Aller au contenu

Eline293

Membre
  • Contenus

    78
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Eline293

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 05/20/1972

Visiteurs récents du profil

391 visualisations du profil
  1. Un point précis , certes et qui n'avais que peu de rapports avec le sujet évoqué...mais insufflé dans ce débat par une petite voix.
  2. On se demande vraiment ce que ce post apporte comme réponse sur le sujet......Et donc ?? Les violences verbales et sexistes ont pour cause un schéma des chiffres clés ? Intéressant ? Parlez moi de vos parents ? ;-)
  3. Vous êtes bien égocentrique Monsieur....ne parlez pas de votre compassion , vous n'en avez semble t il pas, ce terme ne se borne pas à la richesse ou aux idées....sauf aux âmes bien pauvres.
  4. Eline293

    Raz le bol des GJ

    Le mouvement des gilets jaunes, populaire à la base était porté par les classes dites moyennes qui exprimaient leur ras le bol de payer tant d'impôts ... la majorité de ces personnes ne sont ni d'extrême droite, ni d'extrême gauche. Elles sont au mieux au centre, et pour beaucoup n'ont plus envie de voter car qu'importe gauche, droite ou centre, ces classes moyennes sont la variable d’ajustement des finances publiques.Le mouvement des gilets jaunes est à présent plus rouge ou bleu mais il ne correspond plus à la majorité des personnes qui s'y reconnaissait.Je ne luis prédis par d'avenir si ce n'est détruire et brûler.Mais la colère des classes moyennes est toujours là et elle se fera entendre aux urnes.en France, ce sont les PME qui offrent le plus d'emplois...ce sont aussi les classes moyennes qui paient l'impôt le plus dur par rapport au reste à vivre. Ces deux populations vont exploser un jour ou l'autre.
  5. Je ne suis ni hystérique, ni fanatique et je n'apprécie pas votre humour, je le dénonce. Peut on rire de tout ??
  6. Pour l'impolitesse, je vous prie de m'en excuser. Je ne pense pas que le taire fera que cela cesse. Quand un enfant est maltraité à l'école , sa seule porte de sortie est de s'exprimer et de dénoncer ces agissements. le taire , c'est ne rien faire. Je pose mon propos en dehors de toute considération politique. Il est nécessaire, à mon sens, de ne pas taire, de mettre en public, de faire savoir, de révéler de tels propos comme certains agissements.
  7. Oh le pauvre Savonarol, si objectif, si réfléchis, si courtois....si respectueux , Quelle honte de ne pas s’insurger contre de tels propos sexistes. Mais on le pardonne car, aux petits esprits les petits mots. Un jour peut-être, petit Savornarol deviendra grand et comprendra que l'on ne débat pas ici des idées d'une femme politique mais du fait que certains esprits étriquées puissent encore au 21e siècle utiliser de tels propos contre les minorités sans en être condamnés.
  8. Il est pitoyable de constater encore aujourd'hui qu'une femme à la manœuvre politique ( ou entrepreneuriale) se fasse traiter de pute, c'était aussi le cas de Marianne Tobira et de de Simone Veil, et au delà de toute considération politique. Aux petits esprits, les insultes bas de gamme...je me souviens de cette phrase, prononcée un jour à mon encontre alors que j'avais émis un avis contraire à une petite partie de l'ensemble du groupe masculin dont j'avais la responsabilité : " tu as dû en sucer des bites pour en arriver là". Ce n'est pas anodin, ces insultes sont l'expression d'un esprit très limité et qui reporte sur les autres ses propres incapacités à évoluer.Dans la jungle, ils seraient déjà dévorés depuis longtemps. Dans notre société, on laisse dire. Je serais d'avis de les jeter dans la fosse aux lionnes...
  9. Vous avez donné combien pour le colonel Arnaud BELTRAME?????
  10. "Ben déjà" il vous serait sans doute profitable de revoir vos bases concernant la finance avant de dire de telles âneries : Le capital est une somme d'investissements utilisée pour en tirer un profit, c'est-à-dire un stock de biens ou de richesses nécessaires à une production et donc , en effet, le capital est utilisé pour financer une partie de notre économie puisqu'à partir du moment où il y a profits, il y a taxes. Pas de capital, pas d'investissements, pas d'investissements pas de profits., pas de profits, pas de redistribution..CQFD
  11. Un mouvement né de la rencontre est toujours positif. Mais les réseaux sociaux, berceaux de la contestation actuelle, sont tout sauf un lieu de rencontre. Si les algorithmes étaient pensés pour des rencontres au hasard, le succès de ces applications n’aurait jamais percé. On s’y exprime au cœur d’une communauté choisie, à classe sociale égale et, souvent, à appétence politique identique. Les oppositions y sont faibles : c’est l’objet d’autres groupes, tout aussi restreints. Pire, ces espaces de dialogue entendu sont hostiles au détracteur. L’on s’y gargarise entre pairs, l’approche de l’autre est bannie ou combattue. Il n’y a aucun dialogue, juste un monologue partagé. Ce mouvement est ainsi basé sur un groupe homogène, partageant nombre de caractéristiques. Oh, il y a bien quelques membres exogènes, mais globalement, je n’y ai vu que des européens de souche, post-trentenaires, propriétaires et imposables. Pour un mouvement populaire, donc exhaustif, ce n’est pas franchement bien joué ! Pour illustrer cela, je regarderai du côté de ceux qui auraient vraiment à se plaindre. Pas de « vrais » pauvres, aucun représentant des populations des cités ou de l’immigration, très peu de chômeurs. D’ailleurs, leurs revendications sont absentes du tableau. On parle de taxes, de SMIC, de RIC, mais pas de misère. Il n’est donc nullement question de progrès pour tous. Juste d’améliorations individuelles, presque égoïstes. Ensuite vient l’incohérence. Le pilier de ce dysfonctionnement tient en un mot : apolitique. Ce mouvement est tout sauf apolitique. Il vise à obtenir des évolutions du fonctionnement de la cité. C’est le sens même du mot politique. Que le premier rassemblement fusse un jour de concorde transpartisans, j’en convient. Mais dès le second samedi, les ronds points étaient déjà noyautés par les partis du bords de l’échiquier. Qu’ils agissent ostensiblement ou en sous main, ce sont les perdants du scrutin présidentiel qui œuvrent. On a ainsi vu fleurir les appels à la démission, négation de la légitimité de l‘élection. À cette attente presque autocratique s‘est ensuite associée la violence, comme pour mieux souligner le caractère autoritaire de personnes persuadées d‘être les tenants de l‘unique vérité. Quant aux attentes de représentativité du peuple, on peut là encore y voir du recyclage politique. Le RIC est une proposition ancienne, que même le président a appelé de ses vœux lors de sa campagne. Autre point, la proportionnelle à l’assemblée. C’est le credo de tous les partis sans assise locale. Remettre en question le scrutin majoritaire nous renverrai à la 4ème république ou à la situation belge. Il deviendrai presque impossible d’obtenir une situation politique stable. Si certains gilets jaunes ont nié ou rejeté les extrémistes, ils ont tout de même omis un point : ils ont offert une tribune aux nazillons et autres staliniens dont beaucoup s'expriment ici .
×