Plus dur de faire le mal ou le bien ?

Invité filipe59
Invité filipe59 Invités 0 message
Posté(e)
Je pense que la notion de bien et de mal son personnel.

Plus dur de faire le mal ou le bien ?

Déjà la question est un paradoxe, le "bien" et le "mal" est un équilibre, il y a du bien dans le mal et du mal dans le bien. Voir le ying et le yang.

L'autre jour, j'ai fumé un joint, pour moi c'est bien, sa m'a permis de réfléchir de ma vie et d'oublier ma dépression. Quand j'en ai parler a ma mère, elle m'a dit que c'est mal, c'est de la drogue qui est en plus illégal et qu'il y a des médicaments pour sa.

La justice elle même décide de se qui est bien ou mal pour nous. Pour information les antidépresseurs sont considérés comme de la drogue.

Des histoires comme celle ci je peut en inventer des centaines.

Vas - y, J'aime bien les histoire... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

kolision Membre 111 messages
Forumeur inspiré‚ 24ans
Posté(e)

beaucoup plus facile de faire le mal que le bien pour ma part je pense faire autant de mal que de bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nilaki Membre 51 messages
Forumeur en herbe‚ 28ans
Posté(e)

filipe59, c'est tout se que tu trouve à dire...?

kolision, tout dépend de ta valeur du bien et du mal, elle est différente pour chacun de nous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zebbulone Membre 15 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

les gens se prennent tellement la tête pour des conneries! le dialogue permet beaucoup! les hommes.... soyez gentils avec vos femmes! les femmes.... soyez gentilles avec vos hommes!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nihil Membre 166 messages
Forumeur inspiré‚ 56ans
Posté(e)

Quand on a plus rien à perdre, que l'on suit son idée, que l'ordre des priorités change, que la morale, les règles, les valeurs, les normes, bref la société éclate, le Bien comme le Mal s'effondrent car ils perdent leurs sens, mais ils survivent dans l'inconscient humain car il est difficile de faire abstraction d'un modèle manichéén aussi explicite mais réducteur que celui du Bien et du Mal.

Le dernier homme qui vivrait sur Terre ne se poserait même plus la question car la société qui existait ou ses semblables ne le jugeraient pas, et l'absence de règles lui ôtera toute idée de limites dans ses actes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

J'aime beaucoup la question, elle laisse imaginer une certaine réflexion de l'auteur qui pourrait être des plus intéressantes.

Par contre, je pense qu'il y a bien trop de critères à prendre en considération pour pouvoir apporter une réponse nette.

On peut se dire que faire le mal est plus simple parce que plus naturel ou plus en adéquation avec l'égoïsme de tout un chacun.

On peut également penser que faire le mal est plus compliqué puisque cela pousse les autres à mal nous voir, à nous diaboliser. Surtout si on ajoute le fait que notre propre conscience ne nous laisse pas forcément tranquille même quand les autres ne l'aident pas, alors si les autres s'y mettent, n'en parlons pas.

On peut penser qu'il est plus difficile de faire le bien puisque faire le bien avec l'intention d'y gagner quelque chose, ce n'est pas faire le bien et qu'un geste de dévouement total qui ne nous apporterait rien représente un problème à différents niveaux.

On peut penser qu'il est plus simple de faire le bien puisqu'il suffit d'une petite attention ou d'un petit geste qui ne nous coûte rien.

En bref, les termes bien et mal n'ayant rien d'universel et ayant différents niveaux d'intensité, on peut imaginer bien trop de variables possibles retirant la possibilité d'établir un jugement puisque trop différentes les unes des autres et pas assez abouties.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
metissa Membre 1 116 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

perso , faire du bien me rend bien , maintenant

dans la société actuelle faire le mal est plus facile , vu que faire le bien

nécéssite un certain état d'esprit .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mymy5 Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

moi je me casse la tete a bien eduquer ma fille de 8 ans et elle ne fait ke des betises tricheries mensonges etc que dois je faire a L'AIDDDDDDDDDDDDDDDDDDE

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

A 8 ans ça ne doit pas être bien méchant, les enfants font tous des bêtises, quant aux mensonges peut être que la vérité l'effraie ou bien elle se cache derrière pour s'inventer une autre vie car pas très épanouie dans son actuelle...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valens Membre 1 924 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
moi je me casse la tete a bien eduquer ma fille de 8 ans et elle ne fait ke des betises tricheries mensonges etc que dois je faire a L'AIDDDDDDDDDDDDDDDDDDE

Est-ce qu'elle a regardée le match « France ¿Irlande » ?! ^^hum hum Je comprends ton pb¿

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6 651 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

C'est plus facile de faire le mal. Mais les humains font tous beaucoup d'effort pour leur semblable.

Et comme l'enfer est pavé de bonnes intentions, on vit dans un monde plutôt mauvais.

Il faudrait que tout le monde arrête d'essayer de faire le bien.

De surcroit, comme le paradis est pavé de mauvaise intention, il faudrait que tout le monde accepte de faire le mal pour que le bien triomphe !! (appelez moi satan !! :blush: )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quasi-Modo Membre 6 920 messages
Macrocéphale bossu‚ 33ans
Posté(e)

Je pense d'abord qu'il est plus facile de faire le bien (suivre les normes établies) que le mal (transgresser). C'est pourquoi nul ne fait le mal sciemment, mais seulement par réaction ; nos actions tendent toutes inexorablement vers ce que nous nous imaginons être le bien. Hitler lui-même pensait agir pour le salut de l'humanité. Lorsque nous sommes en discussion publique, nous nous sentons tous prêts à dénoncer le monde des "méchants" qui nous entoure, puisque nous ne voulons surtout pas en être les victimes, et que nous sommes alors dans la pleine conscience de ce que nous croyons ou savons être nos intérêts communs. On ne peut donc plus s'identifier en privé au rôle d'un "méchant" sans ressentir un minimum de honte (action du surmoi) puisqu'étant dans l'incapacité de l'assumer face à la foule. Il est donc plus facile de faire le bien, puisqu'il est également plus facile de conserver l'estime de soi lorsqu'on se comporte selon les normes établies (selon le bien). Les conséquences d'une bonne action sont bien plus bénéfiques que les conséquences d'une mauvaise action.

Cependant, comme cela a été mentionné avant, il est également beaucoup plus simple, dans la conception d'un acte, de céder à l'égoïsme de notre pulsion originelle au lieu de tenter de la transcender et de laisser une réelle place à l'autre dans notre vie. Or le bien se trouve dans le dépassement de nos petites considérations égoïstes qui ne peuvent que mener à la souffrance d'autrui. Ainsi, de la même façon qu'il est plus facile d'être ignorant que d'apprendre et de s'améliorer constamment, il peut être plus facile de faire souffrir, en restant dans l'ignorance de la souffrance de l'autre, plutôt que de comprendre ce qu'autrui doit ressentir et donc de souffrir soi-même. Seulement ce n'est pas donné à tout le monde, puisque cela suppose de concevoir l'action par l'effet de la volonté, et non plus de façon pulsionnelle, instinctive.

Il est donc plus facile de concevoir un acte mauvais qu'un acte bon, mais il est plus difficile de l'assumer.

Modifié par Quasi-Modo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)

je ne suis pas d'accord, pour ma part... :blush: mais bon..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quasi-Modo Membre 6 920 messages
Macrocéphale bossu‚ 33ans
Posté(e)

Encore heureux qu'il y a des gens en désaccord, mais expliquer c'est mieux. :blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)
Je pense d'abord qu'il est plus facile de faire le bien (suivre les normes établies) que le mal (transgresser). C'est pourquoi nul ne fait le mal sciemment, mais seulement par réaction ; nos actions tendent toutes inexorablement vers ce que nous nous imaginons être le bien. Hitler lui-même pensait agir pour le salut de l'humanité. Lorsque nous sommes en discussion publique, nous nous sentons tous prêts à dénoncer le monde des "méchants" qui nous entoure, puisque nous ne voulons surtout pas en être les victimes, et que nous sommes alors dans la pleine conscience de ce que nous croyons ou savons être nos intérêts communs. On ne peut donc plus s'identifier en privé au rôle d'un "méchant" sans ressentir un minimum de honte (action du surmoi) puisqu'étant dans l'incapacité de l'assumer face à la foule. Il est donc plus facile de faire le bien, puisqu'il est également plus facile de conserver l'estime de soi lorsqu'on se comporte selon les normes établies (selon le bien). Les conséquences d'une bonne action sont bien plus bénéfiques que les conséquences d'une mauvaise action.

Cependant, comme cela a été mentionné avant, il est également beaucoup plus simple, dans la conception d'un acte, de céder à l'égoïsme de notre pulsion originelle au lieu de tenter de la transcender et de laisser une réelle place à l'autre dans notre vie. Or le bien se trouve dans le dépassement de nos petites considérations égoïstes qui ne peuvent que mener à la souffrance d'autrui. Ainsi, de la même façon qu'il est plus facile d'être ignorant que d'apprendre et de s'améliorer constamment, il peut être plus facile de faire souffrir, en restant dans l'ignorance de la souffrance de l'autre, plutôt que de comprendre ce qu'autrui doit ressentir et donc de souffrir soi-même. Seulement ce n'est pas donné à tout le monde, puisque cela suppose de concevoir l'action par l'effet de la volonté, et non plus de façon pulsionnelle, instinctive.

Il est donc plus facile de concevoir un acte mauvais qu'un acte bon, mais il est plus difficile de l'assumer.

je ne sais pas si c'est moi qui me mélange les pinceaux, ou si c'est toi qui te contredis, mais tu dis qu'il est plus facile de faire le bien (suivre la norme établie). Car faire le bien c'est conserver l'estime de soi.

hors, tu termines par cette dernière phrase. "Il est donc plus facile de concevoir un acte mauvais qu'un bon, mais il est plus difficile de l'assumer.

déjà si c'est plus facile, c'est que l'on sait l'assumer, donc tu te contredis.

ensuite tu dis "il peut être plus facile de faire souffrir en restant dans l'ignorance de la souffrance de l'autre, plutot que de comprendre ce qu'autrui doit ressentir et donc de souffrir soi même".

je me demande bien comme tu fais pour rester dans l'ignorance de la souffrance de l'autre...lorsque quelqu'un souffre, celle ci en fait part à moins qu'elle soit maso. donc on n'ignore pas la souffrance. de plus je me demande comment on peut comprendre ce qu'autrui doit ressentir, et encore moins de souffrir soi même auquel cas.

tout ceci est beaucoup trop compliqué, je vais donner ma version qui ne plaira surement pas mais bon..

d'abord qui a donner la norme établie ? Y a t-il une norme ? si oui est elle d'origine masculine ou féminine, car cela change la donne. La norme des hommes verra son intêret, et la norme des femmes verra le sien.

a partir de la, les cartes sont jetées. il suffit de tenir compte des normes établie par l'homme afin que celui ci puisse s'estimer, et ensuite laisser libre court aux normes établies pas la femme et ainsi de suite afin que tout le monde y trouve son compte.

ce n'est pas linéaire, c'est en zigzag, sinon cela serait à sens unique et ce serait toujours les mêmes qui souffres.

je me demande pourquoi tu dis "assumer" car il faut toujours assumer ses actes, c'est ça être adulte.

Modifié par caupine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blablateur Membre+ 7 069 messages
Chronophage boulimique‚ 45ans
Posté(e)

Pour ma part ça dépend de qui ou de quoi j'ai en face de moi. Pour une personne donné j'aurai plus de facilité à donner du bien, pour d'autre j'aurai plus de simplicité et d'efficacité à être volontairement méchant... Mais bon, le dernier cas n'étant pas mon genre, personnellement je dirai que j'ai plus d'aise à faire le bien autour de moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quasi-Modo Membre 6 920 messages
Macrocéphale bossu‚ 33ans
Posté(e)

Quelques rectifications... :blush:

je ne sais pas si c'est moi qui me mélange les pinceaux, ou si c'est toi qui te contredis, mais tu dis qu'il est plus facile de faire le bien (suivre la norme établie). Car faire le bien c'est conserver l'estime de soi.

hors, tu termines par cette dernière phrase. "Il est donc plus facile de concevoir un acte mauvais qu'un bon, mais il est plus difficile de l'assumer.

Ce n'est qu'une contradiction d'apparence, puisqu'en fait mon message est dans la progression d'une pensée. J'ai fait deux paragraphes dont l'un contrebalance ce que dit l'autre. Concevoir un acte n'est pas la même chose que l'assumer.

ensuite tu dis "il peut être plus facile de faire souffrir en restant dans l'ignorance de la souffrance de l'autre, plutot que de comprendre ce qu'autrui doit ressentir et donc de souffrir soi même".

je me demande bien comme tu fais pour rester dans l'ignorance de la souffrance de l'autre...

Nul n'est tenu de connaître ce qu'il n'est pas en mesure de comprendre. Ignorer est ici employé dans le sens de "ne pas savoir" et non dans le sens de "s'en foutre".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)

ok je comprends mieux, donc tu ne sais faire le mal en gros...auquel cas tu ne t'estimes plus...

pourtant le mal et l'origine du bien et inversement...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité blackbox
Invité blackbox Invités 0 message
Posté(e)

d'après moi le bien est une empathie constructive et le mal un égoïsme destructeur, ces deux extrêmes on les porte tous en soi. Le plus difficile est alors de trouver l'équilibre, de pouvoir être soi en acceptant les autres tel qu'ils sont.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
attchibhatt Membre 94 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)

:blush: Le bien et le mal n'existent pas...

Seule existe la situation dans laquelle vous vous mettez!... et de là, tout le ressenti que vous développerez.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant