commémoration de l'abolition de l'esclavage

Wedge Membre 27 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Ce qui me gène dans cette commémoration, c'est qu'elle a tendance à mettre un visage blanc sur le vilain et noir sur la visctime.

L'esclavage n'a pas de couleur.

L'esclavagiste les a toutes, et ça, on a trop tendance à l'oublié.

Il est inutile de remonter au XVIè siècle, de ressortir des faits ou preuves sans être réellement complet. L'Histoire, depuis sa création jusqu'à aujourd'hui encore, regorge de faits et preuves, en Orient, en Asie, en Amérique, en Europe.

Depuis plus de 2000 ans l'Histoire a ses contextes, et la vision a porteriori, moderne, nous fait aussi sortir du cadre d'une annayse correcte et objective.

Le passé est un fait qui ne peut changer.

L'avenir est bien plus important.

Au lieu de faire un mea culpa anachronique, nous devrions arrêter l'hypocrisie d'ignorer les faits actuels et de dénoncer vraiment, les pays qui mettent encore en esclavage des hommes, femmes et enfants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Cacahuete_grillée Membre 2 313 messages
Gourmande inspirée‚ 32ans
Posté(e)

Je pense qu'il ne faut pas oublier autant pour l'esclavage que pour la shoa, mais il est vrai aussi qu'a vouloir montrer qu'il ne faut pas suivre le passé c'est tout le contraire qui se passe !

Ce qui a eu lieu dans le passé n'a apparement pas servi de leçon, puisque les massacres, les genocides continuent dans l'impunité la plus totale.

Il faut se souvenir et se servir du passé pour stopper ce qui se passe dans le present et non pas pour s'apesantir sur soi même !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Je suis pour l'abolition de la commémoration de l'esclavage !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Waverly Membre 152 messages
Forumeur inspiré‚ 30ans
Posté(e)

L'esclavage ne serait qu'un détail de l'histoire ? :o

Modifié par Waverly

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cacahuete_grillée Membre 2 313 messages
Gourmande inspirée‚ 32ans
Posté(e)

Bien sûr que non ce n'est pas un detai de l'histoire, le rappeller c'est bien, s'en souvenir c'est bien mais encore faut il lutter pour que ça ne recommence pas, aujourd'hui ça n'est pas le cas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Easy Membre 59 messages
Forumeur en herbe‚ 65ans
Posté(e)

Bonjour :o

Chaque fois qu'on parle de l'esclavage historique, on détourne le regard sur ce qui se passe au présent.

Et ce n'est pas du fait d'un quelconque détourneur de regard que cela se produit. Cela se produit parce que chacun de nous préfère détourner le regard de ce qui se passe au présent et dont il est responsable en temps réel

A l'exact instant où nous papotons de l'esclavagisme historique, nous nous renforçons dans l'idée que c'était quelque chose qui ressemblait à ... fouet... chaînes... cales ... séparation des familles.. déportations... etc.

Chaque fois que nous inaugurons un monument à la mémoire de l'esclavagisme historique, nous focalisons encore sur cette horreur du passé.

C'est très volontaire.

Car nous le savons très bien, mais nous préférerions l'ignorer, le pire est ce qui se passe en ce moment et qui se passera encore demain

Car l'horreur qui se passe aujourd'hui et indénonçable

Autant l'esclavagisme historique, qui comportait un volet de contrainte par la force physique directe, ainsi qu'une notion de sous-race était facile à dénoncer et l'a toujours été par maints intellectuels du passé, autant l'exploitation actuelle du milliard d'analphabètes et de 2 autres milliards de sous instruits, qui semblent tous disposer de la liberté de mouvement, est indénonçable.

Alors être violé, abusé, jour et nuit par le système mondial actuel et assister éventuellement à ses conférences et autres gesticulations sur l'horreur du passé, c'est subir un comble de misère et de foutage de gueule.

Fournir un travail pour quelqu'un et être payé en retour moins de 20 $ par jour, c'est être son prisonnier, c'est dépendre entièrement de lui, c'est être son esclave, sans en avoir le titre et sans avoir la moindre chance de sortir de cet état sinon par la mort et cela d'une génération à la suivante.

Or 1 milliard d'êtres humains ont moins de 1 $ par jour pour tenir.

Un millard, 2 miliards, 3 milliards d'être humains sont prêts à bosser pour 5$/jour afin de ne pas crever de faim

En Afrique subsaharienne, c'est 50% de la population qui a 1 $ par jour

En 1981, ce n'était "que" 41,6% de la population qui était aussi pauvre

De 1981 à 2007, il s'est tenu 3 589 287 débats officiels dans le monde pour évoquer l'horreur de l'esclavagisme historique

A mon sens, il vaudrait cesser de conférencer sur l'esclavagisme historique et mettre sur la table l'esclavagisme sourd actuel dont on pourrait sortir à condition d'être généreux en instruisant tous les enfants pauvres et en commerçant plus équitablement.

D'autre part, nous devrions interdire à nos députés, à tous nos élus, de ponctionner dans les caisses de l'Etat pour verser des subsides aux pays pauvres car ces sommes trop massives, trop gouvermentales se retrouvent toujours autour du lac Léman

Nous devons verser une part de nos impôts aux ONG de notre choix (et en répartissant sur plusieurs) Elles seraient alors à même d'accomplir leurs missions

Modifié par Easy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
GMB Membre 3 867 messages
Gentil Mignon Bisounours‚ 40ans
Posté(e)

@ easy: :o:o :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
Bonjour :o

Chaque fois qu'on parle de l'esclavage historique, on détourne le regard sur ce qui se passe au présent.

Et ce n'est pas du fait d'un quelconque détourneur de regard que cela se produit. Cela se produit parce que chacun de nous préfère détourner le regard de ce qui se passe au présent et dont il est responsable en temps réel

A l'exact instant où nous papotons de l'esclavagisme historique, nous nous renforçons dans l'idée que c'était quelque chose qui ressemblait à ... fouet... chaînes... cales ... séparation des familles.. déportations... etc.

Chaque fois que nous inaugurons un monument à la mémoire de l'esclavagisme historique, nous focalisons encore sur cette horreur du passé.

C'est très volontaire.

Car nous le savons très bien, mais nous préférerions l'ignorer, le pire est ce qui se passe en ce moment et qui se passera encore demain

Car l'horreur qui se passe aujourd'hui et indénonçable

Autant l'esclavagisme historique, qui comportait un volet de contrainte par la force physique directe, ainsi qu'une notion de sous-race était facile à dénoncer et l'a toujours été par maints intellectuels du passé, autant l'exploitation actuelle du milliard d'analphabètes et de 2 autres milliards de sous instruits, qui semblent tous disposer de la liberté de mouvement, est indénonçable.

Alors être violé, abusé, jour et nuit par le système mondial actuel et assister éventuellement à ses conférences et autres gesticulations sur l'horreur du passé, c'est subir un comble de misère et de foutage de gueule.

Fournir un travail pour quelqu'un et être payé en retour moins de 20 $ par jour, c'est être son prisonnier, c'est dépendre entièrement de lui, c'est être son esclave, sans en avoir le titre et sans avoir la moindre chance de sortir de cet état sinon par la mort et cela d'une génération à la suivante.

Or 1 milliard d'êtres humains ont moins de 1 $ par jour pour tenir.

Un millard, 2 miliards, 3 milliards d'être humains sont prêts à bosser pour 5$/jour afin de ne pas crever de faim

En Afrique subsaharienne, c'est 50% de la population qui a 1 $ par jour

En 1981, ce n'était "que" 41,6% de la population qui était aussi pauvre

De 1981 à 2007, il s'est tenu 3 589 287 débats officiels dans le monde pour évoquer l'horreur de l'esclavagisme historique

A mon sens, il vaudrait cesser de conférencer sur l'esclavagisme historique et mettre sur la table l'esclavagisme sourd actuel dont on pourrait sortir à condition d'être généreux en instruisant tous les enfants pauvres et en commerçant plus équitablement.

D'autre part, nous devrions interdire à nos députés, à tous nos élus, de ponctionner dans les caisses de l'Etat pour verser des subsides aux pays pauvres car ces sommes trop massives, trop gouvermentales se retrouvent toujours autour du lac Léman

Nous devons verser une part de nos impôts aux ONG de notre choix (et en répartissant sur plusieurs) Elles seraient alors à même d'accomplir leurs missions

C'est très beau tout ce que tu dis:

cependant l'un m'empêche pas l'autre, on peut se souvenir du passé sans accepter en silence ce qui se passe actuellement.

Complètement d'accord avec ton idée de décentraliser les aides aux états pauvres.

Qu'est ce qu'on attend ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Ce passé esclavagiste est à assumer, point.

Le passé d'esclave aussi.

De toute façon, il faut vraiment être coupé du monde pour ne pas avoir entendu parler de cette période peu glorieuse de l'histoire.

Maintenant, la situation est totalement différente et l'esclavage a mille visages. Se souvenir du passé est nécessaire pour ne pas réitérer certaines erreurs mais c'est maintenant qu'il faut agir.

Sinon, c'est dans 800 ans que l'on fêtera la fin du travail des enfants chinois dans des conditions insalubres, avec des salaires misérables et des horaires de dessinateur de BD.

Ou dans un demi-millénaire que l'on pourra commémorer l'éradication du seuil de pauvreté (dans le sens positif!), comment l'homme aura su préserver ses ressources naturelles animales, végétales et humaines.

Etc...

Ce bel avenir mériterait un coup d'accélérateur temporel.

Je ne critique pas cette commémoration mais le fait qu'on se gargarise de culpabilité et de fierté (d'avoir abolit) ne sert pas à grand chose!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
GMB Membre 3 867 messages
Gentil Mignon Bisounours‚ 40ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

D'accord yop mais ne portes tu pas des baskets nike ou autre made in china?

Et que faire concrètement dès aujourd 'hui?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
GMB Membre 3 867 messages
Gentil Mignon Bisounours‚ 40ans
Posté(e)

que faire?

faire cesser l' hypocrisie. se responsabiliser. exiger de nos gouvernements occidentaux que cesse ce système (ou les pays pauvres sont soit des usines, soit des gardes manger, soit des carrières de materiaux ou l' on trouve de la main d' oeuvre quasi gratuite et en masse). et surtout ne pas avoir peur de partager, donc de se priver d' un peu de notre confort...

c' est tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Oui mais individuellement et qui soit faisable dès aujourd'hui?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
GMB Membre 3 867 messages
Gentil Mignon Bisounours‚ 40ans
Posté(e)

acheter: des fringues "made in pas le tiers monde", de la nourriture commerce équitable...

...

en fait à l' échelle individuelle c' est carrément pas possible parceque, en ce qui concerne la nourriture, il n' y a qu' une ou deux marques de café estempillées commerce équitable et en ce qui concerne les vêtements, le materiel informatique et autres bricoles quasiment tout est fabriqué en chine.

on ne nous laisse pas le choix! on est un salaud qui collabore et puis c' est tout!

c' est à la base du problème qu' il faut s' attaquer en commençant par arréter d' élire des présidents qui proposent des politiques ultralibérales/mondialistes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
New comer Membre 1 001 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Erreur de manip :o

Modifié par New comer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
TitoVaudoo Membre+ 5 355 messages
Posté(e)

Yo Master, ça roule?

Je suis d'accord avec toi et je trouve, en réponse à donjuan, que c'est déjà ça si la majorité des gens prenaient conscience du problème. Le principal adversaire actuel est l'ignorance , aux deux sens du terme, de la tragédie.

Je rajouterai quand même que je comprends que les classes moyennes et en deça pensent plutot à acheter moins cher.

Et quand il y a des aisés qui achètent par solidarité, je respecte.

Mais quand il y en a qui achètent parce que c'est tendance et que ça le fait, j'avoue que je suis assez dérouté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
New comer Membre 1 001 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Personne n'oublie ce qui se passe aujourd'hui Easy! :o

La commémoration de l'abolition de l'esclavage n'est pas faite dans ce but. L'objectif est que la France puisse regarder sainement son passé, en n'occultant pas les atrocités qui ont eu lieu il y a des siècles de ça. Il s'agit de reconnaître simplement que ce terrible événement fait partie de l'histoire de France et pas seulement celle des Antillais mais pour tous les Français qu'ils soient blancs ou noirs. C'est ce qui a été fait aux Etats-Unis bien plus tôt et on doit leur reconnaître ce mérite bien qu'il y ait encore des problèmes là-bas. La France a laissé pourir les choses et s'il y a un malaise aujourd'hui c'est parce qu'à la différence des Etats Unis, les Noirs et anciens esclaves ne se trouvaient pas en métropole mais dans des îles bien éloignées et souvent oubliées. Ca n'a fait que voiler le malaise qui existait.

L'esclavage a été un moment terrible de l'histoire et il ne faut pas le minimiser parce qu'il appartient au passé. Celui qui existe aujourd'hui n'a pas les mêmes origines que la traite négrière (l'infériorité des noirs, le détournement des théories de l'évolution, etc.). Il ne faut pas faire d'amalgame; on parle d'un "business" de masse qui est responsable de pas beaucoup de maux et d'inégalités encore aujourd'hui, on doit le dire.

Les Antillais ne demandent pas une repentance ou une réparation comme le disent ces satanés journalistes mais réclament une partie de leur existence, je ne crois pas que ce soit trop demandé. C'est une demande légitime en tant que Français.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Easy Membre 59 messages
Forumeur en herbe‚ 65ans
Posté(e)
cependant l'un m'empêche pas l'autre, on peut se souvenir du passé sans accepter en silence ce qui se passe actuellement.

Complètement d'accord avec ton idée de décentraliser les aides aux états pauvres.

Qu'est ce qu'on attend ?

:o

On peut penser que l'un n'empêche pas l'autre.

Or, chaque journée, chaque heure, chaque minute passée à parler de l'esclavagisme historique est autant de perdu pour parler du problème autrement plus conséquent qu'est l'esclavagisme sourd actuel

De même que les notions de salaud, de méchant, d'égoïste, de généreux, de courageux sont floues et permettent alors les diatribes sans fin, la notion d'esclavagisme moderne est floue et permet à toutes les anguilles de se défiler.

Il avait fallu pas mal de débats pour que les économistes se mettent d'accord sur ce qu'on pourrait considérer comme étant le seuil de la misère absolue. Ils ont décidé de retenir le revenu de 1$ par jour.

Il s'agissait de trouver un chiffre et il aura déjà fallu des tas de conférences bien coûteuses pour trouver cette définition: la misère absolue est à 1$ /J

En revanche, pour déterminer à partir de quel moment on vit une condition d'esclave moderne, c'est bien plus difficile.

Nous avons donc un énorme débat à entreprendre pour déterminer le seuil de l'esclavagisme moderne. Tant qu'on en est à esclavagisme = fouet, chaîne, zéro dollar, on tient des éléments objectivables, frappants et très pertinents. Mais quand on passe à l'esclavagisme moderne où il n'y a ni fouet, ni chaîne, ni zéro salaire, on est en grande difficulté pour le définir et donc le dénoncerr. D'où le fait qu'il prospère, qu'il perdure et qu'on prèfère parler de l'esclavagisme historique bien plus imagé. (c'est un peu comme le problème de la définition des sectes, du bourrage de crâne ou du lavage de cerveau)

Un dessinateur, un caricaturiste, quand il veut dessiner un esclave historique, il suffit de représenter un gus tout triste avec un collier en acier autour du cou et ça le fait

Mais quand il veut illustrer un esclave moderne, il ne sait plus comment s'y prendre. :o

D'autre part, les acteurs, maîtres et esclaves, ne sont plus forcément les mêmes aujourd'hui que dans les temps historiques. Alors tout ce qui théâtralise la "mémoire rendue" aux esclaves historiques peut très bien faire le jeu des esclavagistes actuels.

Dès l'instant où, sous la pression humaniste et démocratique, il a fallu renoncer à l'esclagagisme historique, se sont mises en place des alternatives à 1$/J et sans aucune chaîne au cou mais tout aussi efficaces sinon plus.

Le néo-esclavagisme est extraordinairement diffus (il est partout), polymorphe (il a des tas d'aspects) et têtu (on le combat ici, il ressurgit ailleurs en attendant de revenir sous un nouvel avatar). Et cela essentiellement parce qu'il est encore confus.

En l'absence de seuil objectivable, en l'absence d'une définition précise, il fonctionne à plein rendement sous l'étiquette de travail rémunéré, lequel travail rémunéré est entretemps devenu synonyme de félicité pour tous ceux que le chômage menace. La confusion est tolale et lui profite donc.

Etant donné l'importance capitale du néo-esclavagisme dans notre sort actuel et l'extrême difficulté qu'il y a à le définir, étant donné la polysémie de l'expression "travail rémunéré", étant donné la valeur accordée au "travail rémunéré" qui fait apparaître son organisateur comme providentiel, nous avons bien plus intérêt à débattre de lui que de sa forme historique.

De toutes manières, il ne faut pas forcément le collimater.

Il peut y avoir mieux à faire que de le cibler puis le pourchasser.

Faute d'avoir trouvé la définition ISO de l'esclavagisme moderne pour condamner au mieux une pincée d'esclavagistes, nous faisons oeuvre bien plus utile en achetant équitable, en répétant tant et plus que tout travailleur doit percevoir un salaire lui permettant d'espérer une amélioration de sa vie et en instruisant les enfants des plus pauvres.

Je rappelle un truc tout con: instruire la jeunesse est un devoir moral qui incombe à tout adulte. Plus ce devoir est accompli nonobstant les frontières et les races, plus il sera équitable.

Grâce aux premiers circuits de commerce équitable mis en place, par l'entremise des ONG qui apportent l'instruction dans les endroits les plus déhérités, il nous est très facile de contrecarrer dès maintenant et au quotidien cet insaisissable mais pourtant bien réel esclavagisme moderne.

En oeuvrant uniquement sur ces 2 points, nous abolirons toutes les nouvelles formes esclavagisme avant même d'avoir réussi à les définir.

:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Pour illustrer un article du Monde du 14 mai 2007

"C'est à Bamako, capitale du Mali, que Malik a grandi. Un jour, un homme qui se présente comme un agent lui propose de le faire jouer en France, lui obtient un passeport et un titre de séjour touristique. Malik a 17 ans. A Paris, le jeune Malien loge dans un foyer du 14e arrondissement et son "agent" a signé pour lui une licence dans un club du 17e arrondissement, le FC Ternes.

EXPULSABLE IMMéDIATEMENT

Un matin, "l'agent" disparaît avec le passeport de Malik, probablement pour le vendre au marché noir. Les dirigeants du FC Ternes aident le jeune Malien, qui est repéré par l'Union sportive d'Ivry. Dans ce nouveau club, Malik joue en CFA2 et effectue une formation pour devenir éducateur de football. Mais le 19 octobre 2006, lors d'un contrôle d'identité, Malik est placé en garde à vue. Libéré, il reste frappé d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière.

C'est ce récit qui fait réagir Raymond Domenech. "Je ne suis pas le porte-drapeau des sans-papiers, déclare-t-il, mais il se passe des choses inadmissibles dans le monde du football. Malik est une victime, comme bien d'autres jeunes Africains à qui on fait croire qu'ils vont devenir de nouveaux George Weah. Il s'agit tout simplement d'un esclavagisme moderne."

Ces pratiques sont désormais beaucoup plus surveillées dans les clubs professionnels. Mais, observe Raymond Domenech, "ces pseudo-agents s'adressent à des clubs amateurs. Certains de ceux-là sont moins regardants sur les circonstances de l'arrivée de ces jeunes Africains et espèrent toujours réaliser une plus-value si le joueur s'avère prometteur"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
D'accord yop mais ne portes tu pas des baskets nike ou autre made in china?

Je ne porte pas ce genre de choses. J'ai des principes et je les repecte du mieux que je peux.

Si la plupart des beaux parleurs en faisaient autant, on irait peut être plus vite dans les avancées sociales !

Je ne prétend pas réussir à être fidèle à TOUT ce que je voudrais, mais je le suis chaque jour un peu plus. Avec moult efforts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant