Aller au contenu

attchibhatt

Membre
  • Contenus

    94
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de attchibhatt

  • Rang
    Forumeur en herbe

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Montagnes Himalayas
  1. Namasté et de bonnes fêtes de fin d'année à tous :blush: Comprendre tout le problème de l'influence, celle de l'extérieure, celle du savoir, celle des motivations intérieures et extérieures ¿ découvrir ce qui est vrai et ce qui est faux et voir la vérité dans ce qui est prétendument faux ¿ tout cela suppose une formidable lucidité de vision, une compréhension profonde des choses telles qu'elles sont, ne croyez-vous pas? C'est, sans nul doute, dans tout ce processus qu'est la voie de la méditation. La méditation est essentielle dans la vie, dans notre existence quotidienne, au même titre que la beauté. La perception de la beauté, la sensibilité aux choses laides ou belles, sont essentielles ¿ voir un bel arbre, contempler le magnifique ciel du soir, voir le vaste horizon où s'amassent les nuages au coucher du soleil. Tout cela est également nécessaire : la perception de la beauté comme la compréhension du processus de la méditation, car c'est tout cela, la vie, et c'est aussi le bureau où l'on va chaque jour, les querelles, les malheurs, l'angoisse et le stress perpétuels, les peurs profondes, et l'amour, et la famine. Comprendre dans sa totalité ce processus de l'existence ¿ les influences, les chagrins, les tensions quotidiennes, les attitudes autoritaires, les actes politiques, et ainsi de suite, c'est tout cela, la vie; et la méditation, c'est le processus qui amène à comprendre tout cela, et à libérer l'esprit. Si l'on saisit pleinement ce qu'est cette existence, alors le processus méditatif, le processus contemplatif, ne s'interrompt jamais ¿ mais ce n'est pas sur quelque chose que l'on médite. Avoir conscience de tout ce processus de l'existence, l'observer, s'y immerger sans céder à la passion, puis s'en libérer, c'est cela la méditation.
  2. Namasté à tous, Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes et que 2010 comble vos désirs... La lumière, l'éveil, l'illumination... là, tout de suite, c'est pas pour maintenant. Ceci est sans importance car il reste l'amour, une autre lumière que vous arriverez peut-être à vivre ou entrevoir. Je vous laisse à vos nombreuses occupations pour vaquer aux miennes. L'expérience fut intéressante mais une erreur de ma part. Je vais méditer dessus. Au revoir et bonne chance, ^^ :blush: hm
  3. Namasté Karbomine, Je ne hurle plus, et depuis assez peu, ne pleure plus que de joie. Je ne hais pas les foules, elles me font peur lorsqu'elles suivent le chemin de la haine. Les gens comme nous, qui traversont un parcours conscient, mais difficile du début à la fin, sont tentés, l'âge aidant, de mettre en garde le levain de demain que représente la jeunesse. Ma quête est sincère, gratuite et partagée, et comme dès le début il est précisé sans maître et sans gourou, il est évident que je ne suis pas un génie non plus. Là où je vous rejoins totalement par contre, c'est dans l'impression frustrante de gaspiller mon temps. Je n'en suis pas encore au stade de croire que personne me comprenne ni au mot : dommage. Mais je m'incline devant votre clairvoyance et admire votre froideur... à si jeune âge. Pour ce qui est de l'amour, l'expérience aidant, le temps partagé en votre compagnie fut toujours agréable parce que intense... à tel point que vous m'avez éveillé. Je regrette de ne pouvoir en faire autant pour vous. Pour vous remercier, je voudrais partager une expérience que j'ai tentée il y a quelques années. Un jeûne particulier qui normalement s'effectue sous le contrôle d'un maître. Je l'ai fait chez moi parce que je ne voyais pas d'endroit plus tranquille. La première semaine, on ne boit ni ne mange; on ressemble très rapidement à une vieille personne qui a du mal à se traîner jusqu'aux toilettes. Alors que je ne buvais rien, bizarrement, je n'ai jamais cessé d'uriner... plusieurs fois par jour. Je me vidais de mon sang, maigrissant à tel point que le septième jour en me voyant dans la glace, j'ai aussitôt pensé à ces photos des prisonniers des camps de concentration: les yeux enfoncés dans les orbites, et les lèvres retroussées sur des dents trop grandes... Mes reins n'ayant jamais cessé leur travail me vidaient de mon sang, mes veines n'étaient plus saillantes, j'étais squeletique. Le huitième jour, j'ai repris à boire, au début des gouttes, puis de plus en plus souvent... mais pas à manger. Ce jeûne de 21 jours est très désagréable dans la première partie car le corps s'exprime. La faim disparaît très vite et est le moindre des malaises, par contre, la soif est plus difficile à gérer. On ne mange pas, on est au repos, on flatule beaucoup et on refoule vraiment du gouleau. J'ai traversé une période de crampes d'estomac et de douleurs dans les reins. Au tout début, j'ai eu des maux de tête violents aussi. Ce qui m'a le plus impressionné, c'est de ne plus avoir sommeil, je dormais en moyenne une à deux heures par nuit, parfois pas du tout. J'avais un papier et un crayon où j'ai noté ce qui me venait à l'esprit. Le tempo des battements de mon coeur a baissé.Dès la deuxième semaine, je me suis senti bien et n'ai jamais eu faim. Je me souviens au cours de la troisième semaine être descendu dans la vallée en conduisant moi-même mon 4X4; impression étrange que de voir les gens aux terrasses des restaurants manger sans ressentir la moindre envie. Mes pensées étaient claires et précises, des visions ont défilé, je n'ai pas su les interpréter. Il est vrai que je n'étais pas accompagné d'un maître. J'ai repris à manger parce que ma famille me faisait la gueule de ne plus me voir participer aux repas Pour ceux qui ne le savent pas, cette épreuve n'autorise aucune distraction telles que la télé, la radio, la musique, etc... Juste le dessin, quelques minutes à l'air libre pour prendre un peu de soleil s'il fait beau, sinon en chambre. sweet ôhm suit
  4. Namasté Vous dites : "Vivre dans le présent sans penser... c'est devenir prisonnier de nos désirs... " Mon avis : Le désir étant le fruit de l'imagination c'est-à-dire de pensées, comment un humain capable de vivre au présent sans penser peut-il devenir prisonnier de quelque chose qui n'existe pas en son esprit... L'aboutissement au meurtre que vous émettez est le résultat d'un travail mental profond (sinon il s'agit d'un accident); le viol est l'entretien de délires internes malsains de l'ego, quant au désir de posséder immédiatement par l'action du vol, là aussi il y a un penseur qui doit préparer et donc méditer son coup. Vous précisez vous-même: "...et c'est cette inconscience qui mène aux pires crimes... celui de ne penser qu'à soi..." Que puis-je ajouter... Si ce n'est que vos propos sont quelque peu contradictoires et se situent aux antipodes de la présence consciente à laquelle j'essaie de faire allusion. En Inde, officiellement, les castes sociales ont été abolies depuis plusieurs décennies... Ceci est en partie vrai dans les villes où l'argent impose les nouveaux codes que l'on rencontre pratiquement partout sur Gaïa. Là où je vis, hautes et basses castes sont toujours de rigueur; pour en être un témoin direct, je puis cependant affirmer que chacune a des contraintes et les hautes castes (brahmanes, takhurs) s'imposent des règles de vie plus draconniennes que celle des harridjann (hors castes créées par Mahatma Gandhi). En Inde plus que partout ailleurs, les riches sont indécemment riches mais pour vous éclairer sur les pauvres qui mendient dans les mégapoles d'Inde, je vous propose de regarder le très bon film plus documentaire que conte de Madhur Bhandarkar : "Traffic Signal"(2007), fait et joué par les indiens eux-mêmes... qui est très loin de l'idée primaire que l'occidental se fait de ces mendiants. Le département de l'Himachal, est le premier lieu touristique des indiens mais vous n'y rencontrerez aucun de ces "mendiants maffieux" et donc pratiquement pas de mendiants. Dans les moments de calme, il m'arrive de faire l'expérience d'une certaine vérité. Vous avez raison, la partager semble impossible car dans cette tentative, je la fige sous forme absolue et ce n'est plus la vérité. Notre ignorance ne peut donc être dissipée par aucun moyen, par aucun recours à une autorité quelconque... passée ou présente. Dommage... Karbomine marque encore un point; décidément, tu es agréable à lire... Je ne hurle pas, j'observe et rends grâce au parcours qui me fut imposé. C'est elle qui a raison le génie, dommage qu'elle ne simplifie pas ce qu'elle a appris. La vérité n'étant pas une chose absolue, fixe, définitive, l'expérience que je m'en fais ne peut être destinée à se répéter. Pardon d'insister, mais les tours que nous joue l'esprit ne sont pas la méditation, la méditation se résume à la connaissance de soi. Pour moi, la seule technique fiable reste l'action dans la présence et le moment présent Agréable home à tous.
  5. Namasté Karbomine, Le Génie et lecteurs Attchibhatt ne reviendra pas avant fin janvier... J'ai abordé la méditation en réponse à Elfe Sylvain qui présente un personnage en position du Lotus, je pensais que le sujet l'intéresserait... Pas de namasté depuis deux jours... désolé; je n'étais pas en retraite mais dans une autre vallée où je fus appelé pour aider quelques personnes dans le besoin. C'est fait. Sans m'étendre sur moi-même, je ne vois pas l'intérêt d'essayer de reprendre le flambeau "La lumière, ..." et de venir ici... vous mentir. Je ne suis ni heureux ni malheureux, juste témoin de ce qui se passe. Quel que soit le résultat, j'essaye de l'améliorer. Je ne vis pas retiré dans une grotte, mais bien au sein de mon clan qui comprend presque cent foyers répartis dans une vallée immense comme on en trouve dans les montagnes himalayas. J'apprends aujourd'hui encore à respecter le monde qui m'entoure, le temps qui me reste je le consacre à m'étudier; c'est ça la méditation... et non prendre la position du Lotus et m'isoler dans une grotte. Je ne réponds pas en particulier, car l'animation qui en découle nous éloigne (et donc nous retarde) chaque fois de notre but. Ce que nous faisons, moi qui vous écrit et vous qui lisez en ce moment même, fait partie de la méditation. Dans la méditation, il ne doit pas y avoir de penseur, ce qui signifie que la pensée doit cesser d'exister (la pensée qui jaillit sous l'impulsion du désir d'accéder à un résultat). Il ne s'agit pas de respirer en suivant une technique, de loucher sur un point fixe ou de réveiller en moi le pouvoir d'accomplir quelques prouesses spectaculaires ou toute autre absurdité puérile de ce genre. La méditation ne peut être isolée de la vie. Au volant, ou passager dans un moyen de transport, quand je marche seul dans la nature, ou quand je regarde un animal se mouvoir... prêter à toutes ces choses une attention sans choix fait partie de la méditation. N'être rien est le commencement de la liberté. Au fur et à mesure que ma conscience s'affine, je m'aperçois (certains d'entre vous le disent d'une autre façon) que je suis lié à une multitude de choses et qu'en même temps, mon esprit nourrit l'espoir d'être libre. Hors, ces deux tendances sont contradictoires. M'intéresser à moi-même sans être égocentrique suppose un réel travail, de chaque jour, de chaque minute... Un labeur persévérant auquel tout fait obstacle: ma femme, (mon mari si j'étais une femme) mes enfants, mes parents, mes voisins, mes dieux, ma religion, mes traditions, ma société, mes acquisitions... Toutes ces entraves, je les revendique en grande partie au nom de la sécurité. Pourquoi le désordre règne en moi, parce que, au fond de moi, je sais très bien que la sécurité n'existe pas: il y a toujours quelqu'un que j'aime qui vient à mourir (ou il arrive toujours quelque chose que je redoute). La vie ne contient rien de statique, la vie est mouvement... Il est crucial de comprendre cette vérité qui n'est pas un sujet de débat, mais un processus de méditation. Ne vous laissez pas hypnotiser par ce mot. La méditation n'est rien d'autre que d'avoir conscience de chaque pensée qui surgit, de savoir quelle en est la source, quel en est le but... Voilà ce qu'est la méditation! ^ :blush: hm...
  6. Namasté à tous, Puis-je concevoir ce qui est éternel... Concevoir l'inconnu est impossible pour un esprit humain... Où suis-je réellement lorsque je ne comprends pas le processus quotidien de mes pensées, de mes sentiments, des mes actions: Dans le connu ! Le connu relève du temps parce que, tout ce que l'esprit connaît est inscrit dans le temps... Quand j'observe mes pensées, je saisis vite qu'elles partent du connu et me conduisent à... du connu. Pour l'inconnu, je dois libérer mon esprit du passé et ne plus utiliser le présent comme moyen d'accès au futur... Je dois me connaître... Voilà la première action à accomplir avant tout autre. Sans connaissance de soi, on fait du sur place, on ne contribue à une aucune amélioration, ni individuelle ni collective. Je ne peux harmoniser mon coeur et mon esprit que lorsque je me connais... Pour me connaître, je dois me libérer du piège des pensées, c'est-à-dire du temps. Sans connaissance de soi, la méditation est impossible et sans méditation, point de connaissance de soi. La méditation, c'est la connaissance de son propre coeur et de son propre esprit. à demain, "ôhm pacifique"
  7. Namasté à tous, J'ai un problème avec mon modem qui se déconnecte quand j'envoie les messages. Néanmoins, j'insiste pour répondre au message de "le génie" pour la simple raison qu'il n'est pas très sympa de déformer le sens de mes écrits contenus dans la réponse adressée à "elfe sylvain". J'ai écrit: "Profite d'être conscient de ton malaise pour devenir un témoin de plus en plus neutre, de moins en moins impliqué." (dans son esprit, dans ses pensées) Vous répliquez: "Ne rien faire ou vouloir être neutre est la pire de toute les situations" et développez cette idée... Je suis d'accord avec vous sur le fait que nous sommes ici pour essayer de nous améliorer et d'améliorer le monde, mais jusqu'à preuve du contraire, nous avons acculé la terre et la nature de façon générale, à un point de non retour. Aucune génération avant la nôtre n'a jamais bénéficié des moyens de communication dont nous disposons, et pourtant nous en sommes à l'âge de pierre pour ce qui est de communiquer... Pratiquement tous les pays participent de près ou de loin à toutes les guerres qui se produisent au présent (vendeurs d'armes, de soins, de secours, d'aide bancaire...) Spirituellement parlant, l'Europe et les pays de l'Ouest en général en sont à zéro, et je ne nous sens vraiment pas capables de tirer des leçons du passé (exception faite de la technologie), il suffit de lire tous les livres d'histoire pour comprendre que nous n'avons rien compris... et que nous transformons en problème ce que nous touchons et même de l'immatériel : Dieu, la religion, l'attachement, la relation, la peur, la dépendance, le désir, la sexualité, la passion, les sentiments, le conditionnement, la conscience, la violence, la douleur, la souffrance, la vérité, les pensées, l'esprit, le temps, notre transformation, la vie, la mort, l'amour.... Vous pouvez maudire mon inaction; pourtant, je suis convaincu que vivre au présent est la seule action que Dieu attend de nous, nous n'avons pas d'autre mission. Revendiquez tant que vous voulez vos rêves et vos actions passés mais observez bien où nous en sommes au présent: le levain de demain... Y'a pas d'quoi être fiers... Je comprends le mal être d'elfe sylvain parce que comme lui, je me sens acculé dans une situation désespérée sur laquelle nous ne pourrons agir qu'en nous unissant mais que je nous sens plutôt en train de revendiquer une unicité malsaine....... ôhm...
  8. Namasté elfe sylvain Ce torrent de pensées douloureuses, tu dois l'observer sans rien accaparer. Loin d'être une malchance, considère le fait d'être conscient de ce phénomène comme une chance; je m'explique, si tu étais mal en étant inconscient, tu ne saurais ni ce que tu as ni d'où vient ton malaise et ce serait pire. Ressasser les événements douloureux du passé entretient la souffrance, voire la fait grandir en toi pour aboutir dans l'impasse de tes malheurs. Lorsque cet état est continuel, tu contribues toi-même à ton déséquilibre. Caminde a raison, plus tu y penses, plus tu as mal... et plus tu as mal et plus tu y penses. Profite d'être conscient de ton malaise pour devenir un témoin de plus en plus neutre, de moins en moins impliqué. Tu le dis toi-même, nombre de tes pensées appartiennent au passé... Maintenant, tu es ici, observe le présent... Donne ton passé au présent, tu l'as porté assez longtemps. Reviens ici, respire l'air frais présent en ne développant aucun de tes vieux films, et exhale la souffrance passée dans un souffle conscient... ici... maintenant. Tu sembles disposer de toutes tes facultés mentales, dans ton malheur, tu as de la chance d'être conscient... alors ça aussi sois en conscient. As-tu toutes tes facultés physiques aussi? N'abandonne pas, tu vas triompher sous peu... Le Un ne t'imposera pas plus que tu ne peux supporter si tu écoutes et regardes ce qui est et non pas ce qui fut. Ca ne te consolera pas mais nous sommes tous comme toi, nous souffrons sensiblement des mêmes maux que toi, nous ne sommes pas mieux lotis que toi. Derrière la souffrance se cache son opposé... Sois prêt à le reconnaître si tu veux le recevoir. Amicalement
  9. elfe sylvain Je ne te demanderai pas de nous étaler un problème personnel, mais que signifie "apaiser ça", "la tempête intérieure", "une torture quotidienne". C'est une question, à laquelle tu as le droit d'apposer un joker pour toute réponse. :blush: hm ami
  10. Namasté elfe sylvain Ta Q: Quand, face a soi-même on ne trouve que du désordre, des émotions lourdes à porter, quand on y rencontre des sentiments complètement déboussolés alors comment fait-on pour s'y retrouver? R: Ce que tu décris est ce que ressentent les animaux humains qui portent inconsciemment le dysfonctionnement collectif : une maladie mentale dont aucun docteur ne pourra te sortir parce que ces gens, comme nous, souffrent de ce même mal. Les idéologies collectives (nationalisme, communisme, socialisme, christianisme, bouddhisme, la morale, l'éducation, la réussite, l'échec... il y en a des centaines) érigées depuis des temps immémoriaux par la/les société(s) constitue(nt) les prémisses de ce mal être. Les dirigeants de ces collectivités organisées prétendent (tous sans exception), que notre bien-être se trouve dans l'avenir; (il suffit d'écouter leurs promesses à propos du futur pour s'en convaincre) Ces gens ne sont jamais dans le présent mais dans la fin qui justifie les moyens mis en place. Leur fin est un point de vue, une idée projetée par leur mental pour que nous atteignons (à leurs dires) : le salut, le bonheur, l'égalité, la liberté, la fraternité, les droits de l'éhm... à n'importe quel prix, y compris par la guerre, l'esclavage, la torture ou l'assassinat de ceux qui se mettront en travers de leurs idéaux. J'ai lu récemment dans un ouvrage que le nombre de gens assassinés en Chine et en Russie pour faire avancer la cause du communisme (un monde meilleur aux dires des responsables) est estimé à 50 millions en moins d'un siècle. Combien de temps allons-nous encore adhérer à cette folie collective... Espérer ou faire semblant de croire en un paradis futur crée l'enfer au présent. Je pense, cher elfe sylvain, que nous sommes ailleurs que là où nous sommes... Je me souviens du dernier groupe que j'ai accepté de guider ici, une famille aisée venue se ressourcer (je reprends leurs termes) dans les Himalayas. Tout le temps du séjour, les parents comme les enfants n'ont eu de dialogues qu'à propos des projets qu'ils accompliraient lorsqu'ils seraient de retour. Je n'ai pas gardé de contact avec ces gens, mais je ne doute pas une seconde qu'une fois chez eux, à Paris, ils ont commencé à parler du voyage qu'ils venaient de faire dans les montagnes himalayas... Nous ne savons même pas si nous serons encore vivants ce soir... si ce monde existera demain... sous la forme que nous lui connaissons aujourd'hui, alors à quoi bon faire des projets sur la comète... Quel que fut notre passé, bon comme horrible, nous l'avons vécu au présent. Quel que sera le futur, plaisant ou déplaisant, nous le vivrons au présent. Ce que nous vivons en ce moment est le présent. Il n'existe d'autre lieu pour se retrouver, pour alléger la souffrance, pour ne plus être déboussolé. Le simple fait d'avoir posé cette question, elfe sylvain, est un début de prise de conscience du moi perturbé de ton ego. Ne le blâme pas, il n'est pas toi, c'est un autre toi. Puisque tu ressens beaucoup de désordre, ne cherche pas à alléger tes émotions lourdes. Au contraire, va au fond de chacune d'elles sans (laisser ton esprit) les développer. Plus facile à dire qu'à faire... La compulsion mentale est une vieille maladie qui conditionne ton esprit depuis des années et tu ne parviendras à t'en libérer qu'en revenant à ce qui est; autremant dit en simplifiant ta vie. Beaucoup de "oui mais..." vont continuer à naître dans ton mental, (dès que tu t'ennuies ou que tu es seul, ou que tu te retrouves coincé dans quelque chose qui te perturbe ou sur laquelle tu n'as aucun pouvoir...) Ne fais plus que reconnaître les scénarios (bons comme mauvais) qui relèvent du cru de ton ego, ne juge pas. Le seul commentaire autorisé, la seule étiquette à apposer est: "Pensée"... pour chacun de ces mini épisodes. Sois clément avec elfe sylvain, il souffre, de nouveaux commentaires négatifs ne peuvent lui venir en aide. Quelques secondes de temps à autre suffisent pour amorcer le processus de la présence consciente. Par la suite, tu arriveras à le faire même au milieu de la foule, n'importe quand... La tolérance, c'est accepter que 2 mamies sympas viennent papoter de ce qu'elles savent et que nous ne savons pas à propos de ce qu'elles vivent mais que nous ne saurons pas... même si ça n'a rien à voir avec notre sujet. Pour ce qui est du conseil de Caminde "consulter un psy", je préfère te livrer avant le résultat de deux années de consultations (obligatoires) chez un de ces médecins de l'âme qui me fut commis d'office: Personnellement, je jure que cet homme ne m'a rien apporté en bien-être, seulement beaucoup de temps et d'argent gaspillé. Voici son commentaire lors de notre dernière rencontre: Monsieur, vous m'avez beaucoup apporté, mais vous me fûtes d'une grande perturbation. Maelstr :blush: hm...
  11. Namasté absents Quelle est cette ardeur qui me pousse à chercher La Lumière... Ne serait-ce pas plutôt une fuite face à la réalité des faits... Si je cherche l'éveil uniquement parce que je suis fatigué des problèmes de ce monde, alors ce n'est qu'une échappatoire. Une de plus. La présence à l'ici et maintenant permet de trouver la vérité dans la mesure où je la cherche non pas à travers une série d'actions, mais dans toutes mes actions, toutes mes idées, toutes mes relations... y compris dans mes rapports aux choses de ce monde : nourriture, vêtements, habitat... La présence permet aussi de reconnaître les fausses valeurs conçues de toutes pièces pour l'esprit limité de l'humain conditionné (ex: les dieux, les églises ou les temples, les livres saints, l'enfer et le paradis...) Du connu depuis des millénaires, mais absolument rien de réel. La réalité est inconnue, pour l'approcher, je dois me déconditionner, m'affranchir des limites que l'on a inventées pour moi. :blush: hm
  12. Namasté Présence, La présence, c'est simplement reposer dans le silence, sans fixer l'attention sur rien... Entendre les bruits lointains comme les plus proches... être attentif à tout et non seulement à la voie étroite et confiné qu'a choisi mon esprit. La présence, c'est simplement écouter... mais pas à travers mes ambitions, mes désirs, mes peurs ou mes angoisses... Non! Ecouter attentivement n'est pas entendre ce qui me satisfait, m'agrée, me rassure ou allège momentanément mes souffrances...La présence à travers l'écran de mes désirs fait résonner ma propre voix et là... je n'écoute et n'entends que moi-même (le plus souvent sans en être conscient). La présence, c'est simplement observer... avec une attention sans résistance l'espace qui m'entoure, l'esprit non encombré, libre de toute ambition. Je voudrais déjà en être au but que je me suis fixé, mais la présence est un parcours sans destination. Je voudrais déjà accéder à cet état particulier où plus rien ne me dérangera, où je nagerai dans le bonheur éternel... mais la présence ne s'arrête pas, elle est un apprentissage continuel de la beauté de la vie. Le but de la présence est d'apprendre... non point ce qui est écrit dans les livres ou sur cette page, mais apprendre de la vie. étre présent, ce n'est pas chercher la Source dans mon esprit, mais plutôt être la goutte d'eau qui ne sait rien, ne cherche rien et accepte les autres gouttes afin qu'ensemble nous formions le ruisseau qui s'élargit sans cesse jusqu'à devenir un grand fleuve en mouvement... (sans pour autant avoir un instant aspiré à ce résultat). Dans la présence, la conscience est si claire qu'elle perçoit le passé contrôler le présent et modifier le futur. Dans la présence, la division n'est plus. Dans la présence, condamnation et acceptation ne sont plus... je suis simplement lucide, face aux choses telles qu'elles sont... Dans la présence, je ne suis pas absorbé par mes connaissances ou mon savoir. Je suis sans choix, sans justification, sans préférence, sans aversion, je suis attentif et lucide sans arrière-plan de mon vécu... Sans introspection. L'introspection est imparfaite parce que menée par notre ego, c'est d'ailleurs pour cette raison que l'introspection a des effets maladifs, malsains et est toujours liée à la souffrance alors que la présence nous lie au UN, à l'enthousiasme, à la joie, à la perfection... "éhm des espoirs"
  13. Namasté à tous, Je faisais partie de ce mouvement, nous étions seulement quelques milliers mais nous étions déterminés, nous savions ce que nous voulions et surtout ce que nous ne voulions pas. Aujourd'hui il y a des millions de motards sur les routes de France, mais je ne suis pas sûr qu'ils remporteraient un succès aussi tranchant sur une action ponctuelle du même genre, il leur manque l'union et la détermination... Le nombre seul ne suffit pas pour révéler la force... Désolé de ne pas rêver avec toi Dorcami, mais le politicien nous prouve chaque jour qu'il ne pense qu'à lui... une marionnette manipulée qui ne tient rien et surtout pas les rênes du pays qu'il est censé servir. Tous les chefs d'état du monde sans exception sont corrompus. Jusqu'au plus profond de leurs tripes... il se dégage une puanteur indescriptible... de ce milieu. Des preuves Dorcami... je pourrais t'en citer des centaines que nous connaissons tous; en voici deux que peu connaissent : Il y a une dizaine d'années, j'ai reçu des journalistes ici; ils venaient de démissionner de leur journal (très connu de chacun de vous) pour se consacrer aux lèpreux de l'Inde. Certains étaient très calés scientifiquement, tous étaient jeunes, équilibrés et intelligents et pour la plupart, ils venaient de commencer à exercer, aussi leur ai-je demandé pourquoi ils avaient décidé de tout quitter. Ils ne se disputèrent pas pour prendre la parole, seul le leader répondit: -"Nous sommes honnêtes. Entiers. Nous passons du temps sans penser à l'argent quand nous nous investissons sur un sujet. Le malheur, c'est que dès que nos enquêtes et nos résultats sont soupçonnés d'entamer la crédibilité du monde financier (particulièrement la médecine et les techonologies modernes...) ou des gens au pouvoir, nous sommes censurés et devons repondre autrement l'article (souvent plusieurs fois). Le hic, c'est qu'à la lecture de notre publication, nous ne reconnaissons plus notre travail, pire que tout, nous avons même honte que notre nom soit cité sur de tels torchons qui ne disent plus rien. Alors à quoi bon continuer..." Ceci n'est pas nouveau. Mafia, politique, religion... sont synonymes et désignent des clans qui exploitent sans scrupules... ceux qui les font vivre, c'est-à-dire nous. Ce qui est nouveau par contre, c'est le degré d'endormissement auquel nous sommes confrontés alors que paradoxalement, aucune autre civilisation n'a bénéficié d'autant de moyens médiatiques. Je ne doute pas une seconde que le topique "la lumière... " va s'éteindre sous peu lui aussi. Caminde a raison, ma place n'est pas ici. Avant de vous souhaiter une bonne journée, je rends grâce à "Anger", un forumeur fr de 17 ans qui lui aussi a essayé de vous réveiller en soumettant un sujet qui vous concerne autant individuellement que globalement: "Cette info dont on ne parle pas : le 7ième continent." Sujet commencé le 14.08.08 et mort dans l'oeuf le 18.08.08. Je ne regarde pas la télévision ni ne m'abreuve des news du 13:00 ou du 20:00. Depuis plusieurs décennies déjà, je préfère puiser les infos d'un pays depuis un journal étranger... (parce que moins censurées). Le premier journal (adressé au grand public) qui a publié un article sur "incontinent composé de déchets" fut espagnol: "ABC MADRID". Le sujet a été repris par "COURRIER INTERNATIONAL" (pour ceux que ça intéresse, voir le n°907, rubrique écologies, intelligences). Alors que l'on parlait déjà d'une réserve de déchets flottants aussi grande que l'Inde, les chiffres publiés en mars 2008 sont à ce jour bien en dessous de la réalité. Ces publications faisaient suite au travail de L'AMRF (ALGALITA MARINE RESEARCH FOUNDATION), une organisation écologiste de la côte ouest des U.S.A., qui a publié des chiffres (confirmés par Green Peace) au terme d'une enquête menée sur les dix dernières années. Les chefs d'état comme les PDG de chaînes de télévision ont été avertis, le Vatican est au courant... Et qu'en ressort-il Dorcami... Rien! Il y a 25 ans, un comique a mis son grain de sel dans les rouages de ces "organisations internationales cathodiques", pour l'intimider, son imprésarion fut liquidé. Michel détenait à l'époque le record de vitesse sur deux roues sur circuit, mais quelques mois plus tard on nous a raconté qu'il s'était pris un poids lourd, seul de plein fouet. Cet homme était adulé par les chauffeurs routiers de l'époque, hors, nous n'avons jamais vu le visage ni jamais entendu la moindre déclaration ou excuse de la part de ce soi-disant professionnel de la route. Un garçon animé d'intentions honnêtes et désintéressé fait peur car il menace l'intégrité morale des responsables corrompus ou incompétents, c'est-à-dire TOUS. Le seul moyen que disposent les dirigeants pour le faire taire est d'éliminer l'illuminé... dans un accident s'il est intègre. Ce que je dis n'engage que moi et je suggère que vous rendormiez en m'oubliant. "éhm d'Anger"
  14. Bonsoir Caminde Ici il fait nuit depuis trois heures déjà, le temps est gris, il fait +5, ce n'est pas assez pour qu'il neige. La neige, par le froid qui en découle tue les parasites; l'an dernier, nous n'avons pas eu de neige, pour la première fois, nous avons vaporisé des produits chimiques parce que nos récoltes étaient dévastées par des milliers d'insectes. Beaucoup de pertes parmi nos amis abeilles et papillons... Je crois réellement que tu as 61 ans, tu es ma grande soeur, merci pour tes mots d'amour, je les accepte. Je vis retiré dans la montagne, sainement, et ne mange pratiquement plus que les graines que j'ai semées. J'ai créé ce topic sans réfléchir une seconde, je venais de m'inscrire et vu que les sujets dans le forum "bienvenue" se limitent à des présentations, j'ai lancé des synonymes forts... qui pour moi veulent dire quelque chose, j'aurai pu ajouter amour, bonté, donner... et d'autres encore sans changer quoi que ce soit à ce que je vois. Avant de venir sur le forum, je me vide mentalement (sûrement pas assez), je garde à l'esprit de ne pas vous froisser et de répondre à chacun d'entre vous. Je le prends comme un jeu où des anonymes éloignés peuvent peut-être communiquer plus aisément que des membres d'une même famille. Si quelque chose me choque, je vous le livre... de là à le prendre au pied de la lettre. Libre à vous. Mon modem est trop lent pour que je puisse relire tout ce que nous avons écrit, je ne regarde pas en arrière. Je prends tout, ne retiens rien (me semble-t-il). Il se peut que je vous choque, je ne suis moi aussi qu'un animal humain; je me console en me disant que sur les 3000 lecteurs... il doit bien y en avoir qui rient devant l'écran et d'autres qui captent. Dans le monde, les choses paraissent différentes... Comment pouvons-nous alors considérer le tout comme étant UN... Y a-t-il un moyen d'atteindre à cette connaissance... La réponse est celle-ci : "Dans un même arbre, nous voyons des feuilles, des fleurs, des fruits et des branches, tous différents les uns des autres, et qui pourtant ne font qu'un, étant tous compris dans le mot arbre".
  15. Namasté Kégéruniku 8 Ta Q:Et, en quoi consiste le fait de chercher la présence? Le moment présent? Nous semblons d'accord sur un point : "La vérité, la réalité, peut-être aussi la lumière et l'éveil relèvent encore de l'abstrait pour nous, nous pourrions remplir des pages à leur sujet sans savoir si nous sommes dans le vrai ou le faux... Mais parce que ces principes s'atteignent dans la présence du moment présent, et que là, c'est notre place où que nous soyons, quoi que nous fassions, alors partons du connu et de ce qui est. L'avantage de la présence du moment présent, c'est que nous ne cherchons plus rien, ou plus exactement, nous ne cherchons plus quelque chose d'inconnu. Nous savons ce que veut dire "Afficher présent dans le ici maintenant" et notre nouvelle mission sera de nous entraîner à nous y maintenir. étre absent, c'est... chercher la chapeau que l'on a sur la tête, courir en vain après une chose dont on vient pourtant de se servir, oublier ce que l'on était en train de dire, agir maintenant en rêvant à ce que l'on va faire ou ne pas faire, à ce que l'on a fait et pas fait, acquiescer à ce que notre enfant essaie de débattre avec nous sans l'avoir entendu, c'est aussi... accepter ce qui n'est pas bon pour nous, suivre les autres sur une piste facile qui n'est pas la nôtre, ne pas tenir compte des panneaux de signalisation que la vie met en place pour nous, ne jamais être content du présent, critiquer sans cesse, juger, se sentir tellement mal que l'on devient aveugle à tout, même à ce qui est bon. Nous pourrions développer chacun nos absences et en allonger la liste à l'infini parce que nous connaissons parfaitement le domaine de l'absence où la majorité d'entre nous vague. Mais puisque nous la connaissons si bien, je propose que nous passions directement à son opposé... La présence "éhm atout majeur"
×