Napoléon Bonaparte...

Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Il fallait à Napoléon un homme rompu aux usages et aux grimaces du pouvoir, pour qui l'intrigue et la conspiration était une seconde nature, un allié qui lui apprendrait la patience et la subtilité : Monsieur de Talleyrand!

Cette complicité (qui servit à l'empereur et à l'évêque d'Autun par la même occasion) durera dix ans.

On se souviendra de cette scène célèbre entre le prince de Bénévent et l'empereur :

Napoléon : "Vous êtes un voleur, un lâche, un homme sans foi.Vous ne croyez pas en Dieu, vous avez trahi tout le monde, il n'y a rien pour vous de sacré.Tenez! Vous êtes de la merde dans un bas de soie!"

Froidement, Talleyrand répondit : "Quel dommage qu'un si grand homme soit si mal élevé!"

Quelle répartie de grand seigneur!

Talleyrand a peut-être tous les vices, mais il les utilise si bien!

Talleyrand ayant été cité plus haut, je rapporte l'altercation et son contexte:

N'ayant aucunes nouvelles de l'Empereur, alors sur les théâtres d'opérations en Espagne, Talleyrand répand la rumeur de sa mort et intrigue au grand jour avec Fouché, pour offrir la Régence à Joséphine.

D'Espagne, l'Empereur apprenant la conjuration accourt à Paris, et convoque un conseil des Ministres le 28 janvier 1809. C'est l'anecdote rapportée plus haut par Notre Chère Impératrice, dont l'Empereur concluera ainsi :

"Vous êtes un voleur, un lâche, un homme sans foi, vous ne croyez pas en Dieu. Vous avez manqué toute votre vie à vos devoirs, vous avez trompé, trahi tout le monde. Il n'y a rien pour vous de sacré, vous vendriez votre père. Je vous ai comblé de biens et il n'y a rien dont vous ne soyez capable contre moi. Ainsi depuis dix mois, vous avez l'impudence, parce que vous supposez à tort et à travers, que mes affaires d'Espagne vont mal, de dire à qui veut l'entendre que vous avez toujours blâmé mon entreprise dans ce royaume, tandis que c'est vous qui m'en avez donné la première idée.

Et cet homme, ce malheureux, par qui ai-je été averti du lieu de sa résidence ? Qui m'a excité à sévir contre lui ? Quels sont vos projets ? Que voulez-vous ? Qu'espérez-vous ? Osez le dire !

Vous mériteriez que je vous brisasse comme verre, j'en ai le pouvoir, mais je vous méprise trop pour en prendre la peine........... Vous êtes de la merde dans un bas de soie ! " Talleyrand regarde alors l'Empereur et lui dit : " Sire, tout ce qui est exagéré est insignifiant ! " Napoléon en colère le somme de quitter la pièce. Talleyrand prenant congé, passant la porte de la pièce dira : " Quel dommage qu'un Si Grand Homme soit si mal élevé ! "

Mais finalement l'Empereur dira à propos de Talleyrand à Ste Hélène : " Toujours insupportable, il me fut parfois indispensable !

Modifié par Davoust

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Oui Fiphi,

C'est bien pour cela que je considére que le sacre est la première majeure de Bonaparte. J'ai expliqué précedement en quoi c'était une erreur de rentrer dans le jeu dynastique. Le premier à l'avoir compris fût Beethoven. Maintenant la noblesse d'Empire valait bien celle de l'ancien régime qui n'a jamais su faire autre chose que de dépenser l'argent qu'elle ne gagnait pas.

Il me semble qu'il y a des points essentiels auxquels on accorde à tord trop peu d'importance pour décrypter les événements de l'époque.

On ne se pose pas assez souvent la question de savoir ce qui a structuré la pensée politique de Bonaparte. Beaucoup des hommes de premier plan de cette période: du début de la République à la fin de l'Empire n'étaient en fait que des aventuriers qui fluctuaient selon le sens du vent. Un exemple parmis d'autres Augereau futur Maréchal de France. Apprenant le coup d'état du 18 brumaire, alors qu'il n'était pas dans la confidence accours à la Malmaison et s'adresse à B

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
axel25 Membre 3 264 messages
coccinelle qui survit dans ce monde‚ 49ans
Posté(e)

Au secours mon Altesse y remette ca. Viens vite mettre de l'ordre.............

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

ah les fausses manips........

Augereau donc s'exclame :"Comment tu fais quelque chose pour la Nation et tu ne préviens pas Augereau!"

Nous portons aujourd'hui un jugement sur une époque sans faire suffisament abstraction de nos valeurs et de ce qui pour nous sont devenus des acquis. Le plus important à mes yeux étant la pratique de la démocratie et surtout le retour aux urnes à des fréquences réguliéres. Quels reculs avaient les hommes de l'époque pour en tirer les conclusions avec lesquelles nous sommes tous d'accord à un point tel qu'elles ne posent plus débat?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Et cet homme, ce malheureux, par qui ai-je été averti du lieu de sa résidence ? Qui m'a excité à sévir contre lui ?

En ces mots, Napoléon parle du Duc d'Enghien qui, fut executé en 1804 pour l'exemple au sujet de l'attentat à la bombe en 1800 alors que Talleyrand et Napoléon savaient très bien que le Duc d'Enghien n'y était pour rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

A propos de cette exclamation :" Tenez, vous êtes de la merde dans un bas de soie!"

Napoléon n'a sans doute jamais prononcé l'injure, mais il y a pensé (selon l'historien Waresquiel).

A Mayence, en octobre 1813, il disait devant Caulaincourt, à propos de Bénévent :" C'est l'homme qui a le plus de vues, d'adresse, mais c'est de l'or à côté de la merde!"

Ce mot historique est diversement attribué:

-O'Merea le mit dans la bouche d'une dame célèbre, peut-être Mme De Staël.

- Méneval l'a attribué à Lannes, connu à la cour pour son langage très militaire : "Dans de si beaux bas de soie, foutre de la merde!"

-Pour Châteaubriand, c'est Lord Lauderdale qui l'aurait prononcé, à l'époque de négociations de paix du gouvernement FOX.

Selon André Suarès : "Napoléon n'a pas cessé de haïr Talleyrand sans réussir à se passer de lui.Talleyrand était sa faiblesse, son vice, son bas de soie, son goût perverti.L'intelligence glacée du maudit boîteux échappait aux reproches : cet esprit reste incorruptible dans toutes les putréfactions de l'action et des moeurs.Il se dérobe même au mépris, par le mépris supérieur du sceptique et de l'égoïsme accompli.Il émousse la violence du tyran par le masque impassible qu'il oppose aux offenses ; et il est plus fort que la menace, plus fort que les coups, mettant entre eux et lui la distance cruelle de l'ironie et l'éloignement infini d'une politesse qui ne fut jamais prise en défaut, et qui ne livre rien de soi."

Nous connaissons la tragique destinée de l'empereur.Quant au Diable boîteux, il rendit l'âme avec l'élégance qu'on lui connaissait, le 17 mai 1838, à l'âge mémorable de 84 ans et fut enterré dans son cher château de Valencay.

On dira du prince qu'il avait du "savoir-vivre" mais aussi du "savoir-mourir"!

"Je ne fais que ce que je dois mais je veux faire tout ce que je dois!" (Talleyrand)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bran ruz Membre 8 737 messages
Artisan écriveur ‚ 50ans
Posté(e)

J'ai tout lu! ;)

Plein de choses me viennent à l'esprit.

Pour moi Bonaparte avait de l'élan, Napoléon 1er tentait désespérement d'empêcher le tonneau des Danaïdes de se vider.

Je n'ai pas votre érudition sur ce sujet, je n'ai lu que le livre de Max Gallo.

Cependant, sans aucun lien avec cette lecture une question s'impose à moi.

Il n'a pas été évoqué ici le sort et le ressenti des populations concernées par toute l'épopée napoléonienne.

Sans tomber dans le cliché des automutilations dentaires au niveau des incisives supérieures, il existait bel et bien des réfractaires au service armé.

Rendre hommage à Napoléon, pourquoi pas?

Mais qu'en est-il de tous ceux issus de la populace qui sont morts un peu partout sur les champs de bataille ?

Qu'en est-il de la propagande du régime et de la liberté des médias d'alors ?

Je vous le demande sincèrement.

Sans ironie aucune.

Pour finir je dirais que je vouvoie, à l'instar de Davoust, car pour moi le vouvouiement me permet de prendre du recul par rapport au sujet donné, et, de tenter de la sorte, de garder la tête froide.

Merci de m'éclairer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

A Valtesse

Le Maréchal Jean Lannes avait tous les droits.

Il est encore aujourd'hui le plus grands de tous nos maréchaux.

Beaucoup ont été honorés en étant inhumés au Panthéon.

Il est un des seuls qui honore ce lieu comme Jean Moulin.

Sacrés gascons!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
A Valtesse

Le Maréchal Jean Lannes avait tous les droits.

Il est encore aujourd'hui le plus grands de tous nos maréchaux.

Beaucoup ont été honorés en étant inhumés au Panthéon.

Il est un des seuls qui honore ce lieu comme Jean Moulin.

Sacrés gascons!

100 % d'accord, Lannes, ainsi que Masséna en Italie, Suchet en Espagne... mais n'oubliez pas Davout: héro d'Auerstadt (14 octobre 1806) et prît une grande part à la victoire très chère payée car très couteuse en perte, d'Eylau (8 fevrier 1807).

Lannes: le héro de Friedland (14 juin 1807) accompagné du général Grouchy et du général de Nansouty

;) Dommage qu'il soit mort trop tôt :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Je ne minimiserai pas la victoire d''Auerstadt. Mais la manoeuvre De Lannes à Friedland quand pour fixer l'armée russe et permettre à Napoléon d'arriver et de conduire la bataille, il déploie sur une seule ligne ses troupes est géniale.

A Ratisbonne comme toujours Lannes est là ou se fait la décision, d'ailleurs il est toujours là où elle se fait.

Mais qui d'autre aurait pû sortir de l'infirmerie sortir son général en chef d'une situation périlleuse puisqu'il était tombé à l'eau, étre blessé dans l'action pour retourner se faire soigner ensuite.

Même Murat qui chargeait à la téte de 22 000 sabres avec sa seule cravache n'est pas aussi grand.

Oui le Maréchal Lannes est mort trop tôt. A Waterloo "le Roland de l'armée d'Italie" n'aurait pas commis les erreurs tactques du "brave des braves".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

j-luc:

Que pensez-vous de ces officiers ?

Murat: exellent combattant et cavalier téméraire mais mauvais commandant.

Berthier: irremplaçable et d'après moi, s'il n'avait pas été là, l'épopée de Napoléon n'aurait pas été aussi glorieuse. Remplaçé par Soult à Waterloo...

Et Général Desaix (héro de Marengo ou il sera tué, il était l'ami de Davout qui servait sous ses ordre durant la campagne d'Egypte), Général Lasalles ( un "Kamikaze" celui-là, général d'une division de cavalerie légère "Hussard", meurt d'une balle dans la tête à la bataille de Wagram: 1809), Malo Corret de la Tour d'Auvergne "Premier Grenadier de la Grande Armée (mort en 1800 à Oberhausen), Général d'Hautpoul (commandant d'une division de cavalerie lourde "Cuirassier", meurt une semaine après la bataille d'Eylau suite à ses blessures), Général de Senarmont (commandant l'artillerie qui fît des exploit à la bataille de Friedland)...

Modifié par Davoust

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Mon appréciation personnelle

Le Maréchal Jean Lannes - ce n'est pas une surprise je dirais pourquoi en fin de post-

Le Maréchal Berthier major-général de la grande armée irremplaçable à son poste bien qu'incapable de commander un corps d'armée ( il a du inspirer Lartéguy dans la description d'un de ses personnages des Centurions)

Le Maréchal Bessière qui a souvent commandé la Garde Impériale un titre et une reconnaissance en soit.

Le Maréchal Davout sur lequel je reviendrai aussi.

Ensuite Masséna.

- Desaix oui pas mal mais Kléber mérite d'être cité et de l'être avant lui.

Que dire du général Junot alias "la tempéte" et de Duroc son artillerie était la meilleure d'europe.

- Senarmont a qui j'accorde une place particulière justement à cause de son comportement à Friedland ou il est à mes yeux l'exemple concret de ce qu'est la grande tactique** si chère à Napoléon en opposition à la stratégie cette science des jean-Foutre.

- Murat incontestablement du bide. Caroline a bien choisi son étalon! Mais l'abandon du commandement des restes de l'armée des nations, puis l'ébauche d'une négociation portant sur l'abandon de Napoléon contre la conservation de sa couronne, le fait à mes yeux reculer dans le classement que son courage physique mérite.

- Lasalles un "kamikaze" avant l'heure d'accord et Augereau le fou furieux.

Rien à ajouter sur Hautpoul mais il ne faut pas oublier de lui associer le général comte de Nansouty qui lui aussi commandait une division de cuirassiers au sein du IV corps sous les ordres de Murat.

Auxquels il faut ajouter tous ceux qui portaient la Légion d'Honneur. A l'époque les conditions d'attribution faisaient que cet ordre était composé exclusivement de seigneurs; alors qu'aujourd'hui comme dans tout bordel militaire digne de ce nom on y trouve plus de putains que de seigneurs. Triste époque.

* Si je préfére Lannes c'est aussi dans sa façon de commander. Davout c'est le maréchal à la poigne de fer, le hiérarchique intransigeant.

Lannes c'est le chef auquel on se donne, son culte c'est l'amitié. J'aime ça. Quand on a été major de sa promotion en combat et en explosif et dernier en discipline et en note de gueule on ne peut qu'adhérer à Lannes et fuir Davout.

** Senarmont illustre parfaitement à mes yeux pendant la bataille de Friedland la définition très incompléte que je fais de la grande tactique, à savoir : un lux ascendant et un flux descendant. Le plus ascendant étant la capacité du gradé au plus bas échelon (chef de groupe dans l'infanterie) d'apporter des solutions à l'échelon supérieur. Je sais que cela pose la question de la discipline de feu/ exploitation de la situation et du terrain. Et, le flux descendant qui est essentiellement la capacité du généchef à exploiter les opportunités offertes par ses subordonnés pour agir sur les conditions de la bataille pour créer les conditions de la vixtoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bran ruz Membre 8 737 messages
Artisan écriveur ‚ 50ans
Posté(e)

Messieurs les spécialistes, je suis déçu :

Personne n'a répondu à mes questions précédentes...

J'attendais vraiment de vous une réponse... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Davout était en effet intransigeant, mais son corps fût toujours le mieux tenu, le mieux entraîné, très discipliné et aussi Davout fût accompagné d'exellent subordoné: Morand (1ere Division), Friant (2eme Division), Gudin de la Sablonière (3 eme Division) et Viallane.

Et puis le Général Louis Lepic (Grenadier à cheval de la Garde Impériale): "Haut les tête Jarnidiou !!! La mitraille n'est pas de la merde !!!"

Lepic ne fût jamais sous les ordres de Davout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Et le général de division Suchet sous les ordres de Lannes à Austerlitz futur Maréchal de France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fiphi Membre 913 messages
Forumeur accro‚ 45ans
Posté(e)

Certains ont une grande connaissance de la tactique des armées de Napoléon. Je suis curieux d'en savoir plus sur celle-ci....J'ai entendu parler des corps d'armée, de la cavalerie, des cuirassiers, des contournements, de la surprise, du harcèlement des troupes même au repos. Qu'est ce qui a donc fait gagner les armées de Napoléon et aussi celles de la République, du Directoire, du Consulat, aussi souvent, de sorte que la tactique n'ait pu être anticipée par les armées coalisées ?

Car c'est bien cela qui a changé la destinée de l'Europe au cours du début du XIXème siècle !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stein Membre 1 771 messages
Vipère lubrique‚ 74ans
Posté(e)

Avant même de parler tactique, il y a aussi le rapport démographique. Sous Napoléon, la France possède autant d'habitants que l'Allemagne, les Iles britanniques, les Pays-Bas et la péninsule ibérique réunis. Ou autant que tout l'empire Tsariste, seule puissance à la démographie comparable...

Si la France avait vu sa population croitre au cours du 19ème siècle comme elle l'a fait dans le reste de l'Europe, nous serions entre 150 et 200 millions de Français... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bran ruz Membre 8 737 messages
Artisan écriveur ‚ 50ans
Posté(e)
J'ai tout lu! :o

Plein de choses me viennent à l'esprit.

Pour moi Bonaparte avait de l'élan, Napoléon 1er tentait désespérement d'empêcher le tonneau des Danaïdes de se vider.

Je n'ai pas votre érudition sur ce sujet, je n'ai lu que le livre de Max Gallo.

Cependant, sans aucun lien avec cette lecture une question s'impose à moi.

Il n'a pas été évoqué ici le sort et le ressenti des populations concernées par toute l'épopée napoléonienne.

Sans tomber dans le cliché des automutilations dentaires au niveau des incisives supérieures, il existait bel et bien des réfractaires au service armé.

Rendre hommage à Napoléon, pourquoi pas?

Mais qu'en est-il de tous ceux issus de la populace qui sont morts un peu partout sur les champs de bataille ?

Qu'en est-il de la propagande du régime et de la liberté des médias d'alors ?

Je vous le demande sincèrement.

Sans ironie aucune.

Pour finir je dirais que je vouvoie, à l'instar de Davoust, car pour moi le vouvouiement me permet de prendre du recul par rapport au sujet donné, et, de tenter de la sorte, de garder la tête froide.

Merci de m'éclairer.

Je me cites moi-même! ;)

Mais qui peut me répondre ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fiphi Membre 913 messages
Forumeur accro‚ 45ans
Posté(e)
Avant même de parler tactique, il y a aussi le rapport démographique. Sous Napoléon, la France possède autant d'habitants que l'Allemagne, les Iles britanniques, les Pays-Bas et la péninsule ibérique réunis. Ou autant que tout l'empire Tsariste, seule puissance à la démographie comparable...

Si la France avait vu sa population croitre au cours du 19ème siècle comme elle l'a fait dans le reste de l'Europe, nous serions entre 150 et 200 millions de Français... ;)

L'armée de la 1ère République était improvisée. Elle est victorieuse ! L'armée napoléonnienne était en nombre inférieur !

J'ai tout lu! :o

Plein de choses me viennent à l'esprit.

Pour moi Bonaparte avait de l'élan, Napoléon 1er tentait désespérement d'empêcher le tonneau des Danaïdes de se vider.

Je n'ai pas votre érudition sur ce sujet, je n'ai lu que le livre de Max Gallo.

Cependant, sans aucun lien avec cette lecture une question s'impose à moi.

Il n'a pas été évoqué ici le sort et le ressenti des populations concernées par toute l'épopée napoléonienne.

Sans tomber dans le cliché des automutilations dentaires au niveau des incisives supérieures, il existait bel et bien des réfractaires au service armé.

Rendre hommage à Napoléon, pourquoi pas?

Mais qu'en est-il de tous ceux issus de la populace qui sont morts un peu partout sur les champs de bataille ?

Qu'en est-il de la propagande du régime et de la liberté des médias d'alors ?

Je vous le demande sincèrement.

Sans ironie aucune.

Pour finir je dirais que je vouvoie, à l'instar de Davoust, car pour moi le vouvouiement me permet de prendre du recul par rapport au sujet donné, et, de tenter de la sorte, de garder la tête froide.

Merci de m'éclairer.

Je me cites moi-même! :o

Mais qui peut me répondre ?

La France vient de traverser des decennies troubles, notamment la terreur ! Des guerres victorieuses, pour la République, par ailleurs, effacent pour un temps, les difficultés de la vie ! La victoire entraïne une opinion plus que favorable à l'armée. Ceux qui refusent à s'y engager sont peut-être considérés lâches ou royalistes !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stein Membre 1 771 messages
Vipère lubrique‚ 74ans
Posté(e)
L'armée de la 1ère République était improvisée. Elle est victorieuse ! L'armée napoléonnienne était en nombre inférieur !

A part Austerlitz, les troupes françaises n'étaient pas si inférieures que ça en nombre. Ce qui les grevaient, c'était surtout les problèmes d'approvisionnement, de logistique... D'où la différence radicale entre l'avant et l'après Berthier.

Et surtout, les troupes françaises avaient les moyens de combattre simultanément un nombre incroyable d'ennemis, puisque presque toute l'Europe était régulièrement coalisée contre elles.

---

Vous dites que l'armée de la république était improvisée... Certes, mais elle disposait néanmoins d'un excellent matériel militaire, le meilleur d'Europe. Les cartouches à poudre françaises étaient considérées comme les meilleures du monde (elles faisaient très rarement long feu, contrairement à celles de leurs ennemis), les plus notoirement fiables, et disposaient de fusils qui étaient eux aussi considérés comme les mieux conçus du moment; alors que de ce point de vue-là, malgré son organisation et sa puissance, l'armée prussienne avait un très net train de retard.

Il faut aussi prendre en compte ces facteurs-là.

Les facteurs technologiques sont parfois plus décisifs qu'on ne le croit. Sur mer aussi, c'est le cas, comme à Trafalgar (Sauf que là, c'est la marine anglaise qui possédait une décennie d'avance sur la notre).

Modifié par Stein

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant