Aller au contenu

soi

Membre
  • Contenus

    396
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de soi

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 14/06/1963

Informations Personnelles

  • Pays

Visiteurs récents du profil

7 640 visualisations du profil
  1. soi

    Quelqu'un s'y connaît en couture/tissu ?

    Demande dans les magasins de tissus : ils auront te répondre :)
  2. soi

    Ce que le monothéisme doit au polythéisme

    Du coup, je me suis penchée sur ma vie d'athée : je le suis depuis aussi loin que je me souvienne. Je n'ai pas été élevée dans un milieu spécialement athée , ni religieusement agressif , en bref, rien qui aurait pu me dégoûter pathologiquement des croyances. Mes proches, qui l'avaient remarqué, ont fait quelques tentatives pour me convaincre ou m'intégrer à une pratique, tentatives auxquelles j'ai répondu de bonne foi en plus , mais non, je suis restée athée. Puis, dans ma vie, à part 2 ou 3 'agressions' de croyants qui voulaient absolument me rendre croyante, visiblement mon 'cas' n'a pas géné grand monde et les croyants ne m'ont jamais géné non plus.Je ne me pose pas la question de l'existence d'un dieu ou d'une déesse (quoique*), ni de son inexistence .J'ai eu des 'élans' pour 'rejoindre' le monde des croyants, toujours lorsque j'étais pas bien mais cela n'a jamais abouti, comme si, par une sorte d'effet de 'résilience' ,mon caractère athée revenait inéluctablement . En tout cas, merci pour le fait que ces échanges m'auront poussée à 'observer' ce que je suis. *Nan, je rigole :)
  3. soi

    Ce que le monothéisme doit au polythéisme

    J'ai été voir votre fil sur le bluff , pour lequel je dirais ,pour ma personne , qu'être athée ne signifie pas être sans spiritualité.
  4. soi

    Ce que le monothéisme doit au polythéisme

    Perso, pour moi ,être athée est être sans dieu, point. De là, à mon sens, découle la non-implication : pas de dieu, pas impliqué dans ce qui en découle.. Et, toujours perso, je vois ,du coup, les discours théologiques comme tout autre discours, dans la considération des idées véhiculées sur lesquelles, des fois, je m'autorise à discourir également, avec mon 'œil' d'athée. Je ne juge pas les croyances religieuses qu'elles qu'elles soient : n'étant pas croyante, je ne vois pas comment je le pourrais, ce qui fait, d'ailleurs, que la plupart du temps, je me retire de ce type de débat.
  5. soi

    Ce que le monothéisme doit au polythéisme

    Non, non, souvent, les athées sont hypertolérants, vu qu'ils ne sont pas impliqués. Dans la limite ,cependant, du respect de leur athéisme par les croyants, bien sûr : il y n'y a pas si longtemps, on les mettaient en prison, hein.
  6. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    Je parle d'un vécu qui amène à une sorte de 'théorisation' de la vision du monde, théorisation qui peut s'apparenter à celle donnée par le religieux , vous me parlez dans la théorisation actuelle patriarcale doù, effectivement, en plus, l'exclusion des mères est recherchée. Nous ne sommes pas sur la même 'longueur d'ondes' : je ne vois pas (ou plus) le monde comme vous. Bien sûr que les femmes sont 'asexuelles' dans la bible : absence de l'expression de leur sexualité. Je confirme que les patriarcats n'ont pas attendu les monothéismes patriarcaux : ils ont renforcé la situation patriarcale en "poussant' à éliminer le plus possible toute survivance matriarcale Ceci dit, vous devez le savoir, je propose , perso, un humaniarcat où l'humain serait valorisé (dans son entièreté) quel qu'il soit.
  7. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    Ici, je vais avoir une réponse radicale : non. Lors d'un vécu, j'ai ai eu une période (aussi) où j'étais persuadée que seules les femmes pouvaient avoir accès à cette absolue communion avec le monde et....... j'ai compris que les hommes ayant eu aussi un tel vécu aient pu aussi vivre cela ainsi , ceci dit, à mon sens, le problème c'est qu'ils en sont toujours convaincus ou ,en tous cas, diffusent leur message selon, en tous cas dans les religions monothéistes. Ceci dit, hormis, un peu, une référence à l'amour absolu, dans les étymologies de 'Marie', mon sens, nous nous retrouvons dans un schéma neurolinguistique patriarcal d'où l'entièreté de l'humain que sont les femmes est exclu puisque 'sommées' d'être asexuelles, donc ,quelque part, dépourvues de cet élan de vie, et , selon moi, si j'osais ce mot : c'est là le pécher originel de ces religions.
  8. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    Et ici: https://sites.google.com/site/etymologielatingrec/home/m/marie
  9. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    Pour Marie, j'ai, tiré de Wikitionnaire : "De l’hébreu ancien מִרְיָם, Miryam.", chez eux, on a aussi la signification 'princesse de la mer'. chez Wikipédia : " ÉtymologieModifier La vocalisation araméenne Mariam a donné le grec Maria, d'où le français Marie. On a proposé aussi l'étymologie de l'égyptien ancien Myriam (hébreu : מִרְיָם, hébreu moderne Miryam, tibérien Miryām ⇒ signification « souhaiter un enfant », « amertume », « rebelle » ; du sanskrit मारयति [mariati] « tuer », ou peut-être à l'origine l'égyptien ancien mrit (merit) : « Aimée », de l'égyptien mry : « l'Amour, aimer » ; de marah en hébreu : « aigrir » et en hébreu ancien mar-yam ou le nom dérivant de l'égyptien ancien Mérytamon ou Méryt-Amun ⇒ « la Bien-Aimé d'Amon »[1]. "
  10. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    Perso, je suis le fil. :) Et donc ,en suivant ce fil, à l'image du prénom 'Gabriel' ,peut-être, que le prénom 'Marie' va trouver une signification particulière: ce serait 'la cerise sur le gâteau' ! :) Et 'l'unité' ?
  11. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    À mon sens, la naissance n'a rien de 'merveilleux' : naissance classique. J'ai sensation que le 'merveilleux' de la grossesse réside dans le fait de l'absence d'accouplement (et quel 'marveilleux' aurait-on pu tirer d'un tel accouplement ! ! !:) ), ce 'merveilleux' visant à la négation de la sexualité , me semble-t-il. Merci Sexophone pour vos évocations et du Zoroastrisme et de Déesse-mère. :)
  12. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    N'empèche que nous avons une femme enceinte et mère : à mon sens, c'est bien un corps qui nous est montré ,et dans son expression de corps: grossesse , allaitement, etc. Un mode de transmission , quant à son image,différent de celui de la cuisse de Jupiter ,par exemple. Je réitère que dans cet engendrement, toujours quant à l'image , le corps de l'homme en est absent. Je me permets d'appuyer la même thématique qu'avec Scénon : l'homme est absent de 'l'unité' ? De plus, l'homme est évincé de la notion 'd'immaculé'.
  13. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    Ce qui accentue , à mon sens, la misandrie par voie de dévalorisation du 'statut' du bébé.. Du coup, la femme récupère un 'rang' dans la hiérarchie* puisque son ovule ne semble pas poser de problème pour l'enfantement de bébés divins, c'est seulement sa sexualité qui paraît être un problème. *hiérarchie qui s'établi par voie de dévalorisations.
  14. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    En fait, c'est aussi misandre : les semences des hommes ne semblent pas suffire alors?
  15. soi

    Le rôle de la femme dans les religions

    Plus de merveilleux?
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité