Aller au contenu

Titsta

Membre
  • Contenus

    6714
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Titsta

  1. Oui, on est d'accord là. De toute façon faut être un peu con pour foutre le feu. Il y a quand même très peu de gilet jaune qui sont content d'une telle connerie. Et ce sont les gilet jaune qui ont appelé les pompiers dès qu'ils ont vu le problème. Après les gens ont tout fait pour prévenir cette personne, et personne n'a fait d'entrave à la police ou aux pompiers pour régler cette situation. Réduire le problème soulevé par les gilets jaune au seul dégâts qui ont pu se déroulé lors d'une manif, après des mois d'insultes et de provocations de la part du gouvernement… c'est très réducteur. Les réponses sont politiques. Macron n'a jamais parlé du quart de ce qu'il fait dans ses réformes, et très peu de gens ont voté pour lui, et la grande majorité de ses électeurs (même parmis la minorité des 17% du premier tour), la grande majorité n'ont pas voté par adhésion. ça le rend très peu légitime à adopter un politique extrêmement lourde de conséquence, et pour la plupart irrémédiable, comme s'il avait l'adhésion pleins et entier d'une grande part de la population. Le simple fait qu'il n'arrive pas à concevoir la relation de pouvoir du président autrement que par le totalitarisme c'est effrayant. (anti-démocratique=se foutre de ce que veulent les Français) Et s'enfermer dans un acharnement idéologique sans le moindre esprit critique rationnel, sans faire son métier qui est de trouver des synthèses entre les volontés de TOUS les Français, ça montre surtout un fanatisme effrayant.
  2. Question d'échelle de valeur, effectivement. La question, c'est est-ce que tu places les vies humaine au dessus du matériel ou non. Je sais très bien que ça créera une ligne de rupture. Certains considèrent effectivement la propriété privée de quelques uns plus sacrée que la vie humaine (de beaucoup de monde). Tout est question d'échelle de valeur. Note que même a droite, chez la droite catho par exemple, beaucoup considèrent quand même que les vies humaines ont plus d'importance. Et qu'il y a quelque chose de malsain de cacher un problème de fond humain, derrière le faux problème d'avoir ou non cassé quelques vitrine ou que Macron ai fait saccagé un ou deux resto, parce qu'il jugeai que le trône sur son cul valait bien ça.
  3. Titsta

    Paris brûle-t-il ?

    Nan mais c'est un peu de l'esbrouffe tout ça. Deux trois barricades qui ont été éteinte en moins de 2 minutes. Deux trois vitrines remboursée par les assurances, un magasin de haute couture pillé… mais qui n'avaient étrangement posé qu'un petit verrou sur la porte, alors que tous les autres ont des vitre anti-émeute. sur lequel a chargé d'un coup d'un seul tout pleins de CRS venus de nul part… C'est bon, l'arnaque à l'assurance, et le coup monté de la police pour faire style elle arrête des pilleurs, on connait. Les deux seuls vraies scènes d'importance, c'est le premier étage d'une banque qui a brûlé ( et le feu a été éteins en moins de 5 minutes aussi. ça a foutu les jetons à tout le monde, mais c'était qu'un début d'incendie) Et le fouquet's qui a pris cher. On est quand même très loin de la guerre civile. Les magasins seront tous ré-ouvert demain, sauf ces deux là. Y a pire qui arrive tous les jours à Paris, on en fait pas tout un fromage. (si, je vous assure, y a pleins d'incendie tous les jours à Paris) Non, le vrai problème, c'est surtout la façon dont le chef de l'état à attisé la haine depuis le début de son manda. Violant clairement la loi en se protégeant derrière son immunité présidentielle, parce que c'est quand même de la pure diffamation, insulte illégale et appel à la haine… Sans compter les mensonges. Je vous dis depuis le début que son but, c'est de prendre le pouvoir… Et qu'il y a de plus en plus de chance qu'il ne rende pas les clefs de l'Élysée à la fin de son mandat. Dans n'importe quelle autre république, au moins un ministre de l'intérieur aurai sauté… Une dissolution de l'assemblée… Là, rien ne bouge. Il continue de provoquer en allant au ski et le ministre de l'intérieur en boite de nuit, pour exacerber les violences… Vous le voyez pas venir gros comme une maison son coup d'état ?
  4. Je ne cautionne ni ses insultes ni sa violence… mais je ne peux m'empêcher une remarque. (qui ne te concerne pas particulièrement) Le jour où le-dis flic viendra te piller, j'espère que tu n'auras pas besoin des "boufeur de flic" pour te défendre Et crois moi, au rythme où vont les choses, je pense qu'il n'y en a plus pour longtemps pour voir des "milices d'état" piller les concitoyens comme dans tout bon état fasciste. Ils en sont déjà à tirer des lacrymo sans sommation (puisqu'il y a encore des civils non concernés), à l'intérieur des bâtiments public, au milieux de passant non gilet jaune et d'enfants… parce qu'un groupe de GJ pacifiques se rassemblent et chantent (comme n'importe quel groupe après une fête… y a pas non plus d'effraction), avant d'aller à la manif. Ha et j'oubliais… ils blessent une grand mère civile (non gilet jaune), et matraquent ceux qui lui viennent en aide… Rien à foutre des civils, ils sont pas là pour protéger la population, c'est clairement une police politique qui est là pour réprimer toute forme de contestation, même pacifique, et pour sauver les fesses des élus (dont tu ne fais pas partit) ^^ J'insiste, personne n'a commis la moindre infraction, que les choses soient clair. Parce qu'avec les temps qui courent on a l'impression que simplement manifester, ou chanter en groupe dans la rue, est devenu une violence insoutenable à réprimer immédiatement… Parce qu'à un moment, il faudrait se rendre compte que nous ne sommes plus en face de flic de la république, service public bien respectable au service de la nation et de la paix. Toutes les instances internationales, l'ONU, la haute comissaire au droit de l'homme à l'ONU, le parlement européen et j'en passent vous crient à tue tête qu'il y a un problème grave de non respect des droits de l'homme, en France. Mais non… surement un coup monté de Poutine. Le chef Macron a toujours raison, puisque c'est le chef. ( faite un petit salut en levant la main bien haut quand il passe, juste pour voir si vous portez bien l'uniforme ? )
  5. Générer de la monnaie permet d'appauvrir tout ceux qui en possèdent… donc précisément les détenteurs des dettes de l'état. Ce qui ne serait que justice après tout… au passage, je rappelle que ces détenteurs condamnent la France d'avoir une dette trop élevée, alors qu'elle a emprunté justement pour sauver leur cul pendant la crise. Quand plus de la moitié des impôts servent à payer les intérêts de la dette, et ce depuis plus d'une génération, je pense qu'on pourrait effectivement demander aux investisseurs d'assumer leur part du risque : plus de dette. Point barre. Parfois on gagne, parfois on perd, ça fait partit du jeu c'est comme ça.
  6. L'explosion au moment de la libération des différents palets est une explosion… avec de la poudre… c'est pour ça que ça fait "boum". On parle pas de la fumée. Après, savoir qui a incendié le Fouquet's, c'est pas vraiment important. C'est accidentels, seul le paravent a brûlé, et ça s'est fait lors d'échauffourée entre manifestants et CRS (ça faisait des heures que les manifestants avaient investit les lieux. Si les blackblocs avaient voulu le bruler, ça aurait été fait depuis longtemps… ils auraient pas attendu que les CRS chargent. )
  7. Ha ? un début d'éveil des consciences ? Macron est corrompu, il a été placé en poste par une petite clique de financiers (j'ai pas dis par la finance, mais par une petite clique de financier) à qui il fait de très gros cadeaux sur le dos du contribuable. Il en a rien à foutre de détruire la France, c'est son but. Un "PDG" mis en place après une OPA hostile sur la France, et qui démonte "l'entreprise" pour la vendre à son profit et à celui de ceux qui l'ont mise en place. Parce qu'ils sont vraiment entrain de crever ? ( mais vraiment hein ) Et que le pillage de magasin, à côté, ils arrivent pas à comprendre pourquoi ça devrait être plus important que la survie de plus de 5 millions de Français (en dessous du seuil de pauvreté) ? Admets que c'est difficile à comprendre aussi, non ? Survie de 5 millions de tes concitoyens - quelques vitrines brisée remboursée par les assurances… Mmmm on se tâte… ça se vaux ? Après on peut être comme toi, et par négligence et ignorance, préférer la mort pure et simple de 5 millions de personnes et l'affirmer ouvertement, juste pour avoir le bonheur de faire ses petites courses aux champs élysée… ^^ Le pire des fascisme, c'est l'ignorance, c'est bien connu. Après… si tu me racontes que tu le savais déjà, c'est une autre histoire. (mmm… non, le pire des fascisme, c'est pas l'ignorance finalement)
  8. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Je n'ai pas amené une nuance, c'est toi qui l'avais effacé de mon discours. Je réagissais à ceux qui considéraient qu'un parent pouvait avoir un droit de vie et de mort sur son enfant, et décider que comme il ne voulait pas l'élever, il avait le droit de "régler le problème" en faisant disparaître celui qui les emmerde, plutôt que simplement abandonner l'enfant. Les mots ont un sens. Je dis qu'à partir du moment où on peut abandonner un enfant, décider de le tuer pour régler ses problèmes, c'est un assassinat égocentrique et rien d'autre… (et je parles bien d'un enfant né) Et j'avais précisé ça, parce qu'au départ, on parlait d'assassiner un enfant poly-handicapé, qui aurait eu une vie trop difficile. J'ai aussi précisé après l'avoir appris, qu'apparemment la femme dont on parle a simplement coupé la machine d'un enfant dans un stade végétatif, et que ça, c'est une autre histoire. J'ai aussi précisé que pour moi, c'est la conscience qui détermine l'être humain. S'il n'y a plus de conscience, alors le seul respect à avoir, c'est celui du corps car l'individu est déjà mort (même si ses cellules ne le sont pas, il est mort en tant qu'individu) En revanche, s'il y a conscience, c'est pas aux parents de décider du droit à vivre de leur enfant, même si cette vie va être "difficile".
  9. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    J'ai parlé d'être considéré comme un être humain, ayant le droit de vivre. Je n'ai pas parlé d'être considéré à sa juste valeur, encore moins d'être l'évaluateur personnel de notre propre rétribution. Ce que tu racontes n'est pas de la considération, mais de la reconnaissance. Pour obtenir de la reconnaissance, il faut avoir rendu des services, fait un travail qui apporte un plus à quelqu'un, qui en échange nous reconnais. C'est une notion professionnelle. ( en échange = marché, contrat, commerce… ) Être considéré comme un être humain, c'est être accepté, (là, par les êtres humains, comme faisant partit du groupe des êtres humains), et disposant de ce seul fait d'un certains nombres de droit. Comme celui de vivre. C'est une notion sociale, et non professionnelle. Ta "valeur" n'est pas ce que tu as produit ou fait, mais simplement ce que tu es. La question sociale, portée par les gilets jaune n'est pas une question professionnelle. Mais la questions des droits fondamentaux dont devraient disposer les Français, sans avoir à justifier pour autant d'un échange, d'un service fourni, ou d'une utilité professionnelle. Ils évoquent aussi par ailleurs la reconnaissances (professionnelle cette fois) de personnes qui ont bel et bien fournis un travail par le passée. À travers la non réduction des pensions de retraites. Ils s'opposent de ce fait aux partisans de la dissolution de toute forme de société. Ne considérant plus que l'utilité sociale instantanée, comme seule source des moyens de survie d'un individu. Pour ma part, je considère que l'idéologie de la disociété (dont tu semble partisante) est une idéologie extrémiste et dangereuse, car en détruisant tous les liens sociaux entre les êtres humains, même la reconnaissance professionnelle ne pourra plus être assurée. Et toute la société humaine va simplement s'effondrer. Rare sont les gens qui ont les mots pour décrire ces choses, mais beaucoup sont ceux qui ont l'intuition de ce problème. En particulier ceux qui ont vécu et subit la disparition de la société, à savoir les petits retraitées, les mères célibataires qui travaillent, etc… Nous qui n'avons pas encore souffert de la disparitions de cette société, car nous avons encore une reconnaissances professionnelle (sous forme de salaire) suffisante, ou un soutiens social (sous forme de soutiens familial conséquent), nous devrions écouter les premières victimes de l'incendie disociétal, qui crient à l'urgence sociale, et à la reconstruction des fondations et des piliers de la société. Car nous sommes les suivants qui seront pris dans les flammes, et même si nous y survivons, nous seront tous victime de l'effondrement qui vient. Je ne parlais pas vraiment de cette mère. Puisqu'il s'agit apparemment d'un enfant dans un état végétatif. Je parlais plus des concepts qui nous permettent d'appréhender le monde, et qui fondent notre organisation sociale.
  10. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Les prisons regorgent de criminel passionnel. ^^ Il y a pleins de façon d'aimer, certaines sont égocentrique, possessive et dangereuse. Il y en a même qui séquestrent des femmes et les réduisent en esclavage par amour. ( véridique ) Que c'est beau l'amour ! Cet amour est peut être "romantique", ça fait de belles histoires et de bon roman. Mais je pense que beaucoup devraient revoir leur admiration pour certaines formes "d'amour", en particulier quand il ne s'agit pas d'un film mais de la vie réelle, avec une vraie personne en jeu. Personnellement, je n'admire que l'amour qui respecte l'autre. Ni sacrificiel, ni égocentrique. L'amour qui accepte l'altérité, c'est à dire qui considère l'être aimé comme un égal, ni comme un "être supérieur", ni comme un objet.
  11. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Mais tout à fait ! Je suis pour qu'on retire leur droit parentaux à des gens qui choisissent d'assassiner leur enfant. Je te remercie pour ton acclamation. Content de voir qu'au moins là dessus, nous somme d'accord. Pour moi, être parent, c'est pas être un géniteur, c'est vouloir élever son enfant. Dès la seconde où tu décides que tu ne veux plus l'élever, tu n'es plus le parent de cet enfant. C'est aussi simple que ça. La paperasse administrative fait que ça prend un certain temps avant de ne plus être "officiellement" parent, mais pour moi, c'est dès l'instant où tu décides que tu ne veux plus l'élever que tu ne disposes plus du moindre droit sur l'enfant. Parmi les géniteurs, tu as ceux qui abandonnent leur enfants. Ceux là sont respectables dans le sens où ils assument, soit ne plus pouvoir, soit ne plus vouloir élever leur enfant. Ils sont respectable car ils continuent d'agir dans son intérêt. Et tu en a d'autres, qui ne sont pas les parents de l'enfant (cf ma définition du dessus) et décident je ne sais pas pourquoi qu'ils ont le droit de vie et de mort, et pour leur petit confort personnel et égocentrique (leur "conscience"), décident "d'effacer le problème qui les dérangent". Donc non seulement ils ne sont pas les parents de cet enfants. Mais ils décident d'assassiner quelqu'un pour effacer leur problèmes. Donc je confirme, ces gens sont de dangeureux criminel. Ils devraient être pris en charge dans des institutions psychologique adaptées, et on devrait surveiller intensément ces personnes s'ils décident de re-faire une progéniture. ( De plus, puisque tu me parles de moyen, je pense que la nation devrait beaucoup plus assister les parents, en terme d'argent ET de personnel. De façon à réduire le drame des géniteurs qui doivent abandonner leur enfant parce qu'ils ne peuvent plus l'élever, alors qu'ils le voudraient. ) PS : Je reprécise un truc pour être vraiment clair. Parce que j'ai l'impression qu'il manquent des bases à beaucoup de gens. Que ce soit clair : Personne, pas même les parents, ne dispose de droit sur leur enfant. Un enfant est une personne, pas une chose. Un enfant est un mineur, et ne peux pas exercer ses propres droits. Les parents ne disposent d'aucun droit sur l'enfant, ils le représentent, ils exercent à sa place ses droits, dans son intérêt. ça n'a absolument rien à voir. Personne ne dispose de droit sur un enfant. Et je serai pour que la DASS surveille intensément tout parent qui n'a pas bien compris cette nuance, et estimerait qu'il possède le moindre droit sur son enfant. Car c'est un premier signe de dérive grave.
  12. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Oui, enfin, la vie, c'est pas toujours comme à la télé hein. Pour certaines c'était une histoire d'amour, pour d'autres c'était pour nourrir leurs enfants… et pour d'autres c'était de la pure collaboration arriviste. Faudrait pas croire que les collabos, c'était que des hommes hein. ça a touché des innocentes, mais ça veux pas dire non plus qu'elles étaient toutes innocentes. De surcroit je trouve que ce genre de peine est intéressante. Bien mieux qu'une amande, qu'un temps de prison. Les cheveux, ça repousse, donc c'est pas une peine trop longue. Et ça ne blesse que l'égo hein… c'est pas la peine de mort non plus. Y a franchement eu pire comme exactions, ça ça reste bon enfant encore. C'est un moment qui est dur à passer, mais je pense que l'humiliation publique fait quand même partit des peines douces. Un peu comme le goudrons et les plumes par exemple. ( C'est mieux comme peine, parce que ça peut concerner autant les hommes que les femmes ^^ Alors que la tonte, ça va pas faire grand peur aux hommes… ) Je pense qu'on devrait s'inspirer de ce genre de chose pour punir certains riches, ou énarques. ça aurait plus d'impacts que de leur faire payer une amande qu'ils ont déjà provisionnée. Même s'ils ont peu de dignité, j'ai même l'impression que ça pourrait avoir un certain effet dissuasif ! ^^
  13. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    ha ok Ceci dis, je me demande. Que nous ne soyons pas d'accord sur ce que signifie la dignité, oui. Mais est-ce une notion conflictuelle, comme la liberté par exemple ? ( = la liberté des uns s'arrête là où commence celles des autres ) Il y a forcément des écarts de points de vu, mais ne pourrions nous pas tous être digne ? ( et merci de ramener le sujet sur autre chose que l'avortement ^^ )
  14. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Oui, c'est bien ce que je dis. La "normalité" est une pression sociale. S'opposer radicalement à une pression, c'est aussi s'en préoccuper. On peut aussi ne pas la considérer comme pertinente comme objectif de vie. En particulier si l'objectif n'est pas humainement atteignable. C'est ce que je sous-entendais quand je disais qu'ils étaient humain, et que ce genre de réactions est compréhensible. Toutefois, ça n'est pas parce que c'est normal que c'est une bonne chose. Ce comportement, même s'il est induit par notre société et les circonstances, est une des grandes causes du problème. Je ne repousse pas le problème sur les définitions, je me repose sur des concepts, et j'utilise des mots pour décrire ce que je pense. Une personne viable, c'est une personne qui peut vivre. J'entend par là que s'il faut un acharnement thérapeutique pour gagner quelques jours ou mois, la question n'est pas la même que s'il s'agit d'un individu, même polyhandicapé, qui peut arriver à vivre. Et effectivement une carotte dans un jardin est viable. Après quand je dis un enfant viable, il y a enfant devant. Mais ça n'est pas la caractéristique "vivante" qui me semble pertinente. Comme j'ai précisé par la suite, c'est la caractéristique "consciente" qui me semble valable. Après, je n'ai pas abordé la question de la fin de vie d'un individu non-viable. (donc entrain de mourir)
  15. Je pense que c'est un peu plus complexe qu'une "culture du viol". À mon avis, c'est plutôt représentatif d'une culture de la répression du viol. C'est intérêts pour les tueurs en série, ou les jeux s'opposant à la morale, sont précisément des fantasmes qui se construisent en contre-réaction, uniquement que parce qu'il y a une ligne répressive très forte de ces deux notions. Meurtre et viol. La culture est un tout, contrairement au marché qu'on peu subdiviser. Si tu écrase d'un côté, ça pousse de l'autre, c'est aussi simple que ça. La culture, c'est l'ensemble du phénomène. On ne peut pas considérer les philosophes des lumières sans considérer la répression religieuses très forte de cette époque, à laquelle ils s'opposaient, précisément. La culture de cette époque, c'est l'ensemble. Je pense que si ce genre de jeu apparait aujourd'hui, et n'existait pas hier… c'est justement parce qu'hier le viol, tout le monde s'en foutait.
  16. Choir n'est pas d'extrême droite, et il n'a jamais soutenu Soral, c'est de la diffamation pure et simple. Il a parlé une fois de Soral en disant que c'était un résistant au système. Oui, Soral n'est pas vraiment quelqu'un qui colabore au système… dire ça ne signifie pas qu'on le soutien, c'est simplement ne pas être débile profond. Si vous n'êtes pas d'accord avec Choir sur ce point, alors vous considérez que Soral est un type convenable. Regardez vous un peu… Et c'est pas en citant des articles de presses sans faits, sans preuves, (donc des torchons de merde qui ne sont pas des articles de presses), que ça changera quoi que ce soit à la diffamation. Personne n'a dit qu'aucun journaux n'avait diffamé choir et diffusé ce genre de mensonge. ça n'est pas en montrant que des journaux balançant des mensonges sur le devant de la scène que ça prouve qu'il ne sont pas diffamant. Choir est pour que tous les citoyens puissent devenir constituant. Tout les citoyens, ça inclue ceux qui vote FN… ça tombe sous le sens, et seul les débiles profond considèrent que ceux qui votent FN ne sont pas des citoyens. D'ailleurs, voter pour le FN n'implique pas qu'on soit antisémite. Il y a des racistes qui votent en Marche hein… et même probablement beaucoup plus, parce que le racisme touche bien plus les chefs d'entreprises et cadres sup que les paysans et ouvrier. Donc on arrête les conneries. Oui, la démocratie, ça implique d'inclure tout le monde, ceux qui font un procès à la démocratie sous prétexte qu'il y a des citoyens antisémites sont simplement de gros fascistes… peut être même racistes eux même d'ailleurs. Et visiblement il y en a un certain nombre ici. Donc avant de jeter la paille aux électeurs du FN, regardez vous vous même, vous puez bien plus. Parce qu'au moins un électeur du FN, on ne peut pas dire à priori qu'il est raciste ou non… Alors que votre fascisme et votre anti-démocratie, vous la défendez bec et ongles.
  17. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Ok. Puisque c'est un être humain dans un état végétatif, mon argumentation tombe, bien sûr. Pour ma part, il n'y a que deux choses à considérer : la conscience, et le fait qu'il s'agisse d'un être humain. Le premier pour la préservation (et le développement) de la conscience, le deuxième pour le traitement digne du corps et du mort, et sa sacralisation passant par une ritualisation du décès et du deuil. S'il n'y a plus de conscience, pour moi, la question de la survie est hors-sujet. La vie d'un être humain passe par sa conscience. Sans conscience, il ne s'agit plus que de la vie de ses cellules. Là pour les fœtus, j'avoue ne pas avoir d'avis. Je ne connais pas les limites légales actuelles. C'est à un comité éthique de trancher à partir de quand nait une conscience de soi. Tant que nous n'avons pas d'utérus artificiels, le droit de la femme à disposer de son corps me semble aussi un élément à prendre en compte. "L'indivision" est un problème en cas de conflits d'intérêts. ^^ Une fois la naissance accomplis, et donc cette problématique réglée, je ne considère pas que les "parents" détiennent des droits sur l'enfant.
  18. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Tiens j'ajoute un truc. Pour ceux qui justifient les meurtres d'enfant, pourquoi ils le feraient pas pour les enfants des autres aussi, au passage ? Si vous pensez que c'est un acte légitime… Si cette personne décide de partir en mode commando, et d'aller éliminer tous les enfants handicapés qui trainent… ça vous parle plus ce que cette personne est entrain de faire ? C'est pourtant tout autant légime non ? Dans l'intérêt de l'enfant après tout. ^^ Pourquoi le deux poids deux mesures sinon ? Je pense que ce qui m'outre personnellement, c'est le pouvoir que le parent s'arroge. Alors qu'à mes yeux, un simple géniteur n'est pas vraiment légitime en soit à disposer d'un quelconque droit sur un enfant.
  19. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Mais il faut arrêter de vouloir être comme les autres. C'est quoi cette quête de la "normalité" >_> Essayez de vivre heureux, c'est une quête quand même un peu plus noble et intéressante. De toute façon, personne n'est "normal"… et si on peut être "anormal" et heureux… on a plus réussi sa vie que quelqu'un de "normal" malheureux. Si on colle dans la tête des enfants (handicapé ou non d'ailleurs) que c'est la normalité le but… Tu m'étonnes que ça produise une génération de dépressif… Comment se développer comme individu avec ce genre d'objectif ? Là y a un problème sur le plan de l'éducation, oui, c'est sûr. Ce monde de débile qui pousse tout le monde à la compétitivité, ça crée du malheur. Mais je te fais remarquer qu'il n'y a pas besoin d'être handicapé pour ressentir ça… pleins de gens se suicident parce qu'ils n'arrivent pas à être à la hauteur de ce qu'on exige d'eux. Le problème, c'est qu'on hausse les exigences en même temps que les capacités… du coup, chacun vie à peu près les mêmes choses de ce point de vu là, en réalité. Il est là le problème, et je t'avoue qu'effectivement, les parents d'handicapée sont souvent les pires dans le domaine. J'en ai croisé tellement qui "dénie" le problème de leur enfant, et voient comme une quête absolue qu'il doivent à tout prix "être normal"… sans se soucier en réalité du bonheur et de l'épanouissement de l'enfant qu'ils sabordent avec leur idéologie à la con. Après, je comprend qu'on ne puisse pas en demander trop aux parents. Ils sont humain, et c'est un traumatisme aussi de faire naître un enfant handicapé. Ils devraient être aidés et accompagnés. (or ils ne le sont pas) Non seulement ils ne sont pas éduqué pour traiter ce genre de problème. Et surtout… le vrai problème une fois encore, c'est qu'il n'y a aucune structure éducative convenable, qui permettraient de suppléer les parents, et de réduire par ailleurs l'influence de leurs propres peurs et névroses sur leurs enfants. (parce que l'éducation, c'est ça aussi : offrir une alternative à l'éducation des parents, seuls) C'est peut être aussi pour ça qu'il y a tant de malheur parmi les handicapés. (et encore, je suis pas certain qu'il y en ai forcément plus) Mais c'est un problème d'éducation et de traitement, certainement pas un problème de laisser vivre ou non. Et là dessus, (l'accompagnement des parents, et l'éducation des handicapés) oui, l'état Français est calamiteux. Je la refais sur la même, parce qu'il y a un autre truc qui m'a indigné : Tout simplement ça n'est pas à moi de décider bordel. Si les gens n'aiment pas leur vie, ils peuvent se suicider. Mais tuer quelqu'un parce qu'on pense qu'il n'aura pas une bonne vie, c'est se foutre de la gueule du monde. En quoi ça nous regarde. Et en quoi on se prétend devin à savoir ce qu'il va advenir de la vie de cette personne, et surtout de comment lui, considèrera sa vie. Parce que c'est ça la seule chose importante. éliminer une vie parce qu'on considère qu'il ne sera pas satisfaisant pour la société… c'est à vomir. Et prétendre savoir ce que sa vie sera satisfaisante pour lui même, c'est de l'abus de pouvoir. Qu'on décide qu'on ne peut pas s'en occuper, et qu'on l'abandonne… ok, je comprend. Qu'on décide de tuer quelqu'un, sois disant pour son bien, désolé, je valide pas. Ceux qui tuent les gens (viables) "pour leur bien", c'est des malades qu'ils faut enfermer. Je précise clairement que je parle de personnes qui sont viables. Le problème de l'euthanasie en fin de vie, de quelqu'un qui a été adulte et capable de décider de son sort, et d'indiquer ce qu'il souhaitait avant. Et qui par ailleurs décrois en capacités, c'est un autre problème. Ha attention, je ne parle pas de l'avortement. Je parle d'assassiner un enfant de 3 ans, donc déjà né. Le cas de l'avortement me semble parfaitement légitime. Mais une fois que l'enfant est né, désolé, c'est une personne. Donc il a des droits fondamentaux, et en premier lieu celui de vivre. Et personne, personne, n'a le droit de lui enlever ces droits sur des motifs aussi farfelus que "Je suis un devin, et je sais que plus tard, il n'aimera pas sa propre vie…" >_>
  20. Tenez, regardez un peu si ce régime n'est pas corrompu : Il balance sévère ! @DroitDeRéponse viens voir un peu, il parle de ton chouchou de Macron.
  21. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    Note que c'est exactement le cas de tout le monde, toi et l'autre intervenant que tu plébiscite : jugement à travers de ses propres idées, de ses propres choix… Après, l'autre intervenant que tu cites ne donne pas son jugement, justement. Il botte en touche et ne répond pas à la question qu'il pose. ^^ On peut donc aussi ne jamais donner son avis et son opinion… ça attire effectivement plus de plébicites Bref… Pour ce qui est du sujet, je fais justement partit des gens qui ont vécu avec un enfant handicapé lourd. Donc si, je sais ce que s'est ^^ Et tu as loupé un truc qui est capital : J'ai parlé de la possibilité de l'abandon. C'est cette possibilité qui transforme en meurtre tout ceux qui ne souhaitent pas s'occuper d'un enfant né et viable. Si l'abandon n'était pas possible, ça serait une autre histoire, et je trouverai plus légitimes les gens qui s'occupent que de l'épanouissement de leur propre vie. (et je suis tout à fait d'accord avec la légitimité de cet objectif… l'abandon me semble préférable à faire vivre l'enfant dans une famille qui ne l'aime pas, et qui lui reprochera toute sa vie leur propre malheur. ) Après, je précise un truc : on parlait d'un enfant poly-handicapé. Pas d'un enfant dans un état végétatif. ça n'a rien à voir. Si l'enfant n'avait plus de conscience, c'est un autre problème, mais il n'a pas été évoqué dans le post initial. Peut être que l'incompréhension de ma position provient de ma méconnaissance de détails qui n'étaient pas présent dans l'exposé de la situation. Mon jugement porte sur l'assasinat d'un enfant viable, donc parfaitement capable de vivre, même si lourdement handicapé.
  22. Ce ne sont pas mes propos qui sont abjects. Ni même la réalité que je décris simplement. C'est plutôt vos fantasmes qui le sont, et qui d'ailleurs se révèlent au fur et à mesure de vos écris… vous projetez sur moi des trucs complètement déguelasses (pour reprendre vos termes). Sauf que ce sont vos fantasmes, et qu'ils sont déconnecté de toute réalité. Je n'ai jamais rien dis d'abject, je n'ai jamais dis que violer était "normal"… mais clairement il y a une nuance que vous n'arrivez vraiment pas à capter. Jouer à se violer réciproquement dans un couple, ça n'est pas violer l'autre, c'est jouer. Et, j'insiste, beaucoup de couples jouent à une sexualité un peu "violente", s'attachent, mettent en scène un viol… vous savez quoi ? Juste pour s'amuser. Un peu comme des enfants jouent au gendarme et au voleur. Et il n'y a vraiment aucun mal à ça. Oui, j'insiste. J'ai envie de dire, je pense même que c'est plutôt ceux qui n'ont pas ce genre de jeux qui finissent vraiment par devenir malsain. Ce comportement me semble d'ailleurs beaucoup plus sain que de jouer à des jeux vidéos, car l'interaction avec l'autre dans des jeux à deux apprend justement l'altérité, les nuances, le respect de l'autre etc... Il ne s'agit PAS de violeur en latence. Il ne s'agit pas de violeur du tout. C'est même le contraire. Ils s'agit de gens très bien, qui ont une compréhension et une attention tellement supérieure de l'autre et de ses désirs, qu'ils n'ont pas de problèmes pour jouer avec ces notions. Mais passons sur vos fantasmes. Je comprend l'idée… mais cette insistance pour la manipulation mentale des individus : les enfermer dans une chape de plomb visant à manipuler leur esprit pour qu'aucune "pensée impure" ne leur viennent à l'idée… On a déjà vécu dans un monde ultra-religieux, avec une persistance permanente d'une chape de plomb religieuse visant à chasser toute idée impure où qu'elle se trouve… On sait ce que ça donne. Et moi je suis farouchement contre. Je comprend la méthode, prise par colère et dégout, mais elles sont mauvaises conseillères. à mon avis, c'est clairement cette méthode qui provoque le plus de violeurs. Les vrais, pas ceux qui jouent ou qui s'amusent, et comprennent les nuances les plus fines entre les désirs, le consentement etc… Votre rejet global et amalgamant des individus, sur la seule base d'une "pensée impure" qu'ils pourraient avoir, révèle surtout un fondamentalisme religieux qui m'effraie plutôt. Et je passe aussi sur la conséquence d'une lutte entre point de vu religieux et moralisateur… qui ne va pas non plus apaisé la société. ça ne m'étonne pas qu'on s'oppose sur les concepts. J'ai tendance à être assez anti-fondamentalistes, et je n'aime pas ceux qui veulent instrumentaliser une manipulation mentale de masse sur les individus, soutenu par la force de la répression légale, pour régler les problèmes… Plutôt que d'améliorer les échanges réels entre les intelligences des gens, et construire ensemble une société où on pourrait se respecter l'un l'autre, et s'éduquer réciproquement. ( s'éduquer = devenir adulte ) C'est certainement pas en essayant de manipuler les cerveaux qu'on respecte les individus. Non, je suis féministe, et je les soutiens (ceux qui cherchent l'émancipation des hommes et des femmes, et ceux qui prône l'égalité et le respect réels des différences). Le problème, (et je ne parle pas de vous hein) c'est que les vrais féministes ont cédée la place à des facho sexistes qui reprennent les idéologies machistes les plus dingues en revendiquant le titre de "féministe"… Prônant l'intolérance, la répression sexuée, et le sexisme partout où elles passent. Au point d'applaudir à tout rompre "Mine Campf" si on remplace juif par "mâle hétéro-cis-blanc"… effrayant et véridique. Ces pseudo féministes détruisent précisément ce qu'ont construit les féministes. Le pire étant que ce genre de mouvement provoqueront (et ont déjà provoqué) en réaction une radicalisation des hommes de l'autre côté… Et ont ouvert la voie au retours d'une vision religieuse extrêmement machiste elle aussi. C'est complètement dingue. Je suis pour l'éducation de la société. Toutefois, ce genre de comportement est rendu beaucoup plus difficile par la "libre circulation des marchandises sur un marché". C'est précisément si ce genre de chose est considéré comme un "bien de consommation", qu'ils vont trainer sur la banquette de l'oncle ou du cousin. Le passage par un service public non-libéral, permet justement d'effectuer un acte d'éducation important sur les individus, pour qu'ils ne considèrent précisément pas ça comme une simple "marchandise", mais bien comme un contenu auquel ils ont accès parce qu'ils sont adulte, mais qu'il ne doivent pas fournir aux enfants. Tant qu'on considèrera ça comme un "produit de consommation", les enfants ou certains adultes ne verront pas pourquoi les enfants ne pourraient pas "consommer" également. Je parle exclusivement des éléments censurés. Pas de l'ensemble des productions artistiques. Le Tarantino ne me semble pas censurable pour les -21 ans. Alors que ce jeu sur le viol, si. ça pourrait être intéressant de développer là dessus d'ailleurs. Ce qui nous semble censurable ou non. (même si vous prônez l'interdiction pur et simple, et moi la libre distribution aux adultes, contrôlée par un service public dé-monétisée ) Non le capitalisme vise le pouvoir de l'argent, et sa concentration en quelques mains. À ne pas confondre avec le libéralisme. Par ailleurs, les penseurs du libéralisme (j'en ai lu,mais je n'ai jamais lu de communistes d'ailleurs) ont toujours considéré que certaines choses ne devaient pas tomber dans un marché libre et non faussés. Si on souhaite aussi éduquer la population, comme vous, il faut bien considérer les gens comme autre chose que des clients et votre éducation comme autre chose qu'une marchandise. Sinon, je vous assure vite qu'il y aura un truc qui ne se connectera pas Je partage le point de vu sur l'éducation. Mais ma question c'est comment la mettre en place, dans le respect des individus, des morales qui peuvent être différentes (et qui ont le droit de l'être), et sans tomber dans un fascisme autoritaire. C'est pas évident. Donner une place plus importante aux échanges entre les parents et les enfants déjà, ça me semblerai un plus… mais (et vous allez me traiter de gauchiste avec la faucille entre les dents ^^), c'est peut être un peu la faute de l'ultra-libéralisme si les parents sur-exploités n'ont plus le temps de passer du temps avec leurs enfants. Je pense que le monde évolue dans le sens américain. Tu as en parallèle une liberté de plus en plus ouverte pour diffuser des contenus les plus immoraux, et de l'autre un puritanisme "bien pensant" ou "corporate", considérable. On pourrait dire qu'il y a renforcement de l'hypocrisie. Avec d'un côté des pratiques de plus en plus délurée, et de l'autre une morale de plus en plus oppressive. Sauf que dans le monde américain, il s'agit de communautés disjointes ce pays n'étant unifié que par l'argent et le marché. Pas nécessairement d'hypocrisie en tant que tel. Le fait que ce genre de choses se manifeste en France me semble révélateur d'un phénomène de communautarisation bien dangereuse.
  23. Attention, je pèse mes mots quand je parles d'union sacrée et quand je dis une résistance "comme en 40". Je parle bien de participer ou promouvoir des actions de désobéissance à la loi. Sous quelle forme, et avec quelle moyen verrais tu la formalisation de cette union sacrée ? Tu me parles d'articles constitutionnels démocratiquement acté. Tu peux développer ?
  24. Titsta

    pour qui voteriez vous?

    Dans un système capitaliste, fermer des boites qui ne sont pas rentable est un bienfait… ça permet de ne préserver que celles qui offrent réellement une plus value. C'est marrant de te voir prendre, la larme à l'œuil, une position de gauchiste et de cracher sur la logique de droite :D Oui, le but de la taxe carbone était de faire fermer les entreprises de camion. C'était précisément le but. ^^ Parce qu'il est nécessaire de changer notre industrie, et notamment les transports, pour les préparer à la fin du pétrole dans quelques années maintenant. Elle fermeront de toute façon quand il n'y aura plus d'essence, les faire fermer avant, en permettant de limiter la casse, c'était exactement l'idée. Encore faut il avoir les capacités intellectuelle de faire de la stratégie à long terme. Le problème c'est que les gens de droite sont souvent des handicapés mentaux incapable de penser à plus long terme que les rendement à 3 ans… C'est précisément pour ça que si l'humanité allait s'éteindre dans 6 ans, on trouverai encore des imbéciles de droites pour essayer de rentabiliser leur système pour continuer la croissance de l'accélération pour foncer dans le mur encore plus vite.
  25. Titsta

    Qu’est ce que la dignité?

    D'ailleurs, pour répondre plus profondément à la question posée. Je pense que la dignité, c'est précisément d'être considéré comme un être vivant, et ayant le droit à vivre. Même si nous ne somme pas "l'élite", même si nous sommes pauvres, avec des difficultés, nos problèmes, nos tares, ou nos handicaps. ( C'est donc le comble de tuer un être handicapé au nom de la dignité… ) La question de la dignité, portée récemment sur le devant de la scène par les Gilets jaunes, c'est celle là : le droit à vivre, indépendamment de la question de notre utilité sociale, ou de notre "rentabilité" dans le système économique et technique. C'est à dire, le droit à vivre et à être considéré comme un être humain (et un adulte), et non uniquement comme un agent économique et technique interchangeable et remplaçable dès qu'il cesse d'être le plus performant proposé. Je pense cette façon d'approcher le problème considérablement plus juste et intéressante. Oui, vivre dignement en étant handicapé est très difficile, voir impossible dans notre société. Mais la faute provient bien plus de l'organisation que nos oligarques ont décidé pour nous, le bas-peuple. La solution à ce problème me semble aussi bien mieux pointé du doigt. Avec le RIC, il est à peu près certains que nous pourrions faire vivre plus dignement tous ceux qui ne sont pas, ou plus, les agents économiques et techniques les plus performants de l'instant.
×