L'embryon humain est-il une chose?

Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Un titre provocateur pour évoquer les contradictions éthiques et juridiques de l'embryon humain (et du foetus) :

L'embryon humain s'étend de la conception jusqu'à la 8ème semaine.

Ce délai de 8 semaines est pourtant compris dans la période durant laquelle une interruption volontaire de grossesse est possible.

Le code civil garantit le respect de l'être humain dès le commencement de la vie (articles 16 et 16-4).

Dans diverses de ses dispositions, le code pénal réprime l'atteinte à l'intégrité physique (meutre, assasinat, empoisonnement).

La loi bioéthique de 1994 modifiée énonce "la recherche sur l'embryon humain est interdite" (art L 2151-5 code la santé publique).

Cependant un régime dérogatoire permet ces recherches pour une durée de 5 cinq ans depuis 2004.

Pour nous éclairer la Cour Européenne des Droits de l'Homme avance dans une décision du 8 juillet 2004 Vo c/ France:

"Quant à ce qui précède, la Cour est convaincue qu'il n'est ni souhaitable ni même possible actuellement de répondre dans l'abstrait à la question de savoir si l'enfant à naître est une « personne »"

En déduction de tout ce qui est dit plus haut, à votre avis ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Question subsidiaire, jusqu'où peut on aller en matière de recherche biomédicale?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

Rectificatif : le délai légal en france pour une IVG est de 12 semaines.....

Il faut bien faire la distinction entre l'embryon qui n'est pas viable et le foetus qui est reconnu éthiquement comme un être à part entière.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

Entre la loi qui fait la nature et la nature qui fait la loi....

j'opterais pour la seconde.

Il y a une vie humaine dès qu'un homme et une femme on décidé de s'unir pour procréer.

et zou !

Allez jouer avec ça........!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

Ah ouais , un embryon humain de 6 jours ne vaut pas plus que celui d'un poussin, c'est un amas de cellules dans lequel seuls les saints bigots y voit un être spirituel :o.

Et avec ça, tu crois que tu vas bien jouer aussi ? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

rectificatif du rectificatif: la période de 8 semaines est comprise dans le délai légal de l'ivg (qui lui est de 12 semaines),

je veux dire par là que l'on peut pratiquer une ivg alors que l'enfant à naître à la forme embryonnaire et non pas que le délai de l'ivg est de 8 semaines. cqfd

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

Donjuan > ah ben vi maintenant c'est plus clair :o.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

:o

En tout cas la Loi permet de mettre fin à l'évolution d'un embryon...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

... et la loi est bien faite. Pourquoi en accepter son évolution s'il n'est pas désiré (raisons multiples et souvent graves et personnelles).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Je sais bien, la loi veil, je ne fais pas de jugement sur les raisons de l'ivg, je te rappelle que j'ai lu "l'oeuvre de DIEU, la part du diable.

Je relève juste les contradictions de la Loi, l'ivg est possible sur l'embryon mais la Loi elle même interdit les atteintes sur l'individu, dans le code civil et le code pénal.

Donc la question : l'embryon est il un individu, même en puissance ou des cellules éparses?

A partir de quand est on un individu, à partir de l'embryon, le foetus, à la naissance?

A partir de quand l'individu a t il droit à la protection de la Loi?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

Apparement dès qu'il est viable c'est à dire 5 mois et demi de grossesse (quoiqu'à cet âge de nombreux grands prématurés garderont des séquelles très lourdes). Donc d'après cette logique l'embryon n'est pas un individu, le foetus en est un légalement.

Mais les frontières sont floues et trop de critères (éthique, morale, religion) rentrent en jeu et changent la donne à chaque instant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Aurais tu des réferences à l'appui? :o

J'ai retrouvé un arrêt du 29 juin 2001 de la cour de cassation (plus haut tribunal français) qui rejette la protection de la Loi pour un foetus de 6 semaines atteint lors d'un accident de la circulation.

Cass assemblée plénière du 29 juin 2001. bull. n°165

Modifié par donjuan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Il y a encore relativement peu de temps (à l'échelle de l'histoire) l'enfant lui-même n'était pas considéré comme ayant une personnalité, des états d'âme et compagnie.... un sous-être, pour être plus précis (et ce n'est pas une caricature!!) . La psychologie de l'enfance est vraiment récente et le statut de l'enfant actuel (une petite personne en formation) nous paraît normal maintenant.<br />Concernant les foetus, l'idée même de la notion d'être vivant à part entière vient à peine d'arriver !

Là, il ne s'agit pas de psychologie mais plus de biologie. On sait que le foetus a des réactions... mais le débat est sujet à polémique.

Quoi qu'il en soit, au niveau humain, je rejoint ce que dit Yves: la notion de vie commence quand un couple décide (ou non, tiens !!) de donner la vie. La fécondation est le point de départ de la vie !!L'avortement, un meurtre ?? Disons que le mot "avorter" en lui-même défini assez bien la chose : arrêter une action avant son terme !! Un foetus n'a aucun vécu, il n'a ni de notion de vie, ni de mort, il n'a pas son destin en main. Et là, c'est aux parents de décider si mourir avant d'avoir vécu vaut mieux que vivre une vie de tourments et abandons.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'athéologue Membre 1 404 messages
Forumeur alchimiste‚ 62ans
Posté(e)
Entre la loi qui fait la nature et la nature qui fait la loi....

j'opterais pour la seconde.

Il y a une vie humaine dès qu'un homme et une femme on décidé de s'unir pour procréer.

et zou !

Allez jouer avec ça........!

Et quand ce n'est pas voulu ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
Entre la loi qui fait la nature et la nature qui fait la loi....

j'opterais pour la seconde.

Il y a une vie humaine dès qu'un homme et une femme on décidé de s'unir pour procréer.

et zou !

Allez jouer avec ça........!

Et quand ce n'est pas voulu ?

Tu ne vas pas refaire un topic la-dessus, il y en a déjà assez.

Si tu veux mon avis, quand on ne veut pas de gosse on en fait pas.

Pour ce qui est de la loi, elle est bien faite car elle départage d'un côté les individus qui n'ont pas plus de coeur ou d'humanité que Robby, et de l'autre côté les extremistes intégristes et intolérants qui ne valent pas mieux !

La Morale là-dedans n'a pas grand intérêt à être citée, car pour certains, tous les sujets sont bons pour aller à son encontre surtout dès qu'elle porte atteinte à leur aisance et leur s'en foutisme.

Pourquoi faut-il toujours aborder le sujet par les gonzesses et les queutards qui jouent avec leur cul et ne savent pas qu'ils peuvent féconder, comme l'a prévu la nature. Ces cas-là on s'en fout royalement, ils n'ont pas à entrer dans le sujet qui est bien plus grave que cela.

Il y a suffisamment de situations où l'interruption de la grossesse est une triste et nécessaire alternative pour celles qui doivent la subir selon les conditions par lesquelles elle est suvenue, ou parce qu'une raison médicale ne laisse pas le choix, ou justement parce qu'elle laisse un choix cruel dans sa décision.

Je méprise les gens qui se prétendent être des humains et qui ne se privent pas de jouer sur les mots pour définir l'entité de l'amas de cellules, ou de l'embryon, ou du foetus, ou de l'élement organique qui se développe dans leur corps, ou de tout autre dénomination par laquelle ils veulent dédouaner leur conscience vis à vis de ce dont ils ont été à un moment de vie.

Je déplore que ce soit toujours cette minorité qui gueule plus fort que les autres. Il suffit de se rendre dans les services où sont pratiqués les avortements. Mettez-vous à la place de ceux qui y travaillent pour juger de l'absurdité de la situation. Surtout lorsqu'on voit d'un côté des gamines et des femmes, soit-disant adultes, venir cracher ce qu'elles refusent de considérer comme une vie parce que ça les dérangent dans leur plan cul et de l'autre côté toutes les jeunes filles ou jeunes femmes qui doivent avoir recours à l'avortement pour des raisons toutes autres, que ce soit suite à un viol, un problème de santé impliquant celle de la mère ou de l'enfant (grossesse à risque avéré), ou que ce soit suite à décision douloureuse après une amniosynthèse qui a amené les futurs parents plein d'espoir au départ à opter pour cette éventualité.

Mettez-vous 5 minutes à la place du personnel qui a fort à faire à accompagner et soulager psychologiquement des femmes (et des hommes) qui étaient les plus heureux du monde le jour où le test a été positif, alors que dans la chambre d'à côté une personne, qui n'avait sûrement rien de plus humain que ce qu'elle avait dans son ventre, et venue pour la journée accomplir une formalité pour se débarasser d'une "contrariété" qu'elle a encore contractée sur un parking de boîte pendant l'orgie hebdomadaire.

Je cite des cas précis, mais c'est un exemple pour expliquer que l'on fait trop d'amalgame dans ce genre de décision. Et cet amalgame arrange ce qui veulent adapter leur conscience à leur agissement, et non l'inverse.

Par contre l'exemple du service de gynéco est réèl.

C'est un service dont je connais le personnel soignant et les médecins, et qui assitent tous les jours des femmes qui ont des difficultés à tomber enceintes, ou qui ont des gros problèmes de grossesse (extra-utérines, fausses-couches à répétition, etc...)

Ce personnel voit clair et sait de quoi il parle lorsqu'on parle d'avortement et du gaspillage d'énergie et de personnel, si dur à trouver pour suivre des femmes et des hommes qui en ont besoin, pour des pétasses qui ont eu un moment "d'égarement".

Il y a avortement et avortement. Pour ma part l'avortement "drive in" doit petre sanctionné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
GMB Membre 3 867 messages
Gentil Mignon Bisounours‚ 40ans
Posté(e)

les pétasses t' iras le dire à ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
Celle ci entre autre où il est dit qu'embryon comme foetus sont des êtres "en devenir et donc soumis à une protection juridique.

<http://www.droit.univ-paris5.fr/cddm/modules.php?name=News&file=article&sid=10>

j'ai lu avec intérêt ton document qui résume la position des juges par rapport à la question.

Je te propose de lire l'aspect Droit de cet décision de la cour européenne des Droits de l'Homme justement sur la question ( en fait une femme confondue avec une autre avait perdu son enfant à naître, l'homicide n'avait pas été reconnu):

http://cmiskp.echr.coe.int/tkp197/view.asp...p;skin=hudoc-fr

On constate que sur certains points l'enfant à naître acquière des droits dès sa conception mais que des fois on lui refuse le statut d'être humain, d'où contradiction.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

La position de la cour suprême du New jersey sur la question:

AFP - Mercredi 12 septembre, 23h08

WASHINGTON (AFP) - La cour suprême du New Jersey (est) a débouté mercredi à l'unanimité la plainte d'une femme qui reprochait à son gynécologue de ne pas l'avoir prévenue avant son avortement qu'elle portait en elle "un être humain complet, distinct, unique et irremplaçable".

"Nous ne trouvons pas que la loi oblige un médecin à informer une patiente enceinte qu'un embryon est un être humain vivant et existant", concluent les juges.

lire l'article

Modifié par donjuan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Le droit francais actuel a ce paradoxe stupéfiant d'avoir totalement dépénaliser le droit a l avortement à l'égard de la femme mais pas a l egard des tiers: la pratique d'un IVG illégal ou la fourniture de moyens abortifs autre que par une personne autorisée est réprimé par le droit pénal, je peux en conclure que le foetus est ici protégé .

Or, de 3 mois de grossese a sa naissance, il ne l'est plus, l'homicide involontaire sur un enfant a naitre n'etant plus caractérisé en france.

Scandales de l'arret mareva ou la femme enceinte de 8 mois perd son enfant a la suite d'un accident de voiture du a l imprudence de l autre véhicules ou de l'arret grosmangin en 2001 ou la cour de cass en assemblée pleniere estime qu'il n'y a pas de préjudice a perdre un enfant au bout de 6 mois de grossesse apres une collision causée par la conduite en état d'ivresse du chauffeur de l autre véhicule.

suite a ses 2 arrets, l'A.N vote l'amendement Garreau...tollé ridicule des lobby pro avortement, qui voit dans dans la création d'un délit d'IVG ayant entrainé la mort d'un enfant a naitre par maladresse, imprudence inatention, négligence ou manquement a une obligation de sécurité ou de prudence" le glas du droit a l IVG...

Résultat, en france un animal est protégé par le droit pénal en tant qu'objet , un enfant désiré puisque n'ayant pas été avorté durant la période légal, n'est meme pas un objet digne d'etre protégé par le droit pénal.

En bref, s'il y a un droit a décider librement de sa grossesse, il n'y a pas de droit a sa protection.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant