not so? Well, now I promise you that when I am done with him you shall kiss him at your will. Now go! Go! I must awaken him, for there is work to be done."

"Are we to have nothing tonight?"said one of them, with a low laugh, as she pointed to the bag which he had thrown upon the floor, and which moved as though there were some living thing within it. For answer he nodded his head. One of the women jumped forward and opened it. If my ears did not deceive me there was a gasp and a low wail, as of a half smothered child. The women closed round, whilst I was aghast with horror. But as I looked, they disappeared, and with them the dreadful bag. There was no door near them, and they could not have passed me without my noticing. They simply seemed to fade into the rays of the moonlight and pass out through the window, for I could see outside the dim, shadowy forms for a moment before they entirely faded away.

Then the horror overcame me, and I sank down unconscious.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
féecaline Membre 105 messages
Forumeur inspiré‚ 34ans
Posté(e)

hum je sais pas si tu as remarqué mais c'est en anglais et tout le monde n'ai pas bilingue en tout cas je ne le suis pas. Lol.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

J'ai remarqué, mais le destinataire du post lit l'anglais. Cependant comme cela t'intéresse, j'ai fait quelques recherches pour trouver une traduction:

Je n'étais pas seul. Rien dans la chambre n'avait

changé depuis que j'y étais entré. Je voyais sur le

plancher éclairé par la lune les traces de mes propres

pas dans la poussière. Mais en face de moi se tenaient

trois jeunes femmes, des dames de qualité à en juger

par leurs toilettes et leurs manières. é l'instant où je les

aperçus, je crus que je rêvais car, bien que le clair de

lune entrât par une fenêtre placée derrière elles, elles ne

projetaient aucune ombre sur le plancher. Elles

s'avancèrent vers moi, me dévisagèrent un moment,

puis se parlèrent à l'oreille. Deux d'entre elles avaient

les cheveux bruns, le nez aquilin, comme le comte, et

de grands yeux noirs, perçants, qui, dans la pâle clarté

de la lune, donnaient presque la sensation du feu. La

troisième était extraordinairement belle, avec une

longue chevelure d'or ondulée et des yeux qui

ressemblaient à de pâles saphirs. Il me semblait

connaître ce visage, et ce souvenir était lié à celui d'un

cauchemar, encore qu'il me fût impossible de me

rappeler au moment même où et dans quelles

circonstances je l'avais vu. Toutes les trois avaient les

dents d'une blancheur éclatante, et qui brillaient comme

des perles entre leurs lèvres rouges et sensuelles.

Quelque chose en elles me mettait mal à l'aise,

j'éprouvais à la fois désir et épouvante. Oui, je brûlais

de sentir sur les miennes les baisers de ces lèvres

rouges. Peut-être voudrait-il mieux ne pas écrire ces

mots ; car cela pourrait faire de la peine à Mina si elle

lit jamais mon journal ; et pourtant, c'est la vérité. Les

trois jeunes femmes bavardaient entre elles, puis elles

riaient, d'un rire musical, argentin, qui pourtant avait un

je ne sais quoi de dur, un son qui semblait ne pas

pouvoir sortir de lèvres humaines. C'était comme le

tintement, doux mais intolérable, de verres sous le jeu

d'une main adroite. La blonde hocha la tête d'un air

provocant tandis que les autres la poussaient.

¿ Allez-y ! dit l'une d'elles. Ce sera vous la

première ; nous vous suivrons.

¿ Il est jeune et fort, ajouta l'autre, à toutes trois il

nous donnera un baiser.

Sans bouger, je regardais la scène à travers mes

paupières à demi fermées, en proie à une impatience, à

un supplice exquis.

La blonde s'approcha, se pencha sur moi au point

que je sentis sa respiration. L'haleine, en un sens, était

douce, douce comme du miel, et produisait sur les nerfs

la même sensation que sa voix, mais quelque chose

d'amer se mêlait à cette douceur, quelque chose d'amer

comme il s'en dégage de l'odeur du sang.

Je n'osais par relever les paupières, mais je

continuais néanmoins à regarder à travers mes cils, et je

voyais parfaitement la jeune femme, maintenant

agenouillée, de plus en plus penchée sur moi, l'air ravi,

comblé. Sur ses traits était peinte une volupté à la fois

émouvante et repoussante et, tandis qu'elle courbait le

cou, elle se pourléchait réellement les babines comme

un animal, à tel point que je pus voir à la clarté de la

lune la salive scintiller sur les lèvres couleur de rubis et

sur la langue rouge qui se promenait sur les dents

blanches et pointues. Sa tête descendait de plus en plus,

ses lèvres furent au niveau de ma bouche, puis de mon

menton, et j'eus l'impression qu'elles allaient se

refermer sur ma gorge. Mais non, elle s'arrêta et

j'entendis un bruit, un peu semblable à un clapotis, que

faisait sa langue en léchant encore ses dents et ses

lèvres tandis que je sentais le souffle chaud passer sur

mon cou. Alors la peau de ma gorge réagit comme si

une main approchait de plus en plus pour la chatouiller,

et ce que je sentis, ce fut la caresse tremblante des

lèvres sur ma gorge et la légère morsure de deux dents

pointues. La sensation se prolongeant, je fermai les

yeux dans une extase langoureuse. Puis j'attendis ¿

j'attendis, le coeur battant.

Mais, au même instant, j'éprouvai une autre

sensation. Rapide comme l'éclair, le comte était là,

comme surgi d'une tourmente. En effet, en ouvrant

malgré moi les yeux, je vis sa main de fer saisir le cou

délicat de la jeune femme et la repousser avec une force

herculéenne ; cependant les yeux bleus de la femme

brillaient de colère, ses dents blanches grinçaient de

fureur et les jolies joues s'empourpraient d'indignation.

Quant au comte ! Jamais je n'aurais imaginé qu'on pût

se laisser emporter par une telle fureur. Ses yeux

jetaient réellement des flammes, comme si elles

provenaient de l'enfer même ; son visage était d'une

pâleur de cadavre et ses traits durs étaient

singulièrement tirés ; les sourcils épais qui se

rejoignaient au-dessus du nez ressemblaient à une barre

mouvante de métal chauffé à blanc. D'un geste brusque

du bras, il envoya la jeune femme presque à l'autre bout

de la pièce, et il se contenta de faire un signe aux deux

autres qui, aussitôt, reculèrent. C'était le geste que je

l'avais vu faire devant les loups. D'une voix si basse

qu'elle était presque un murmure mais qui pourtant

donnait véritablement l'impression de couper l'air pour

résonner ensuite dans toute la chambre, il leur dit :

¿ Comment l'une d'entre vous a-t-elle osé le

toucher ? Comment osez-vous poser les yeux sur lui

alors que je vous l'ai défendu ? Allez-vous-en, vous

dis-je ! Cet homme est en mon pouvoir ! Prenez garde

d'intervenir, ou vous aurez affaire à moi.

La jeune femme blonde, avec un sourire provocant,

se retourna pour lui répondre :

¿ Mais vous-même n'avez jamais aimé ! Vous

n'aimez pas !

Les deux autres se joignirent à elles, et des rires si

joyeux, mais si durs, si impitoyables retentirent dans la

chambre que je faillis m'évanouir. Au vrai, ils

retentissaient comme des rires de démons.

Le comte, après m'avoir dévisagé attentivement, se

détourna et répliqua, à nouveau dans un murmure :

¿ Si, moi aussi, je peux aimer. Vous le savez

d'ailleurs parfaitement. Rappelez-vous ! Maintenant je

vous promets que lorsque j'en aurai fini avec lui, vous

pourrez l'embrasser autant qu'il vous plaira ! Laissez-nous.

Il me faut à présent l'éveiller, car le travail attend.

¿ N'aurons-nous donc rien cette nuit ? demanda

l'une d'elles en riant légèrement tandis que du doigt

elle désignait le sac que le comte avait jeté sur le

plancher et qui remuait comme s'il renfermait un être

vivant. Pour toute réponse, il secoua la tête. Une des

jeunes femmes bondit en avant et ouvrit le sac. Je crus

entendre un faible gémissement, comme celui d'un

enfant à demi étouffé. Les femmes entourèrent le sac

tandis que je demeurais pétrifié d'horreur. Mais alors

que je tenais encore mes regards fixés sur le plancher,

elles disparurent, et le sac disparut avec elles. Aucune

porte ne se trouvait à proximité, et si elles étaient

passées devant moi, je l'aurais remarqué. Elles avaient

dû s'évanouir tout simplement dans les rayons de la

lune et passer par la fenêtre car, l'espace d'un moment,

j'aperçus au-dehors leurs silhouettes à peine distinctes.

Puis, elles disparurent tout à fait.

Alors, vaincu par l'horreur, je sombrai dans

l'inconscience.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savannah Membre 25 631 messages
Very bad fille‚
Posté(e)

J'ai véçu ce genre de phénomènes "terrifiants" quand j'étais plus jeune et c'est extrémement traumatisant quand on ne sait pas ce qui nous arrive.

Mais il y a peu de temps j'ai su enfin qu'elle en était l'explication et je vous rassure aucun démon ou esprits malfaisants qui viennent s'accoupler avec vous pendant votre sommeil ! :smile2:

Ca s'appelle "la paralysie du sommeil", je ne saurais pas l'expliquer en détail, (taper juste "paralysie du sommeil" dans google)., mais en gros on est dans une phase de sommeil ou notre corps se raidit et on est totalament paralysé, on dort mais on est conscient que l'on est entrain de dormir. Et la partie la plus perturbante et que c'est toujours accompagné d'hallucinations plus que terrifiantes.

Lorsque j'ai eu ce genre d'expérience, j'étais dans un mal être profond.

Et depuis que j'allais mieux, plus de paralysie du sommeil.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
féecaline Membre 105 messages
Forumeur inspiré‚ 34ans
Posté(e)

Merci d'avoir mis la traduction!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dark_connard Membre 2 606 messages
chevalier jedi du coté obscur de la force ! ‚ 106ans
Posté(e)

Les succubes et les incubes

Les succubes sont des démons femelles qui, la nuit, viennent s'unir à certains hommes, tandis que les incubes, démons masculins, violent les femmes. On dit que les incubes se servent de la semence que l'homme perd durant son sommeil pour fertiliser leurs victimes.

Ca fait qu'on procréerait des démons comme ça, sous apparence humaine ? Hm j'aimerai bien me faire violer par une succubes !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
féecaline Membre 105 messages
Forumeur inspiré‚ 34ans
Posté(e)

Peut être y a t'il des succubes sur le forum pour réaliser ton fantasme! Alors y en a?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dark_connard Membre 2 606 messages
chevalier jedi du coté obscur de la force ! ‚ 106ans
Posté(e)

Venez, sauf quand ya ma femme ;) :smile2:

Modifié par dark_connard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Demon.sadique Membre 1 109 messages
Serpent des tentations‚ 34ans
Posté(e)

Les succubes sont dirigée par une reine, et les incubes un roi...

Les premières sont aussi bêtes que leurs pieds pour la plupart, et pour les seconds, à part une élite... hé bien il ne s'agit que de raclure de bas étages...

ne me demandez pas d'ou je tiens ça... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
féecaline Membre 105 messages
Forumeur inspiré‚ 34ans
Posté(e)

promis on te demandera pas! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
soi Membre 396 messages
Forumeur survitaminé‚ 54ans
Posté(e)

Pour l'étymologie cela vient de "cubare" (qui a donné :couver): être couché, succube: (littéralement) être couché sous, incube: 'littéralement) être couché sur.

A mon sens, cela entre dans la symbolique complexe de nos sociétés vis à vis de la sexualité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
peterwaradin Membre 2 643 messages
Love and happiness‚ 67ans
Posté(e)
Ca fait qu'on procréerait des démons comme ça, sous apparence humaine ? Hm j'aimerai bien me faire violer par une succubes !!

ouai moi aussi sauf si elle est moche.cela va de soi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dark_connard Membre 2 606 messages
chevalier jedi du coté obscur de la force ! ‚ 106ans
Posté(e)

Hmmm à mon avis ya peu de chances, ce ne sera pas un démon pour rien ! La luxure étant un vice en plus, je pense pas non plus qu'elle sera un mauvais coup ;)

Un trou est un trou, un penis n'a pas d'oeil, c'est bien connu ! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
peterwaradin Membre 2 643 messages
Love and happiness‚ 67ans
Posté(e)

oui c'est vrai.de toute façon y aura toujours la levr :smile2: (attention aux modos,ils m'en veulent ;) )pour ne pas avoir à supporter le spectacle affligeant de sa tronche de cake.

Modifié par skanderbeg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
.:The-Klein:. Membre 32 messages
Forumeur balbutiant‚ 23ans
Posté(e)

Les succubes sont sous le commandement de Lilith

et les incubes sous le commandement de Pan,

un démon succube est aussi un démon incube,

il vient sous la forme de succube pour prélever une semence chez un homme ,

les effets secondaires seraits alors des cauchemards ou encore se faire arracher le coeur...

puis, il vient sous forme d'incube pour mettre sa semence dans le corp d'une femme pour alors donner naissances a des bébés monstrueux.

Aussi les incubes et les sucubes sont bien moins puissant que des démons mineurs :smile2:

Modifié par .:The-Klein:.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dark_connard Membre 2 606 messages
chevalier jedi du coté obscur de la force ! ‚ 106ans
Posté(e)

Peut on acheter une succube ? Ca me plairait moi :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant