la sécu au privé , Sarko y songe fortement

spymax Membre 509 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Nicolas Sarkozy n'est pas homme à baisser les bras :« Mon objectif est clair, vient-il d'affirmer devant la Mutualité française. Je souhaite, dans le cadre d'un partenariat exigeant, que soient confiées de nouvelles responsabilités aux organismes complémentaires. Les régimes de base ne pourront pas tout financer. Il faudra faire des choix. Nous créerons les conditions d'une prise en charge solidaire, équitable et efficiente, centrée sur la qualité, des nouveaux besoins sociaux dont le couverture ne peut reposer exclusivement sur la solidarité nationale ».

Sont explicitement visées (et ce n'est pas la première fois) : les trente affections de longue durée (ALD) - cancers, diabète, troubles mentaux¿ - dont la Sécurité sociale, depuis sa création, rembourse les soins à 100%, parce qu'ils sont particulièrement longs et onéreux. Cette exonération du ticket modérateur coûte à l'Assurance-maladie quelque 8 milliards d'euros par an. Les 7,5 millions de bénéficiaires y voient à juste titre un des piliers de la protection sociale française. Les « complémentaires santé », elles, flairent la bonne affaire. Si elles assurent demain ces huit milliards, leur part du marché de la santé augmentera de moitié.

http://dechiffrages.blog.lemonde.fr/files/....1244345657.PNG

C'est ma plus grande peur avec un tel type au pouvoir , il y pense

ça fait 15 ans qu'on dit ça ...

rien à voir avec "un tel type au pouvoir" ... arrête la parano saint thomas !

la sécu est morte depuis longtemps et je peux t'affirmer que bien avant Sarko les mutuelles sont prètes ! elles ont toutes dans leurs tiroir la solution de remplacement de la sécu. (je les connais très très bien, toutes les grosses qui ont toutes leur siège social chez moi ... et je connais très bien des cadres de direction de toutes ces mutuelles). Ils n'attendent que ça ! Ils sont d'excellents gestionnaires et savent qu'ils rentabiliseront le projet ... contrairement à la SS.

La SS est en très large déficit. On ne pourra pas tenir longtemps comme ça sous perfusion d'argent qui ne nous appartient pas. par contre celui qui disloque la sécu est mort politiquement dans la foulée ... et Sarko ne veut pas mourir politiquement ... donc don't panick !!! :smile2:

sinon ton chiffre est faux. Les mutuelles dans le cas de suppression des ALD ne vont pas augmenter leur part de marché de 50% ! c'est impossible ! Seulement 8% de la population n'ont pas de mutuelle et ne sont pas à la CMU. (trop riche pour la CMU, et pas assez pouru avoir une mutuelle) ... 8%.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Feuille Membre 10 893 messages
Tête en l'air‚ 33ans
Posté(e)

@spymax : Juste une remarque -parce que ça ne semble pas très clair dans ton post, donc je le re-précise- la CMU et le 100%, c'est pas pareil... On peut ne pas avoir droit à la CMU, avoir une mutuelle et être remboursé à 100% par la sécu pour certains traitements...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
spymax Membre 509 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

bien sur que c'est pas pareil ... les CMU n'ont pas de mutuelle et n'en n'ont pasbesoin. Par contre ils peuvent très bien aussi avoir une ALD.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Feuille Membre 10 893 messages
Tête en l'air‚ 33ans
Posté(e)

Tout à fait. Il me semble logique que la CMU est "prioritaire" par rapport à l'ALD, et que si on devait laisser aux mutuelles la prise en charge des ALD, cela ne concernerait que les personnes qui n'ont pas la CMU et/ou les personnes dont les revenus dépassent une certaine limite... Tout ça pour dire que crier au scandale, à l'arrêt de la solidarité, me semble un peu exagéré, et prématuré...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

Petit rappel: Avec sa « réforme » de la sécurité sociale, le gouvernement s'attaque à une conquête du mouvement ouvrier qui remonte à près de 60 ans. La Sécu figurait dans le programme du Conseil National de la Résistance (CNR) de mars 1944. Pour « mettre définitivement l'homme à l'abri du besoin, en finir avec l'indignité, la souffrance, le rejet, l'exclusion », le CNR proposait la mise en place d'« un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail.

Financé par le « salaire direct », centralisé sous forme de cotisations, le système est encore aujourd'hui socialisé. Une partie de la rémunération de la force de travail est payée directement. Une autre partie est socialisée, puis redistribué solidairement sous forme de prestations. Notre système collectif garantit aux salariés et à leurs familles un droit égal à la couverture des « risques sociaux » : maladie, vieillesse, famille, décès, invalidité, chômage.

La sécurité sociale reste ainsi l'institution majeure de la solidarité entre actifs et inactifs, bien portants et malades, générations actuelles et futures, et ce malgré tous les coups que les gouvernement successifs lui ont portée : ordonnances De Gaule, CSG Rocard, loi Balladur, Plan Juppé et loi Aubry.

En 2002, le budget de la protection sociale s'élevait à 437 milliards d'euros, soit une fois et demi le budget de l'Etat. Aussi aiguise-t-il bien des appétits, à commencer par ceux des assureurs, banquiers et autres spéculateurs, qui rêvent de mettre la main sur cet énorme pactole.

En pleine campagne pour l'élection présidentielle de 2002, le MEDEF avait déjà rendu public un plan de démantèlement du système de sécurité sociale, dont le but affiché était de faire place à des organismes privés obéissant aux règles du marché capitaliste.

Le MEDEF veut supprimer d'un trait de plume toute participation des entreprises à l'assurance maladie et à la « branche famille », soit 128 milliards d'euros transférés vers l'impôt via la CSG. Mais si le MEDEF ne veut plus financer l'assurance maladie, il ne renonce pas, bien au contraire, à s'en occuper. Suite aux annonces du plan lequel prévoit de faire payer les malades, les salariés, les retraités, et d'épargner les revenus du capital il a décidé de donner son accord pour rentrer dans le futur « conseil d'orientation ». Sur tout le dossier, le gouvernement sait bien qu'il doit être plus prudent que le MEDEF, tout au moins dans la forme, mais il avance dans le même sens et avec détermination.

En 2003, selon la Cour des comptes, entre les recettes fiscales qui ne lui ont pas été versées par l'Etat et les coûts indus qu'elle a supportés, la Sécu a été privée de 20,8 milliards d'euros du fait de choix gouvernementaux, dont 3,3 milliards de taxes sur les alcools et 7,8 milliards de taxes sur le tabac.

Si les cotisations des assurés sociaux n'étaient pas littéralement pillées et détournées de leur destination d'origine, il n'y aurait pas ce déficit fabriqué de la sécurité sociale. Par conséquent, la contre-réforme de l'assurance-maladie n'aurait plus aucune apparence de fondement.

Le capitalisme est désormais synonyme de régression sociale. Ils est contraint de s'attaquer à tout : aux salaires, aux conditions de travail, aux retraites, aux systèmes de santé et d'éducation. Il n'y a plus un seul domaine où le niveau de vie de la grande majorité de la population ne soit pas en régression. Face à la crise de leur système, il ne reste qu'une seul voie aux capitalistes : mener une attaque frontale contre tout ce qui contribue à rendre la vie tolérable aux salariés et à leur famille.

Par ailleurs, plus le chômage et la pression sur les salaires augmentent, plus la part du profit dans le partage de la valeur ajoutée grandit au détriment des salariés. En 1983, 70 % de la richesse créée allait au travail et 30% au capital. En 2000, le même rapport était ramené à 60 % pour le travail contre 40 % pour le capital.Aujourd'hui en 2009 on est a 40% travail et 60% capital.

CQFD. :smile2:

Modifié par transporteur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
spymax Membre 509 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

tout à fait d'accord avec ça (avec feuille ... pas avec le copier coller de transporteur). La solidarité doit d'abord aller vers ceux qui en ont le plus besoin, à savoir les bénéficiaires de la CMU.

saint Thomas, je te rappelle pour les ALD qu'il n'y a pas si longtemps, les bénéficiaires de l'ALD étaient à "100%" pour toutes les maladies (y compris la grippe ou une angine). Puis il y a eu une restriction (de mémoire il ya 20 ans eviron) en restreignant ce "100%" uniquement pour les actes et médicaments en rapport avec la maladie de l'ALD (31 maladies - le SIDA étant la 31ème).

Exemple : si tu es en ALD pour un cancer du cerveau (c'est juste un exemple saint thomas, je ne te le souhaite pas ;) ) et que tu fais une appendicite, celle ci ne sera pas prise en charge au titre de l'ALD. Avant elle l'aurait été. Restriction.

Dites vous bien que petit à petit les restrictions de remboursement s'accumulent ...

de totue façon il n'y a pas 36 solutions : il y en a 3 en gros pour diminuer les déficits. La sécu a des entrées (cotisations sociales) et des sorties (paiement des actes médicaux et remboursement des soins)

1/ on augmente les cotisations : on est déjà écrasé par les charges sociales. Celui qui veut voir sa CSG - RDS augmenter lève le doigt ! (je parle pour lui, pas pour le voisin .... je vous connais ! demander à ce que l'autre paye plus est une spécialité ici ...) ou le nombre de cotisants : pour ça il faut supprimer le chomage. les 30 glorieuses c'était ça, la SS était bénéficiaire.

2/ on baisse les cotations des actes médicaux : déjà la plupart sont sous cotés, les médecins français sont les parents pauvres de la CEE. exemple : un médecin généraliste, le C est à 22 euros. Chez nos voisins (et pas à Monaco ou paradis fiscal, mais par exemple au Portugal, Irlande, Italie ... etc) une consultation chez le généraliste c'est 60 euros. Autre exemple : la plupart des actes techniques des spécialistes n'ont pas été revalorisé (ou ont baissé) depuis ... 1989. (c'est à dire que chaque année avec l'inflation leur prix baisse). Des actes font perdre de l'argent à ceux qui les font (notamment en chirurgie ou gynéco) et certains praticiens privés refusent donc de les faire.

3/ on diminue les remboursements : solution adoptée par tous les gouvernements de droite ou de gauche depuis des dizaines d'années. Exemple de l'ALD, récemment les génériques vs médicaments princeps, les transports, les lunettes ou les dents déjà non remboursés, les forfaits de 1 euros, 50 c sur les boites de médicaments, les vignettes bleues, les déremboursements de médicaments ... etc etc etc la liste est longue !

:smile2:

Dernière solution : on tue (ou ne soigne plus) les gens à 75 ans ... plus de problème de retraite, plus de problème de sécu ... ;)

@transporteur : après guerre c'était plein emploi ... la sécu roulait sur l'or.

Modifié par spymax

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

Si on commencais par rendre a la sécu toutes les entrées fiscales qui lui sont due il me semble que le probléme serait déjà résolut.

Ce fameux trou est un trés bon prétexte pour envisager l'envisageable. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 9 452 messages
Forumeur alchimiste‚ 72ans
Posté(e)
Dernière solution : on tue (ou ne soigne plus) les gens à 75 ans ... plus de problème de retraite, plus de problème de sécu ... :smile2:

@transporteur : après guerre c'était plein emploi ... la sécu roulait sur l'or.

Spymax, après guerre le pays était exsangue et considérablement moins riche qu'aujourd'hui ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
poseidon94 Membre 394 messages
Forumeur survitaminé‚ 50ans
Posté(e)
Nicolas Sarkozy n'est pas homme à baisser les bras :« Mon objectif est clair, vient-il d'affirmer devant la Mutualité française. Je souhaite, dans le cadre d'un partenariat exigeant, que soient confiées de nouvelles responsabilités aux organismes complémentaires. Les régimes de base ne pourront pas tout financer. Il faudra faire des choix. Nous créerons les conditions d'une prise en charge solidaire, équitable et efficiente, centrée sur la qualité, des nouveaux besoins sociaux dont le couverture ne peut reposer exclusivement sur la solidarité nationale ».

Sont explicitement visées (et ce n'est pas la première fois) : les trente affections de longue durée (ALD) - cancers, diabète, troubles mentaux¿ - dont la Sécurité sociale, depuis sa création, rembourse les soins à 100%, parce qu'ils sont particulièrement longs et onéreux. Cette exonération du ticket modérateur coûte à l'Assurance-maladie quelque 8 milliards d'euros par an. Les 7,5 millions de bénéficiaires y voient à juste titre un des piliers de la protection sociale française. Les « complémentaires santé », elles, flairent la bonne affaire. Si elles assurent demain ces huit milliards, leur part du marché de la santé augmentera de moitié.

http://dechiffrages.blog.lemonde.fr/files/....1244345657.PNG

C'est ma plus grande peur avec un tel type au pouvoir , il y pense

Un système de santé à deux vitesses, "à l'américaine", correct pour les riches, inexistant pour les bas salaires, on y vient....C'est la droite, la crise économique a bon dos.

On se plaint, mais... si le nain est là, c'est que quelqu'un a voté pour lui, non ?

Ceci en plus de lois de plus en plus liberticides...

Mais chuuut! rendormez-vous !...

Faites attention, car il sera peut-être trop tard en 2012 .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rott kiler Membre 1 875 messages
Forumeur alchimiste‚ 58ans
Posté(e)
Un système de santé à deux vitesses, "à l'américaine", correct pour les riches, inexistant pour les bas salaires, on y vient....C'est la droite, la crise économique a bon dos.

Comment ça "on y vient...."

Mais cela a toujours existé ;) ............ hé !!!! retour sur terre ..il y a toujours eu des soins "spécifique" pour les plus aisés :smile2:

Salaud de pauvres ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
ça fait 15 ans qu'on dit ça ...

rien à voir avec "un tel type au pouvoir" ... arrête la parano saint thomas !

Y'a pas de parano , j'ai peur c'est tout.

La sécu n'est pas là pour fonctionner comme une entreprise , c'est un systéme qui permet de ne pas faire de tri (ou le moins possible vu que y'a des toubibs qui refusent la CMU) entre ceux qui peuvent vivre parce qu'ils ont le fric et ceux qui ne peuvent pas faute d'argent.

En Angleterre y'a des gens qui crévent faute de fric pour se soigner lorsqu'il ont terminé le montant maxi qui leur est alloué . Un avocat anglais expliquait , lorsqu'une femme pour continuer à se soigner malgré tout a fait appel à la justice , que son procés ne ferait pas jurisprudence.

En Allemagne un type expliquait que l'avenir dans son pays se dessinait avec une systéme de soin à 2 vitesses

Je crois que la selection par le fric ne rendra pas une société plaisante à vivre , si quelqu'un n'a pas assez de fric pour que lui ou son gosse puisse bénéficier de soins je comprendrai parfaitement qu'il vole , pille , prenne en otage un toubib , fasse n'importe quoi pour avoir tout simplement une chance de vivre. Oui , je comprendrai et je jetterai la pierre au systéme qui a décidé que le fric remplaçait Dieu sur "qui doit vivre ou mourir"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
poseidon94 Membre 394 messages
Forumeur survitaminé‚ 50ans
Posté(e)
Comment ça "on y vient...."

Mais cela a toujours existé ;) ............ hé !!!! retour sur terre ..il y a toujours eu des soins "spécifique" pour les plus aisés :smile2:

Salaud de pauvres ;)

Oui, il est vrai que dans certains cas, la médecine à deux vitesses existe déjà "de fait" .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Ce qui importe c'est qu'un sidéen puisse avoir sa trithérapie au coût exhorbitant , qu'un cancéreux bénéficie des scanners , IRM et autres technologies ou médocs trés onéreux aussi et qu'un grand accidenté puisse avoir une chirurgie réparatrice et ceci quelqu'il soit.

Maintenant que les plus riches puissent se faire opérer par untel plutôt qu'untel , se fassent faire du botox ou autres trucs je m'en fou , c'est pas ceux ci qui sont en danger de mort si on touchait à la sécu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
Effectivement je voudrais m'informer.

Avec une maladie grave et de longue durée, quelle mutuelle est prête à m'assurer?

Merci de me renseigner.

On discutait de l'optimisation sociale des professions libérales commerçants/artisans.

(De même pour l'agriculture)

Tout le travail des centre comptables (avec et pour lesquels je travaille) réside principalement dans ces calculs d'optimisation sociale et fiscale.

La question que tu soulèves, est : dans le cadre d'un système de couverture confié au privé, comment seront pris en compte les malades atteints de longues maladies. Y aura-t-il une sélection ?

Tu compares avec le comportements actuel des mutuelles, pour lesquelles l'objectif est d'encaisser plus et dépenser moins.

Or il est question du régime général et de le confier sa gestion à des privés.

Cela est tout à fait réalisable, les coûts de fonctionnement de la sécu tiennent la route et peuvent intéresser des privés, le tout est que les conditions de couverture reste les mêmes.

Parlons vrai.

Je te souhaite de retrouver la santé toutefois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

La part de TVA destinée à la Sécu n'est pas reversée : 2 milliards 6. Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés - 2,1 milliards7. Retard de paiement par les entreprises - 1,9 milliards

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d'Euros sans parlé des taxes tabac et alcool.

Conclusion :

Si les responsables de la Sécu et nos gouvernants avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de "trou" seraient aujourd'hui 9 milliards d'excédent.

Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu.

Le trou de la sécu, c'est aussi un système médical qui est chapeauté par les lobbies pharmaceutiques ! Ils n'ont, pour leur commerce, aucun intérêt à ce que les gens soient en bonne santé et entretiennent ce concept malsain que c'est la pilule miracle (bien que parfois les médicaments soient indispensables, il ne s'agit pas de tomber dans l'extrême inverse) qui va tout sauver avant l'individu lui même, en négligeant et en traitant souvent de sectaire les démarches liées à la psychosomatique et à l'hygiène de vie ( stress en particulier au travail, etc.)

Les médecines douces sont volontairement écartées du terrain, l'homéopathie, par exemple, qui est très peu cher était décrêté "inefficace" il y a quelques années et le diplôme d'herboristerie supprimé sous ... Pétain (en 41) n'a toujours pas été rétablit.

Sous Sarkozy, tous les problèmes sont pris à l'envers avec encore plus de force qu'avant.

La sécurité sociale est le bien commun, on nous vend nos bijoux de famille sous des arguments fallacieux.

N'ayons de cesse de dénoncer les vrais causes de la perversité du système afin qu'ils ne nous fassent pas jetter, avec notre consentement, le bébé avec l'eau du bain.

Et pourtant, nous savons tous que les VRP du médicament, les visiteurs médicaux sont omniprésents et poussent à la prescription par tous les moyens commerciaux possibles (cadeaux en tous genre, séminaires dans les îles, etc.) ...

Faisons payez la franchise aux vrais responsables, ceux qui profitent dans l'ombre tous les jours de la sécu ... non ?

Modifié par transporteur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
carnifex Membre 5 527 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)
Ah parce que nous on y est pas dans la merde ?

Le notre de système est donc une réussite flamboyante ?

Soigner les malades même lorsqu'ils ne sont pas solvable, oui, c'est (c'était) une réussite flamboyante.

Supprimer la prise en charge des ALD par la sécu signifie qu'on laisse crever ceux qui ne pourront pas se payer une complémentaire.

Ce n'est pas le principe de la sécu et de lasolidarité que je remets en cause, mais celui d'attribution de 100% à ceux qui ont les moyens de se payer une mutuelle pour compléter.

Il y a d'autres façons bien plus justes de réduire les inégalités de revenus, si faire payer les riches est ce qui te préoccupe. Un véritable impôt progressif sur le revenu ferait bien mieux ce boulot.

La simplicité et l'efficacité économique consiste à ce que tous les soins soient remboursés à 100% par un seul organisme de sécu. La mulitplication des organismes, mutuelles, assurances, est économiquement inefficace. C'est une des raisons pour lesquelles le système de soins des états-Unis, avec sa multitude d'assurances privées, est le plus cher du monde (en proportion de leur PIB).

Ils sont d'excellents gestionnaires et savent qu'ils rentabiliseront le projet ... contrairement à la SS.

L'objet de la sécu n'est pas de faire le plus haut chiffre d'affaire et de distribuer des profits, mais au contraire de soigner tout le monde au moindre coût.

La SS est en très large déficit. On ne pourra pas tenir longtemps comme ça sous perfusion d'argent qui ne nous appartient pas.

La sécu (maladie, retraites etc.) représente un quart du PIB. Son déficit, de l'ordre de 1 point de PIB, est très relatif. Surtout, c'est une valeur que le gouvernement peut changer en un décret. c'est un prétexte pour démanteler, peu à peu, la gratuité des soins.

on est déjà écrasé par les charges sociales.

Phraséologie patronale et dépouvue de sens.

Cotisations sociales et CSG représentent 25% du PIB. Pourquoi s'interdire de passer à 30% si le besoin social existe ?

Les besoins sociaux doivent-ils s'adapter aux caprices des entreprises, ou l'inverse ?

L'homme doit-il s'adapter à l'économie, ou l'économie le servir ?

après guerre le pays était exsangue et considérablement moins riche qu'aujourd'hui sad.gif

Très juste.

On n'a jamais eu autant les moyens qu'aujourd'hui d'avoir un système de soins gratuits.

Supprimez les prises en charge à 100%. Les pauvres pourront crever.

Privatisez. La santé coûtera plus cher ; les assurances privées auront de nouvelles opportunités de profit, et leurs actionnaires de revenus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 9 452 messages
Forumeur alchimiste‚ 72ans
Posté(e)
.

Or il est question du régime général et de le confier sa gestion à des privés.

Cela est tout à fait réalisable, les coûts de fonctionnement de la sécu tiennent la route et peuvent intéresser des privés, le tout est que les conditions de couverture reste les mêmes.

Quel intérêt y a-t-il de confier la gestion de la sécu au privé? Dans quel domaine s'est-il montré plus efficace ?

Dans le domaine de l'eau? de l'électricité? du train? dans la banque? les transports urbains?

Le seul avantage que je vois c'est pour le staff des dirigeants qui pourront relever leur rémunération au niveau des patrons du CAC 40.

C'est sans doute l'unique but :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrea33143 Membre 1 028 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)

Dsl d'arriver dans vos paves, mais la protection sante privatisee, on va pas y couper et on aura pas le choix. Comme ca se passe dans d'autres pays dans le monde, personnellement, j'ai une assurance qui ne couvre pas les rhumes, ni les grippes en dessous de 38'5 pour adultes.

Ce qui me demonte c'est que mis a part les personnes agees et les bebes, beaucoup d'actifs se retrouvent chez le toubib pour se faire prescrire de l'aspirine et du doliprane, accompagne d'un arret-maladie -si possible-

j'ai lu une etude ou ce ne sont pas les longs arrets qui sont en cause, cancer, depression etc...mais bien les abus au quotidien qui perso me herissent le poil.

Pour un rhume : 30 euros de consultation + 10 euros de medocs = 40 euros mine de rien, si en plus le medecin sans scrupule balance un arret d'une semaine et la ca flambe.

faut arreter de deconner, aussi je suis pour une responsabilite personnelle dans une collectivite qui prend en charge - evidemment - les pathologies lourdes -

enfin, je peux toujours rever....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Woerth commence à préparer le terrain , encore un article dans mon quotidien sur le déficit de la sécu et les pleurs sur le fait que ce systéme n'y arrive plus.

Pour un rhume : 30 euros de consultation + 10 euros de medocs = 40 euros mine de rien, si en plus le medecin sans scrupule balance un arret d'une semaine et la ca flambe.

faut arreter de deconner, aussi je suis pour une responsabilite personnelle dans une collectivite qui prend en charge - evidemment - les pathologies lourdes -

enfin, je peux toujours rever....

t'inquiéte pas , en France , faut payer d'avance , t'es remboursé aprés.

consultation chez un toubib : en semaine 22 euros (+ 5 euros pour un nourrisson de moins de 2 ans , + 3 euros pour un enfant entre 3 et 6 ans , ce sont les dépassements d'honoraires)

A domicile : 38 euros

La nuit : 73 euros

C'est bon , pour les rhumes on fait de l'auto médication à ce tarif là et on évite d'appeler le toubib la nuit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
carnifex Membre 5 527 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)
Quel intérêt y a-t-il de confier la gestion de la sécu au privé? Dans quel domaine s'est-il montré plus efficace ?

Dans le domaine de l'eau? de l'électricité? du train? dans la banque? les transports urbains?

Le seul avantage que je vois c'est pour le staff des dirigeants qui pourront relever leur rémunération au niveau des patrons du CAC 40.

C'est sans doute l'unique but thumbup.gif

Pas seulement.

Cela offre aussi de nouvelles opportunités de profit (rente ?) aux investisseurs.

Cela permet aussi de creuser les déficits publics (du montant de ces profits garantis sur fonds publics), ce qui permet de légitimer de nouvelles « réformes », c'est-à-dire la poursuite de cette politique de privatisation.

Dsl d'arriver dans vos paves, mais la protection sante privatisee, on va pas y couper et on aura pas le choix.

« Il-n'y-a-pas-d'alternative », disait Mme Thatcher.

Et pourtant, plusieurs pays, en Amérique latine notamment, en ont trouvé une ces dernières années.

j'ai lu une etude ou ce ne sont pas les longs arrets qui sont en cause, cancer, depression etc...mais bien les abus au quotidien qui perso me herissent le poil.

Ton étude n'était pas fiable. Aussi désolant que soit les abus des arrêts maladies, ils pèsent peu de chose face au coût du traitement des ALD.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant