Est-ce encore très difficile d'être une femme?

Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)
Donc c'est la même obligation pour les deux sexes finalement: être femme et pas "hommasse", être un homme viril mais pas macho.

Sauf que la femme qui veut agir comme l'homme le peut sans être moquée contrairement à l'homme qui veut agir comme une femme.

Une femme en pantalon c'est normal, un homme en jupe, c'est ridicule. C'est des petits exemples cons, mais y en a pleins.

On ne demande rien à personne, en fait. C'est juste qu'à de rares exceptions près, il faut travailler pour vivre. Quand ce n'est pas le cas, on ne le fait pas. La proportion de classes aisées se réduisant, le nombre de travailleurs s'accroit pour permettre au foyer de vivre, et cela suppose une participation des deux sexes.

"Des millions de français demandent à travailler, c'est faux, l'argent leur suffirait." ;)

Coluche

Mais si les gens ne demandent pas forcément à travailler, on leur demande de travailler, sinon plus d'économie. Travailler plus pour gagner plus. C'est bien pour inciter à travailler que le slogan est fait.

Mais on finalement, la société s'en fout un peu de qui bosse, l'important c'est ce que ça rapporte. ;)

Il me semble que ce n'est plus vrai depuis que le service militaire a été supprimé. Après, la proportion d'hommes dans l'armée dépend d'autre chose qu'une demande explicite (je pense à ton argument sur les jeux par exemple).

C'est moins vrai depuis qu'il n'y a plus de service militaire, c'est sûr. De là à dire que ce n'est plus vrai, je ne suis pas d'accord.

C'est juste moins explicite. Mais essaies de voir un peu quand les publicités de l'armée sont diffusées, regardes où on peut trouver des recruteurs, les conditions demandées, etc.

Tu verras que l'armée recherche principalement des hommes, ou alors des femmes qui se comportent un peu comme des hommes.

Parce que la femme peut faire ce que l'homme fait, elle peut être garçonne et même masculine.

L'histoire est écrite par des historiens et cela ne fait qu'un siècle qu'il commence à y avoir des historiennes. Mais ça ne fait pas tout. Il est indéniable que la femme a rarement eu de pouvoir politique avec toutes les conséquences qui en découlent. Il est de la responsabilité des femmes de ne pas avoir oeuvré avant pour avoir des droits comme il en est des hommes de ne pas leur avoir accordés.

Je suis persuadée qu'il y a une propension plus masculine que féminine à la violence, mais je vais me mettre en quête de sources pour pouvoir appuyer mon point de vue avant de me faire lyncher ;) .

L'histoire n'a pas été écrite par les historiens, ça se saurait. :|

L'histoire est écrite par les vainqueurs. Et donc seulement par certains historiens.

Mais justement, aujourd'hui on s'intéresse à l'histoire des oubliés des livres. Et concernant la femme dans l'histoire, bah ça ne change pas grand chose, vu qu'elle n'était pas oubliée.

Il y a des femmes qui ont marqué l'histoire, on peut citer plusieurs reines qui se sont illustrées comme Catherine de Russie, Jeanne d'Arc, Marie Antoinette, ou moins officiellement, Mata Hari,la mère de Néron et bien d'autres.

Sinon pour les propensions à la violence, si tant est qu'elles soient plus importante chez l'homme, il faudrait surtout voir si c'est là un comportement naturel ou culturel.

J'aimerais bien que tu développes ce point, je ne le comprends pas.

Voulait dire strict, faute de frappe. -_-

Le statut de l'homme est plus strict dans le fait qu'un homme ne peut agir que comme un homme alors qu'une femme peut agir comme une femme et comme un homme.

Il ne me semblait pas qu'on en était encore là, mais c'est fort possible et c'est bien dommage.

On y est moins qu'auparavant, mais les cases pseudo-socio-culturelles ont la dent dur. :|

Personne sur ce topic n'a dit cela. Il faudrait en débattre plutôt sur le sujet "Est-ce encore très difficile d'être un homme?" :smile2:

http://www.forumfr.com/sujet273483-est-ce-...e-un-homme.html

;)

Bah, la dernière fois que j'ai vu l'autre topic, il n'y avait pas de débat. L'intention était bonne, mais un homme qui se plaint de sa condition, se doit être ridicule, vu les réactions. :|

@ SN3: Pour ma phrase: la femme peut être l'égal de l'homme, mais l'homme ne peut pas être l'égal de la femme. Elle est volontaire absurde. :D

C'est surtout pour dire que la femme peut faire comme l'homme, mais que l'inverse n'est pas possible.

Par contre, je ne voudrais absolument pas aller dans la tendance inverse et dire que l'homme est à plaindre, c'est difficile d'être un homme plutôt qu'une femme et tout le tralala. Juste, qu'à priori, je ne vois pas en quoi il est vraiment plus simple d'être l'un plutôt que l'autre.

La justice, c'est l'injustice équitablement partagée. :|

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Sauf que la femme qui veut agir comme l'homme le peut sans être moquée contrairement à l'homme qui veut agir comme une femme.

Une femme en pantalon c'est normal, un homme en jupe, c'est ridicule. C'est des petits exemples cons, mais y en a pleins.

D'accord sur les apparences physiques, pas d'accord sur le comportement. Par exemple, une femme très libérée sur le plan sexuel et qui parlera très crûment mettra toujours tout le monde mal à l'aise, hommes et femmes. Une femme très masculine dans son apparence et dans son comportement ne sera pas considérée comme séduisante et on la traitera de lesbienne. C'est exactement pareil que dans le sens "homme trop féminin= homo".

Sinon, je vous livre des éléments de mes recherches sur la tendance à la violence de l'homme. Finalement, on dirait qu'il n'y a pas moyen de savoir si c'est naturel ou culturel, certainement les deux:

Mais quel est le rôle de la biologie ? Les hommes ne sont-ils pas par nature plus violents que les femmes ? « Non, répond Per Isdal, les variations de la violence d'une culture à l'autre sont bien trop grandes. Ce sont avant tout les facteurs socioculturels qui expliquent la violence des hommes. »

« Oui, répond Martin Ingvar, chercheur et professeur en neurophysiologie clinique. Bien sûr, les facteurs socioculturels jouent un rôle, tout comme l'alcool. Mais c'est dans les gènes et la testostérone que se trouvent les raisons principales du fait que les hommes recourent davantage à la violence que les femmes. »

Pour des informations, plus précises, comme je ne peux pas citer la totalité du document, je vous invite à consulter ce site: www.oveo.org

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
doit on alors empecher les femmes d'exprimer leur mauvaise situation?

personnellement je ne pense pas que geuler et raler fasse bouger les choses et les mentalités.

Comme Lily, je ne trouve pas que nous ayant exprimmé nos opinions en gueulant. Excepté quelques exceptions mais , ce n'etait pas des femmes.

pourquoi prefere t-on mieux payé un homme qu'une femme à métier et fonction égals?pourquoi tant de femmes sont battus par leur mari et ne retrouve t-on pas autant de mari battus?

POur la première question, c'est en effet difficilement justifiable, d'autant plus que majoritairement les femmes sont plus diplomées.

Euh...oui, on demande à la femme de travailler mais à l'homme aussi. ;)

La double journée, ca te parle comme expression? elle définit la jurnée de la femme active. Travail, puis travail a domicile . Donc oui hommes et femmes travaillent sauf qu'une fois la journée finie en moyenne l'homme a augmenté son temps passé aux taches ménagère de 5 minutes en 30 ans. Une femme passe 2 h 15 en moyenne par jour a s'occuper du foyer. je ne connais malheureusement pas le temps des hommes, mais je sais qu'il n'est pas a la hauteur de celui de la femme.

La femme peut le faire si elle le veut, mais on ne lui demande rien. Alors que l'homme est éduqué dans ce sens, notammant avec les petits soldats et autres jouets du genre, qui sont des jouets que l'on dit pour garçons.

Et on offre des dinettes aux petites filles et des fers a repasser.

En temps e guerre, les femmes participent aussi a la defense de la nation de fait . Si elles ne sont pas au front, elles sont une fois sur deux en territoire occupé... et quand elle sont sur la terre libre, faut bien faire bouillir la marmitte pour que le pays tienne bon.

Je n'ai pas dis que cela signifiait que la vie des femmes étaient plus facile, et vu le moment où j'ai écris cette phrase, je ne l'ai même pas sous entendu.

Ce que je sous entends, c'est que ce fait est peut être du au fait que le statut de l'homme est bien plu stric que celui de la femme

Une fillette qui joue avec des jouets de garçons on ne lui dit trop rien. Une fille qui joue avec des voitures ce n'est pas un soucis, une fille qui joue avec des petits soldats n'est pas vraiment raillée. Une fille garçonne c'est possible.

Un garçon qui joue à la poupée, on va tout de suite penser qu'il a un problème. Il sera largement moqué aussi bien par les garçons que les filles, et de ce fait aura plus de chance de se sentir mal dans sa peau de garçon.

Pareil dans l'adolescence, une jeune femme qui fait du sport c'est normal. Un jeune homme qui fait de la coiffure, du stylisme ou de la danse classique non. Ou alors il sera fiché comme étant gay.

En gros, la femme peut être l'égale de l'homme, mais l'homme ne peut pas être l'égal de la femme. :smile2:

Ce dont tu parles ici est tout a fait vrai et est complètement révelateur du sexisme ambiant de notre société.

Le fait qu'il y ait des différences n'empêche pas qu'il y ait égalité. ça empêche l'équité et c'est normal, mais pas l'égalité. Ou alors l'égalité n'existe aucunement et il n'y a plus raison de revendiquer quoique ce soit.

Je crois que c'est l'inverse, comme il y a des différences il n'y a pas d egalité, mais ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'egalité que l'on ne peut rechercher l'equité.

Au contraire! c'est bien parce qu'il y a inégalité que l'on se doit de trouver l'équité!! et l'equité se situe dans l'egalité de droit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
(Sexisme accru)

C'était plus de l'ironie. je caricaturai un propos caricatural de lapinkiller qui lui ne se rendait pas commpte de son aspect caricaturé! ;)

;)L'homme est donc un gros couillon qui se met à frapper sa femme sans aucune raison ? Ha ! Ha ! Ha ! L'enculé !!! ;)

Enfin bref, ta réplique fait passer la femme pour un ange exsangue de tout reproche. Faudrait peut-être vous remettre en question aussi.

Même si je l ai dis en riant pour ma part, ta manière d'y repondre, est bizarre.

Il n'y a jamais de de bonne raison pour frappé sa femme ou son conjoint, il n y a pas de bonnes raison pour qu'une femme meurre tous les 3 jours en france sous les coups de son mari et qu'un homme meure tous les 13 jours sous les coups de sa femme !

Quant a se remettre en question ...humm oui, les femmes ont remis en question leur position et leur role dans la société depuis 60 ans maintenant, je truve ca difficile de nous reprocher du coup de ne pas savoir nous remettre en question .

Mais bon les remises en question ne font jamais de mal a personnes, même aux hommes :smile2:

Mais, dis nous, quelles pistes de remise en question proposes-tu aux femmes ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Le suicude ? ;) Connais pas ! ;)

Inculte! ;) ( :smile2: )

Mais la condition des hommes aussi est à chier ! Celle des enfants l'est aussi ! En fait, la condition humaine n'est facile que pour certains privilégiés.

Oui, j'en ai parlé, je n'exclue pas cela.

Seulement il y a aussi une évolution des mentalités, qui ne se traduit pas forcément en actes mais qui existe bel et bien

Moui...je ne sais pas en fait evolution il y a eu, et cette évolution c'est traduite directe par des actes. mais la stagnation evidente qui se traduit par du non acte. comme si le juste mieux qu'avant suffisait et que l'egalité n'etait pas le but final.

Et il n'y a pas non plus de stat' sur le degré d'agacement des hommes comme moi qui en ont ras-le-cul de se voir reprocher la condition féminine actuelle, d'être présenté comme élément masculin cause de la misère féminine...

Ben je peux le comprendre, il n'en reste pas moins que vous en êtes en partie responsable.

Y'a des stat' sur les hommes qui déclarent considérer les femmes comme inférieures ?

J en ai pas trouvé mais s'ils personne ne le declare ouvertement en tout cas le fait d'avoir un taux d'employabilité plus faible alors que les femmes sont en moyenne plus diplomé est assez parlant je trouve.

et on se demande si les mentalités ont tant que cela evoluées.

26 mars 2009 ...

Une blague de Berlusconi sur les femmes fait des vagues

ITALIE | Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a suscité de nouveau la polémique en parlant des "belles filles italiennes" à propos du viol des femmes, l'opposition accusant le Cavaliere d'"insensibilité".

berlu1.jpg © AFP | Silivio Berlusconi a outré de nombreux magistrats par ses propos.

AFP | 26.01.2009 | 14:46

Alors que deux viols ont eu lieu récemment à Rome et sa région, Silvio Berlusconi, dont le gouvernement envisage de porter à 30 000 le nombre de militaires dans les villes, a estimé dimanche soir qu'empêcher les viols était une mission impossible "même dans un Etat policier".

"Il faudrait tellement de soldats puisqu'il y a tellement de belles filles italiennes que cela ne sera jamais possible", a-t-il déclaré dimanche soir.

Le leader de l'opposition de gauche, Walter Veltroni, a aussitôt dénoncé "le manque de responsabilité et de sensibilité" du Cavaliere qui "offense les femmes italiennes".

Le numéro deux du Parti démocrate Dario Franceschini a aussi fustigé une "vulgarité inacceptable"; quant au petit parti de l'Italie des valeurs (Idv) de l'ex-juge anticorruption Antonio Di Pietro il a pointé du doigt "une blague de comptoir d'un goût douteux".

Face au tir de barrage, Berlusconi est revenu sur ses propos, assurant qu'il avait voulu faire "un compliment" aux Italiennes, arguant qu'il ne fallait "jamais perdre le sens de l'humour et de la légèreté".

Pas son coup d'essai...

Le Cavaliere s'était déjà attiré les foudres des femmes politiques espagnoles en mai dernier lorsqu'il avait déclaré après la nomination du gouvernement espagnol, comprenant 9 femmes et 8 hommes, qu'il était "trop rose" et ne serait "pas facile à gérer".

Lors de la campagne électorale au printemps dernier en Italie, il avait aussi suscité une levée de boucliers pour avoir suggéré à une étudiante d'épouser un millionnaire afin de sortir de la précarité.

Dans un autre registre, ses propos sur le président Barack Obama "jeune, beau et même bronzé" avait déclenché de multiples réactions d'indignation.

sur le terrain<H1 class=title>

2 avril 2009

Grand ménage à l'Aeres : le directeur accusé de sexisme</H1>Ils étaient une petite vingtaine à 14h30 cet après-midi devant l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Aeres). Munis de gants en plastique, balais et plumeaux, ces enseignants-chercheurs sont venus faire le ménage, hommes et femmes réunis, pour réagir aux propos sexistes qu'aurait tenu le 8 janvier son président, Jean-François Dhainaut.

Interrogé sur le peu de femmes dans les commissions d'experts, il aurait déclaré lors d'une conférence :

« Le pouvoir était une affaire masculine et par ailleurs les

femmes, en plus de leur métier, doivent s'occuper de la maison, des

enfants. Elles n'ont donc pas de temps à consacrer à l'Aeres. »

Une phrase qu'il a ensuite nié avoir prononcée.

Pendant que les portes de l'établissement se couvrent de panneaux revendicatifs, le principal concerné est entendu par le ministère de la Recherche. « Il est en train de se faire remonter les bretelles, mais on sait bien qu'il n'y aura pas de sanction », déplore Nicolas, jeune étudiant chercheur.

Au bout d'un quart d'heure, la troupe se disperse vers le métro pour rejoindre d'autres manifestations prévues cette après-midi dans le secteur de la recherche et de l'enseignement.

Addendum le 3/4 à 11h25. La secrétaire générale de l'Aeres, Anne Picard, précise que Jean-François Dhainaut n'a pas été « convoqué » au ministère, mais qu'il a participé à « une réunion du comité pour l'égalité professionnelle entre hommes et femmes », où il est intervenu « sur la place des femmes dans la recherche et l'enseignement supérieur ».

Avec des propos officiels tenus comme cela, je m interroge vraiment sur le changement de mentalité moi ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
tout à fait d'accord

Vraiment ?

Pourquoi beaucoup de femmes continuent de ruminer sur leurs conditions de vie.

Parceque depuis la nuit des temps, les hommes nous ont dominé et dans le souvenir collectif féminin, dans nos gênes féminin, dans nos instincts féminin, vous êtes nos prédateurs direct.

Le terme prédateur me semble excessif mais l'analyse assez juste. On subit les séquelles de tout un passé qui fonctionnait sous la dominance quasi-absolue sur le pouvoir, les choix, les privilèges.

éa se ressent dans le langage. Nos mode de communications sont un peu obsolète et ça perverti d'autant plus les relations sociales, le rapport social.

En gros, on a un langage encore imprégné d'un fonctionnement machiste (ou en réaction forte à des décennies de machisme) mais il ne reflète pas la mentalité des gens. On entend rarement les femmes se faire traiter de misandres, alors que macho est devenu un quasi-réflexe. Pire : misogyne ! Cela complique fortement l'avancée des choses, créant du machisme où il n'y en a pas tout le temps, occultant beaucoup d'autres facteurs.

Par exemple, le moteur des violences conjugales n'est pas le machisme. C'est bien la violence. Le machisme est ici une cerise sur le gâteau.

Et un homme lambda, au lieu de dire misandre, va réagir avec des termes plus à sa portée comme "pétasse hystérique", "féminisite extrêmiste", "frigide". Pour moi, ce genre de réaction n'est pas du machisme mais est très facilement interprètable comme en étant.(même moi qui connaît le terme, je ne l'utilise pas d'instinct :smile2: )

Seule la pensée a commencé à bien évoluer mais le "corps" (systèmes) et le langage ne suivent pas encore.

On ne fait que réapprendre à vivre ensemble, on n'a pas encore défini collectivement la nouvelle donne. Et la force d'inertie d'un système entraîne un combat soutenu souvent de plus en plus virulent.

Réactions à des réactions à des réactions. Méfiez-vous, nous ne sommes que ça, hommes et femmes.

La double journée, ca te parle comme expression? elle définit la jurnée de la femme active. Travail, puis travail a domicile . Donc oui hommes et femmes travaillent sauf qu'une fois la journée finie en moyenne l'homme a augmenté son temps passé aux taches ménagère de 5 minutes en 30 ans. Une femme passe 2 h 15 en moyenne par jour a s'occuper du foyer. je ne connais malheureusement pas le temps des hommes, mais je sais qu'il n'est pas a la hauteur de celui de la femme.

Oui, comme je l'ai dit plus haut : on pense différemment mais on agit encore comme au bon vieux temps, homme et femme. Le modèle de répartition des taches dans le couple se fait totalement à l'instinct et ce n'est pas par machisme que l'homme va laisser sa femme en faire autant (et d'ailleurs, la femme aussi en prend l'initiative).

Mais le cas du célibat est pourtant parlant : hommes et femmes font les taches ménagères. Peut-être que les hommes sont naturellement plus laxistes sur le sujet et que ça provoque un déséquilibre quand on défini le couple.

Où est donc le machisme direct ici ? C'est beaucoup plus prise de tête à démêler.

Et on offre des dinettes aux petites filles et des fers a repasser.

La poule ou l'oeuf ? ;) L'éducation est autant une cause qu'une conséquence de quelquechose.

Si un déséquilibre était fondamental entre l'homme et la femme sur le sujet des taches ménagères, comme l'analyse Jean-Claude Kauffman ? Si malgré toute la bonne volonté et l'action d'hommes magistraux, ce déséquilibre persistait ? Que deviennent les revendications d'équilibre ménager, les accusations d'éducation cloisonnantes...?

Ce dont tu parles ici est tout a fait vrai et est complètement révelateur du sexisme ambiant de notre société.

Mouais. Je ne sais pas si c'est vraiment du sexisme, encore une fois.

Je crois que c'est l'inverse, comme il y a des différences il n'y a pas d egalité, mais ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'egalité que l'on ne peut rechercher l'equité.

;)

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Je pense au sujet de femzi sur les pub ...y'a de quoi dire sur les femmes et la pub ;)

Surcouff en 2008 ...

Surcouf2-2.jpg oléééée :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Une blague de Berlusconi sur les femmes fait des vagues

ITALIE | Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a suscité de nouveau la polémique en parlant des "belles filles italiennes" à propos du viol des femmes, l'opposition accusant le Cavaliere d'"insensibilité".

Avec des propos officiels tenus comme cela, je m interroge vraiment sur le changement de mentalité moi ;)

La preuve en est qu'il doive s'en justifier, que les gens réagissent à ses propos en les condamnant ! On peut surement faire mieux : empêcher des gens comme ça d'accéder au pouvoir, voire le tuer, mais tu ne peux pas nier qu'une condamnation de propos est une non-réaction ! ;)

Elle est là la preuve tangible de l'évolution. Et les médias ont leur rôle à jouer dans tout ça.

Ce n'est pas à la gente masculine d'assumer la connerie d'un Berlusconi !

Nous aussi on le trouve con et odieux -et pas qu'au sujet des femmes.

Son machisme est révélateur d'une bêtise plus grande et d'un mépris assez bien développé (les homos, les pauvres...). ;)

EDIT : et pour ta pub plus haut, je te signale qu'elle fait passer les hommes pour de gros blaireaux AUSSI ! L'image de l'homme est souillée par ce genre de pub. Et là, je ne plaisante pas du tout ! Seulement, on l'occulte trop vite !

Ces pubs-là insultent tout le monde ! :smile2:

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Et un homme lambda, au lieu de dire misandre, va réagir avec des termes plus à sa portée comme "pétasse hystérique", "féminisite éxtrêmiste", "frigide". Pour moi, ce genre de réaction n'est pas du machisme mais est très facilement interprétable comme en étant.(même moi qui connaît le terme, je ne l'utilise pas d'instinct :smile2: )

Pour moi ca l'est. C'est un machisme qui serait inconscient mais justement c'est le plus vicieux.

Et le relativiser en disant, nann c'est pas du machisme, ben ca ne contribue pas a ce que ce genre de systématismes s'eteignent.

Apres , le role de léducation est primordiale.

Freres et soeur doivent s'occuper participer de la meme maniere a la vie de la maison. C'est sur que si les meres sont plus indulgentre avec l'un parce que c'est un garcon, ca va pas le faire.

Mais les peres aussi, un pere qui va rechigner a prendre l'aspi ou attendre que l'on le lui demande passe un message.

Un peu comme le message passé par les pubs : les filles c'est des bonasses et de toutes facons y'a que des hommes pour acheter un ordinateur ...

bref ya encore beaucoup de taf quoique qu'on en dise. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
La preuve en est qu'il doive s'en justifier, que les gens réagissent à ses propos en les condamnant ! On peut surement faire mieux : empêcher des gens comme ça d'accéder au pouvoir, voire le tuer, mais tu ne peux pas nier qu'une condamnation de propos est une non-réaction ! ;)

Elle est là la preuve tangible de l'évolution. Et les médias ont leur rôle à jouer dans tout ça.

C'est vrai! mais t'en a entendu parler au 20 heures de cela toi ? ;) et le 20 heures c'est le média informatif le plus mater des francais.

Ce n'est pas à la gente masculine d'assumer la connerie d'un Berlusconi !

Bien entendu! et ce n'est pas le but de mon insértion de ses propos. Il s'agit juste de montrer qu'aux plus hautes fonctions on entend encore des saloperies pareilles , et que malgré cela, les gens meme s'ils en parlent qu'il y a reaction comme tu dis, que ce style de personne y joue leur carriere. On y voit juste " une boulette", une mauvaise blague ...blabla...on relativise encore une fois ce qui ne devrait pas l etre et ce qui ne le serais pas si les mentalités avaient si evoluée qu'on le pretend, non?

EDIT : et pour ta pub plus haut, je te signale qu'elle fait passer les hommes pour de gros blaireaux AUSSI ! L'image de l'homme est souillée par ce genre de pub. Et là, je ne plaisante pas du tout ! Seulement, on l'occulte trop vite !

Ces pubs-là insultent tout le monde ! :smile2:

ben vila on l occulte vite, tout ce qu'on voit c'est de la bonasse ;) et que la bonasse fait vendre ;) et que la cible visée par la pub , c'est l homme et que donc l homme achete mieux si y'a du nibard, et que l homme est l acheteur potentiel uniquement, et le petit qui voit ca , il imprime femme nichons , et que la petite qui voit ca elle imprimme femme nichon aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Pour moi ca l'est. C'est un machisme qui serait inconscient mais justement c'est le plus vicieux.

Pas inconscient justement. Moi, j'en suis conscient par exemple, comme tu vois. Donc je commence à parler autrement, je pense même employer le terme misandre qui, sans ironiser, ne manquera pas de m'être utile. ;)

Et le relativiser en disant, nann c'est pas du machisme, ben ca ne contribue pas a ce que ce genre de systématismes s'éteignent.

Je ne relativise pas. Les machistes emploient justement les mêmes termes. Il y a donc une conscience à acquérir par rapport à des strates très profondes de notre éducation, de nos comportements, de nos actes... changer les mots, ça ne se fait pas si vite.

Et on voit bien que la chute de la maîtrise de la langue ne va pas vraiment arranger les prises de conscience... ;)

Après , le rôle de l'éducation est primordial.

Freres et soeur doivent s'occuper participer de la même manière a la vie de la maison. C'est sur que si les mères sont plus indulgente avec l'un parce que c'est un garçon, ça va pas le faire.

éa c'est une autre strate, l'éducation des enfants. Je ne sais pas si tu as mélangé ou pas, mais pour moi c'est un domaine bien spécifique.

Mais les peres aussi, un pere qui va rechigner a prendre l'aspi ou attendre que l'on le lui demande passe un message.

Oui, on pense la même chose : prendre conscience. C'est ce que je propose en disant qu'il faut se méfier dans l'interprétation d'un terme avant de la classer dans "machiste". Beaucoup d'hommes y sont surement classés par défaut.

Un peu comme le message passé par les pubs : les filles c'est des bonasses et de toutes facons y'a que des hommes pour acheter un ordinateur ...

On peut lire ça, oui.

La pub sexuée est une plaie ouverte.

Car en plus d'être idiotes (moi je lis aussi mec => paire de nibards => acheter parce que nibards => mec idiot) elles sectarisent.

Mais bon, les femmes savent que ces pubs leurs sont destinées aussi. Heureusement.

bref ya encore beaucoup de taf quoique qu'on en dise. ;)

C'est ma phrase ça. :smile2: Voleuse !

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
éa c'est une autre strate, l'éducation des enfants. Je ne sais pas si tu as mélangé ou pas, mais pour moi c'est un domaine bien spécifique.

C'est un domaine bien spécifique mais c'est l'endroit des fondamentaux et c'est aussi la que se dessine les adultes pensants et actants de demain.

Mais bon, les femmes savent que ces pubs leurs sont destinées aussi. Heureusement.

désolée, mais en toute sincérité, je ne pense pas que cette pub s'adresse aux femmes. Il n y a rien la dedans pour appater une acheteuse. La cible: c'est un acheteur!

C'est ma phrase ça. :smile2: Voleuse !

;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
C'est vrai! mais t'en a entendu parler au 20 heures de cela toi ? ;) et le 20 heures c'est le média informatif le plus mater des francais.

Ah bon ? ;) La responsabilité et la conscience des médias, on peut en parler aussi. C'est pas triste du tout. ;)

Bien entendu! et ce n'est pas le but de mon insértion de ses propos. Il s'agit juste de montrer qu'aux plus hautes fonctions on entend encore des saloperies pareilles , et que malgré cela, les gens meme s'ils en parlent qu'il y a reaction comme tu dis, que ce style de personne y joue leur carriere. On y voit juste " une boulette", une mauvaise blague ...blabla...on relativise encore une fois ce qui ne devrait pas l etre et ce qui ne le serais pas si les mentalités avaient si evoluée qu'on le pretend, non?

C'est pas relativisé puisque c'est la quasi unanimité contre lui !

Mais le terme boulette, c'est parce qu'à force de sortir des propos du même calibre assez souvent, ça devient une habitude. Mais il suffit de lire plus loin que le titre pour jauger la condamnation morale.

C'est un domaine bien spécifique mais c'est l'endroit des fondamentaux et c'est aussi la que se dessine les adultes pensants et actants de demain.

Le langage aussi est un fondamental particulier. L'éducation en est un autre. Pis voilà, j'ai pas prétendu que c'était pas grave.

J'ai pas "minimisé".

désolée, mais en toute sincérité, je ne pense pas que cette pub s'adresse aux femmes. Il n y a rien la dedans pour appater une acheteuse. La cible: c'est un acheteur!

Les pubs s'adressent à tous puisque tout le monde peut acheter un ordi. Je ne pense pas que le commerçant serait ravi de perdre sa clientèle féminine ! :smile2: Encore une preuve de la bêtise de ces pubs sexuées et ciblées.

"Les pubs sexuées véhiculent des messages discriminatoires et nuisent gravement à la rentabilité. " On devrait foutre ça en dessous, pour indiquer aux gens qu'ils sont en contact avec une nuisance mentale, comme pour les clopes et ses dangers.

Tu voulais de l'action ? ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Ah bon ? ;) La responsabilité et la conscience des médias, on peut en parler aussi. C'est pas triste du tout. ;)

Ca c'est clair! ( par contre j'ai pas compris ton " ha bon? :| " ;) )

Mais il suffit de lire plus loin que le titre pour jauger la condamnation morale.

C'est un homme politique: la vraie condamnation, c'est la non réélection. Mais le peuple n'est pas encore pret a ne pas voter pour un homme juste parce qu'il a fait une boulette sur les femmes. :|

J'ai pas "minimisé".
j'ai pas dit que tu l'avais fait car je ne l'ai meme pas pensé :D
Les pubs s'adressent à tous puisque tout le monde peut acheter un ordi. Je ne pense pas que le commerçant serait ravi de perdre sa clientèle féminine ! ;) Encore une preuve de la bêtise de ces pubs sexuées et ciblées.

"Les pubs sexuées véhiculent des messages discriminatoires et nuisent gravement à la rentabilité. " On devrait foutre ça en dessous, pour indiquer aux gens qu'ils sont en contact avec une nuisance mentale, comme pour les clopes et ses dangers.

Tu voulais de l'action ? :|

:| parfait! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Bon bein moi j'ai presque plus rien à dire du coup ! :smile2:

Tu veux que je te prépare quoi à manger ce soir, pendant que tu regardes le foot en sirotant une bière avec tes copines ? ;)

PS : "ah bon" exprime mon mépris envers les médias qui agissent comme des commerçant de l'info, ou plutôt du sensationnel, et qui sont des passoires à merde. Le pire, c'est qu'ils en sont soient inconscients, soit ils s'en tapent. Une minorité est digne de ce métier.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité goldored
Invité goldored Invités 0 message
Posté(e)

moi mon bébé il a un aspirateur de barbie qu'il passe tout les matins avec sa môman.

et de fois il m'aide à faire les poussières. :smile2:

je suis trop fan, fallait le dire. ;)

je veux pas qu'il finisse comme son pôpa.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Je pense au sujet de femzi sur les pub ...y'a de quoi dire sur les femmes et la pub :|
EDIT : et pour ta pub plus haut, je te signale qu'elle fait passer les hommes pour de gros blaireaux AUSSI ! L'image de l'homme est souillée par ce genre de pub. Et là, je ne plaisante pas du tout ! Seulement, on l'occulte trop vite !

Ces pubs-là insultent tout le monde ! :smile2:

Les publicités sont bien le domaine privilégié du sexisme en effet. On a généralement les deux extrêmes. Tiens, la pub que j'exècre le plus en ce moment c'est celle où un type offre une magnifique cuisine à sa femme... et elle le jette par la fenêtre! :|

Super le message!!! :|

Les pubs s'adressent à tous puisque tout le monde peut acheter un ordi. Je ne pense pas que le commerçant serait ravi de perdre sa clientèle féminine ! ;) Encore une preuve de la bêtise de ces pubs sexuées et ciblées.

"Les pubs sexuées véhiculent des messages discriminatoires et nuisent gravement à la rentabilité. " On devrait foutre ça en dessous, pour indiquer aux gens qu'ils sont en contact avec une nuisance mentale, comme pour les clopes et ses dangers.

Tu voulais de l'action ? :D

Oui, ce serait bien. ;)

moi mon bébé il a un aspirateur de barbie qu'il passe tout les matins avec sa môman.

et de fois il m'aide à faire les poussières. ;)

je suis trop fan, fallait le dire. :|

je veux pas qu'il finisse comme son pôpa.

Je suis fan aussi. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
LUCIE

L'exemple qui est ici présenté porte résolument le regard sur la strate des rapports sociaux de sexe dans le travail, dans leur rapport avec la santé, éclairant une modalité particulière des rapports sociaux de travail en général, dans ce même rapport.

Lucie a 20 ans. Elle est titulaire d'un « bac-pro mécanique-productique ». Ses premières expériences professionnelles se font par la voie de l'intérim. Dans une entreprise de grosse mécanique, on lui propose un poste d'opérateur, ou plutôt d'opératrice, à l'atelier d'usinage, en 2x8 mais en fait en 2x7,43, depuis les 35 heures. Elle est la seule femme d'un atelier de 57 hommes. Elle est aussi la première femme qui se présente avec un « vrai » contrat de travail. Jusqu'alors, les seules quelques rares femmes que l'on avait vues passer étaient des stagiaires, et cela, sur de très courtes durées ; donc, pas de vraies travailleuses. Lucie est la plus jeune. La moyenne d'âge de l'atelier est de 46 ans et l'ancienneté moyenne y est de 22 années.

La première fois que je la vois - ou plutôt que je l'aperçois -, c'est à l'occasion d'un de mes déplacements dans l'atelier, pour une étude d'un poste voisin du sien. Un peu ronde, plutôt petite, elle fait un peu « homme » dans son bleu de travail. En passant près d'elle, le responsable d'atelier qui m'accompagne, appelé « Sergent Garcia » en langage culturel d'entreprise, l'apostrophe ainsi : « Faut prendre la cadence ! Hein ? »

A la demande du « Sergent Garcia », je la reçois en consultation médicale quelques semaines plus tard, car, depuis quelques jours, Lucie souffre du coude droit et elle a de plus en plus de mal à manipuler les bielles. Son travail consiste en effet à usiner et à laver des bielles qui pèsent entre 2 kg et 2,200 kg chacune. Elle présente tous les symptômes d'une épicondylite aiguë.

Sur le moment, je ne m'étais pas trop interrogée sur les raisons de l'apparition d'un personnel féminin dans cet atelier de mécanique lourde traditionnellement réservé aux hommes. C'est l'infirmière qui m'éclaire sur l'origine de cette nouvelle politique : « On a voulu faire des essais avec des femmes ; les ¿Austra¿ ont demandé à ce qu'il y ait plus de femmes à l'usine ». Comme vous l'aurez compris, la direction de l'établissement est australienne.

En présence de l'agent de maîtrise, dont le grade est inférieur à celui du « Sergent Garcia », j'analyse la tâche de Lucie. Je m'aperçois ainsi qu'elle manipule, au minimum, 7 tonnes de bielles par jour de la main droite et tout cela sans compter les efforts pour tirer ou pousser les chariots de bielles.

Propos de l'agent de maîtrise : « ¿On¿ l'a prise quand même bien qu'elle ait eu l'honnêteté de nous dire que l'entreprise précédente ne l'avait pas gardée parce qu'elle était trop lente. Ses collègues l'ont un peu aidée au début puis ils ont arrêté car elle ne prenait pas le rythme. Et puis, elle s'absentait de plus en plus souvent de son poste. »

Propos des collègues occupant des postes de travail voisins : « C'est pas un travail pour une femme, même pour nous c'est difficile, et puis, c'est pas le plus intéressant ! »

Pour eux, le mot « intéressant » a deux sens. D'une part, l'activité est tellement répétitive, qu'elle ne fait appel à aucune expression créatrice ni à aucun savoir-faire de métier et, d'autre part, elle est la plus mal rémunérée de l'atelier.

J'adresse donc Lucie à son médecin traitant pour soins et arrêt de travail. Je lui remets aussi un imprimé de déclaration de maladie professionnelle, imprimé qu'elle montrera au « Sergent Garcia ». C'est d'ailleurs probablement à ce propos, qu'une demi-heure après, je vois le responsable de sécurité se précipiter dans mon bureau. D'un ton autoritaire et crispé, avec une interrogation appuyée, il me demande : « Il ne s'est rien passé ce matin ? » Je sais que chaque déclaration de maladie professionnelle déclenche chez lui un véritable syndrome délirant¿

Le contrat de Lucie, qui arrive à échéance quelques jours après son arrêt, ne sera pas renouvelé. L'infirmière me dit : « Ils ne reprendront sûrement pas de femmes ! »

Dans cette histoire, tout porte à croire que le mot d'ordre de mise en place d'une mixité en production n'était pas souhaitée par la hiérarchie. Le parcours de Lucie ressemble bien à un subtil sabotage du projet. Pourquoi a-t-elle été sacrifiée et comment ?

L'industrie des gros matériels du BTP et de l'agriculture et, en particulier, les ateliers d'usinage font appel à un travail de nature essentiellement technique ne mobilisant, a priori, qu'un savoir pragmatique, rationnel, relevant des connaissances scientifiques et de l'ordre du machinisme. Les émotions, les affects, l'attention à l'autre sont des sentiments qui, soi-disant, en perturbent la maîtrise. Ils ne font pas partie du tableau des qualités requises pour être en conformité avec ce modèle. C'est ce que Christophe Dejours appelle le « positivisme viril » et c'est aux hommes que sont attribuées ces caractéristiques qualifiées de « naturelles ».

Pour « mériter » ces attributions dites « naturelles », les hommes sont censés ne présenter aucun signe de faiblesse ni de défaillance, aucune sensiblerie. Mais, justement, cela n'est pas inné. Pour cela il faut un long apprentissage qui part des relations parentales, se poursuit dans la cour de l'école et qui passe par les collectifs d'hommes ; « la maison des hommes » comme le commente Daniel Welzer-Lang. Et les femmes y participent largement en ce qu'elles assument tout ce qui relève de l'entretien du corps et de la santé de l'homme au niveau de la sphère domestique. C'est ce que Christophe Dejours appelle la « biodisponibilité » et c'est ce qui explique le choix préférentiel de la main-d'¿uvre masculine.

Historiquement, la vie de l'atelier s'est donc organisée autour d'une communauté d'hommes dont la « biodisponibilité » à permis des constructions identitaires fortes du côté des stéréotypes de la virilité. L'arrivée de femmes pourrait déstabiliser ces constructions.

De même, l'arrivée de femmes pourrait complexifier les rapports salariaux en risquant de les sexualiser, le personnel féminin étant toujours moins bien rémunéré que les hommes dans le monde industriel au nom du principe de domination qui régit les rapports sociaux de sexe. Et même la hiérarchie peut être à la merci de tous ces dangers. Autre stéréotype : « Les femmes font des histoires , elles sont jalouses ! » Arbitrages que la maîtrise redoute. Et voilà quelques bonnes raisons qui expliquent cette rétivité à l'embauche de femmes. Il fallait, au plus vite, démontrer que, décidément, cette idée était insensée. Il a suffi pour cela :

é de choisir un poste de travail très pénible physiquement et surtout peu qualifié ;

é d'escamoter une période légitime d'apprentissage ;

é d'imposer une cadence intenable à cause d'un rythme propre plutôt lent, alors que Lucie avait signalé cette caractéristique ;

é de ne pas tenir compte de sa petite taille en l'installant devant un plan de travail trop haut, lui martyrisant ainsi bras et épaules. On pourrait même dire qu'on a utilisé la discordance entre sa morphologie et le concept du poste de travail pour la « casser » en lui imposant un usage de soi maltraitant.

Evidemment, faut-il le dire, il existait bien sûr, dans cet atelier d'usinage, plusieurs postes de travail que des femmes qualifiées comme Lucie, étaient capables de tenir avec succès. L'affaire, rondement menée, a été réglée en quelques semaines.

Une interrogation subsiste : comment interpréter l'apparent mutisme des compagnons de l'atelier sur ce fulgurant rejet. En dehors d'un timide commentaire d'ordre moral qui recadre un débordement, on ne peut pas dire qu'ils aient apporté un franc soutien à Lucie. Accord tacite, accord implicite d'une classe sociale de la communauté masculine, unie avec une autre, dans un même mouvement ségrégatif non verbalisé et non « verbalisable » car pas même pensé verbalement, tel est probablement le sens de leur silence. L'exemple des chantiers navals de St-Nazaire où l'introduction massive de femmes soudeuses a profondément bouleversé les pratiques professionnelles et les rapports sociaux de travail des collectifs masculins, pourrait conforter cette hypothèse.

Cette monographie, taillée à la hache, certes, mais réelle, nous permet de proposer une généralisation pouvant aider à comprendre les entrelacs mêlant processus de création des inégalités de santé au travail et rapports de genre. Le fait d'imposer des normes et des règles de travail aussi rigides et aussi peu respectueuses de la physiologie de la personne retirait à cette dernière toute possibilité de la moindre autonomie régulatrice des contraintes de ce milieu de travail. Si on considère que, dans la définition de la santé, on introduit la liberté et la possibilité de pouvoir se mouler à tout nouveau contexte environnemental, alors, le pari était gagné que, dans la situation proposée, le corps n'y résisterait pas. Il suffit d'ajouter à cela l'application de certaines des caractéristiques de la division sexuelle du travail, c'est-à-dire que, le fait d'avoir affaire à une femme, a permis de forcer le trait sur la qualité des contraintes, ici la répétitivité et la cadence, et sur la fonctionnalité inappropriée du poste de travail, ici aussi, comme ailleurs, on savait que les femmes endurent et se taisent. Par effet d'accumulation, la maladie est survenue dans un temps record.

Dans le destin biographique de Lucie, l'incorporation physique et psychique de cette expérience douloureuse, quasi-expérimentale, sera probablement assez longue à s'effacer, si elle s'efface jamais, car l'épreuve physique planifiée en rapport avec son genre a eu raison de sa santé.

<h3 style="text-align: right;" align="right">Michelle Poitevin</h3>

source: www.a-smt.org

J'ai trouvé ce témoignage intéressant. Certes écrit par une femme...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)
La double journée, ca te parle comme expression? elle définit la jurnée de la femme active. Travail, puis travail a domicile . Donc oui hommes et femmes travaillent sauf qu'une fois la journée finie en moyenne l'homme a augmenté son temps passé aux taches ménagère de 5 minutes en 30 ans. Une femme passe 2 h 15 en moyenne par jour a s'occuper du foyer. je ne connais malheureusement pas le temps des hommes, mais je sais qu'il n'est pas a la hauteur de celui de la femme.

Et l'homme célibataire il fait comment alors?

C'est vrai que dans un couple la femme passe généralement plus de temps à s'occuper du foyer que l'homme, mais ça ne fonctionne que dans le cas du couple.

Et puis je trouve ça un peu faible de dire: "je ne connais pas le temps des hommes mais je sais qu'il n'est pas à la hauteur de celui de la femme." Si tu ne connais pas le temps, tu sais ça comment? ;)

Et on offre des dinettes aux petites filles et des fers a repasser.

Oui, c'est pourquoi dans le message précédent je disais qu'on demande à la femme d'être une bonne mère et une bonne épouse. Bien que je vois pas forcément le rapprochement, on doit considérer qu'une bonne épouse doit forcément faire la popotte, et qu'un bon époux se doit d'être un bras cassé une fois rentré chez lui. Néanmoins, même si on offre toujours pas de dînettes aux jeunes garçons, on leur fait comprendre qu'ils ne doivent plus resté "inactifs" au foyer et on leur demande également de s'occuper des taches ménagères. Même si c'est vrai qu'on leur demande moins.

En temps e guerre, les femmes participent aussi a la defense de la nation de fait . Si elles ne sont pas au front, elles sont une fois sur deux en territoire occupé... et quand elle sont sur la terre libre, faut bien faire bouillir la marmitte pour que le pays tienne bon.

Oui, c'est vrai qu'on demande aux femmes de travailler en temps de guerre. D'ailleurs c'est pour celà que suite à la seconde guerre mondiale les femmes ont obtenu d'avantages de droit. Une sorte de reconnaissance. (Mais c'est surtout pour les deux guerres mondiales, parce qu'auparavant, les guerres ne mobilisaient pas tant d'hommes et que le rôle de la femme n'était donc pas aussi important.)

Mais ce n'est pas caractéristique de la femme déjà. On demande à tous ceux qui ne peuvent pas se battre se s'occuper de la survivance du pays. On leur demande de travailler en gros, mais pas de défendre le pays. La nuance est faible, mais elle est là.

Ce dont tu parles ici est tout a fait vrai et est complètement révelateur du sexisme ambiant de notre société.

Une société sexiste oui, mais ni machiste ni féministe.

Bien que la base de la société soit patriarchale et non matriarchale, sa constante évolution l'a menée à une certaine absurdité qui fait que chaque sexe, pour être différencié si profondément de l'autre, se sent amoindrit du fait qu'il n'ait pas les mêmes droits (pas forcément d'un point judiciaire, au contraire.) , et chaque sexe se sent aujourd'hui plus ou moins dominé par l'autre.

On va par exemple entendre des hommes dire que maintenant ce sont les femmes qui portent la culotte et qu'elles dominent tout, et parallèlement ont entendra des femmes dire qu'elles sont toujours trop absente des hautes sphères de la société avec, par exemple, l'absence de femme présidente.

Le fait est que pour chaque sexe il existe différentes discriminations, puisque la société ne met pas un sexe au dessus de l'autre, elle se contente de les différencier.

Maintenant, faudrait il une seule et même loi pour tous qui pourrait tout de même amener certaines complexités dûes aux différences biologiques mais qui est tout a fait envisageable, ou alors des lois adaptés à chacun?

En gros, chacun doit il pouvoir choisir son "sexe social" par soucis de liberté ou faut il définir le rôle de chacun dès la naissance? ;)

Bon, la forme des questions peut faire penser que la réponse est simple, mais c'est juste parce que ça me faisait marrer hein. ;)

Je crois que c'est l'inverse, comme il y a des différences il n'y a pas d egalité, mais ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'egalité que l'on ne peut rechercher l'equité.

Au contraire! c'est bien parce qu'il y a inégalité que l'on se doit de trouver l'équité!! et l'equité se situe dans l'egalité de droit.

Euh... c'est possible, je suis plus sûr. :smile2:

Il me semblait que:

équité= tout le monde a la même chose.

égalité= chacun dispose de choses différentes selon ses besoins.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Je ne réponds que sur deux points pour l'instant:

Et l'homme célibataire il fait comment alors?

C'est vrai que dans un couple la femme passe généralement plus de temps à s'occuper du foyer que l'homme, mais ça ne fonctionne que dans le cas du couple.

Et puis je trouve ça un peu faible de dire: "je ne connais pas le temps des hommes mais je sais qu'il n'est pas à la hauteur de celui de la femme." Si tu ne connais pas le temps, tu sais ça comment? ;)

On en entend suffisamment parler. Ex.:

sondage Ipsos janv. 2009

Ce sont les hommes eux-mêmes qui l'avouent.

Reste que les progrès me semblent très significatifs dans ce domaine. Et si tout le monde faisait comme goldored ;) , peut-être qu'un jour il y aura égalité en la matière. ;)

Oui, c'est vrai qu'on demande aux femmes de travailler en temps de guerre. D'ailleurs c'est pour celà que suite à la seconde guerre mondiale les femmes ont obtenu d'avantages de droit. Une sorte de reconnaissance. (Mais c'est surtout pour les deux guerres mondiales, parce qu'auparavant, les guerres ne mobilisaient pas tant d'hommes et que le rôle de la femme n'était donc pas aussi important.)

Mais ce n'est pas caractéristique de la femme déjà. On demande à tous ceux qui ne peuvent pas se battre se s'occuper de la survivance du pays. On leur demande de travailler en gros, mais pas de défendre le pays. La nuance est faible, mais elle est là

Le nombre de femmes se battant est certainement plus faible, mais ça ne veut pas dire qu'elles ne sont pas en position de défendre leur pays si on leur en laisse le droit. Pensons aux résistantes, qui ont subi autant la torture que les hommes.

Sur cet argument de la guerre, je rappelle qu'il faut prendre les choses de façon plus globale que "je tire sur mon ennemi". Ainsi, le viol est une arme de guerre et ce sont très majoritairement les femmes qui le subissent:

Les viols de guerre Le viol en temps de guerre est un moyen d'humilier le vaincu ou de provoquer un adversaire lorsque le conflit est latent. On peut citer l'enlèvement des Sabines ou la guerre de Troie pour venger Ménélas.

Dans l'histoire de l'Antiquité, Augustin (cf. La Cité de Dieu) note que le viol est une pratique habituelle lors des pillages de villes, au même titre que le massacre des hommes. Selon lui, on ne trouve guère plus d'un ou deux contre-exemples, et encore seraient-ils douteux. On peut citer le cas d'Alexandre le Grand dont le comportement semble avoir parfois témoigné d'une volonté de protéger certaines femmes de la violence masculine. Gengis Khan pour sa part disait qu'« il n'avait pas connu de plus grand plaisir que celui de violer les femmes et les filles de ses ennemis vaincus »[réf. nécessaire].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Soviétiques, Américains, Allemands et Japonais se livrèrent au viol. Lors du débarquement des soldats alliés en Europe, de nombreuses plaintes ont été portées sans grands résultats contre les soldats américains (qui ne faisaient nulle différence entre populations se croyant libérées ou occupées) par des femmes françaises. L'historien américain J.Robert Tilly dans son ouvrage « La Face cachée des GI's » rapporte que plus de 17.000 viols ont été commis par les GIs au Royaume-Uni, en France et en Allemagne[3]. Pendant la chute du IIIe Reich en 1945, le nombre de femmes allemandes violées par l'armée soviétique a été estimé à 2 millions[4]. L'occupation française en Allemagne après 1945 est elle-même accusée d'avoir couvert nombre de viols et de séquestrations de jeunes femmes[réf. nécessaire].

é Chypre, durant la période d'Enosis (annexion à la Grèce) déclenchée par le régime des colonels grecs, les milices chypriotes grecques se livrèrent jusqu'à l'intervention de l'armée turque à de nombreux viols, non dénoncés par les Turcs désireux de cacher cette humiliation[réf. nécessaire]. En Bosnie-Herzégovine, entre 500 et 20 000 femmes ont été violées par les Serbes au cours des cinq mois de conflit en 1992 ; dans certains villages du Kosovo, 30 à 50 % des femmes en âge d'avoir des enfants ont été violées par des hommes des milices serbes[réf. nécessaire] ; au Rwanda, entre 250 000 et 500 000 femmes, soit environ 20 % des femmes ont été violées durant le génocide de 1994[réf. nécessaire] ; au Congo-Brazzaville, des milliers de femmes qui fuyaient la capitale ont été violées dans la région du Pool, qui entoure celle-ci, durant les guerres de 1998-2000[5]; en Irak, au moins 400 femmes, jeunes filles et fillettes, certaines âgées de seulement huit ans, auraient été violées à Bagdad pendant ou après la guerre, depuis avril 2003 (Amnesty International, 2004).

Le viol de guerre est un instrument d'épuration ethnique, les nombreuses naissances qui s'ensuivent brisant la cohésion ethnique du groupe victime. Ainsi au Darfour, les chefs de village disent des enfants nés de viols par les Djandjaouids qu'ils pourront rester dans leurs villages « s'ils se conduisent bien ».

Ces viols systématiques contribuent très fortement à la propagation du SIDA et d'autres MST. Enfin, pour affaiblir leurs victimes, les tortionnaires violent souvent leurs victimes. Les traumatismes physiques et psychologiques « facilitent l'interrogatoire ».

Au XXe siècle, le viol de guerre a parfois été condamné par les cours martiales. Ainsi, il y a eu, selon Susan Brownmiller, 971 condamnations pour viol par les cours martiales américaines entre janvier 1942 et juin 1947 dont 57 exécutions capitales.

Au Rwanda et en ex-Yougoslavie, le viol de guerre a été reconnu comme un crime contre l'humanité par les tribunaux pénaux internationaux.

Au regard de ce simple exemple, je ne vois pas trop pourquoi on distinguerait un "rôle important" de ceux qui ne le sont pas. :smile2: la guerre c'est une saloperie pour tout le monde et personne n'est à l'abri.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant