Négationnisme et liberté d'expression

Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Non : le révisionnisme consiste à remettre en perspective et à réinterpréter, réanalyser et remettre en question un évènement historique à la lumière de nouvelles connaissances et de nouveaux concepts. Exemple : l'histoire de l'URSS se divise grosso modo en deux écoles : l'école "totalitarienne" qui considère que l'URSS est un bête totalitarisme, et l'école "révisionniste" qui, par une étude des archives de Moscou, a pu montrer que c'était un petit peu plus compliqué et un petit peu différent du fonctionnement de l'Allemagne nazie. Il ne s'agit pas de dire que l'URSS était une démocratie mais plutôt de partir d'objet d'étude différents (plutot qu'une histoire des élites, purement politique, on fait une histoire sociale, par le bas comme on dit) pour élargir un peu le champ des connaissances.

De fait tout historien est révisionniste. En revanche le révisionnisme ça n'est pas le négationnisme.

D'un autre côté, un historien peut être amené à nier certains faits qu'on croyait réel auparavant lors de ce processus de révision de l'Histoire.

En quoi le négationnisme est il si différent du révisionnisme ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

cheuwing Membre 7 582 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)
D'un autre côté, un historien peut être amené à nier certains faits qu'on croyait réel auparavant lors de ce processus de révision de l'Histoire.

En quoi le négationnisme est il si différent du révisionnisme ?

Tous les historiens nient certains faits pour étayer leur problématique d'un sujet

Un autre historien révisera cette thèse avec une autre problématique en utilisant des éléments manquant du 1er et en cherchant plus en profondeur

Tout fait est sujet à interprétation mais plus il est étayer par des documents plus il comportera une ligne directrice

Le problème des négationnistes c'est le postulat de départ et essayer de prouver par d'autres arguments, documents .Alors un autre historien révisera par une thèse plus crédible

En faite le gros problème c'est que le négationnisme est sujet à la loi et ceci est totalement inadmissible.

L'Etat et donc la justice délibèrent et empêchent une expression car elle s'oppose à la loi .

Voilà un article intéressant

http://www.aidh.org/hist-mem/opg01.htm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)
D'un autre côté, un historien peut être amené à nier certains faits qu'on croyait réel auparavant lors de ce processus de révision de l'Histoire.

En quoi le négationnisme est il si différent du révisionnisme ?

Très intéressant comme question ! En fait la grande différence, c'est que derrière le négationnisme, se cache toujours soit une intention politique, soit une récupération. De plus la méthode du négationnisme n'est pas scientifique : contrairement à l'historien révisionniste qui étudie les faits de façon objective, le négationniste part de sa conclusion et ne s'intéresse qu'aux faits ou présomptions de faits qui la corroborent, en écartant d'office tout ce qui l'infirme. Un exemple frappant : Faurisson considère que les témoignages des commandants de camps d'extermination comme Robert Höss sont des faux ou ont été extorqués par la torture. Tu vois le truc ? Il y a une différence entre infirmer un fait que l'on pensait vrai car aucune preuve scientifique ne permet de l'étayer et infirmer un fait en écartant par des méthodes qui relèvent de la rhétorique tout ce qui peut déranger le "chercheur".

Cheuwing a bien résumé le truc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

Il y a des théories révisionnistes qui ne suivent pas la démarche historique. Et il y a des historiens sérieux qui nient certains faits qu'on croyaient vrai auparavant.

La différence n'est donc pas dans révisionnisme/négationnisme mais plutôt dans la méthodologie utilisée pour arriver au conclusion. Il y a en effet une montagne entre l'historien qui nous dit que finalement Vercingétorix n'a pas existé à cause de tel élément concret et celui qui nie pour des raisons idéologique un pan de l'histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Voilà. Or le terme "négationniste" renvoie justement à ces pseudo-historiens - dont aucun n'est d'ailleurs à la base historien - dont la méthodologie est indigne d'étudiants de première année.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

l'UMP un temps voulait mettre dans les livres d'histoire tous les bienfaits de la colonisation en Algérie : c'est du révisionnisme à visée politique.

Tollé en Algérie et à juste titre.

Un paléontologue a découvert que la branche Néanderthal s'est éteinte au profit du sapiens : c'est une découverte qui a permis de réviser l'idée admise de la continuïté. C'est une avancée.

Des chercheurs ont découverts que l'univers avait tendance à s'étendre , c'est une autre découverte dans la compréhension de notre monde.

La science n'est pas fixe , l'histoire est sujette à des divergences parmi les historiens car il est trés difficile d'être objectif dés lors que la doc manque , un objet raconte des choses certes mais ne peut pas raconter une société.

Il y a par contre des choses incontestables (la Shoah , la colonisation etc...) et il reste encore des témoins (le poéte Aimé Césaire raconte par ex , à travers ses textes raconte ce qu'il a vécu , le traumatisme d'être considéré comme une race inférieure d'où son emploi du mot négre )

Maintenant en fonction de leurs idées , les historiens mettront l'accent sur tel ou tel événement mais parler de révisionnisme est erroné pour moi .

Par contre , les révisionnistes (créationnistes , révisionnistes et négationnistes ) sont tous des extrêmistes qui , s'ils avaient le pouvoir de convaincre et de faire adhérer en nombre , auraient un poids politique.

La liberté d'expression et de vivre selon son idée n'est pas une chose acquise pour toujours , un reportage d'Arte sur la volonté de l'Eglise de s'immiscer dans l'UE et ses lois , m'a fait frémir. Les lobbys religieux existent aussi là bas et sont écoutés par certains députés européens , la religion et les extrêmistes en général chercheront toujours le pouvoir.

Modifié par saint thomas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Ce que tu penses n'a aucune importance. On parle de socialisme révisionniste, d'école révisionniste concernant l'URSS, etc... Ce sont des termes employés par tous les historiens, en université ou non d'ailleurs. Si ça t'amuse de créer ton propre vocabulaire, c'est ton problème, mais là ne t'étonne pas que les gens te tombent dessus.

Ca n'est pas en fonction de nos idées que nous retravaillons un fait mais en fonction des nouveaux concepts (outils si tu préfères), de nouvelles connaissances, etc... et pas parce qu'on trouve ça plus rigolo.

Cocasse de parler de la colonisation en disant qu'il reste encore des témoins et de parler d'Aimé Césaire qui est mort y'a peu de temps !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Pourtant en discutant avec des spécialistes j'avais pas l'impression de ressentir une controverse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Ce que tu penses n'a aucune importance. On parle de socialisme révisionniste, d'école révisionniste concernant l'URSS, etc... Ce sont des termes employés par tous les historiens, en université ou non d'ailleurs. Si ça t'amuse de créer ton propre vocabulaire, c'est ton problème, mais là ne t'étonne pas que les gens te tombent dessus.

Ca n'est pas en fonction de nos idées que nous retravaillons un fait mais en fonction des nouveaux concepts (outils si tu préfères), de nouvelles connaissances, etc... et pas parce qu'on trouve ça plus rigolo.

Cocasse de parler de la colonisation en disant qu'il reste encore des témoins et de parler d'Aimé Césaire qui est mort y'a peu de temps !

Si tu trouves cocasse de parler d'Aimé Césaire et de ses textes , tant pis pour toi.

J'ai failli mettre une phrase pour te signaler que Césaire était mort puis j'ai pensé que c'était pas la peine , tu t'imaginerais pas que je ne le savais pas tellement les médias en ont parlé !

J'ai pensé que tu comprendrais qu'un texte est un témoignage aussi .

Et en guise de vocabulaire , je pense utiliser des mots simples avec des tournures de phrases simples , faudra m'expliquer en quoi tu penses que j'ai mon vocabulaire.

Quant à l'école révisionniste russe , premiére fois que j'en entends parler , le socialisme révisionniste je sais pas ce que c'est.

Je ne sais pas de quoi tu parles.

Les gens me tombent dessus , non , ils disent leur point de vue comme je dis le mien.

bref , moi quand je comprends pas je demande , je te demande donc de t'expliquer si tu as une idée de ce que tu voulais dire....je doute un peu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Il vaut mieux parler de négationnisme dans le cadre de ce topic en effet , d'ailleurs c'est le titre même du sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)
Quant à l'école révisionniste russe , premiére fois que j'en entends parler , le socialisme révisionniste je sais pas ce que c'est.

Je ne sais pas de quoi tu parles.

Donc ça existe pas. Logique.

Je prend un lien facile à comprendre avec toutes les définitions du terme "révisionniste" :

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9visionnisme

Donc :

Au sein du mouvement socialiste, le terme de révisionnisme et l'abréviation « réviso » furent utilisés pour qualifier la position de courants marxistes qui prétendaient remettre en cause certaines des thèses révolutionnaires, ou, par la suite, s'écartaient de l'orthodoxie marxiste-léniniste. La principale utilisation du terme a été faite en Allemagne avec le socialisme révisionniste (Revisionismus) d'Eduard Bernstein au sein du SPD dans les années 1890. En France, les positions du Parti communiste français furent qualifiées de « révisionnistes » par certains groupuscules gauchistes.
Le révisionnisme est une démarche critique consistant à réviser de manière rationnelle certaines opinions couramment admises en histoire, que ce soit par le grand public (le plus souvent), ou même par des historiens de profession non spécialistes de la période ou du domaine d'études considéré. Il se fonde sur un apport d'informations nouvelles, un réexamen des sources et propose une nouvelle interprétation (une ré-écriture) de l'histoire.

Comme l'avait découvert Auguste Comte, l'histoire est une discipline fondamentalement ambiguë, où l'interprétation de la réalité historique doit souvent composer avec les vérités de son époque, l'historien se trouvant convoqué à tenir le discours attendu de lui par ses contemporains, sa société, en fonction des préjugés de son temps, de sa nation d'appartenance, etc. Un exemple flagrant, rapporté par Pierre Vidal-Naquet, en est l'¿uvre de Jules Michelet, construisant au XIXe siècle une patrie française éternelle, à travers une lecture romantique (et parfois romanesque) des faits historiques.Tout historien se doit donc d'être selon ces termes « révisionniste ». De nouveaux documents, de nouvelles sources, la levée de barrières politiques, idéologiques, sociologiques, etc., lui permettent de réviser et d'apporter avec une nouvelle vision, de nouvelles informations, de nouvelles sources, des éléments supplémentaires à la construction du fait historique.

Un exemple de révisionnisme positif peut être trouvé dans l'étude des massacres de Katyn, effectués sur ordre de Staline et attribués par les Soviétiques, avec l'appui tacite des alliés notamment anglais, aux Allemands dans le contexte particulier au procès de Nuremberg. Dans l'immédiat après guerre, il était de « notoriété publique » que les Allemands étaient responsables. Les universitaires et médecins légistes qui affirmaient le contraire subirent des pressions diverses allant jusqu'à l'exclusion. A partir de la chute du mur de Berlin, le voile se leva peu à peu et Boris Eltsine finit par se rendre sur place et présenta ses excuses au peuple polonais. Le révisionnisme doit donc bien et toujours s'inscrire dans la démarche de l'historien.

Plus précusément, dans le cadre de l'URSS :

http://www.oboulo.com/revisionnisme+totali...+phenomene+urss

C'est plus clair comme ça ? ça y est tu comprend mieux ? Le choix des mots a son importance : les négationnistes choisissent de s'appeler "révisionnistes" parce que ça leur donne une crédibilité auprès du grand public, ils se font ainsi une image de scientifiques respectables, de courant de recherche historique au même titre que d'autres courants révisionnistes.

Concernant Aimé Césaire, je soulignais juste la tournure de phrase "il reste des témoins : Aimé Césaire" que je trouvais rigolote du fait que ledit Aimé Césaire est décédé, je me doute bien que tu sais qu'il est mort, la façon dont la phrase était tournée m'amusait, c'est tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Le solipsisme

"je pense donc je suis" et j'ai conscience de moi, et la réalité ne m'apparait que par la pensée , elle est donc abstraite , la mort abollit toute réalité puisque je ne pense plus.

Rien à voir avec le négationnisme.

Le terme solipsime est évidemment polysémique. J'avais pourtant précisé dans quel sens je l'utilisais ici.

Voici une définition :

A. − PHILOSOPHIE

1. Attitude du sujet pensant pour qui sa conscience propre est l'unique réalité, les autres consciences, le monde extérieur n'étant que des représentations.

Solipsiste, subst. masc. et adj. a) Subst. masc. α) Sujet pensant en tant qu'il se refuse à admettre l'existence des autres consciences et des objets extérieurs hors de son moi.

Le solipsiste dit :

  • qu'il existe
  • que tout le reste n'existe pas

Dans ces conditions, le solipsisme est un négationnisme absolu, il nie :

  • l'existence de la tour Eiffel
  • L'existence de Sarkozy
  • L'existence des chambres à gaz
  • L'existence des nazis
  • L'existence des Juifs

Le solipsisme est considéré comme logiquement irréfutable par de nombreux penseurs. D'ailleurs, peux-tu me prouver que le monde extérieur existe ?

Le solipsisme a donc deux caractéristiques :

  • Il nie la Shoah (ainsi que toute l'Histoire)
  • Il est logiquement irréfutable

Peut-on vraimet interdire le négationnisme quand des théories logiquement irréfutables sont négationnistes ?

Pourtant en discutant avec des spécialistes j'avais pas l'impression de ressentir une controverse.

D'un autre côté, les spécialistes utilisent rarement les mots dans le même sens que le langage courant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)
D'un autre côté, les spécialistes utilisent rarement les mots dans le même sens que le langage courant.

D'un autre coté, ils l'utilisent probablement, au sein de leur spécialité, à meilleur escient que ceux qui en la matière n'y connaissent rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bertrand43210 Membre 1 150 messages
Forumeur alchimiste‚ 28ans
Posté(e)
l'UMP un temps voulait mettre dans les livres d'histoire tous les bienfaits de la colonisation en Algérie : c'est du révisionnisme à visée politique.

Tollé en Algérie et à juste titre.

La liberté d'expression et de vivre selon son idée n'est pas une chose acquise pour toujours , un reportage d'Arte sur la volonté de l'Eglise de s'immiscer dans l'UE et ses lois , m'a fait frémir. Les lobbys religieux existent aussi là bas et sont écoutés par certains députés européens , la religion et les extrêmistes en général chercheront toujours le pouvoir.

La volonté de l'eglise n'est pas de simmiscer dans l'UE mais tout s'implement de faire inscrire dans la constitution européenne les racines catholique car oui l'europe est et doit rester une terre chretienne.

Il ne s'agit pas de remetrre en cause la laicité et il ne faut pas parler de loby religieux car l'eglise ne cherche pas le pouvoir elle essaye de ne pas disparaitre de l'europe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
La volonté de l'eglise n'est pas de simmiscer dans l'UE mais tout s'implement de faire inscrire dans la constitution européenne les racines catholique car oui l'europe est et doit rester une terre chretienne.

Il ne s'agit pas de remetrre en cause la laicité et il ne faut pas parler de loby religieux car l'eglise ne cherche pas le pouvoir elle essaye de ne pas disparaitre de l'europe

Inscrire une référence religieuse dans un texte politique c'est nier la laïcité.

Pour rappel, la laïcité c'est la liberté de culte et la séparation du religieux et du politique. Mettre des références religieuses dans un texte politique est donc une violation de la laïcité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bertrand43210 Membre 1 150 messages
Forumeur alchimiste‚ 28ans
Posté(e)

je ne nie pas la laicité il ne s'agit pas non plus d'inscrire une morales chretienne. Le devoir de memoir ca vous dit quelque chose...? Nié nos racines chretiennes revient a nié notre histoire

la chretientée a construit notre culture actuelle il est normal de le rapeler non?

la plupart de nos jours férié sont des fetes chretiennes, les vacances scolaires sont basé sur les fetes chretienne (vacansses de la tousaint, de noel, de paque) les dimanches sont des jours de congés grace a une referance a la bible (le 7 jour Dieu ce repose...), l'université est une invention eclesiastique, le visage des campagnes a été forgé par la religion catholique( clochet d'eglise, calver au bor des chemins, croix de pierre au croisement de route de campagnes...) voici pour la france

Le dessinateur du drapeau de l'europe (bleu avec les 12 etoiles) s'est inspiré de la couronne d'etoile de la vierge dans la representation de la vision de st jean dans l'apocalypse...

Bon je m'arete là ou je continue de vous decrire l'heritage culturel que nous a laissé l'Eglise?

La laicité est une bonne chose quand elle ampeche les religions de ce méler de politique mais il ne faut pas oublié d'ou l'on vient

ps: pardonnez moi les fautes d'orthographe... :smile2:

Modifié par bertrand43210

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Donc ça existe pas. Logique.

Tu parles pour moi en me prêtant les propos que tu voudrais que j'aie dis pour je ne sais quelle raison . Apprends à lire et à comprendre ce que les autres te disent avant de les juger et de leur faire dire ce qu'il te plaît qu'ils disent juste pour justifier tes sentiments.

Je prend un lien facile à comprendre avec toutes les définitions du terme "révisionniste" :

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9visionnisme

je lis :

Dans le domaine politique :

  • Au sein du mouvement socialiste, le terme de révisionnisme et l'abréviation « réviso » furent utilisés pour qualifier la position de courants marxistes qui prétendaient remettre en cause certaines des thèses révolutionnaires, ou, par la suite, s'écartaient de l'orthodoxie marxiste-léniniste. La principale utilisation du terme a été faite en Allemagne avec le socialisme révisionniste (Revisionismus) d'Eduard Bernstein au sein du SPD dans les années 1890. En France, les positions du Parti communiste français furent qualifiées de « révisionnistes » par certains groupuscules gauchistes.

Apprends à lire aussi tes liens , il est question du PCF et du SPD.

Plus précusément, dans le cadre de l'URSS :

http://www.oboulo.com/revisionnisme+totali...+phenomene+urss

C'est plus clair comme ça ? ça y est tu comprend mieux ? Le choix des mots a son importance : les négationnistes choisissent de s'appeler "révisionnistes" parce que ça leur donne une crédibilité auprès du grand public, ils se font ainsi une image de scientifiques respectables, de courant de recherche historique au même titre que d'autres courants révisionnistes.

je lis ton lien (le 1er) parce que tu n'as rien lu te contentant de mettre une page comme ça , parce que y'a révisionnisme dedans apparemment :

Avant la seconde guerre mondiale, la Russie représentait une révolution socialiste dans un seul pays. C'est seulement après la guerre que le communisme est devenu une réalité mondiale et quotidienne nécessitant une étude réellement historique et non plus seulement empirique ou journalistique. Il faut insister sur la place particulière qu'occupait l'analyse de l'histoire de l'URSS dans le contexte de la guerre froide et d'un monde bipolaire. Comme le rappelle Martin Malia, il était probablement impossible de traiter de l'URSS dans les universités occidentales « de façon tout à fait neutre ou calmement rationnelle ». Pour schématiser, deux pôles d'explication vont se constituer dans les milieux historiens, deux pôles très extrêmes, l'un naissant en fait en réaction par rapport à l'autre. On peut se demander dans quelle mesure la chute du régime soviétique et l'ouverture des archives permettent d'apprécier l'historiographie du communisme des années 1950 au début des années 1990...

Pour le reste , le fait que les négationnistes veulent à dessein nous faire confondre révisionnistes et négationnistes je suis OK , seulement le fait est que maintenant le mot révisionniste à une connotation péjorative , il est plus étroitement lié dans beaucoup d'esprits (dont le mien) au négationnisme , le coup est donc raté pour les négationnistes. La preuve : nos discussions sur ce topic où nous nous interrogeons sur la def de révisionniste sur un sujet sur le négationnisme .

Modifié par saint thomas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Black Survitual Membre 1 513 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
je lis ton lien (le 1er) parce que tu n'as rien lu te contentant de mettre une page comme ça , parce que y'a révisionnisme dedans apparemment :

Avant la seconde guerre mondiale, la Russie représentait une révolution socialiste dans un seul pays. C'est seulement après la guerre que le communisme est devenu une réalité mondiale et quotidienne nécessitant une étude réellement historique et non plus seulement empirique ou journalistique. Il faut insister sur la place particulière qu'occupait l'analyse de l'histoire de l'URSS dans le contexte de la guerre froide et d'un monde bipolaire. Comme le rappelle Martin Malia, il était probablement impossible de traiter de l'URSS dans les universités occidentales « de façon tout à fait neutre ou calmement rationnelle ». Pour schématiser, deux pôles d'explication vont se constituer dans les milieux historiens, deux pôles très extrêmes, l'un naissant en fait en réaction par rapport à l'autre. On peut se demander dans quelle mesure la chute du régime soviétique et l'ouverture des archives permettent d'apprécier l'historiographie du communisme des années 1950 au début des années 1990...

FAUT LIRE TES LIENS SI TU VEUX PAS QUE LE BOOMERANG TE REVIENNE EN PLEINE FACE MON PAUVRE.

TESTAMENT POLITIQUE DE LENINE

« Ultimes recommandations au Comité central du Parti communiste russe.

25 décembre 1922

Par stabilité du Comité central j'entends les mesures propres à prévenir une scission, pour autant que de telles mesures puissent être prises. Car le garde-blanc de Russkaïa Mysl (je pense que c'était S. E. Oldenbourg) avait évidemment raison quand, dans sa pièce contre la Russie soviétique, il misait en premier lieu sur l'espoir d'une scission de notre Parti, et quand, ensuite, il misait, pour cette scission, sur de graves désaccords au sein de notre parti.

Notre Parti repose sur deux classes, et, pour cette raison, son instabilité est possible, et s'il ne peut y avoir un accord entre ces classes sa chute est inévitable. En pareil cas il serait inutile de prendre quelque mesure que ce soit, ou, en général, de discuter la question de la stabilité de notre Comité central. En pareil cas nulle mesure ne se révélerait capable de prévenir une scission. Mais je suis persuadé que c'est là un avenir trop éloigné et un événement trop improbable pour qu'il faille en parler.

J'envisage la stabilité comme une garantie contre une scission dans le proche avenir, et mon intention est d'examiner ici une série de considérations d'un caractère purement personnel.

J'estime que le facteur essentiel dans la question de la stabilité ainsi envisagée, ce sont des membres du Comité central tels que Staline et Trotski. Leurs rapports mutuels constituent, selon moi, une grande moitié du danger de cette scission qui pourrait être évitée, et cette scission serait plus facilement évitable, à mon avis, si le nombre des membres du Comité central était élevé à cinquante ou cent.

Le camarade Staline en devenant secrétaire général a concentré un pouvoir immense entre ses mains et je ne suis pas sûr qu'il sache toujours en user avec suffisamment de prudence. D'autre part, le camarade Trotski, ainsi que l'a démontré sa lutte contre le Comité central dans la question du commissariat des Voies et Communications, se distingue non seulement par ses capacités exceptionnelles - personnellement il est incontestablement l'homme le plus capable du Comité central actuel - mais aussi par une trop grande confiance en soi et par une disposition à être trop enclin à ne considérer que le côté purement administratif des choses.

Ces caractéristiques des deux chefs les plus marquants du Comité central actuel pourraient, tout à fait involontairement, conduire à une scission ; si notre Parti ne prend pas de mesures pour l'empêcher, une scission pourrait survenir inopinément.

Je ne veux pas caractériser les autres membres du Comité central par leurs qualités personnelles. Je veux seulement vous rappeler que l'attitude de Zinoviev et de Kamenev en Octobre n'a évidemment pas été fortuite, mais elle ne doit pas plus être invoquée contre eux, personnellement, que le non-bolchévisme de Trotski.

Des membres plus jeunes du Comité central, je dirai quelques mots de Boukharine et de Piatakov. Ils sont, à mon avis, les plus capables et à leur sujet il est nécessaire d'avoir présent à l'esprit ceci : Boukharine n'est pas seulement le plus précieux et le plus fort théoricien du Parti, mais il peut légitimement être considéré comme le camarade le plus aimé de tout le Parti ; mais ses conceptions théoriques ne peuvent être considérées comme vraiment marxistes qu'avec le plus grand doute, car il y a en lui quelque chose de scolastique (il n'a jamais appris et, je pense, n'a jamais compris pleinement la dialectique).

Et maintenant Piatakov - un homme qui, incontestablement, se distingue par la volonté et d'exceptionnelles capacités, mais trop attaché au côté administratif des choses pour qu'on puisse s'en remettre à lui dans une question politique importante. Il va de soi que ces deux remarques ne sont faites par moi qu'en considération du moment présent et en supposant que ces travailleurs capables et loyaux ne puissent par la suite compléter leurs connaissances et corriger leur étroitesse.

<h3 style="text-align: justify;">4 janvier 1923</h3> Post-scriptum. Staline est trop brutal, et ce défaut, pleinement supportable dans les relations entre nous, communistes, devient intolérable dans la fonction de secrétaire général. C'est pourquoi je propose aux camarades de réfléchir au moyen de déplacer Staline de ce poste et de nommer à sa place un homme qui, sous tous les rapports, se distingue de Staline par une supériorité - c'est-à-dire qu'il soit plus patient, plus loyal, plus poli et plus attentionné envers les camarades, moins capricieux, etc. Cette circonstance peut paraître une bagatelle insignifiante, mais je pense que pour prévenir une scission, et du point de vue des rapports entre Staline et Trotski que j'ai examinés plus haut, ce n'est pas une bagatelle, à moins que ce ne soit une bagatelle pouvant acquérir une signification décisive. »

Lénine, ¿uvres complètes, Paris, tome 36.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
je ne nie pas la laicité il ne s'agit pas non plus d'inscrire une morales chretienne. Le devoir de memoir ca vous dit quelque chose...? Nié nos racines chretiennes revient a nié notre histoire

La chrétienneté ne devrait surtout pas oublier de ne pas se mêler de politique , quant à elle. C'est pas le cas lorsqu'elle fait du lobbying au parlement européen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant