La politique doit-elle tenir compte de la morale?


Gabrielle Membre 146 messages
Forumeur inspiré‚ 36ans
Posté(e)

Bonjour à tous ,

J'ai lu un article ici et j'aimerais savoir ce que vous pensiez d cette question.

Selon, moi, notre politique actuelle te tient aucunement compte de la morale. C'est un acte de bonne figure qui fait croire à des millions de français que tout vva bien alors que tout va mal. Qu'en pensez-vous?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

cjh81 Membre 3 246 messages
vous avez demandé un titcon ? ‚ 36ans
Posté(e)

la politique c'est comme tout, histoire de pognon :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

La moralitée na pas sa place en politique seul compte les intérets. :o

Modifié par transporteur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Tout d'abord, une remarque sur le lien, l'auteur n'a visiblement pas compris "Le Prince".

Il était même relativement amusant de voir dans un article ressassant critiques érronées du "Prince", l'opposition de la théorie du contrat social, lorsque l'on sait que J.J Rousseau a écrit: " En feingnant de donner des leçons aux rois, il en a donné de grandes aux peuples. Le Prince de Machiavel est le livre des républicains".

Bref, passons.

D'entrée de jeu se pose la question de savoir ce qu'est la morale?

Mais pour éviter toute dérive, je vais laisser cela de coté et imaginer que lorsque nous parlons de morale, nous parlons de la d'un monde empli de licornes roses scintillantes.

La finalité de l'état étant de protéger le peuple qui l'a créé et de lui assurer sa pérénité, je ne pense pas que la morale soit un impératif à la politique. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Ce n'est pas un impératif, elle n'est donc pas exclue.

L'état a il me semble ce que l'on pourrait nommer une obligation de résultat et non de moyen. Il ne peut échouer, notre vie et survie en dépend. D'ailleurs, quand il commence à "merder", notre vie au quotidien s'en ressent dangereusement.

A partir de cela, lorsque notre pérénité est en danger, je demande à l'état de faire de la politique et non de la morale, je lui demande de faire ce pourquoi moi, en tant que peuple, je lui ai donné naissance et ai accepté de lui sacrifier une part de ma liberté.

Si pour cela il faut tuer, qu'il tue. S'il faut mentir, qu'il mente.

Je vous invite à lire le chap.18 du Prince " Comment les princes doivent tenir leurs promesses" pour étayer mes propos ci-dessus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

La morale et l'intérêt commun, du moins dans notre société actuelle, sont souvent en conflit. Cumuler les deux est un peu le credo de tous les labels éthiques et équitables qui fleurissent un peu partout mais ce n'est pas vraiment cela au niveau du gouvernement. Il n'en a pas les moyens.

La politique doit elle tenir compte de la morale ? Oui, en tout cas pour la façade. Pour avoir l'air à peu près crédible et arrondir les angles des machiavélismes de ses coulisses.

De toute façon, on ne remercie le menteur altruiste que bien longtemps après les faits. On maudira le menteur égoïste dans les dix prochaines génération.

Sur l'instant, on se raccroche un peu à ce qu'on a devant, c'est-à-dire les faits et un minimum de valeurs.

Et au vu du panorama actuel, je trouve qu'on s'accroche plus à des idéaux moralistes qu'au peu d'actions efficaces qui germent en secret.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Charlytiti Membre 273 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)
la politique c'est comme tout, histoire de pognon :o

t'as tout dit !! :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Si la politique ne tient pas compte de la morale; ne risque-t-elle pas de devenir immorale? La politique ayant la fonction de légiférer la Loi ne deviendrait-elle pas elle aussi immorale?

Vaste débat!

" Le respect pour la loi dépend de la confiance actuelle du peuple dans ses représentants et dans les agents éxécutifs."

21 février 1792.

Si la politique ne tient pas compte de la morale; ne risque-t-elle pas de devenir immorale? La politique ayant la fonction de légiférer la Loi ne deviendrait-elle pas elle aussi immorale?

Vaste débat!

" Le respect pour la loi dépend de la confiance actuelle du peuple dans ses représentants et dans les agents éxécutifs."

Condorcet 21 février 1792.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imara Membre 1 526 messages
Forumeur alchimiste‚ 30ans
Posté(e)

je dirais plutôt qu'elle est amorale...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité michaelaro
Invité michaelaro Invités 0 message
Posté(e)

la fin justifie-t-ele les moyens???? Les nécessités de l'Etat sont-elles compatibles avec les droits inaliénables des Hommes????? Franchement et cyniquement....je ne le crois pas! politique et morale peuvent faire bon ménage mais comme certains ménages parfois....ils divorcent puis se retrouvent puis divorcent :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fiphi Membre 913 messages
Forumeur accro‚ 45ans
Posté(e)
Tout d'abord, une remarque sur le lien, l'auteur n'a visiblement pas compris "Le Prince".

Il était même relativement amusant de voir dans un article ressassant critiques érronées du "Prince", l'opposition de la théorie du contrat social, lorsque l'on sait que J.J Rousseau a écrit: " En feingnant de donner des leçons aux rois, il en a donné de grandes aux peuples. Le Prince de Machiavel est le livre des républicains".

Bref, passons.

D'entrée de jeu se pose la question de savoir ce qu'est la morale?

Mais pour éviter toute dérive, je vais laisser cela de coté et imaginer que lorsque nous parlons de morale, nous parlons de la d'un monde empli de licornes roses scintillantes.

La finalité de l'état étant de protéger le peuple qui l'a créé et de lui assurer sa pérénité, je ne pense pas que la morale soit un impératif à la politique. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Ce n'est pas un impératif, elle n'est donc pas exclue.

L'état a il me semble ce que l'on pourrait nommer une obligation de résultat et non de moyen. Il ne peut échouer, notre vie et survie en dépend. D'ailleurs, quand il commence à "merder", notre vie au quotidien s'en ressent dangereusement.

A partir de cela, lorsque notre pérénité est en danger, je demande à l'état de faire de la politique et non de la morale, je lui demande de faire ce pourquoi moi, en tant que peuple, je lui ai donné naissance et ai accepté de lui sacrifier une part de ma liberté.

Si pour cela il faut tuer, qu'il tue. S'il faut mentir, qu'il mente.

Je vous invite à lire le chap.18 du Prince " Comment les princes doivent tenir leurs promesses" pour étayer mes propos ci-dessus.

Bonne réponse Elaïs ! Cependant je reste encore sur ma faim, car il me semble que nous n'avons pas encore résolu le sujet du débat. Suffit-il de convenir que l'état et les représentants de l'état peuvent employer des moyens immoraux pour conserver le pouvoir !? S'il s'agit d'un état démocratique, qui respecte les libertés fondamentales de son peuple, on peut le concevoir, juste le concevoir et non en faire un principe. S'il s'agit d'un état despotique, tyrannique, aristocratique..., qui ne respecte pas les les libertés individuelles de son peuple, la réponse ne convient plus. On ne saurait justifier à un état tyrannique l'emploi de moyens immoraux !

La question essentielle en mon sens qui n'est pas celui de la morale est le principe de la vertu. Tout état, tous représentants de l'état devraient s'appliquer au principe de la vertu. Cette notion se débarrasse du carcan de la morale, toute subjective, toute rigide, qui ligote la liberté d'agir. Nous avons plus besoin de politiques vertueux, que de politiques moralistes et moralisateurs. S'ils s'appliquent à être vertueux, l'état dans son ensemble s'approchera du respect d'une certaine morale !

Dans l'action, la morale manque de contour. La conception est nébuleuse pour un état, pour un individu. Elle est même un peu égoïste. Alors que la vertu....on la comprend mieux, on la saisit mieux. C'est plus concret. Il n'est pas necessaire d'être trop philosophe pour s'appliquer au principe de la vertu...

As-tu répondu au sujet sur la polygamie ? suite à Solon...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vinzanity Membre 792 messages
Forumeur accro‚ 30ans
Posté(e)

Je ne suis certainement pas calé sur le sujet mais je voulais dire que je ne conçois pas la politique comme étant morale ou immorale.

Peut être vais-je dire une bêtise mais la moralité ne serait elle pas dépendante de la subjectivité?

Je crois aussi comme elaïs que le politique a pour but de garantir la pérennité de l'Etat ou de la nation. Si ses actions peuvent être vues moralement ou immoralement selon les points de vue, ne convient-il pas de dire que le politique est amorale?

Elle est construite autours de mesures, de techniques actuelles sur les déterminants de l'économie (inflation, valeur de la monnaie, quantité de monnaie en circulation, taxes,...). Sa ligne est celle de la protection de l'Etat. Elle n'a rien de morale ni d'ailleurs d'immorale.

En fait pour tout vous avouer, ce concept de politique morale me parraît dangereux. Il est aisé de justifier bien des choses en parlant d'une éthique supérieure et prétendument défendue.

Je préfererais une politique amorale qui explicite de manière pragmatique et empyrique ses actions futures.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cjh81 Membre 3 246 messages
vous avez demandé un titcon ? ‚ 36ans
Posté(e)

et puis si la politique tenait compte de la moral ça se saurait

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Disons que sa morale fluctue selon les intérêts des politiciens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cjh81 Membre 3 246 messages
vous avez demandé un titcon ? ‚ 36ans
Posté(e)

et les intéret des politiciens fluctuent selon ce qui rentre dans leur portefeuille :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Bonne réponse Elaïs ! Cependant je reste encore sur ma faim, car il me semble que nous n'avons pas encore résolu le sujet du débat. Suffit-il de convenir que l'état et les représentants de l'état peuvent employer des moyens immoraux pour conserver le pouvoir !? S'il s'agit d'un état démocratique, qui respecte les libertés fondamentales de son peuple, on peut le concevoir, juste le concevoir et non en faire un principe. S'il s'agit d'un état despotique, tyrannique, aristocratique..., qui ne respecte pas les les libertés individuelles de son peuple, la réponse ne convient plus. On ne saurait justifier à un état tyrannique l'emploi de moyens immoraux !

La question essentielle en mon sens qui n'est pas celui de la morale est le principe de la vertu. Tout état, tous représentants de l'état devraient s'appliquer au principe de la vertu. Cette notion se débarrasse du carcan de la morale, toute subjective, toute rigide, qui ligote la liberté d'agir. Nous avons plus besoin de politiques vertueux, que de politiques moralistes et moralisateurs. S'ils s'appliquent à être vertueux, l'état dans son ensemble s'approchera du respect d'une certaine morale !

Dans l'action, la morale manque de contour. La conception est nébuleuse pour un état, pour un individu. Elle est même un peu égoïste. Alors que la vertu....on la comprend mieux, on la saisit mieux. C'est plus concret. Il n'est pas necessaire d'être trop philosophe pour s'appliquer au principe de la vertu...

As-tu répondu au sujet sur la polygamie ? suite à Solon...

Je te répond Fiphi,vu que tu d'adressais directement à moi, mais Vinzanity avait appronfondis ma pensée.

Ai-je dis que les représentant de l'état devaient utiliser des moyens immoraux pour conserver le pouvoir? Non!

J'ai dis que l'état devait si nécéssaire, employer des moyens immoraux pour conserver la pérénité de son peuple. Cela n'a rien a voir.

Heureusement que j'avais précisé " ne me faites pas dire , ce que je n'ai pas dit" :o .

Quant à ta suite sur l'état démocratique et despotique, je t'avoue que là, je ne te suis plus du tout. Penses-tu sincerement que l'état démocratique a légitimité pour utiliser des moyens immoraux contrairement à l'état tyrannique? Qu'est-ce qui justifierai cette différence de traitement? Ton raisonnement est étonnant.

Oui, interressant le concept d'état vertueux, mais concept qui ne fonctionne que dans un parrallélisme de comportements entre états.

Et oui, je t'ai répondu sur la polygamie. :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)

La question evidente est de quelle morale en parle? Celle de la sego qui dans ses crises d'hysteries accusait sarko d'etre "immorale"?

La morale n'est pas un bien de consomation. Et les hommes et les femmes politiques sont bien les derniers a etre en mesure d'en parler. Faudrais pas se retrouver dans un systeme a l'americaine ou les campagnes politiques se concentrent sur "qui a couche avec qui"...

Remarquez qu'on en est pas loin. Si en france le sexe n'est pas tabous, l'argent est pour nous un gros-gros probleme. Il n'y a qu'a voir la meute de grenouille de benitiers qui s'offusquent de voir le president de la 5 ieme puissance mondiale prendre des vacances sur un bateau... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Demandez au clergé s'ils ont de la morale "eux" ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
MASSUE Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

La politique ne tient pas compte de la morale.

C'est la loi féroce du plus fort qui y règne. C'est un milieu spécial où on n'hésite pas à désavouer même sa famille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
wistitie Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

je préfère aussi l'idée de vertus, à celle de morale ...la question du sujet me surprend car pour moi, derrière tout acte politique, il y a une position morale même si elle n'est explicitée ...

je ne vois pas comment on peut proposer des actions politiques sans partir d'une conception de l'éthique, quelle que soit d'ailleurs cette conception.

la ""morale" n'est pas le but de la politique mais un fil directeur, un façon de faire, une façon d'être pour effectivement satisfaire l'objectif de toute politique : l'amélioration du bien être sociétal.

je parle de politique au sens propre du terme (organisation de la cité) ; ce qui n'a rien à voir avec le spectacle médiatique auquel on assiste actuellement. je ne parle pas non plus des jeux de conquête de pouvoirs, qui bien qu'inévitables, absorbent une énergie immense que l'on pourrait destiner à des fins plus utiles au profit de l'humanité

quand je parle d'éthique, je ne suis pas au pays des nounours roses pour autant ; je le conçois non comme une réalité (l'être humain est ce qu'il est) mais comme un idéal vers lequel tendre...à essayer, on a plus de chance de s'en rapprocher

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6 651 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

La morale doit s'occuper de ce qu'il est bien de faire.

La politique doit s'occuper de ce qu'il faut faire.

La morale offre une direction. Un idéal.

La politique met les mains dans la merde pour atteindre cet idéal, ou tout du moins pour qu'on survive en respectant le plus possible cet idéal.

Parce que la politique, elle doit gérer le monde. Et le monde, la nature, les humains, et les règles qui régissent tout ça, sont amorales.

C'est peut être triste, mais c'est la réalité. Et c'est pas en jouant les autruches parce que ça nous déplait qu'on va régler les problèmes.

Y a un moment où il faut devenir adulte.

La morale ne se salie jamais les mains, elle juge tout ça de haut... Et ne fait jamais ce qu'il faut faire, elle ne fait que juger.

Comme tous ces imbéciles qui sont toujours très fort pour critiquer, donner leur avis (souvent négatif) et dire que tel ou tel truc c'est pas bien... mais qui vont jamais te donner une seule solution pratique pour résoudre réellement le problème.

Entrer dans la réalité... c'est le problème de la morale et de ceux qui la défendent corps et âme. Ils en sont totalement déconnectée.

Si on pouvait agir uniquement de façon morale, la politique ne servirai à rien.

En plus, la morale se contredit sans arrêt. La morale n'est pas que déconnecté du monde réel, elle est aussi déconnecté de la logique.

Exemple : Il faut respecter l'autre... et il ne faut pas tuer.

Donc tu fais quoi, en pratique, face à un psychopathe ? Tu le respecte ?

Bah ça, c'est une question politique :

Chercher une solution pratique, dans le monde réel, qui va permettre d'essayer tant bien que mal de pas trop abîmer la morale, mais en sachant que pour faire quelque chose, faudra bien lâcher du lest quelque part.

Le moralisateur, il va seulement laisser le psycopate en liberté et dire "hoooo c'est pas bien ce qu'il fait !! Non, c'est pas bien du tout !! C'est un vilain le monsieur..."

Et empêcher le flic qui voulait lui coller son poing dans la gueule pour l'arrêter et lui passer les menottes en lui disant "hooo c'est pas bien la violence ! Il faut aimer son prochain !! Le comprendre, lui expliquer que c'est pas bien ce qu'il fait, il va comprendre !!"

Heureusement qu'il y a des gens qui ne respectent pas la morale, sinon, on serait dans un vrai merdier. La moindre des choses serait de le reconnaître.

Qui plus est, la morale, il n'y en a pas qu'une seule, et elles s'excluent par nature l'une l'autre. (On peut aussi jouer l'autruche là dessus... bien sûr... )

Alors que la politique, par nature, elle est faite pour fonctionner avec des gens qui pensent différemment, qui ne sont pas du même avis, voir qui s'opposent.

C'est un truc que la morale est incapable de faire (la morale ne peut pas faire de compromis)

Pour faire fonctionner un monde où il y a plusieurs morales qui s'opposent, il faut bien une machine qui les dépasses un peu, et ne les respectent pas tout le temps.

Modifié par Titsta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant