Le contrat CPE

Chameaulo VIP 11 192 messages
Final Five‚ 36ans
Posté(e)

Plutôt que de poster un nouveau sujet, je déplace ton message dans un des sujets sur le CPE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

naturellevasion Membre 894 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

bonjour,

oui pendant 2 ans maximum dans la même entreprise, jusqu'à 26 ans (mais tu peux commencer un CPE à 25 ans et 264 jours).

avantage pour le patron : possibilité de virer l'employé quand il veut (avec quelques jours d'avance), et sans avoir à donner de motif. etc. avis subjectif : 2 ans pour "essayer" l'employé et pour assurer la stabilité de l'entreprise.

désavantage pour le patron : formation à partir d'un mois de contrat pour le salarié. limitation de la période d'"essai" à seulement 2 ans.

avantage pour le salarié : formation à partir d'un mois de contrat, accompagné par un tuteur (ou quelque chose ça), allocation chômage à partir de trois mois de contrat, indémnité de licenciement progressif. etc. avis subjectif : un non-qualifié aura plus de chance d'être embauché.

désavantage pour le salarié : 2 ans d'"essai", possibilité d'être viré n'importe quand sans motif. avis subjectif : possibilité d'être viré à 22 mois de contrat, pour être remplacé.

Modifié par naturellevasion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BaH Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Il ne faut pas oublier non plus que dans toute cette loi, il n'y a pas que le CPE qui est embetant, c'est tout un projet de loi assez bizarre, entre l'apprentissage à 14 ans, le travail de nuit pour les - de 15 ans ou encore la réforme des stages.

Ce que je trouve encore con c'est d'ajouter un contrat. Mais encore plus, c'est que les patrons sont d'accord pour rabaisser la période d'essai et pour pouvoir donner un motif aux licensiements. Dans ce cas là c'est une bonne chose. Personne ne veut du CPE tel quel, alors pourquoi le garder ?

Pour moi, les choses à faire sont de prévoir des périodes de stages différentes selon le service. Par exemple, dans la restauration ou dans tout ce qui est boulot style caissière, abaisser grandement la période d'essai puisque la formation ne nécessite que 2 ou 3 jours (voire moins). Au contraire, pour les boulots nécessitant une formation plus assidue, rabaisser toujours la période d'essai mais à un an par exemple. 2 ans c'est beaucoup trop.

Et là je serai d'accord avec le CPE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Froggy Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 37ans
Posté(e)
Déjà, par principe, un licenciement sans justification est un non-sens dans une société de droits. Faciliter les licenciements, oui, mais acter du moins leurs raisons (et par exemple, par franchise, introduire une raison : l'entreprise n'a plus besoin de l'employé ou plsu le budget). Posons déjà le licenciement en ces termes (je ne serais toujours pas pour le CPE, mais au moins sur la forme le projet me semblera plus respectable des invidus).

Oui en fait le licenciement sans motif répond à un problème, celui du rajout artificiel du délai de licenciement d'une personne lorsque cette personne va au prud'homme, ce qui peut être dangereux pour l'entreprise lors de licenciements economiques qui sont necessaire pour la survie de l'entreprise (et donc la conservation des emploi restant et esperer qu'elle se redresse pour à l'avenir refaire des emplois).

Cela dit sur ce point les patrons eux-même trouvent à redire et il y aurait certainement pu il y avoir une solution moins brutale... Cela dit j'y ai pas trop reflechis personnellement. Peut être simplement que lors de licenciements economiques, l'entreprise ne puissent pas être attaqué au prud'homme dans le cas d'un CPE? Enfin ca serait une question à creuser en effet...

Ensuite, et j'aimerais une réponse à cette question de ta part, dans quel cas un employeur engagera t'il un CDI, alors qu'un CPE (ou un CNE) sera disponible ?

Lorsque l'on dit que ces contrats vont se substituer au CDI, c'est en ce sens : les personnes qui décrochent actuellement un CDI (par leurs qualifications, ou parceque l'entreprise a les moeyns) risquent aujourd'hui de se voir proposer CPE ou CNE.

Qui, à moins de me tromper :

- offrent tout de même moins de garantie qu'un CPE, CNE

- sont peu justifiés car l'employé serait actuellemnt pris en CDI sans problème.

En fait le CPE a un gros inconvénient pour l'employeur notamment dans le cas de recrutement de personnes à haut niveau d'études (Bac+2 et +). J'explique... Avec un CPE, le jeune employé (je dis bien l'EMPLOYE) peut pendant les 2 premières années, partir du jour au lendemain sans préavis.

Or les personnes à haut niveau d'études, surtout dans le monde de mondialisation actuel, sont régulièrement amené à changer de boite pour évoluer significativement dans leur carrière (et les jeunes diplômés changent souvent entre 1 et 2 ans après le premier emploi). Actuellement en CDI ces personnes ne peuvent partir qu'après un préavis de 3 mois, ce qui laisse à l'employeur un délai confortable pour rechercher une autre personne de qualité, mais aussi ce qui peut aider à garder la personne puisque cela rallonge la disponibilité de cette personne vis à vis des autres employeurs potentiels.

Avec un CPE, le jeune à haut niveau d'étude peut pendant toute la durée des 2 premières années du contrat partir littéralement du jour au lendemain. Ce qui lui facilite le changement d'employeur (puisque disponible immédiatement), et lui ouvre même la possibilité de postuler dans des pays voisin où les contrat sont plus "liberaux" avec des periodes de préavis de quelques semaines.

Bref, un employeur voulant embaucher un jeune à haut niveau d'étude, aura plutôt interet, surtout si l'entreprise est en bonne forme et qu'il y a à priori peu de risque d'imprévu, à embaucher ce jeune en CDI puisqu'il ne foudra surtout pas dans ce cas prendre le risque de perdre cet employé du jour au lendemain, car plus un employé a un haut niveau d'étude, plus ca prend du temps et de l'argent de le former aux besoins précis de l'entreprise, surtout dans le cas d'un jeune diplomé. Sans compté que l'employeur préfèrera dans ce cas avoir un peu de temps pour se retourner, ne serait que pour que cet employé puisse faire un passage de connaissance suffisant à son successeur et ainsi qu'il y ai un minimum de reste des efforts fait pour former cet employé.

Seconde question pour laquelle j'aimerais avoir ton avis.

J'ai pour ma part dénoté un certain fantasme du travail, à lire certains post, tout le monde est prof ou cadre.

Il existe des tas d'emploi "jetable" (pas dans le sens où ces emplois ne sont pas valorisants), qui de leur nature offrent un temps de formation court, voire inexistant.

Ma crainte concernait les grosse sociétés travaillant dans certains domaines où ces emplois sont légions (restauration rapide, hotline, démarchage téléphonique, etc ...).

Pour ces sociétés importantes, avec une DRH solide et la visibilité par avance de ces nouveaux contrats, est-il si absurde de craindre une utilisation abusive des CPE/CNE pour entretnir un turn over, et avoir une partie des employés toujours en situation d'essai ? (et garder ainsi une grande marche de manoeuvre pour baisser les effectifs pou améliorer la productivité lors de périodes creuses ?)

Un tel système ne me parait pas irréalisable si bien pensé.

Ton avis ?

Pour ces emplois, pour connaitre des personnes dans les hotlines telephoniques notamment, je peux te dire que le turn over existe déjà aujourd'hui, car en général les employeurs embauches beaucoup des stagiaires, ou en CDD ou en Interim. Donc je ne pense pas que le CPE/CNE aggraveront les choses, ca sera probablement ni mieux ni moins bien.

Ma troisième réaction : j'ai bien compris ton argumentation sur la prise de risque d'un patron. Je ne nie d'ailleurs d'ailleurs pas sa logique : un patron essaie de prendre des risques calculés, ce qui est normal.

Actuellement, en cas de problème ou d'imprévu économique, les patrons peuvent se retrouver en difficulté et ainsi l'entrerpise : ce que tu mets en avant, d'ailleurs.

En réponse à ce problème, la logique que tu décris, et qui est celle du CNE et du CPE, consiste à atténuer ce risque, en admettant qu'en cas de problème externe au patron et à l'employé, c'est l'employé qui se doit d'être flexible.

Bref il s'agit d'accepter que lorsqu'un problème survient, ou que l'entreprise va mal, l'employé va payer les pots cassés pour tout le monde, même s'il a bien fait son travail et qu'on ne peut rien lui reprocher (je reprends tes exemples).

Selon mes convictions, et la raison d'être de l'économie et le rôle des entreprises danc notre société tels que je les perçois, instaurer une telle logique dans le droit du travail relève effectivement de la précarisation des employés (pour les deux points cités), et plus globalement une atteinte aux droits des citoyens.

Je pense que les difficultés des patrons (surtout des petites boîtes) ne doivent pas être niées. Mais que la solution passe par l'augmentation des difficultés des salariés, tu penses bien que ça n'est pas pour me plaire.

Entre un patron qui représente une société, et des employés qui ne représente qu'eux, et qui peuvent beaucoup plus facilement se retrouver en situation difficile - malgré ce que l'on peut dire - là aussi j'ai tendance à balancé d'un côté ...

Enfin bon, la vrai démarche ne passerait elle pas par une politique pour les petites entrerprises, politique qui ne les mettrais pas en opposition avec leurs employés ??

En fait pour les petites entreprise il y a déjà le CNE, qui cependant est sur certains point (formations...etc) moins interessant que le CPE pour un jeune notamment.

Cela dit, quand tu dis: "Bref il s'agit d'accepter que lorsqu'un problème survient, ou que l'entreprise va mal, l'employé va payer les pots cassés pour tout le monde, même s'il a bien fait son travail et qu'on ne peut rien lui reprocher (je reprends tes exemples)."

Cela n'est pas tout à fait réaliste comme vision des choses.

En effet, je ne pense pas que le patron s'en sorte sans soucis en ce genre de situation (au contraire, il peut s'en sortir très mal (fermeture de l'entreprises, dettes...etc)), car il a investi du temps et de l'argent et qd il y a un pépin, il en perd quoiqu'il arrive, donc dans ce genre de situation c'est à la fois le patron et les employés eventuellement licencié qui en payent les conséquences, chacun d'une façon différente (le patron qu'il doit redresser la barre sinon il risque de tout perdre, les employés licenciés puisqu'ils sont licenciés).

Sans compter que l'employeur dans ce cas a pas de compensation ni d'indemnité, il doit faire fasse seul à la situation et c'est pas forcément évident.

Pour faire un parrallèle, quand toi, particulier, tu as un problème d'ordre financier, tu dois essayer au maximum de limiter les dépenses et parfois même revendre des biens.

De même un patron qui voit son entreprise en difficulter doit limiter les dépense et donc parfois malheureusement se séparer d'une partie de son personnel qui représente un cout (salaires, charges...etc), et donc peuvent potentiellement mettre en péril l'entreprise (et donc au final mettre tous le monde à la porte et ne plus jamais créer d'emploi puisqu'il n'y a plus d'entreprise).

Pour en revenir au CPE, clairement le CPE s'adresse:

1) Aux petits entreprises qui embaucheraient normalement en CNE, mais qui alors pour embaucher des jeunes peuvent embaucher en CPE (qui est plus interessant qu'un CNE pour un jeune (formations...etc))

2) Aux moyennes et grandes entreprises qui veulent embaucher des personnes peu ou pas qualifiés qu'y auraient été embauchés autrement en CDD ou Interim ou Stage.

Alors après pourquoi le gouvernement n'a pas limité clairement ce contrat à ces cas de figure... En fait le problème est que s'ils avaient limité, ca aurait été très dur de définir clairement les limites sans risquer d'exclure des gens qui auraient pu en profiter, sans compter que ca aurait été clairement de la discrimination. Le gouvernement a préféré donc laisser les employeurs juger quand il est judicieux ou non de préférer un CPE/CNE à un CDI, sachant que comme je l'ai dit mettre un CPE/CNE à une personne avec un certain niveau d'étude, cela est risqué pour l'employeur (beaucoup plus de risque de voir l'employé s'en aller voir ailleurs du jour au lendemain).

Modifié par Froggy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ledzep_69 Membre 10 messages
Forumeur balbutiant‚ 62ans
Posté(e)
OUh,, alors là....! Rien à ajouter Peldwyn, aurgumentation en béton trés clean, sans attaque personnelle :D

Ca change d'un certain Mr Coppé que j'ai vu hier sur canal plus s'attaquer à un "petit lycéen" avec pour seul argument "tais toi, je sais mieux que toi je suis plus vieux!"... Trés convaincant! ;)

Vive le gouvernement ! ;)

T'appel ça une "argumentation béton", tu trouve que je lui est dit "je suis plus vieux alors je sais mieux ".

Relis mieux ce que j'ai dit, je ne t'ai absolument pas mis en cause, je voulais juste raconter ce que j'avais vu à la TV la veille.

Deux solutions : soit tu est d'un égocentrisme tel que tu penses que tous ce qu'on dit tourne autour de toi, soit tu te sens trés mal, tu culpabilise, et du coup tu te sens persécuté à la moindre intervention....

D'abord que ça te plaise ou non, un gamin de 15 ans ne sais rien. Il lui arrive encore de regarder scooby doo et il joue a mario sur sa Gamecube ( et oui j'ai des momes je connais, je ne suis pas aussi "has been" que ça comme vous dites).

Alors qu'est qu'il vient ouvrir sa gueule sur le CPE.

Ils sont manipulé par les profs, c'est tout.

S'il ne sait rien, ça devrait être trés facile de lui montrer que ce qu'il dit est faux et stupide. Pourquoi ne pas prendre 2 min pour le faire plutôt que d'invoquer un "argument" pour le moins étrange qu'est celui de l'âge? Dans ce cas, taisons nous tous, et écoutons Jeane Calment! (Dommage qu'elle ne soit plus parmis nous, elle détenait la vérité ! ;) )

Alors puisqu'on me taxe de me debiner. Je me réincruste.

1) Un employeur qui embauche un gars en sachant dès le départ qu'il va le virer au bout de 3, 6 ou même 6 mois, ou avez vous vu ça ?

Non, il ne le sait pas par avance, mais il n'est pas sur de le gardait " ça dépend de la conjoncture"...

a) Un employeur embauche quelqu'un de fiable, de compétant et pour du long terme sinon il engage un interimaire ou embauche en CDD.

Non, c plus rentable et moins cher un CPE. Un "faiseur de profit" digne de ce nom devrait savoir ça.

c) Un employé débutant, n'est pas une valeur ajouté pour l'entreprise, c'est une charge qu'on doit former et de ce fait un employeur potentiel va lui faire signer un CDD puis un autre avant de peut être lui proposer un CDI classique.

ba oui, et alors?

2) la question est de savoir que vaut il mieux ? 2 ans d'interime ? 2 ans de CDD à répétition, 2 ans de chômage sans indemnité ? ou CDI avec un periode d'essai de 2 ans.

La réponse est : si l'employeur projette de toutes façons d'employer un CDI, alors il y a déjà une période d'essai incluse dans son contrat (au pire il peut commencer par un CDD qui représente plus de garanties pour un employé qu'un CPE). Pas besoin de précariser et de bafouer la dignité humaine.

Si l'employeur n'a pas les moyens : intérim ou CDD existent déjà et le CPE n'apporte rien ici puisque l'employeur n'a pas les moyens...

3) Un première expérience professionnelle est très rarement la dernière, donc c'est apport d'expérience avant tout.

Quelle belle expérience sur le CV : "s'est fait licencié" sans motif... Cool!

Et me dis pas que les employeurs donnent tjs un motif, ils ont le droit désormais de pas en donner.

4) Oui les prof manipulent des gamins en leur fourant leur idées à la con dans le crâne et oui les profs ne connaissent pas la vie, la vie en dehors de leurs lycées et de leurs privilèges, la vie quand on a pas la sécurité de l'emploi, qu'on ne fait pas 18 h/semaine ( ne venez pas me parler des copies à corriger, ils préparent des cours et corrigent des copie pendant, excusez du peu, 17 à 22 h par semaines et ce chaque semaine selon leur dires, ils nous prennent pour des cons en plus), quand on a pas autant de semaine de congés payés qu'il y a de vacance scolaire. Ils ne savent pas que signfie le mot "travail". Il y a 1 profs pour 8 élèves en France et cette bande branleur bon à rien, trouvent qu'ils travaillent encore trop et qu'il ne sont pas assez nombreux. Alors oui les profs envoient les élèves dans la rue, plus sa gueule contre de Villepin plus la gauche se frotte les mains et pour les profs la gauche c'est leurs privilèges et ça leur évite d'y allez trop souvent eux même, certaine personne finiraient par leur mettre sur la gueule.

Euh... As tu eu une scolarité mouvementée? Des mauvaises notes (certainement de la faute des profs d'ailleurs) des difficultés à t'insérer dans le milieu scolaire?

En tous les cas, visiblement les profs ne te laissent pas indifférents! Que de haine! Tu dois nourrir ta rage un peu plus tous les jours, à chaque nouvelle occasion... Il serait intéressant de voir d'où ceci te viens, car on ne déteste pas les gens par hasard, au pire ils nous laissent indifférents...

En tous cas, belle preuve de tolérance humaine! On a du boulot... Mais j'y crois, on y arrivera à ce monde solidaire!

5) Vous parlez de précarité, mais c'est déjà la précarité, un jeune qui débute, qui commence son parcour professionnel, qui démarre son premier emploi, il est sur la corde raide, s'il ne convient pas, si le patron ne l'aime pas comme tu dit il le virera et ce quelque soit son contrat de travail, simplement le patron lui devra des indemintés de licenciement donc l'équivalent d'1 mois de salaire. Et ce n'est pas ça qui va vous sortir de la merde et ce n'est pas non plus une situations moins précaire

On n'est pas soumis à notre avenir. C'est pas la conjoncture qui nous guide, c'est nous qui créont notre environement, c'est nous qui décidons des orientations qu'on veut prendre. Le jour où TOUS les hommes auront décidé de ne plus se soumettre à l'économie, il n'y aura plus de précarité.

6) J'ai connus la précarité, mon paternel travaillait au jour le jour et ma mère faisait des ménages de temps en temps, on avait pas toujours à bouffer, on a déjeuner avec du pain et de l'eau et on est parti à l'école le ventre vide plus souvent qu'à notre tour, Chez mes parents il n'y avait pas l'eau courante et il n'y avait pas l'électricité non plus, on l'a eu j'avais 14 ans, par contre il y avait les huissiers en permance, et quand ils nous ont dit qu'ils allaient prendre la maison, mon père c'est pendu, on l'a trouver, un soir, avec mon frère, dans le garage et on a perdu la maison malgré tout. Tu vois t'as pas connu ça petit ? Alors ne parles pas des bourgeois occidentaux, l'occident a eu son lot de misère aussi.

La précarité tu 'a pas la moindre idée de ce que mot veut dire. A l'âge de 6 ans j'allais faucher du lait en poudre pour ma soeur, elle supportait pas le lait normal ( le lait en poudre était trop cher à l'époque) et jusqu'a mes 15 ans, pour moi le luxe, c'était de rester plusieurs mois dans la même maison sans qu'on nous mettent dehors.

Tu t'es déjà retrouvés avec tes quelques meubles et tes valises sur le trottoire sans savoir ou dormir ? Moi oui, moi j'ai vu mère supplier à genoux en pleurant un logeur de nous garder une nuit de plus.

Vous n'êtes pas obligés de me croire, pourtant c'est la vérité sur la tête mes enfants. Si vous saviez combien de personnes de ma génération ont vécu ça, vous seriez pas plus étonner que ça.

La précarité, vous ne vous en êtes même jamais approché, vous ne l'avez vu qu'a la télé, à l'étranger comme il dit.

Nous n'avons pas eu la même enfance ni la même jeunesse.

Et tu voudrais quoi? Qu'on vive ça? C'est ça pour toi le progrès? Non, on veut justement ne plus jamais vivre ça, c'est pour ça qu'on est dans la rue!

Lit un jour un article sur le même sujet dans le figaro et ensuite dans libé et tu comprendra.

Ceci suppose que le figaro est plus objectif que libé?

Quel esprit critique!

Tu sais, des jeunes qui détestent les profs comme toi yen a plein, si tu crois qu'ils vont aller manifester pour leur faire plaisir...

Voilà, enfin compte tenu de ce que pense de l'avis d'un mome de 15 ou 16 ans sur le sujet tu comprendra que je n'aille pas plus avant dans notre discussion.

Non tu as raison, surtout ne te rabaisse pas à son niveau tu risquerais de rajeunir.

J'ai pas bcp plus que 15 ans, mais j'ai une conscience, une mémoire, la possibilité de réfléchir, et surtout je ne me ferme pas à la discussion.

Tu pourras me traiter de tous les noms, m'insulter avec les pires mots que tu trouves, je continuerai à dialoguer avec toi.

Et le jour où tu me prouvera avec des arguments solides que le CPE vaut la peine, alors là je me tairai et saluerai ta victoire.

Mais toutes ces insultes me laissent penser que finalement tu n'as pas beaucoup d'arguments.

J'attends ta réponse.

T'as pas du lire la suite.

1) pour ce qui est du figaro et de libé, je ne dis pas que l'un vaut mieux que l'autre ou quelque chose de ce genre. Mais le même sujet sera traiter de façon positive dans le figaro et négative dans libé et inversement. C'est juste une question de tournure de phrase. Comme les profs avec leurs élèves, ils tournent les choses comme ça les arrange.

2) Quand à mes arguments si tu les avais lu tu ne me les demanderais pas. Mais passons je vais faire bref :

a) Un employeur ne vire pas employé sans lui donner d'explication, c'est extremement rare. Et même si ça ce produit tu va te barrer sans lui demander une explication ? Moi non. Si un mec me vire je ne le laisse pas s'en tirer, je veux qu'il me dise en face ce qu'il me reproche.

Et puis même en CDI ton employeur peut te virer sans te rendre de compte.

b) ton histoire de "raison subjective". Tu crois qu'un CDI va te protéger contre un con ? Si ton patron ne peut pas t'encadrer il te virera que tu soit en CDI ou en CPE et même en CDD crois moi j'en connais qui n'y ont pas coupé.

c) Le CPE comme je disais n'est pas la trouvaille du siècle mais c'est une manière de sécuriser un employeur qui embauche un gamin qui ne sait pas travailler. L'employeur réalise un investissement d'argent, d'energie et temps sur un débutant. Et donc il hésitera moins à embaucher en CPE qu'en CDI.

Et entre des CDD successifs et un CDI avec un période d'essai ralongée, qu'est ce qui est le plus précaire ? le CDD tu pense ? t'es un bon toi. Quand tu en aura fait quelques uns des CDD et quand tu aura vu qu'avec un CDD tu n'arrive même pas à trouver une location tu comprendra que le CPE c'est mieux.

C'est un engrenage si tu n'a pas d'expérience, on ne te donne pas de CDI facilement. La on t'en donne un tout de suite la seul contrepartie qu'on te demande c'est d'accepter deux ans d'essai, c'est rien 2 ans.

d) Un employeur ne se base pas sur la conjoncture sinon il ne fait jamais signer de CDI. S'il embauche un employé en CDI c'est qu'il en besoin pour du long terme et en tout cas pour plus de 18 mois puisqu'en France, selon la loi un employé ne peut faire que deux CDD successifs maximum et la durée ne peut exéder 18 mois soit en une fois soit en deux fois ( 1 CDD de 18 mois ou 2 CDD de 9 mois ou 12 + 6 ). Donc s'il embauche un CDI c'est que le poste est définitif.

Et puis de toute façon CPE ou CDI si la boîte boit la tasse, t'es viré.

e) Ha bon parce que toi tu mets "viré sans motif" sur ton CV ? Et pour toi "viré d'un CDI" c'est mieux que "viré d'un CPE" ? C'est pareil tu te retrouves chômeur et si tu as merdé en beauté tu auras les mêmes problèmes.

Et puis ce n'est pas ça l'éxpérience, c'est ce tu aura appris et appris à faire durant les mois que tu as passé dans l'entreprise, c'est l'autonomie professionnelle que tu aura acquise durant cette période.

f) Un CPE n'est pas moins cher qu'un CDI, ton employeur te paye plein fer tous les mois et il paye les charges aussi. Il n'y aucune différence de côté là. La seul différence c'est quand un employeur te vire en CDI, il te donne l'équivalent d'un mois de salaire en indemnité de licenciement. Voilà tu va pas loin avec ça, ce n'est pas ça qui rendra ta situation moins précaire.

g) En CPE tu touches les ASSEDIC au bout de 3 mois en CDI tu les touches au bout 6 mois de travail.

h) Tu ne "fait pas ton environnement", tu ne contrôles rien, tu choisis quel métier tu veux faire et t'essayes de le faire mais tu ne contrôles rien. La conjoncture dépend de très nombreux éléments sur lesquels tu n'a aucun contrôle.

3) Quand à mon enfance c'était simplement pour dire que vous n'aviez pas la moindre de ce qu'est la précarité, tu n'a jamais connu ça et tu ne connaitra jamais. Et le CPE ne t'apportera jamais la précarité. Si tu savais ce que c'était tu n'aurais pas cet a priori sur le CPE.

4) Je n'ai jamais eu de mauvaises notes, si tu avais une idée de mon cursus, j'ai toujours eu des bons rapports avec mes profs durant mes études. mais faut dire aussi que l'Education Nationale à l'époque ne ressemblait pas à celle d'aujourd'hui. Non en fait j'ai commencé à detester l'éducation nationale bien plus tard, en devenant adulte je me suis aperçu que je bossais 12 à 14 h par jour et les profs n'en branlaient pas une et qu'ils trouvaient que s'était encore trop pour eux. Quand un jour au JT, j'ai entendu une prof se plaindre en disant " mais bientôt on nous demandera de bosser pendant les vacances". Ton explication de mon avertion mon l'education nationale est très lycéenne,"tu n'aime pas les profs parce qu'il ton mis des mauvaise note" ou "ils t'ont donné de mauvaises notes et s'était de leur faute", j'ai pas 16 ans, j'ai passé l'âge de ce genre de truc.

t'es satisfait de la réponse ?

Tu a démontrer toute l'ampleur te ton inexpérience, de ta méconnaissance de la vie, de ton immaturité. Tu est contant, tu a répété les "brillantes" démonstrations de tes profs, t'as récité ta leçon.

Ha et évites d'utiliser des mots et expressions qui te dépassent comme " dignité humaine".

en résumé :

Le CPE est une forme de CDI, il permet de faciliter l'accès à l'emploi aux débutants, il leur permet d'avoir droit aux assedic après 3 mois de travail au lieu de 6 et il offre les mêmes droits que pour n'importe quel autre salarié. C'est une première expérience, une expérience valorisante, qui va te permettre de décrocher un vrai CDI. Et en CPE tu as une motivation, que vous voyez comme une menace mais qui est bel et bien une motivation, celle d'avoir un CDI d'assurer au bout de 2 ans si tu bosse bien. Avec un CDD ton patron peu t'amuser 6 mois et te jeter. Avec le CPE à l'issue des 2 ans tu est en CDI classique de fait. Et je parle même pas de l'lnterim, c'est la galère intégrale.

Ce n'est pas l'idée du siècle mais ce n'est pas idiot, et ça vaut le coup d'essayer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Candide Membre 98 messages
Forumeur en herbe‚ 33ans
Posté(e)

Merci d'avoir répondu.

J'adore me faire traiter d'immature imbécile qui n'y connait rien (aprés tout je suis Candide...). Si m'insulter donne plus de poids à ton argumentation, vas-y, continue... Ca me fait plaisir car c'est trés puéril dans le fond, et ça colle à ma mentalité de jeune bébé. On jouera à la marelle aprés, hein, tu promets?

Mais avant de passer à "1, 2, 3 soleil", je voudrais quand même te répondre.

Je reprends tes interventions dans l'ordre :

1) On est donc d'accord, ni le figaro ni libé ne sont objectifs. Chacun voit midi à sa porte, chacun défend ce qu'il pense être le mieux.

Là où on n'est pas d'accord c'est en ce qui concerne les profs. Ils ont un programme officiel qu'ils respectent. J'ai de nombreux témoignages d'élèves qui assurent que rien ne leur a été suggéré, au contraire, de nombreux profs sont plutôt à droite et sont contre les manifs. Mais ceux-ci aussi restent impartiaux et les lycéens sont libres de ne pas aller manifester. D'ailleurs c'est accorder beaucoup de pouvoir au professeur que de penser qu'il puisse avoir une quelconque influence sur le comportement de ses élèves. (quoi que tu dises, je persiste à croire que tu as eu des pbs dans ta scolarité...mais bon, là c'est juste de l'extrapolation)

2)a)Au cas où tu ne t'en serais pas apperçu, c'est l'employeur qui a le pouvoir sur l'employé : s'il ne veut pas lui dire pourquoi il le vire, il ne lui dit pas. Si une femme est enceinte et que ça ne plait pas à son patron c'est "dehors!" sans raison. Et c'est à l'employé de prouver que c'est de la discrimination ce qui en pratique est quasi impossible (demande aux juristes si tu me crois pas...)

2)b)Si, un CDI protège plus "contre un con" (je reprends volontairement tes propos car j'ai pas pour habitude de traiter les gens de con, même quand c'est des patrons lol) qu'un CPE. Pourquoi? Parceque c'est plus de garanties en cas de licenciement : déjà il faut justifier ce licenciement et l'employé est mieux indemnisé. Alors bien sûr, des employeurs qui veulent à tout prix virer quelqu'un peuvent toujours le faire, mais ça c'est vous qui le dites, et c'est toi qui prend cet exemple. Alors ne nous reprochez pas de stigmatiser les patrons, de les présenter comme des bourreaux sans coeur, puisque c'est vous qui le faites!

2)c) Oui, je suis certainement "un bon", car je pense qu'un CDD qui se prolonge d'un CDI vaut mieux qu'un CPE. Déjà la période d'essai sera forcément moins longue, et au cours du CDD on ne peut pas se faire virer sans motif. Donc si l'employeur est sûr d'employer et qu'il veut une période d'essai, il a qu'à faire un CDD, je vois pas pourquoi il aurait besoin d'un CPE.

2)d)euh oui, ba je vois pas où est le problème. S'il a besoin d'un CDI alors il prend un CDI, ya pas à s'embêter avec un CPE...

Et pi si la boîte coule, ba un CDI ça protège mieux qu'un CPE.

2)e) Non je mets pas "viré sans motif" sur mon CV, mais l'employeur se charge de vérifier, t'inquiète pas. Il va jusqu'à téléphoner aux ex-patrons pour vérifier que son futur employé est convenable alors...

Ce faire virer c'est déjà pas un atout alors quand en plus ya pas de motif, ça ouvre la voie à tout un tas de suppositions... Oui, tu auras les mêmes problèmes avec un CDI si (et seulement si) tu as "merdé en beauté". Alors qu'avec un CPE, même le plus scrupuleux des employés peut avoir ce genre de pb.

2)f). Arrête! Tout le monde sait qu'un CPE est plus intéressant qu'un CDI pour l'employeur.

2)g) Déjà les indemnités sont moins importantes pour un CPE, et ensuite ya vraiment peu de chances de se faire virer sous CDI, c'est peut-être pour ça que c'est seulement au bout de 6 mois que tu touches les assedic...

2)h) Au même titre que tu accordes la toute puissance aux professeurs, tu te fais une image de toi (citoyen) comme un être bien impuissant. Bien sûr un seul homme ne peut rien changer. Mais tous ensemble si. On peut changer les choses, toutes les choses qu'on veut changer. La condition est que la majorité le veuille. Pour ça il faut s'entendre et donc discuter. Mais crois moi, tout est possible (qui pouvait imaginer du temps de Louis XIV qu'un jour on couperait la tête à son descendant...?)

3) Précarité : Absence des conditions élémentaires permettant aux personnes et aux familles d'assumer normalement leurs responsabilités et de jouir de leurs droits fondamentaux.

Le logement étant un droit fondamental et le CPE étant un frein au logement il entraine une situation de précarité.

T'as peut-être eu des expériences précaires, mais je crois que des jeunes aujourd'hui vivent malheureusement le même genre de situations, et même si elle ne sont pas identiques, le contexte ayant changé, elles sont aussi traumatisantes.

Non, je ne connaitrai jamais la précarité, désolée. Mais je n'ai pas envie de la connaitre. J'ai de la chance, CPE ou pas, j'ai un emploi assuré. C'est pas le cas de mon frère qui est plus jeune. Je ne veux pas qu'il soit dans une situation précaire qu'il soit comme une vulgaire marchandise soumise au flux de l'offre et de la demande. Je ne veux pas qu'il vive ne serait-ce que le dixième de ce que tu as vécu. Je ne veux pas qu'il soit aigri par la vie. Il est jeune en bonne santé et plein d'espoirs. Je ne veux pas que la société le casse psychologiquement au point qu'il en arrive à dire que la peste de toutes façon c'est mieux que le choléra.

Que ça vous plaise ou non, nous avons de l'espoir et de la vitalité, nous ne voulons pas que le système nous épuise et nous réduise à accepter le pire. Donc nous nous battons, et nous sommes bien partis pour gagner cette bataille. (même si ça ne signifie pas qu'on a gagné l a "guerre").

4)Si c'est si facile d'être prof, si tu avais de si bons résultats, alors pourquoi n'as tu pas choisi cette profession? Tu aurais tout le loisir de manipuler tes élèves afin qu'ils soient pour le CPE, qu'ils défendent tes idées. Imagine toi, le pied : tu pourrais montrer à ces gosses à quel point ils sont stupides et incompétents, combien leur bétise est crace, les humilier dans toute leur immaturité...

Ah, ça nous manque des profs comme ça!

Bon alors, on fait un "chat perché" ou on continue le débat? Comme tu préfères.

A trés bientôt.

PS :

Tu est contant, tu a répété les "brillantes" démonstrations de tes profs, t'as récité ta leçon.

Ha et évites d'utiliser des mots et expressions qui te dépassent comme " dignité humaine".

Tu devais pas avoir de si bonnes notes que ça en français. "Content" ça s'écrit pas avec un a... et "évite" à l'impératif, ya pas de 's' à la fin... Mais bon, c'est qu'un détail.

Je ne suis plus au lycée. Et si tu savais ce que mes profs pensent du CPE... Pire que d'être à droite, ils n'en n'ont carément rien à faire pour la simple et bonne raison que le CPE ne concerne absolument pas ma filière. Ma fac à moi n'est pas fermée, c'est à peine si on est au courant qu'il y a des manifs.

Ca te dépasse peut-être mais je vais dans la rue de ma propre initiative.

Modifié par Candide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Froggy Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 37ans
Posté(e)
le CPE étant un frein au logement

FAUX! Cf mes precedents posts!

Si, un CDI protège plus "contre un con"

Oui et non, si un patron veut vraiment jouer au con (fort heureusement c'est très rare, mais un patron restant un être humain ca peut arriver), il peut se débrouiller pour licencier pour faute grave ou faute lourde. Et dans ce cas, les conséquences du licenciement pour faute sont les suivantes :

-> la faute grave entraîne la suppression des indemnités de licenciement et de préavis. En revanche, l'indemnité compensatrice de congés payés doit être versée au salarié.

-> la faute lourde entraîne la suppression de toutes les indemnités y compris celle des congés payés.

Bref, l'employé n'a rien, nada, niet (sauf les congés pour les fautes graves).

Donc si un patron veut vraiment jouer au con et foutre vraiment l'employé dans la merde il le peut, même s'il est en CDI... Mais bon il prend enormément de risque dans ce cas, car, même s'il peut trouver une excuse "à la con" qui pourrait passer, dans le cas d'un licenciement pour faute, l'employeur doit pouvoir en apporter la preuve par tous moyens.

Pour ce qui est de l'interet d'une plus grande flexibilité du système actuel, par une modification des contrats actuels ou des nouveaux contrats (personnellement j'aurai trouvé plus cohérent un assouplissement du CDI, car ca aurait mis tous le monde sur un pied d'égalité en terme de contrat à durée indéterminée et cela aurait évité les questions de crédits soulevés par le CPE/CNE), j'ai donné un exemple concret dans un de mes post precedent sur un usage possible du CPE/CNE (qui est un exemple de contrat plus flexible). C'est à dire que cela peut, entre autre, favoriser la création d'entreprise, puisqu'alors l'entrepreneur peut réagir plus efficacement et plus rapidement en cas de pépin imprévu, et alors il y a plus de chance que l'entreprise survive et donc que les employés restants voient leur emplois sauvés et qu'à l'avenir cette même entrerise puisse créer à nouveau des emplois.

Bref l'idée derrière un contrat plus flexible est de permettre à l'employeur, dans les cas où il en aurait vraiment besoin, de licencier rapidement sans que la procédure de licenciement puisse être artificiellement ralongé (par des procédures aux prud'hommes), qui représente alors un risque de dépenses imprévus et de temps perdu pour l'employeur. Temps et argent qui peuvent alors mettre en péril l'entreprise qui était déjà en difficulté et qui n'avait clairement pas besoin de ca.

Maintenant la question est de savoir s'il y a moyen de faire en sorte qu'à la fois l'employeur soit assuré de pouvoir licencier rapidement et sans risque d'innatendus en cas de réel besoin (i.e: qu'il ne peut pas faire autrement, sinon l'entreprise coule et donc tous les emplois sont perdus au final), et que les employés soient qd même suffisament sécurisés...

On voit ici deux possibilité:

- Interdire le licenciement sans motif

=> Mais risque de rallonge artificielle de la durée requise pour un licenciement dans le cas de procédures aux prud'homme qd le(s) employé(s) licencié(s) juge le motif pas justifié et cela même s'il l'est en réalité.

- Augmenter les indemnités pour l'employé. Par exemple en cas de licenciement economique, que l'état (pas l'entreprise evidement, car elle, elle cherche à sortir de sa situation difficile) offre des garantis additionnel financiere et/ou autres.

=> Faut que l'état soit prêt à assumer cela... Et avec la dette qu'il se traine déjà, c'est pas forcément très bon pour lui... Ca coute cher malheureusement un état très social, soit à l'état, soit aux entreprises, soit aux deux.

Donc en fait les points véritablement discutables concernant le CPE/CNE sont surtout:

1) N'aurait il pas été mieux, pour mettre tous le monde sur un pied d'égaliter, de modifier le CDI en y apportant plus de flexibilité?

2) N'aurait il pas été mieux que l'état apporte lui même plus de sécurité encore en cas de licenciement pendant les 2 ans initiaux?

Car point de vu flexibilité, c'est à dire permettre aux employeur de réagir plus rapidement en cas de réel besoin, cela est un point qui s'avère(ra) de plus en plus necessaire si on veut que la France puisse être un pays plus favorable aux entrepreneurs et ainsi que ceux-ci hésitent moins à créer leurs entreprises et à employer en France qu'aujourd'hui.

Modifié par Froggy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 159 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)
Cela dit sur ce point les patrons eux-même trouvent à redire et il y aurait certainement pu il y avoir une solution moins brutale... Cela dit j'y ai pas trop reflechis personnellement. Peut être simplement que lors de licenciements economiques, l'entreprise ne puissent pas être attaqué au prud'homme dans le cas d'un CPE? Enfin ca serait une question à creuser en effet...

Oui, en effet. il aurait même été de bon ton de la creuser avant d'imposer la loi (si même certains patron ne sont pas d'accord avec ce point ...).

Et, surtout, il serait de bon ton de la creuser maintenant.

Le rejet du CPE passe avant tout par cette non-justification ...

En fait le CPE a un gros inconvénient pour l'employeur notamment dans le cas de recrutement de personnes à haut niveau d'études (Bac+2 et +). J'explique... Avec un CPE, le jeune employé (je dis bien l'EMPLOYE) peut pendant les 2 premières années, partir du jour au lendemain sans préavis.

Ha ha, subtil retournement de situation : le CPE précariserait les patrons. Ce raisonnement est logique sur le papier, mais il ne me semble pas réaliste.

Bon déjà, ton explication met à jour la précarité de la période d'essai de 2 ans, qui existe donc pour les patrons et pour les employés.

Mais le rapport de force n'est pas le même : un employé travaille pour vivre, payer son loyer, etc ... donc je ne pense pas qu'il ira voir ailleurs automatiquement (certains sûrement, mais pas une large majorité). Déjà, s'il a pris un CPE, c'est qu'il n'a pas trouvé ailleurs.

Je travaille dans l'informatique, je suis au fait du phénomène dont tu parles. Mais en général les cadres qui vont voir mieux ailleurs ne le fond pas en début de contrat, mais après 2-3 ans d'expérience (car leur petite expérience est une valeur ajoutée et certaines portes s'entrouvrent). Alors effectivement, peut-être qu'en CPE (et surtout en fin de CPE) certains sonderont le marché de l'emploi pour aller voir ailleurs. Mais ces mêmes personnes le font déjà aujourd'hui pour améliorer leurs salaires et leurs conditions de travail, et les 3 mois de préavis sont souvent réduits (l'employé qui a un poste qui l'attend va tout faire pour partir au plus vite, et pour éviter que justement le transfert de connaissance se passe mal, l'employeur a tout intérêt de se montrer arrangeant en réduisant le préavis au minimum, enfin s'il ne veut pas arriver à un pourrissement de la situation).

Mais pour l'employé, changer de travail, reprouver ce que l'on vaut, se réadapter à de nouvelles conditions de travail (transport, horaires, ...), peut parfois devenir très contraignant. Surtout s'il est proche d'être en CDI dans une boïte où il a déjà ses repères.

Bref, là je reprendrais ton argumentation "CPE ou CDI c'est pareil" : ce n'est pas le type de contrat qui va faire la différence, mais la vie dans l'entreprise et les avantages que l'employé y trouve, et puis surtout l'opportunité ou non d'un autre emploi pour le salarié.

Donc, peut-être que l'employeur, dans ce cas bien précis, prendrais un risque de prendre un CPE, mais franchement, c'est un risque mineur comparé à la flexibilité que lui offre ce contrat d'autre part.

Pour résumer : un patron recherche la rentabilité (même si elle passe par la fexibilité), un employé en général recherche la stabilité.

Donc je pense qu'on ne peut pas si simplement appliquer un raisonnement libéral et patronal à un employé qui lui cherche surtout à assurer son avenir.

Pour ces emplois, pour connaitre des personnes dans les hotlines telephoniques notamment, je peux te dire que le turn over existe déjà aujourd'hui, car en général les employeurs embauches beaucoup des stagiaires, ou en CDD ou en Interim. Donc je ne pense pas que le CPE/CNE aggraveront les choses, ca sera probablement ni mieux ni moins bien.

Et bien dans ce cas, nous avons seulement démontré l'inutilité du CPE.

En effet, je ne pense pas que le patron s'en sorte sans soucis en ce genre de situation (au contraire, il peut s'en sortir très mal (fermeture de l'entreprises, dettes...etc)), car il a investi du temps et de l'argent et qd il y a un pépin, il en perd quoiqu'il arrive, donc dans ce genre de situation c'est à la fois le patron et les employés eventuellement licencié qui en payent les conséquences, chacun d'une façon différente (le patron qu'il doit redresser la barre sinon il risque de tout perdre, les employés licenciés puisqu'ils sont licenciés).

Sans compter que l'employeur dans ce cas a pas de compensation ni d'indemnité, il doit faire fasse seul à la situation et c'est pas forcément évident.

Attention, je ne parle pas de situation où la société est proche du dépot de bilan, ou d'un licenciement économique.

Je parlais plutôt de situation de sociétés qui tournent plus ou moins bien, et qui décident de créer un ou plusieurs poste (nouveau contrat, nouvelle activité connexe, ou simplement désir de s'agrandir).

Bref, plutôt dans un contexte de besoin d'expansion pour l'entreprise. Ce cas est loin d'être anodin (d'ailleurs je connais peu de société qui embaucherais, même un CPE, alors qu'elles sont proches du gouffre).

Si le calcul s'avère mauvais (la société a présumé de ses forces pour embaucher ce salarié), que l'activité connexe se casse la gueule, que le projet se déroule mal, etc ... même si l'employé a fait son maximum, le problème est le même : le société ne peut pas le garder. Donc, exit, et sans justification , ni de réelles indemnités.

Bref, grosse précarisation, car dans ce cas la société paiera peut être un peu son erreur, mais l'employé, lui, l'assumeras complétement.

Donc, permettre aux sociétés d'entreprendre, de prendre des risques, peut-être, mais que l'employé endosse la plus grande partie des conséquences, non.

De même un patron qui voit son entreprise en difficulter doit limiter les dépense et donc parfois malheureusement se séparer d'une partie de son personnel qui représente un cout (salaires, charges...etc), et donc peuvent potentiellement mettre en péril l'entreprise (et donc au final mettre tous le monde à la porte et ne plus jamais créer d'emploi puisqu'il n'y a plus d'entreprise).

Le problème de cet argument, c'est qu'il se justifie en cas de difficulté, mais qu'il devient beaucoup moins préhensible lorsqu'il s'agit d'un régulateur quotidien, que la politique manageriale s'appuie largement dessus, que les ressources humaines deviennent le premier poste à être grévé alors qu'elles devraient être l'un des derniers concernés.

Le CPE, en rendant l'outil du licenciement plus manipulable. légitime ce concept d'employés "matière première", dont on fait fluctuer le nombre suivant la situation et les petites crises passagères. Celà dédouane l'entreprise de la politique à long terme de ses ressources humaines.

Avec des CDI, elle tentera de faire au mieux, car justement le coût en temps en et argent des licenciements sera une contrainte l'obligeant à envisager d'autres alternatives.

Avec des CPE, cette contrainte sera moins forte, et le levier licenciement sera encore plus tentant pour elle afin de surfer sur des passages difficile.

1) Aux petits entreprises qui embaucheraient normalement en CNE, mais qui alors pour embaucher des jeunes peuvent embaucher en CPE (qui est plus interessant qu'un CNE pour un jeune (formations...etc))

Aux petites entrreprises ... de plus de 20 personnes.

2) Aux moyennes et grandes entreprises qui veulent embaucher des personnes peu ou pas qualifiés qu'y auraient été embauchés autrement en CDD ou Interim ou Stage.

Mais au risque que le CPE soit utilisé, puisqu'il se substitue à des CDD ou de l'Interim, comme emploi à durée déterminée (du moins du côté de l'entreprise), et que l'aspect 'indéterminé' ne soit que de façade.

Dans ce cas, l'inutilité du CPE est avéré d'un point de vue emploi.

Alors après pourquoi le gouvernement n'a pas limité clairement ce contrat à ces cas de figure... En fait le problème est que s'ils avaient limité, ca aurait été très dur de définir clairement les limites sans risquer d'exclure des gens qui auraient pu en profiter, sans compter que ca aurait été clairement de la discrimination. Le gouvernement a préféré donc laisser les employeurs juger quand il est judicieux ou non de préférer un CPE/CNE à un CDI, sachant que comme je l'ai dit mettre un CPE/CNE à une personne avec un certain niveau d'étude, cela est risqué pour l'employeur (beaucoup plus de risque de voir l'employé s'en aller voir ailleurs du jour au lendemain).

Voilà, tu as bien résumer le principal reproche que l'on peut faire au CPE : " Le gouvernement a préféré donc laisser les employeurs juger quand il est judicieux ou non de préférer un CPE/CNE à un CDI".

C'est cette confiance, cette délégation à un tiers dont les intérêts ne sont pas ceux du bien commun, mais ceux de la rentabilité.

A partir du moment où ce sont les entreprises qui ont pouvoir de décider du niveau de précarité de tel ou tel employé suivant le besoin qu'elles en ont, on se retrouve dans un système économique et social où l'Etat n'est plus garant de certains droits des citoyens : il les laisse en pature aux besoins des entreprises, qui elles dépendent directement du contexte du marché.

Bref, ce phénomène consiste à supprimer les couches protectrices entre le citoyen et l'économie globalisée, à l' exposer davantage à ses injustices.

Je sais que c'est sans doute le modèle de société que vous désirez, mais dans ce cas il faut bien voir que le CPE et le CNE sont les enfants de ce modèles, et qu'en étant contre ces dernier, il s'agit d'une rélle opposition idéologique et politique, sur des principes fondamentaux : que doit garantir l'Etat au citoyen ?

Doit il le précariser face aux demandes éconmiques du monde actuel, ou son rôle est-il au contraire de le protéger, par une politique de solidarité, face à ces mêmes dangers ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LeoNS Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 34ans
Posté(e)

Je vis pas en france, mais je suis ce sujet avec bcp d'intêret et je me demande, au cas ou le système CPE soit appilqué (chose que je n'approuve pas de mon point de vue), est-ce qu'il y aurait une version pour les etrangers ? càd si je m'embauchais dans une boîte en france, est ce que ca va s'appliquer sur moi de la même facon que vous les francais ou bien il y aura une modif ;)

peace

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Froggy Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 37ans
Posté(e)
Ha ha, subtil retournement de situation : le CPE précariserait les patrons. Ce raisonnement est logique sur le papier, mais il ne me semble pas réaliste.

Bon déjà, ton explication met à jour la précarité de la période d'essai de 2 ans, qui existe donc pour les patrons et pour les employés.

Mais le rapport de force n'est pas le même : un employé travaille pour vivre, payer son loyer, etc ... donc je ne pense pas qu'il ira voir ailleurs automatiquement (certains sûrement, mais pas une large majorité). Déjà, s'il a pris un CPE, c'est qu'il n'a pas trouvé ailleurs.

Je travaille dans l'informatique, je suis au fait du phénomène dont tu parles. Mais en général les cadres qui vont voir mieux ailleurs ne le fond pas en début de contrat, mais après 2-3 ans d'expérience (car leur petite expérience est une valeur ajoutée et certaines portes s'entrouvrent). Alors effectivement, peut-être qu'en CPE (et surtout en fin de CPE) certains sonderont le marché de l'emploi pour aller voir ailleurs. Mais ces mêmes personnes le font déjà aujourd'hui pour améliorer leurs salaires et leurs conditions de travail, et les 3 mois de préavis sont souvent réduits (l'employé qui a un poste qui l'attend va tout faire pour partir au plus vite, et pour éviter que justement le transfert de connaissance se passe mal, l'employeur a tout intérêt de se montrer arrangeant en réduisant le préavis au minimum, enfin s'il ne veut pas arriver à un pourrissement de la situation).

Mais pour l'employé, changer de travail, reprouver ce que l'on vaut, se réadapter à de nouvelles conditions de travail (transport, horaires, ...), peut parfois devenir très contraignant. Surtout s'il est proche d'être en CDI dans une boïte où il a déjà ses repères.

Bref, là je reprendrais ton argumentation "CPE ou CDI c'est pareil" : ce n'est pas le type de contrat qui va faire la différence, mais la vie dans l'entreprise et les avantages que l'employé y trouve, et puis surtout l'opportunité ou non d'un autre emploi pour le salarié.

Donc, peut-être que l'employeur, dans ce cas bien précis, prendrais un risque de prendre un CPE, mais franchement, c'est un risque mineur comparé à la flexibilité que lui offre ce contrat d'autre part.

Pour résumer : un patron recherche la rentabilité (même si elle passe par la fexibilité), un employé en général recherche la stabilité.

Donc je pense qu'on ne peut pas si simplement appliquer un raisonnement libéral et patronal à un employé qui lui cherche surtout à assurer son avenir.

Je pense que de plus en plus, et je parles pour moi aussi là car j'ai des projets en ce sens, les gens seront amené, dans l'interet de leur carrière, pour se valoriser et s'enrichir, amené à bouger souvent, alors certe en général c'est tous les 2 à 3 ans ou plus actuellement. Cependant justement ce que je souhaitait mettre en avant c'est qu'un contrat comme le CPE qui leur permet de bouger sans préavis pendant une période somme toute pas ridicule (2 ans), peut les inciter à envisager de bouger plus souvent. Sans compter que ca offre également des possibilités de postuler à l'étranger directement avec une disponibilité bien meilleure (car dans beaucoup de pays le préavis est bien plus court (quelques semaines) et la disponibilité de 3 mois française, même si tu arrives à la réduire à 1 mois, est un frein pour se faire embaucher à l'étranger directement (puisqu'ils s'attendent à une disponibilité de quelques semaines seulement)).

Sachant d'autant plus qu'un jeune diplomé si au bout de 6 mois/1 an déjà, il se remet sur le marché du travaille, il a déjà des tonnes de proposition d'emplois, bien plus que quand il étais juste jeune diplomé. Donc un jeune diplomé avec plus de 2 ans d'études supérieur dans un domaine qui a un minimum de débouché, s'il se fait embaucher en CPE, il aurait tord de pas profiter des 2 années où il peut partir pour chercher mieux ailleur et en CDI dès qu'il à un minimum d'expérience. Et ca ca n'est pas d'en l'interet de l'employeur. Donc franchement, un employeur qui embauche un jeune diplomé avec un niveau d'étude supérieur non negligeable dans un domaine qui a un minimum de débouché (Bac+2 et + disons) en CPE, ca n'est pas très intelligent.

Après evidement tous les employés n'y verront probablement pas, à première vu, d'interêt, mais pourtant il y en a, et je pense que une mobilité rapide sera de plus en plus demandé par les employés dans l'avenir, surtout avec l'Europe et la mondialisation.

Beaucoup de jeunes étudiants sous-évalus leur valeur sur le marché du travail. Un jeune avec Bac+2 ou plus dans un domaine qui a un minimum de déboucher ne devrait déjà à l'heure actuelle jamais avoir à accepter autre chose qu'un CDI (ou eventuellement un CPE dans les petits entreprises uniquement et seulement dans ce cas! Si le CPE est conservé)

Et bien dans ce cas, nous avons seulement démontré l'inutilité du CPE.

Dans ces cas prévis oui, mais il ne faut pas s'attendre à une solution miracle qui soit bénéfique dans tous les cas, c'est irréaliste.

Attention, je ne parle pas de situation où la société est proche du dépot de bilan, ou d'un licenciement économique.

Je parlais plutôt de situation de sociétés qui tournent plus ou moins bien, et qui décident de créer un ou plusieurs poste (nouveau contrat, nouvelle activité connexe, ou simplement désir de s'agrandir).

Bref, plutôt dans un contexte de besoin d'expansion pour l'entreprise. Ce cas est loin d'être anodin (d'ailleurs je connais peu de société qui embaucherais, même un CPE, alors qu'elles sont proches du gouffre).

Si le calcul s'avère mauvais (la société a présumé de ses forces pour embaucher ce salarié), que l'activité connexe se casse la gueule, que le projet se déroule mal, etc ... même si l'employé a fait son maximum, le problème est le même : le société ne peut pas le garder. Donc, exit, et sans justification , ni de réelles indemnités.

Bref, grosse précarisation, car dans ce cas la société paiera peut être un peu son erreur, mais l'employé, lui, l'assumeras complétement.

Donc, permettre aux sociétés d'entreprendre, de prendre des risques, peut-être, mais que l'employé endosse la plus grande partie des conséquences, non.

Oui mais c'est sur ca que les employeurs cherche une solution, la possibilité de licencier rapidement quand ils ne peuvent pas faire autrement.

Après comme je l'ai dit dans un post suivant celui auquel tu répond, peut être que l'etat lui même pourrait essayer d'améliorer les garanties et indémnités dans ce cas. Mais ca serait au risque d'augmenter encore la dette publique (ca coute cher un état social).

Cela dit, tu à l'air de minimiser les conséquences des risques sur l'entreprise elle même en disant "car dans ce cas la société paiera peut être un peu son erreur". En général les entreprise qui se trouve dans des situation difficiles payent rarement qu'un peu leurs erreur. Car elles peuvent potentiellement perdre des clients, de la credibilité et perdent de toute façon de l'argent. Elles risquent tout simplement de tout perdre, dans le pire des cas, et plus elle réagisse vitent et efficacement mieux c'est pour tous le monde.

Le licenciement d'employés dans ce cas est comme tu l'as dit inévitable, et s'il y a compensation à faire vis à vis de cela, c'est à mon sens surtout au niveau de l'état qu'il faudrait que cela se fasse, car l'entreprise essait déjà de se redresser pour sauver les emplois restant et son activité, et donc les futurs emplois potentiels.

Le problème de cet argument, c'est qu'il se justifie en cas de difficulté, mais qu'il devient beaucoup moins préhensible lorsqu'il s'agit d'un régulateur quotidien, que la politique manageriale s'appuie largement dessus, que les ressources humaines deviennent le premier poste à être grévé alors qu'elles devraient être l'un des derniers concernés.

Le CPE, en rendant l'outil du licenciement plus manipulable. légitime ce concept d'employés "matière première", dont on fait fluctuer le nombre suivant la situation et les petites crises passagères. Celà dédouane l'entreprise de la politique à long terme de ses ressources humaines.

Avec des CDI, elle tentera de faire au mieux, car justement le coût en temps en et argent des licenciements sera une contrainte l'obligeant à envisager d'autres alternatives.

Avec des CPE, cette contrainte sera moins forte, et le levier licenciement sera encore plus tentant pour elle afin de surfer sur des passages difficile.

Je suis tout à fait d'accord là dessus, pour moi c'est avant tout utile en cas de réel difficulté. Après evidement il peut y avoir des dérives, comme toujours.

Mais et là c'est moi qui te pose une question, car je n'ai pas véritablement d'idée de solution sur ce point:

Comment faire pour permettre aux entrepreneurs d'avoir cette flexibilité en cas de REEL difficulté, tout en verouillant au maximum les dérives potentielles?

Franchement personnellement je ne vois pas de solution simple et efficace à cette question. Et selon moi ici c'est soit tu fais confiance aux employeurs (cas du CPE/CNE), soit tu ne leur fourni pas de flexibilité (cas du CDI).

1) Aux petits entreprises qui embaucheraient normalement en CNE, mais qui alors pour embaucher des jeunes peuvent embaucher en CPE (qui est plus interessant qu'un CNE pour un jeune (formations...etc))

Aux petites entrreprises ... de plus de 20 personnes.

Non, j'ai dit: "Aux petits entreprises qui embaucheraient normalement en CNE"

DONC ==> Forcément à celle de MOINS de 20 personnes dans ce cas précis.

2) Aux moyennes et grandes entreprises qui veulent embaucher des personnes peu ou pas qualifiés qu'y auraient été embauchés autrement en CDD ou Interim ou Stage.

Mais au risque que le CPE soit utilisé, puisqu'il se substitue à des CDD ou de l'Interim, comme emploi à durée déterminée (du moins du côté de l'entreprise), et que l'aspect 'indéterminé' ne soit que de façade.

Dans ce cas, l'inutilité du CPE est avéré d'un point de vue emploi.

Oui à ce risque là effectivement. Il restera qu'il y aura qd même un certain nombre d'entre eux (à quel proportion, il faut voir...) qui seront gardé et donc seront alors en CDI.

Voilà, tu as bien résumer le principal reproche que l'on peut faire au CPE : " Le gouvernement a préféré donc laisser les employeurs juger quand il est judicieux ou non de préférer un CPE/CNE à un CDI".

C'est cette confiance, cette délégation à un tiers dont les intérêts ne sont pas ceux du bien commun, mais ceux de la rentabilité.

A partir du moment où ce sont les entreprises qui ont pouvoir de décider du niveau de précarité de tel ou tel employé suivant le besoin qu'elles en ont, on se retrouve dans un système économique et social où l'Etat n'est plus garant de certains droits des citoyens : il les laisse en pature aux besoins des entreprises, qui elles dépendent directement du contexte du marché.

Bref, ce phénomène consiste à supprimer les couches protectrices entre le citoyen et l'économie globalisée, à l' exposer davantage à ses injustices.

Oui mais comment faire autrement??? Si tu limites le contrat à certains cas précis, tu risque de laisser sur la paille d'autres catégories d'employés qui ne se voient pas proposé de CDI et qui auraient bien aimer profiter du CPE mais qui ne peuvent pas car ne correspondent pas au critères.

Et franchement, un employeur qui embauche un jeune diplomé avec un niveau d'étude supérieur non negligeable dans un domaine qui a un minimum de débouché (Bac+2 et + disons) en CPE, ca n'est pas très intelligent (cf premier paragraphe pour le pourquoi).

Je sais que c'est sans doute le modèle de société que vous désirez, mais dans ce cas il faut bien voir que le CPE et le CNE sont les enfants de ce modèles, et qu'en étant contre ces dernier, il s'agit d'une rélle opposition idéologique et politique, sur des principes fondamentaux : que doit garantir l'Etat au citoyen ?

Doit il le précariser face aux demandes éconmiques du monde actuel, ou son rôle est-il au contraire de le protéger, par une politique de solidarité, face à ces mêmes dangers ?

Oui c'est bien là toute la question du problème...

Je vis pas en france, mais je suis ce sujet avec bcp d'intêret et je me demande, au cas ou le système CPE soit appilqué (chose que je n'approuve pas de mon point de vue), est-ce qu'il y aurait une version pour les etrangers ? càd si je m'embauchais dans une boîte en france, est ce que ca va s'appliquer sur moi de la même facon que vous les francais ou bien il y aura une modif ;)

Bah si tu te fais embaucher directement en France sous la loi française donc, tu seras au même niveau que n'importe quel autre travailleur français.

De ce fait tu pourras potentiellement être embaucher sous n'importe lequel des contrats français existant, donc si le CPE est conservé, tu pourras tout à fait être embauché en CPE si c'est ce qu'a choisi le(s) employeur chez le(s)quel tu postule.

Modifié par Froggy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 159 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)
Beaucoup de jeunes étudiants sous-évalus leur valeur sur le marché du travail. Un jeune avec Bac+2 ou plus dans un domaine qui a un minimum de déboucher ne devrait déjà à l'heure actuelle jamais avoir à accepter autre chose qu'un CDI (ou eventuellement un CPE dans les petits entreprises uniquement et seulement dans ce cas! Si le CPE est conservé)

Nous ne sommes pas d'accord sur l'usage du CPE par les grandes sociétés, pour embaucher des diplômés. Ca effectivement, seul l'avenir nous le dira.

Quoiqu'on pourrait peut-être déjà avoir une idée des CNE créés par exemple par les SSII (je ne sais pas où trouver ces statistiques).

Dans ces cas prévis oui, mais il ne faut pas s'attendre à une solution miracle qui soit bénéfique dans tous les cas, c'est irréaliste.

Je ne m'attends aucunement à une solution miracle.

Mais si un contrat est censé répondre à un besoin particulier (faciliter a priori l'embauche des jeunes sans diplômes ou expériences, ou aider les petites entreprises de plus de 20 salarié à embaucher) et que :

- ce contrat utilisé dans ce cas n'est qu'un pis aller pour l'employé (la vrai aide devrait venir de l'Etat) et innove en permettant un licenciement sans justification

- il peut précariser d'autre franges de l'emploi (nous ne sommes pas d'accord sur ce point, enfin bon) en se substituant au CDI

- il peut se substituer à d'autre contrats précaires (CDD, Interim) en donnant l'illusion de créer de l'emploi à long terme

... ben je pense que ce contrat là ne répond pas aux véritables problèmes, il passe à côté, et au passage parait même comme une provocation.

Bref, ce conctrat offre essentiellement de la précarité, certes à ceux qui en avait déjà, mais aussi à ceux qui n'en avit pas, ou à ceux qui n'avait rien.

Une espèce de communisme libéral ? ;)

Cela dit, tu à l'air de minimiser les conséquences des risques sur l'entreprise elle même en disant "car dans ce cas la société paiera peut être un peu son erreur". En général les entreprise qui se trouve dans des situation difficiles payent rarement qu'un peu leurs erreur. Car elles peuvent potentiellement perdre des clients, de la credibilité et perdent de toute façon de l'argent. Elles risquent tout simplement de tout perdre, dans le pire des cas, et plus elle réagisse vitent et efficacement mieux c'est pour tous le monde.

Encore une fois, je ne me place pas dans le cas d'une société en difficulté, mais dans celui d'une société qui tente de s'accroître, et qui doit faire marche arrière par la suite.

Et même si l'entreprise doit payer ses erreurs, l'engagement d'un salarié doit faire partie des conséquences de ces erreurs ...

Le licenciement d'employés dans ce cas est comme tu l'as dit inévitable, et s'il y a compensation à faire vis à vis de cela, c'est à mon sens surtout au niveau de l'état qu'il faudrait que cela se fasse, car l'entreprise essait déjà de se redresser pour sauver les emplois restant et son activité, et donc les futurs emplois potentiels.

Je dirais plutôt : "L'entreprise essaie déjà de se redresse pour sauver son activité, et les emplois si celà s'avère nécessaire". Juste en passant.

Mais et là c'est moi qui te pose une question, car je n'ai pas véritablement d'idée de solution sur ce point:

Comment faire pour permettre aux entrepreneurs d'avoir cette flexibilité en cas de REEL difficulté, tout en verouillant au maximum les dérives potentielles?

Franchement personnellement je ne vois pas de solution simple et efficace à cette question. Et selon moi ici c'est soit tu fais confiance aux employeurs (cas du CPE/CNE), soit tu ne leur fourni pas de flexibilité (cas du CDI).

je n'ai certainement pas de réponse toute faite à ce sujet, car c'est un sujet complexe.

Un sujet central qui mérite un peu plus de réflexion qu'un CPE par exemple.

La solution ? Peut-être s'inspirer du modèle danois (je suis pas original, je sais), où ils ont accepté la précarité des emplois (en tant que poste), mais pas des employés.

Bref, l'idée est d'avoir une réelle dynamique de l'emploi, et un véritable accompagnement.

Les entreprise ont besoins de flexibilité, mais cette flexibilité est synonyme de précarité et de problème important pour un citoyen : on porte atteinte à sa vie, son avenir proche et futur.

La solution, considéré l'inactivité comme un facteur réel du monde moderne, et le prendre en compte.

Bref, investir dans le reclassement, avoir des services d'aide à l'emploi proche des entrerprises, des bassins d'activité de la région.

Le projet EVA de martine Aubry, d'après le très peu que j'ai entendu, peut être une piste à exploiter : offrir la possibilité à une personne se retrouvant au chômage, et sans diplômes, de se former, et pourquoi pas là aussi entretenir des liens avec les entreprises pour que cette formation débouche sur un emploi et ne soit pas faite en l'air.

Mais, également peut être aider les petites entreprises à éviter la case licenciement, à les inciter un peu plus à embaucher, mais certainement pas en créant un contrat en carton pâte.

Et puis se montrer peut être moins généreux avec les plus grosses sociétés.

Non, j'ai dit: "Aux petits entreprises qui embaucheraient normalement en CNE"

DONC ==> Forcément à celle de MOINS de 20 personnes dans ce cas précis.

Euh, on ne se comprend pas là (enfin moi je ne comprends plus ...)

Je voulais juste dire que le CPE étant destiné aux société de plus de 20 salariés, il ne concerne pas les petites sociétés.

De plus, j'allais oublié ce point, mais il me semble avoir lu qu'après 6 mois dans une entreprise, le salarié devait 1 mois de préavis à l'entreprise. Donc, notre jeune cadre ne partira pas du jour au lendemain.

Oui mais comment faire autrement??? Si tu limites le contrat à certains cas précis, tu risque de laisser sur la paille d'autres catégories d'employés qui ne se voient pas proposé de CDI et qui auraient bien aimer profiter du CPE mais qui ne peuvent pas car ne correspondent pas au critères.

Comment faire autrement ?

Ben en se disant qu'un contrat général ne sert pas à repondre à des problème particulier, et qu'en plus il risque d'en créer là où il n'y en avait pas auparavant.

Par exemple, améliorer le Stage d'Accès à l'Emploi, qui permet à une société de prendre un CDI, mais où l'Etat participe à la formation de l'employé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Froggy Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 37ans
Posté(e)
Nous ne sommes pas d'accord sur l'usage du CPE par les grandes sociétés, pour embaucher des diplômés. Ca effectivement, seul l'avenir nous le dira.

Quoiqu'on pourrait peut-être déjà avoir une idée des CNE créés par exemple par les SSII (je ne sais pas où trouver ces statistiques).

Les petites SSII alors, puisque le CNE est reservé aux entreprises de moins de 20 salariés. Des gens que je connais autour de moi, ils continuent à être embauchés en CDI.

Je ne m'attends aucunement à une solution miracle.

Mais si un contrat est censé répondre à un besoin particulier (faciliter a priori l'embauche des jeunes sans diplômes ou expériences, ou aider les petites entreprises de plus de 20 salarié à embaucher) et que :

- ce contrat utilisé dans ce cas n'est qu'un pis aller pour l'employé (la vrai aide devrait venir de l'Etat) et innove en permettant un licenciement sans justification

Pour l'employé il offre également plus de flexibilité. Et même si tu n'en vois pas l'interet, il y en a pour d'autre et à mon sens ca aura de plus en plus de sens (je ne redetaillerais pas, j'ai déjà detaillé).

- il peut précariser d'autre franges de l'emploi (nous ne sommes pas d'accord sur ce point, enfin bon) en se substituant au CDI

En effet on n'est pas d'accord puisque je pense que ca ne se fera quasiment pas ce genre de chose. Enfin pas plus que les abus du même genre qu'on peut déjà voir à l'heure actuelle.

D'autant que le CPE étant reservé aux moins de 26ans (26ans exclu!), il ne pourra de toute façon déjà pas être appliqué pour tous les jeunes diplomés de 26 ans et plus (qui sont loin d'être en minorité parmis les jeunes diplomés embauchés en CDI directement)

- il peut se substituer à d'autre contrats précaires (CDD, Interim) en donnant l'illusion de créer de l'emploi à long terme

Et alors, tant mieux dans ce cas!!!

... ben je pense que ce contrat là ne répond pas aux véritables problèmes, il passe à côté, et au passage parait même comme une provocation.

Bref, ce conctrat offre essentiellement de la précarité, certes à ceux qui en avait déjà, mais aussi à ceux qui n'en avit pas, ou à ceux qui n'avait rien.

Ceux qui n'avait rien seront bien content d'avoir quelque chose même "précaire", et ceux qui était déjà précaire ca ne leur changera pas grand chose à ce niveau. Enfin comme je l'ai dit je doute que beaucoup de jeunes qui sont embauchés actuellement en CDI seront embauchés en CPE, car dans la (quasi?) totalité des cas ca n'a pas d'intêret pour l'employeur (ou alors ils avaient tord d'embaucher en CDI avant...), ou alors il n'est carément pas applicable (jeunes de 26 ans et plus).

Une espèce de communisme libéral ? ;)

;)!

Encore une fois, je ne me place pas dans le cas d'une société en difficulté, mais dans celui d'une société qui tente de s'accroître, et qui doit faire marche arrière par la suite.

Et même si l'entreprise doit payer ses erreurs, l'engagement d'un salarié doit faire partie des conséquences de ces erreurs ...

Certes, ca peut avoir des dérives à ce niveau en effet...

Je dirais plutôt : "L'entreprise essaie déjà de se redresse pour sauver son activité, et les emplois si celà s'avère nécessaire". Juste en passant.

Tout à fait

Mais et là c'est moi qui te pose une question, car je n'ai pas véritablement d'idée de solution sur ce point:

Comment faire pour permettre aux entrepreneurs d'avoir cette flexibilité en cas de REEL difficulté, tout en verouillant au maximum les dérives potentielles?

Franchement personnellement je ne vois pas de solution simple et efficace à cette question. Et selon moi ici c'est soit tu fais confiance aux employeurs (cas du CPE/CNE), soit tu ne leur fourni pas de flexibilité (cas du CDI).

je n'ai certainement pas de réponse toute faite à ce sujet, car c'est un sujet complexe.

Un sujet central qui mérite un peu plus de réflexion qu'un CPE par exemple.

La solution ? Peut-être s'inspirer du modèle danois (je suis pas original, je sais), où ils ont accepté la précarité des emplois (en tant que poste), mais pas des employés.

Bref, l'idée est d'avoir une réelle dynamique de l'emploi, et un véritable accompagnement.

Les entreprise ont besoins de flexibilité, mais cette flexibilité est synonyme de précarité et de problème important pour un citoyen : on porte atteinte à sa vie, son avenir proche et futur.

La solution, considéré l'inactivité comme un facteur réel du monde moderne, et le prendre en compte.

Bref, investir dans le reclassement, avoir des services d'aide à l'emploi proche des entrerprises, des bassins d'activité de la région.

Là dessus je te rejoins à 100%, ce qui rejoins ce que je proposait, améliorer les aides en cas de licenciement pendant la période de 2 ans du CPE

Le projet EVA de martine Aubry, d'après le très peu que j'ai entendu, peut être une piste à exploiter : offrir la possibilité à une personne se retrouvant au chômage, et sans diplômes, de se former, et pourquoi pas là aussi entretenir des liens avec les entreprises pour que cette formation débouche sur un emploi et ne soit pas faite en l'air.

Pourquoi pas... Mais à faire en complément de la flexibilisation à mon sens. Comme les danois quoi ;)

Euh, on ne se comprend pas là (enfin moi je ne comprends plus ...)

Je voulais juste dire que le CPE étant destiné aux société de plus de 20 salariés, il ne concerne pas les petites sociétés.

Oui erreur de ma part désolé.

De plus, j'allais oublié ce point, mais il me semble avoir lu qu'après 6 mois dans une entreprise, le salarié devait 1 mois de préavis à l'entreprise. Donc, notre jeune cadre ne partira pas du jour au lendemain.

Selon ce que j'ai lu, sur le site du ministère de l'emploi, pour le CNE, et je pense qu'il en est de même pour le CPE. Le préavis vaut pour l'employeur en cas de licenciement d'un employé sous CNE ou CPE.

L'employé au contraire peut partir quand il veut, du jour au lendemain.

Confirmé par cet article: http://www.lentreprise.com/actu/1.12712.html

Je cite: "Le salarié doit effectuer un préavis avant de quitter l’entreprise seulement lorsque c’est l’employeur qui est à l’initiative de la rupture" ==> Pas de préavis à faire lorsque c'est l'employé qui rompt le contrat.

Article d'ailleurs très interessant par ailleurs, il fait sauter des idées reçus que j'avais moi même. Je t'invite à le lire.

Comment faire autrement ?

Ben en se disant qu'un contrat général ne sert pas à repondre à des problème particulier, et qu'en plus il risque d'en créer là où il n'y en avait pas auparavant.

Comme je l'ai dit le risque d'un contrat un peu trop particularisé est d'exclure artificiellement des gens qui pourraient en avoir besoin à l'avenir (nouveau type de metier créé...etc)... Et tu peux pas mettre sur le contrat, pour des raisons evidentes de descrimination, qu'il est reservé aux gens peu ou pas qualifiés.

PS: Un petit article sur l'accès au crédits (immobilier ou autres) avec un CNE (et donc on peut faire un parallèle pour le CPE):

http://www.lentreprise.com/actu/1.13080.html

Modifié par Froggy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 159 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)
Confirmé par cet article: http://www.lentreprise.com/actu/1.12712.html

Je cite: "Le salarié doit effectuer un préavis avant de quitter l'entreprise seulement lorsque c'est l'employeur qui est à l'initiative de la rupture" ==> Pas de préavis à faire lorsque c'est l'employé qui rompt le contrat.

C'est ce que l'on pourrait tirer en effet de l'article, même si la formulation de la phrase me parait un peu alambiqué.

En fait, je la trouve un peu alambiquée, car j'ai, moi aussi fait des recherches, et j'ai trouvé beaucoup de sites (par exemple wikipédia, ou des blogs, bref rien d'officiel) qui donnent 15 jours de préavis avant 6 mois d'ancienneté, et un mois après 6 mois, lors d'une rupture du fait de l'employé.

Malheureusement, sur le site du ministère, ou du gouvernement, je n'ai trouvé que des question-réponses propagandes VRAI-FAUX (hum hum) qui ne présente pas le projet de manière clair.

Le seul texte fiable que j'ai trouvé se trouve sur le site

Ensemble pour le CPE (sic ^^) :

http://www.ensemblepourlecpe.com/article.php3?id_article=29

Et le seul endroit où ils évoquent la rupture du fait de l'employé :

Les conditions de rupture respectent les prescriptions de l'ordre public social. Les prescriptions assurant par exemple la protection des salariés titulaires d'un mandat syndical ou représentatif sont applicables de même que celles censurant les licenciements reposant sur une cause illicite. Enfin, les licenciements éventuels sont comptabilisés dans le décompte des effectifs ouvrant la procédure de licenciement collectif.

Par ailleurs, sont institués des droits nouveaux au profit des jeunes salariés en matière de préavis, d'indemnité de licenciement, de droit individuel à la formation et de couverture renforcée du risque chômage.

Le préavis croît en fonction de l'ancienneté, il est de deux semaines pour une ancienneté inférieure à six mois et d'un mois pour une ancienneté comprise entre six mois et un an.

Peut-être une modification a t'elle eut lieu depuis ?

Modifié par Pheldwyn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

Alors pourquoi pas avoir laissé les choses telles qu'elles le sont actuellement? Si l'employeur est sûr de vouloir créer un CDI, il a qu'a direct employer un jeune sous CDI, je vois pas ce que le CPE pourrait apporter à l'employé dans ce cas!

Et si l'employeur a en effet l'intention d'employer un CDI, mais qu'il fait un CPE, là tout de suite les banques, les propriétaires de logement vont être beaucoup plus suspicieux et méfiants... Donc : précarisation.

Prenons un exemple concret, si une entreprise est nouvellement créée par une personne, mais évidement rien ne dit que cette entreprise arrivera à décoller ou non au final. Or il s'avère que cette entreprise a besoin d'un certain nombre de personne. Puisqu'evidement l'entrepreneur est confiant dans son projet, il souhaite embaucher à durée indéterminé.

Avec un CDI, après la période d'essai legale, si un pépin arrive qui l'oblige à revoir ses ambition à la baisse et malheureusement à licencier, le temps qu'il faudra pour licencier le personnel lui coutant trop cher pour faire face au pépin en question, peut lui couter très cher et voir faire couler sa boite.

Alors qu'avec un contrat plus souple, qui lui permettrait de licencier plus rapidement, il aurait pu la sauver.

C'est d'autant plus pertinent que c'est souvent dans les 2 premières années d'une boite nouvellement créée que tout se joue.

C'est un exemple parmis, d'autre... Il y en a surement bien d'autre. On voit donc que par exemple le CPE peut aider à la création d'entreprise et à l'embauche dans ces cas précis. Car aujourd'hui beaucoup de nouvelles entreprises françaises hésitent à embaucher ou prennent des stagiaires, car cela représente une prise de risque non négligeable avec la forme actuelle du CDI, et cela même si elles en auraient bien besoin.

Donc on voit bien dans cette exemple que si la boite marche bien, les employés en CPE seront gardés, et seront alors ensuite en CDI, alors que dans la situation d'aujourd'hui ces emplois n'auraient pas existés.

Plus précisement, évaluons les différents scenario:

- Scenario 1:

Entreprise est créée -> Elle embauche en CDI -> un pepin suvient dans les 2 premières années -> Elle se voit obliger de licencier -> Plusieurs mois necessaire pour licencier, pendant lesquels elle est toujours dans le rouge et cette durée la pénalise plus qu'autre chose -> La boite coule -> finalement tous le monde est dans la "merde"

- Scenario 2:

Entreprise est créée -> Elle embauche pas ou peu (alors qu'elle a besoin de main d'oeuvre pour s'epanouir correctement) -> Evolution lente -> Risque de couler également pour ne pas avoir réussi à se développer suffisament rapidement

- Scenario 3:

Entreprise est créée -> Elle embauche en CPE -> un pepin suvient dans les 2 premières années -> Elle se voit obliger de licencier (malheureusement) -> Heureusement elle a employé en CPE et donc elle peut licencier assez rapidement -> Augmentation de ses chance de surmonter le pépin et de se développer finalement, puis donc ensuite de créer à nouveau des emplois

- Scenario 4:

Entreprise est créée -> Elle embauche en CPE -> aucun pépin -> les employés en CPE passent mécaniquement en CDI -> Scenario idéal

- Scenario 5:

Entreprise est créée -> Elle embauche en CDI -> aucun pépin -> Scenario idéal

On voit bien que les scenarios idéaux 4 et 5 sont imprévisible au départ (l'avenir ca ne se prévoit pas!!), et qu'il est bien plus risqué de prendre directement en CDI pour l'employeur car en cas de pépin cela peut amener à ce que la boite coule là où le CPE aurait permis de s'en sortir qd même malgré le(s) pépin(s) éventuel(s) qui peuve(nt) survenir. Car malheureusement le scenario N°5 en pratique est assez rare.

Donc il ne faut pas tout confondre, c'est en réalité dans tous ces cas où actuellement les entreprises préfèrent prendre des stagiaires ou ne pas ou peu embaucher, notamment pour éviter d'être coincé ou en situation difficilement surmontable en cas d'imprévus, que le CPE peut aider et si heureusement imprévus il n'y a pas, aboutir sur des CDI au final.

En ce qui concerne les emploi créés par le CNE, je ne suis pas économiste, mais je ne vois pas comment une loi peut générer du travail et par là des emlpois... Si quelqu'un veut bien m'expliquer?

Le CNE est avant tout un contrat de travail.

Il y a une grosse faille dans cette argumentation :

L'effectif de l'entreprise doit être supérieur à vingt salariés

1/ Une entreprise qui se crée embauche assez rarement plus de 20 salariés à sa création

2/ Le CPE se destine aux jeunes n'ayant qu'une faible expérience du travail. Une boîte nouvellement crée aura généralement besoin aussi de personnel expérimenté.

Le CPE n'est donc pas propice à la création de nouvelles entreprises : il n'est pas créé pour cela.

Je ne dirais qu'une chose : lisez le texte de loi au lieu de croire ce qu'on vous racconte. Rare sont les comptes rendu objectifs sur le CPE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
- Pour ce qui concerne l'accès au logement en général avec un CPE, voici ce qui est prévu par ce texte:

Les 18-25 ans en CPE seront tous éligibles au Locapass qui consiste principalement en l'avance de la caution et une caution solidaire de l'état sur le versement des loyers pendant dix-huit mois.

=> Donc aucun soucis pour louer un logement.

Ta conclusion est bien prétentieuse : ce n'est pas "aucun soucis pour ce loger" qu'il faut conclure (ce qui est complètement faux), mais plutôt : quelques aides pour se loger.

Ces aides ne compensants propablement pas le fait d'être en CDI.

Là encore : ne croyez pas tout ce qu'on peut vous racconter : le Locapass ne suffit pas pour ne pas avoir de problèmes de logements.

Une autre idée fausse qui circule serait qu'il n'y a pas de pénalité pour emprunter : seuls certains organisme ont annoncés qu'ils ne feraient pas de distinctions entre CDI et CPE, mais :

1/ Tous les organismes de prêt n'ont pas annoncé qu'ils étaient d'accord

2/ Cette annonce n'a aucune valeur : elle peut être respectée ou non selon le bon vouloir de l'organisme

3/ Les études de risques pour les prêts seront défavorables aux CPE : préter à un CPE, c'est prendre un risque plus grand, donc ça coûte plus cher.

Au final, tous les éléments sont réunis pour que l'heureux bénéficiaire d'un CPE ai plus de diffivultés à se loger que le salarié en CDI classique.

Ah. Donc vaut mieux sauver sa boîte et accepter une précarisation des employés. Aprés tout, pourquoi pas mettre nos vies au service de l'économie, elles ne valent tellement rien comparé au marché...

Oui il vaut mieux sauver une boite et licencier quelques employés, que au contraire la boite coule et que tous les employés se retrouve alors au chomage (c'est si dur que ca comme raisonnement???).

D'autant qu'une boite sauvé est une boite de plus qui peut au final créer des emploi à l'avenir!

Et les gars, c'est quoi pour vous vivre? C'est faire marcher sa boite? Pour moi non, on travail pour vivre, on vit pas pour travailler.

Il faut aussi arreter de croire que puisqu'ils en ont la possibilité les patrons vont forcement licencier pendant la période de 2 ans. Cette facilité de licenciement sert avant tout pour réagir plus rapidement en cas de problème imprévus et ainsi sauver la boite et donc des emplois (les emplois de ceux qui n'ont pas été licenciés, et les futurs nouveaux emplois une fois l'entreprise remise sur pied), et c'est à cela que s'en serviront la quasi-totalité des patrons. Evidement comme je le dis plus bas y'a toujours eu et il y aura toujours des patrons magouilleurs, mais fort heureusement, ca n'est qu'une minorité d'entre eux.

Quoiqu'il arrive même avec un CPE, en cas de licenciement pendant la période de 2 ans initiale (après cette période c'est bien sûr les règles du CDI qui s'appliquent), il y a des indémnité prévu par le CPE. Et même s'ils sont moins bien que pour un CDI, cela reste appreciable surtout si sans le CPE tu n'aurais eu qu'un stage ou un autre type de "contrat" SANS indémnité aucune...

Ce dont tu parle est le licenciement économique : il n'a que peu de choses à voir avec le CPE. Ne mélangeons pas tout : le CPE permet de ne pas gardé un employé récemment embauché, il n'assouplit pas les règles du licenciement pour raisons économiques.

Au pire, le licenciement du CPE peut, dans certaines circonstances, compenser un licenciement économique, mais ce ne sera pas terribles et pas des plus efficaces.

Modifié par Grenouille Verte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Froggy Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 37ans
Posté(e)
Confirmé par cet article: http://www.lentreprise.com/actu/1.12712.html

Je cite: "Le salarié doit effectuer un préavis avant de quitter l'entreprise seulement lorsque c'est l'employeur qui est à l'initiative de la rupture" ==> Pas de préavis à faire lorsque c'est l'employé qui rompt le contrat.

C'est ce que l'on pourrait tirer en effet de l'article, même si la formulation de la phrase me parait un peu alambiqué.

En fait, je la trouve un peu alambiquée, car j'ai, moi aussi fait des recherches, et j'ai trouvé beaucoup de sites (par exemple wikipédia, ou des blogs, bref rien d'officiel) qui donnent 15 jours de préavis avant 6 mois d'ancienneté, et un mois après 6 mois, lors d'une rupture du fait de l'employé.

Malheureusement, sur le site du ministère, ou du gouvernement, je n'ai trouvé que des question-réponses propagandes VRAI-FAUX (hum hum) qui ne présente pas le projet de manière clair.

Ce qui est sûr c'est que pour un CNE il y a par défaut AUCUN préavis requis lorsque l'employé démissionne (c'est dans le texte officiel du contrat CNE, cf site du ministere de l'emploi). Le CPE étant le petit frère du CNE, je pense que c'est les même règles... En tout cas c'est toujours ce que j'ai entendu et lu sur son sujet, que sur ce point c'était comme le CNE.

Modifié par Froggy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Noladelle Membre 1 326 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Je viens d'écouter les dernières infos : echec de parlementation ....

En plus, les casseurs s'incrustent de plus en plus et s'attaquent à d'autres jeunes et à la Faculté de sciences sociales à Paris.

Ils veulent que cela dégénère encore plus ces imbéciles !

Gardez courage, et tenez bon, la société doit écouter sa jeunesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
Je viens d'écouter les dernières infos : echec de parlementation ....

En plus, les casseurs s'incrustent de plus en plus et s'attaquent à d'autres jeunes et à la Faculté de sciences sociales à Paris.

Ils veulent que cela dégénère encore plus ces imbéciles !

Gardez courage, et tenez bon, la société doit écouter sa jeunesse.

Faut p'têt pas dire tout le temps n'importe quoi et rajouter du verbiage au verbiage qui ne veut rien dire !

Parce que ce genre de réflexion ("la société doit écouter sa jeunesse") c'est du standart tout fait d'avance et qu'on ressort pour se faire bonne conscience sans comprendre ce que l'on dit !

les phrases courtes comme celle-là sont faciles à retenir, mais je suis certain que tu es incapable d'expliquer mot à mot et de donner le sens exact et concret de ce que tu récites.

La jeunesse a encore plus à apprendre qu'à être écoutée, surtout au vu des évènements qu'on vit actuellement, parce que tous ceux qui disent partout qu'il faut écouter les jeunes, les laisser s'exprimer sont, en fait, en train de les manipuler et de les mener par le bout du nez. C'est sûr qu'un jeune ira, de préférence, vers celui qui va le flatter, lui frotter le dos, lui dire qu'il a raison et qui va donner tout ce qu'il veut. A ce niveau-là, je dénonce la main-mise lamentable et idéologique de certains syndicats sur les mouvements dans les universités auxquels ils apportent toute la logistique nécéssaire à la propagande anti-cpe, et qui n'est pas des moindres en terme de coûts, au fait l'argent des syndicats, à la source, il veint d'où principalement ?

Par contre, personne ne se lève pour dénoncer ce qui attend les jeunes à la sortie de tout cela, car les cgt 'nd co ne travaillent pas pour rien, faut pas le croire. Toute la logistique mise à la dispositions des jeunes manifestants est de l'argent placé pour récupérer les paumés qui militeront chez eux demain et qui vont se compter par dizaines de milliers vu les échecs scolaires vers lesquels les syndicats entrainent les jeunes.

Dire qu'il faut écouter les jeunes est de la pure hypocrisie, car on sait très bien que personne n'écoute les jeunes, ceux qui prétendent les écouter les laissent en fait délirer et sortir leurs bêtises histoire de les amadouer et de les récuperer. Vous connaissez le chant des sirènes ?

Il est temps que les scolaires et étudiants se remettent au travail et écoutent ceux qui leurs ouvrent les yeux et ceux qui ont la responsabilité de réussir leur entrée dans la vie active !

La fracture sociale de demain est encore en train de se dessiner, parce que tous les jeunes n'ont pas, hélas, la même maturité devant les évènements. Et il ne faut pas croire que se sont toujours les plus nantis qui raisonent le mieux, au contraire. Pourquoi les journalistes tendent-ils principalement micros et objectifs vers ceux qui disent n'importe quoi, jusqu'à faire la honte de leurs responsables familiaux et de leurs collègues de classes? Pourquoi le mouvements étudiants est-il représenté par un, excusez l'expression mais c'est vraiment le cas, naïf doublé d'un crétin qui ne représente pas du tout l'intelligence à laquelle ont s'attend chez les jeunes étudiants.

Comme si le système faisait tout pour casser les élèves qui veulent se former au maximum. Allez donc faire un tour dans les classes de prépas, je vois régulièrement des étudiants qui ont honte de leurs "representants" qui s'expriment "au nom" de tous les jeunes étudiants.

Je vois tous les jours des jeunes qui ont un raisonnement cent fois plus réfléchi et plus intelligent que celui de bernard thibault ou de bruno julliard qui, eux, ne sont là que pour jouer à comptabiliser les manifestants, à savoir celui qui entraînera le max de monde le max de temps dans les rues.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Noladelle Membre 1 326 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

T'as raison Yves : "on est tous des jeunes cons !" Que redire à cela ;) ???

Arretes de parler de manipulation : ok, il y a les suiveurs et y en aura dans tout type de mouvements et d'organisations mais ils savent pourquoi ils sont là ! Ne t'en fais pas !

Il faut arrêter de traiter les jeunes de "crétin", de "moutons de panurge", "de manipulés", "de gauchos" etc...

Il y a une jeunesse qui bosse et qui a quitté le système scolaire par choix ou par nécessité. Cette jeunesse se retrouve dans la rue pour manifester aussi ! ;)

Quand tu auras faim : on verra ce que tu diras ?

Ce sont vos retraites qui sont menacées : voila la réalité ! la Jeunesse ne veut peut être pas se faire avoir !

Modifié par Noladelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant