Aller au contenu

Elais

Membre
  • Compteur de contenus

    807
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    16 [ Donate ]

1 abonné

À propos de Elais

  • Rang
    Forumeur accro

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Intérêts
    Les neurosciences

Visiteurs récents du profil

15 952 visualisations du profil
  1. metal guru pudibond??! Les faits divers et faits d'actualité débattus sur le forum ne sont que les points de départ de discussion de comptoir. Ce topic pas plus qu'un autre. C'est le sujet de dissert de la semaine! Chacun profite du support du forum pour mettre à l'épreuve ses idées et raisonnements à celles et ceux des autres, on s'en fout d'avoir les éléments réels, on les devance avec les hypothèses: il est fou? ou pas? si oui moi je pense que, si non moi je pense que, et blabla... c'est le fond de commerce de FFR.
  2. Je n'ai pas dis que tu spychologisais, mais que nous le faisions tous de plus en plus. Je ne te stigmatise absolument pas dans mes propos, je tiens à la préciser. Recourir à la logique et la causalité est nécéssaire. Le lien de causalité entre valeur et vie en société est d'ailleurs fondamental et créateur justement du groupe social. Analyser en effet les causes et leurs conséquences est également indispensable, d'où l'intérêt de maintenir un enseignement de l'Histoire, toutefois, la cause n'est pas forcément une justification, mais une simple explication. Concernant la sémantiq
  3. Merci, c'est gentil! Je reviendrai
  4. " Et si c'était précisément l'inverse: défendre la folie pour excuser la sienne?
  5. De compassion pour qui? Le problème, et je crois que c'est cela qui exaspère Pirlouit , c'est la dilution des valeurs. A trop vouloir comprendre, expliquer, psychologiser, psychiatriser , on perd de vue les fondamentaux: un être en a tuer un autre. Quand on regarde bien, pas un seul état ne l'admet, pas une seule religion ne le tolère. Et au final, nous, nous l'euphémisons. En nous autorisant à comprendre, excuser, compatir pour le bourreau, nous banalisons son acte et le rendons tolérable car justifiable. Justifiable parce qu'elle était méchante, parce qu'il était à bout, par
  6. Tout à fait! je vois bien qu'on est d'accord la dessus. bon ne trouvant rien sur ce que j'ai pu penser pour l'affaire sauvage, et me connaissant, je pense l'avoir soutenu à fond! Par contre, je vois bien du coup la contradiction... laisse moi réfléchir! ( un peu)
  7. Je ne sais plus ! je vais regarder si j'ai posté sur le forum la dessus et je te dis!
  8. Roger Lococo, j'ai cité ce post mais c'est plus à ton propos gobal que je répond. Je suis assez d'accord avec toi sur la partie générale, oui oui, on peut tous péter un plomb ( grosso merdo c'est ce que tu dis avec des termes plus techniques), mais c'est pas vraiment le sujet. On peut tous péter les plombs, mais quand on les fonds, y'a des conséquences, on le sait, c'est tout. Et quand on bute quelqu'un, on paie. C'est tout aussi, c'est tout aussi vrai que ton propos, et c'est une nécéssité à la vie en communauté, tout groupe social animal, exclut de son groupe le corps récalcitrant
  9. là, c'est top lol! Lumbroso... ! j'te jure! Ceci dit comment ne pas y penser quand on lit (en diagonale, c'est suffiant*) certains posts. Bref, je suis assez d'accord avec tes propos et ceux d'Alinéa: ce mec est un criminel, il a toute sa tete de criminel, il a même tellement conscience d'avoir merdé qu'il a tenté de tout maquiller, et qu'il continue de maquiller en disant que ce n'est pas de sa faute mais celle de sa victime. Le pauvre chou. Le schéma est parfaitement classique: y'a que les tarés qui assument le criminel exempt de toute pathologie cherche à se justifier en t
  10. Mais dire certaines vérités peut être méchant.
  11. C'est en effet mon propos, l'imaginaire masculin le plus féministe espère que nous devenions l'égal de l'homme; je dis que nous valons bien mieux que cela et que nos capacités nous ont permis depuis bien longtemps, non pas de l'égaler, mais de le surpasser. C'est d'ailleurs sans doute ce qui nous vaut tant d'infamies. Dans le cas inverse, nous serions effectivement traitées comme des égales. "Cachez soigneusement votre supériorité de crainte de vous faire des ennemis" A.Schopenhauer
  12. La différence entre ta proposition et la mienne, c'est que la tienne est fausse.
  13. Citer Soral n'est vraiment pas judicieux. Et si nous sommes parfois des coups d'un soir, sachez que vous l'êtes aussi parfois tout autant :). Concernant la Justice, soit, il y a plus de femmes que d'hommes mais comme indiqué, ce sont les hommes qui y occupent les plus hautes fonctions, et à moins de considérer que les femmes ne peuvent être professionnelles au point de faire passer leurs idéaux qui seraient de fait misandriques, je ne vois pas pourquoi, les jugements devraient devenirs des jugements partiaux. Il est assez malvenu d'ailleurs de conspuer la Justice d'aujourd'hui d
  14. L'article expose parfaitement mon propos: - les hommes ne demandent que très minoritairement la garde - les hommes préfèrent embrasser les carrières juridiques qui les mettent en valeur plutôt que celles nécessitant abnégation et austérité ( on en revient à la question de la véracité de ton postulat que le Père serait le mieux placé pour représenter le labeur...) - toutefois en dépit du fait que les magistrates sont plus nombreuses que les magistrats, ce sont toujours des magistrats que l'on retrouve aux plus hautes fonctions hiérarchiques Quant à l'impartialité de la justi
  15. Je n'ai dit nulle part que le père ne servait pas à grand chose. Je remercie iMalie de souligner la caricature. Mais travestir est tout à fait banale dès que l'on aborde ce sujet où toute critique de l'homme ou constat de sa défaillance ou d'ailleurs, en l'occurrence, constat qu'il n'a pas un premier rôle génère immédiatement des propos satiriques afin de masquer ou de réduire les champs du possible de la réflexion. Est-ce si difficile? délicat? impossible? de parler d'un sujet où l'homme n'est pas au premier plan? oui, fatalement, sinon bien entendu que le clivage homme/femme ne se
×