Lugy Lug

Membre
  • Compteur de contenus

    8 852
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Lugy Lug

  • Rang
    forumeur éclairé
  • Date de naissance 22/04/1969

Informations Personnelles

  • Sexe
  • Pays
  • Lieu
    capitale des gaules
  • Intérêts
    mon seul intérêt est de m'enrichir l'esprit .

Visiteurs récents du profil

43 752 visualisations du profil
  1. salut taratata, tu veux savoir si tu peut faire du foot, quel sont les règles ou si cela est possible pour toi? à 15 ans tout t'est possible avec plus ou moins de temps et de volonté. t’inscrire dans un club et simple et à peine plus coûteux que pour le rugby. les effort, la technique et l'ambiance sont différente , tout dépend aussi du niveau. en tout cas c'est le bon moment pour cette prise de conscience, pour un bon démarrage fin août début septembre. ps: j'ai commencé à 22 ans par des voies détourné et j'ai finit de club en club par être un bon joueur, éducateur, dirigeant, éducateur et entraîneurs jusqu’à mes 37 ans ou j'ai du abandonner pour des raisons familiale. je suis monté quand même jusqu'en promotion excellence sénior à l'age de vétéran (34 ans) ce qui n'est pas si mal. et crois moi, beaucoup de jeune démarre le foot comme d'autre discipline vers ton age et s'en sorte très bien, ce n'est souvent qu'une question d'envie , de volonté, de plaisir et parfois, ... de karma pour un petit plus.;)
  2. ha tien, un gros bisous pour amazone.
  3. tu ne doit pas très bien dormir alors? je pense à un affaiblissement du système nerveux qui amoindrit l'effort musculaire et augmente le rythme cardiaque, il y à beaucoup de maladie ou de cause naturel provoquant cet affaiblissement et de nombreux traitement. sent tu des brûlures , des faiblesses ou une forme d’anesthésie? je ne suis pas médecin mais j'ai lu plusieurs article de pathologie similaire qui préconise un accompagnement d'électro-stimulation mais rarement prescrit, le traitement médicamenteux étant premier. tu as 63 ans et ce n'est que mon avis mais ta santé ne sera pas une priorité et de moins en moins. la vie est belle, parfois difficile, bien à toi et j'aurais une pensé pour toi, il parait que certaine pensés peuvent guérir de bien des maux.
  4. c'est toujours une bonne idée de se sentir concerné par une cause émotive, quoi que tu face sera juste et parfois juste un geste. continue. dit un pauve gars avec beaucoup de recul comme s'il voyait le monde depuis la lune.
  5. ex mannequin et dessinatrice de bd
  6. non, pas seulement, je pensait plus au contexte du point de vue de la personne qui peut en général ne pas vouloir prendre un poste à responsabilité mais qui peut changer d'avis dans un contexte plus favorable et pour des raison personnel qui le pousserait à changer son point de vue, parfois la fondation d'un foyer, l'arrivé d'un enfant, ce genre de chose peut transformer une personne et lui faire faire des choix qu'il/elle n’envisageait pas auparavant. avec plusieurs facteur favorable parfois un déclic peut se faire. il peut y avoir plein d'autre facteur de contexte, exemple , une petite entreprise qui tourne bien et qui perd une personne dont le travail portait l'entreprise qui sans être remplacé se voit péricliter, face à la vision de la perte de son emploi et de ceux de ses collègues, une personne que l'on ne voyait pas accepter des responsabilités ou plusieurs peuvent saisir cette opportunité. je me rappel d'une petite scoop de mécanique général ou j'ai fait mes armes, il y à eu deux changement majeurs de cette ordre. quand elle est devenue une scoop à la suite de l'ancien directeur prit dans de grosses magouille et tentant de liquider la boite, tout le personnel à donc décidé de reprendre la boite en scoop en formant un conseil, ce remaniement à fait monter d'un cran tout l'encadrement et trois ou quatre nouveau chef se sont portée volontaire alors qu'il n'était pas spécialement capable ou volontaire dans le contexte antérieur, des équipes plus petite et plus nombreuse ont étés formé de manière à minimiser les responsabilités, trois ans après le nouveaux directeur décède d'un cancer généralisé , nouvelle redistribution, celui qui était devenue le chef d'atelier le premier coup était un technicien hors pair mais ne se voyait pas en directeur mais après de nombreuse délibération personne ne voulait qu'une personne extérieur ne vienne prendre la place, la personne finit donc par accepter la fonction et se débrouilla tant bien que mal jusqu'à ce qu'un nouveau coup dur arrive, le client principal à 70% de la production fit un chantage et se retira, l'entreprise fini par fermer.
  7. voila un beau transfert d'ambition si tu n'est que chef d'équipe, est ce tes salariés ou ceux de l'entreprise? il se peut aussi que face à ton savoir faire ils ne se sentent pas à la hauteur mais que dans un autre contexte un ou deux se verraient peut être quand même assumer cette fonction, parfois c'est une question de contexte et de moment ou de chance.
  8. la logistique, la mécanique générale , l'électromécanique et le btp à part à peut prêt égale dans le désordre mais pour de multiple raison j'ai travaillé pour pas loin d'une centaine d'entreprise dans tout les secteurs ne demandant pas de diplôme particulier , certain métier avant 2000 ne demandait pas les qualifs d'aujourd'hui. j'ai fait à vue de nez une cinquantaine de métier plus ou moins légale parfois. je me rappel encore de mon premier job à 16 ans, pompiste le WE dans une petite station de campagne au black. ça me file une grosse larme à l’œil à chaque fois quand je regarde tchao pantin avec coluche. bref. pour la dernière question , oui plusieurs fois mais le plus marquant peut être, il à été présenté comme stagiaire, puis future chef d'équipe alors que l'on venait de me promettre la place à tout juste 19 ans à la suite d'une batterie de test d'aptitude, chef d'équipe, tout ça en quelques mois et puis plus de nouvelle, c'était un bon à rien qui était venu faire ces armes avant d'être parachuté ailleurs pour ne pas sans doute être broyé par le monde impitoyable de l'esclavagisme ouvrier. c'était une grosse boite à l'époque (rvi lyon) et ce n'est pas de même pour de plus petite structure, une entreprise artisanale s'attend toujours à une reprise familiale et un bon ouvrier espère un jour se mettre à son compte, on est pas tout à fait dans les mêmes logiques bien que l'héritage (sauf si c'est du savoir ou savoir faire) soit à mes yeux une hérésie. cette expérience ma poussé à jamais, avec des joies et des regrets, à devenir une sorte de pirate ou d'anarchiste du travail sans attache préférant les contrats limités dans le temps , les aventures, haa s'il ne fallait pas faire des choix parfois pour un peu de stabilité. après, dans un sens plus littéraire ou se mêle émotion, patrimoine, culture de l'entreprise familiale, non, j'ai travaillé majoritairement en banlieue lyonnaise, zone industriel, complété de nombreuse alternative mais pour le coté entreprise familiale ou artisanale je pioche plus volontiers chez mes frères ... et sœurs avec des expériences encore bien différentes.
  9. Salut pep_psy, j'ai pas mal bourlingué et déjà l'état d'esprit n'est pas le même selon les secteurs, ce que tu dis est par exemple plus valable dans le monde commercial/vente/start up high tech etc... dans le monde ouvrier/employé/technicien c'est moins vrais, il serait plus vrai de dire que beaucoup aimerait être leur propre patron ou propre chef et tu te rend compte rapidement dans certain environnement et dans notre système depuis quelque décennie qu'il y à deux niveaux distinct de possibilité d'évolution comme pour le système militaire, les subalternes et les supérieurs et il est asse rare de passer du premier au second . après effectivement , entre l'ambition, les capacités, les compétences, le charisme, le caractère , en temps que chef, peu ont une palette permettant l’unanimité et un point est largement oublié, quand tu est chef, tu as des supérieurs, une direction qui en fonction de ces critères peut t'aider ou te cramer. cela ne m'a jamais intéressé car je n'aime pas avoir une autorité mais j'aime bien emmener , guider, pour des raison personnel et financière j'ai donc parfois pris des postes de chef de groupe ou de chef d'équipe jusqu'à 40 personnes et par comparaison avec mes frères chef d'entreprise avec moitie moins de personnel, c'est presque incomparable tant les responsabilités et les compétence s nécessaires sont différente. la peur est effectivement un facteur important, la peur de ne pas être à la hauteur et d'être critiqué et mal vue freine souvent les ardeurs. personnellement j'ai fait un constat général, vu d'en bas, de l'équipe, des collègues, le plus important est de bien connaitre son travail , d'être compréhensif, d'être ferme mais pas autoritaire. vu d'en haut, de la hiérarchie, c'est plus complexe et la bonne cohésion d'une équipe, la bonne entente, les objectifs de rendement ne sont pas une priorité et préfère souvent un chef autoritaire et craint même si c'est un incompétent, il doit obtenir des rendements souvent par la force et l'omniprésence en faisant en sorte d'obtenir le maximum de chacun sans qu'une cohésion ne soit trop forte, diviser pour mieux régner, empêcher que les gens se soude car souvent ça renforce l'esprit syndicale, il ne faut donc pas hésiter quand il y à des fautes à dresser des animosités de l'un contre l'autre, favoriser les petits avantages de léché bottage, etc... ce genre de chef très fréquent cherche le copinage, la manipulation et n'hésite pas si c'est de ça responsabilité et que l'on lui demande ou de lui même à licencier. plus le métier requière des compétences, un niveau élevé de connaissance plus ce choix s'estompe mais une chose est toujours vrai, un poste à responsabilité requière comme première qualité une compatibilité avec son supérieur et sa vision de sa tache ainsi que de la votre. tout dépend de ce que vous chercher en général dans la vie et de votre propre caractère mais je dirait en général le craquage du à la pression exercé entre le marteau et l'enclume. oui au niveau subalterne, je pense qu'a partir de cadre c'est légèrement différent et convient mieux à une personne qui à de l'ambition mais c'est comme pour le niveau officier dans l'armée, faire de bonne école pour entré directement au niveau aspirant et la porte est ouverte jusqu'au plus haute fonction, il est très rare qu'un subalterne atteigne un poste de cadre, soit en récompense d'une longue carrière plutôt dans les milieux diplômés soit par calcul par exemple afin d'écarté un syndicaliste trop zélé. certain plus ambitieux que d'autre choisissent parfois le parcours syndicale pour ce sortir du milieu subalterne. donc je le redit, oui c'est faut. oui. généralement vrai. le peuple n'est pas toujours dans le monde du travail et le monde du travail est vaste, une fonction à responsabilité n'est pas la même partout. il y à de multiple raison, le manque d'ambition, la tranquillité, la peur, l'anti-autoritarisme, les gens aime surtout principalement bien faire leur métier. on peut dans la mesure ou il y à beaucoup de respect de part et d'autre et aussi si le chef n'as pas la responsabilité de licencier ou d'écarter ses subalternes quel qu'en soit les raisons. une amitié de cette nature doit être la plus discrète possible pour éviter toute suspicion de favoritisme provoquant des jalousies, on peut toutefois sans être ami , cultiver une ambiance amicale ou plutôt agréable au sein d'un groupe en restant distant. un conseille que je peut donner, ne jamais débarquer à un poste à responsabilité sans l'appui et la présentation de son supérieur car cela peut sous entendre auprès du personnel une illégitimité. une présentation doit être faite pour mettre en avant la légitimité de l’attribution de la responsabilité et les attentes du supérieur afin que les choses soit très clair pour tout le monde et indiscutable. dans nos systèmes actuel cela n'est pas possible, c'est la responsabilité éventuellement du supérieur au chef d'équipe de constituer celle ci et de choisir ou non comme critère une entente favorisant une cohésion de travail afin d'obtenir un résultat attendu tout comme de définir son cadre de travail, son environnement. certain chef d'équipe ou de service peuvent avoir la responsabilité de chef du personnel soit libre du recrutement, généralement celui si est cadre et ces choix prennent en compte de nombreux et différent facteur lui incombant les caractéristiques prioritaires à la formation d'une équipe. un cadre de service de médecine, de recherche, de service commerciale, de production, de btp, etc, etc... ne peut former une équipe sur des critère de choix identique d'une simple bonne entente de personnel. c'est un plus mais malheureusement c'est rarement vrai, la compétence à chaque poste est plus souvent privilégié et j'ai oublié un critère des plus important, le niveau de salaire de chacun et sa cohésion respecté ou non par l'entreprise , ce domaine est souvent cultivé avec un grand flou. les gens sont moins naïf que cela en général et un chef qui accepte cette fonction fait souvent le choix d'ignorer ce qui est à son encontre en pensant d'abord à lui, à sa famille, ces enfants, parce qu'il souhaite apporter un plus de confort à son foyer, la pur ambition d'ego est plus rare et est encore plus rare un meneur ambitieux qui à de grande valeur morale et humaine. c'est une réalité malheureuse qui nuit je le pense à toute entreprise , c'est le résultat d'une politique oligarchique complété d'une illusion de méritocratie et de consumérisme enfermant de plus en plus les encadrants dans des bulles dont ils ne savent plus sortir que par un burn out.
  10. en fait, comme vous l'avez vous même citer ci-après, c'est bien la notion de vérité dont il faut apprendre en premier puisque elle se tien en toute chose et c'est sont interprétation qui n'est jamais absolue à mon sens. il faut toutefois ne pas perdre de vu que la vérité n'est qu'une illusion et est changeante dans notre réalité ou s'écoule un temps relatif. ces notions que vous citez , justice , beauté, n'on de sens que parce que nous lui en donnons, chacun à notre façon, ensuite comme nous vivons en société nous fixons alors des critères communs . c'est l'utilité que nous faisons de vérité établie qui nous conduit dans notre évolution. vous connaissez sans doute l'histoire de l'éléphant ou du cylindre, je vais parler brièvement de ce dernier, l'un voit un cercle un autre un carré, un troisième faisant tourner l'objet verra un cylindre et donc à chaque moment une vérité est établie sur cet objet, sa matière, sa densité etc, etc.. remettant en cause à chaque nouvelle découverte une vérité selon nous, pourtant la vérité absolu est peut être autre, l'objet n'est construit que de particule toujours infiniment plus petite et en réalité n'est qu'une forme d'énergie créant une illusion tout comme pour chacun de nous. vous comprenez ce que je veux dire, je ne parle pas de la vérité dite mais de la vérité observé et établie en référence pour chaque chose dont elle fait le socle et cette notion je pense, s'applique à toute chose.
  11. sondage ifop oui, je suis d'accord mais sur les réseaux ce n'est pas ce qu'il en ressort, après oui je suis d'accord, j'ai pris cette exemple pour montrer que l'on peut orienté sans pour autant que cela ne soit réellement significatif. et en effet les parieurs appartiennent à toute les classes sociales mais pas à tout les profils de la société et je ne crois pas qu'il y est d'étude la dessus mais j'aurais tendance à penser que en général les parieurs est autre flambeurs aurait plutôt un profils de droite ou d’abstentionniste. n'oublions pas non plus l'implication des bookmakers qui à priori ne serait pas favorable à une certaine politique d'une part et d'autre part ne font pas en sorte que leur chiffres soit totalement honnête et juste ce qui favoriserait certainement nettement la gagne et moins le gain ce qui tuerait petit à petit la poule aux œuf d'or. enfin bref, ce n'est pas plus fiable de se baser sur cela et n'a d'autre intérêt que de tenter d'influencer.
  12. et vous ne pensez pas que les bookmakers auraient intérêt à mettre en avant les candidats qui ne ferons rien contre le business et l'évasion fiscal? je vais orienté dans l'autre sens pour faire un équilibre, les sondages sur les réseaux sociaux montre JLM en tête et j'ai même mieux, dans l’émission TPMP Cyril Hanouna à fait voter son public toute cette semaine dans les conditions proche d'un vrai vote et 5 jours de suite les résultats on été les mêmes soit sur 5 j , plus de 1000 personnes. en moyenne JLM 40% Macron 25% Marine 20% Fillon 10% Poutou 5 % cependant les sondage donne approximativement ce même classement chez les 18/25 ans qui est un peu la cible de l'émission. http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/11/cyril-hanouna-fait-voter-des-spectateurs-de-tpmp-pour-lelection_a_22034763/ après ce n'est pas plus juste de tirer des conclusions de cela que des bookmakers.
  13. je comprend bien cet argument, néanmoins sans autre explication, le genre grammatical contribue à des confusions sexiste. si seulement il y avait une raison plus philosophique est spirituel à cela comme une nature yin/yang de chaque chose mais ce principe est oriental et non occidental et nous ne somme pas éduqué à cette forme de compréhension et puis à y regarder de près on voit bien qu'il n'y à pas de concordance. le genre grammatical remonte au grec À la suite d'Aristote, Protagoras est considéré comme le premier à avoir identifié le genre grammatical comme catégorie et à avoir classé les noms en masculins (ἄρρενα), féminins (θήλεα) et objets inanimés (σκεύη) selon que le référent possède ou non un certain sexe. ce que l'on explique pas , c'est pourquoi cette volonté de classé les noms de manière sexiste et comment parce qu'à y regarder ça ne semble pas très cohérent et les explication des linguistes y apporte plus de confusion que d’éclaircissement de mon point de vu.
  14. je pense que cette abandon ne c'est pas fait naturellement mais volontairement contrairement par exemple à l'italien ou l'espagnol mais ce n'est que mon avis, je ne suis pas spécialiste en la matière. le constat que l'on peut faire est que l’abandon de cette neutralité renforce les notions de sexisme de notre société et qu'il n'est pas impossible de faire changer cela sous prétexte que c'est comme ça. la ou le problème est plus profond je pense et dans l’attribution d'un genre au noms représentant quelque chose qui n'en à pas et la je ne vois pas ce que l'on peut faire à part repenser toute la langue.