Aller au contenu
  • billets
    34
  • commentaires
    86
  • vues
    23295

Tout nu

Loopy

364 vues

Une fois n’est pas coutume, c’est pour moi cette fois, que j’ai décidé d’écrire. Sans masque, sans fiction, sans paraboles ni interface si ce n’est celle de ce cher Loopy. Ces temps-ci je suis fatigué. Peu de choses me réjouissent et les sujets de conversation d’ici-bas ne m’inspirent guère plus que la feuille blanche devant moi. Les mots ne me viennent pas, ou alors dans le désordre. Quand je range, c’est trop rangé, quand je les laisse, c’est incompréhensible. Tout me semble lointain. Tant pis, je jette. Nous verrons si du sens en ressort.

J’ai le sentiment d’être hors de mon corps, de flotter au-dessus de mon esprit sans ressentir la moindre empathie. Chronique d’un jeune cadre perdu dans la forêt urbaine où il ne fait pas bon bouder les « afterwork » et autres « teambuilding » consensuels pour lesquels on s’acharne à trouver des noms plus ridicules les uns que les autres.

On monte chez moi par un de ces escaliers qui vous font penser que le Syndic vous coute trop cher, mais j’ai un faible pour le charme de cette insalubrité qui me renvoie une image de rustique. Je dois calmer les ardeurs de mes conquêtes, à peine la porte poussée, faute de quoi je suis assuré de trouver au matin un mot dans ma boite aux lettres. Sur la porte de l’appartement, pas de signe, pas de nom sur la sonnette. Je n’ai pas souvenir de l’avoir entendue sonner d’ailleurs, on préfère frapper ou appeler au téléphone. La porte sans poignée ouvre sur une petite entrée ou pendent les manteaux et écharpes en hivers, aux pieds desquels quelques paires de chaussures.

Passée cette entrée, ce n’est pas bien grand. Le minimum pour quelqu’un de ma condition. Une chambre, un salon et un bureau en enfilade. Les toilettes et la salle de bain, bien sûr séparés, bien sûr une baignoire. Je ne m’en sers jamais, et n’ai encore jamais réussi à me laver tout en chiant… Au sol quelques tomettes, et du faux parquet. Les murs sont blancs, maculés. Je n’y ai accroché que quelques imageries diverses et bon marchés, je ne suis pas amateur d’art, je n’y connais rien.

Le salon est sur la gauche. Une pièce rectangulaire de bonne taille pour un homme seul quoiqu’un peu petit pour recevoir. Deux fenêtres dont une porte fenêtre donnant sur un petit balcon. Il y a peu de meubles. Rien ne me fait plus horreur que de manquer d’espace quand il fait noir ou que je suis bourré. Une table chinée, un buffet en bois massif que j’ai pris le temps de retaper, ça m’a occupé mais a brisé le dos de quelques amis. Les suspensions de mon ancienne voiture doivent également s’en souvenir. J’y range un bazar incroyable. Dessus, il y a mon ampli. Toujours en marche. J’ai une trouille bleue du vide acoustique et bien que n’étant ni un fin mélomane si un musicologue averti, je me laisse porter par tout type de sons sans en connaitre ni l’origine ni le nom. J’ai installé la télé directement au mur, un canapé-lit plus destiné à mes paresses nocturnes qu’à des invités lui fait face séparée d’elle par une table basse, classique, je manque décidément d’imagination dans mon intérieur. En hivers, j’y mets un tapis au sol. Dans un coin, il y a mon Piano.  

Le salon donne sur un petit balcon. Petite chaise, petite table, grand cendar, toujours plein. De chez moi, je ne vois ni la mer ni la montagne. Seulement la rue et l’immeuble d’en face. Ses habitants sont discrets, ce n’est pas un quartier très vivant. Il convient finalement plutôt bien à mon état intérieur. Je n’ai aucun gout des couleurs, tout est noir, ou blanc, ou gris, ou ne s’accorde pas du tout avec le reste. Bref, Marseille dehors, Marseille dedans. Je sens bien que ça ne va pas, mais à quoi bon changer, ça ne sera guère mieux.

Je n’ai pas bibliothèque au salon. Peu de livres me divertissent, les ouvrages qui m’occupent trouvent leur place au bureau, ils me servent à travailler. Quoique de moins en moins, internet aura eu raison d’eux à la fin. Je n’en conserve que quelques-uns qui ont une valeur sentimentale ou bien réelle. J’ai 3 PC. Un fixe, 2 portables, dont un ancien qui ne me sert plus guère que de dessous de plat pour la seule plante que j’ai. Je l’avais acheté pour faire joli il y a 2 semaines car je savais que la fille qui venait ce soir-là aimait plantes. Manque de peau, celle-ci ne lui a pas fait plus d’effet que moi, je finissais la soirée seul.

Tout parait en ordre de prime abord, mais je ne suis pas un maniaque du rangement. Je suis même assez bordélique. Toutefois mon bordel est localisé et contenu. Aucun de mes vêtements n’est plié, sauf mes chemises et mes vestes, tout est en boule dans l’armoire de la chambre. Mon bureau est un véritable écosystème à lui tout seul, je ne trouve que rarement le courage de tout ranger, tout trier. C’est souvent la destination finale des papiers qui trainent et des gadgets en tout genre dont je ne sais pas ou plus quoi faire.

Mon immeuble est tranquille. Je sais que mes voisins me dépanneront sans hésiter et ma porte leur sera également ouverte. Tout le monde va bien, personne ne manquant de rien, on connait seulement nos prénoms, nous nous saluons, sans plus et cela convient à tout le monde.

Je suis quelqu’un de très lunatique, j’en ai conscience. Je fonctionne par phase. J’ai la chance de gagner suffisamment bien ma vie pour me priver de peu de choses et ai les moyens de me faire des amis dans les bars (ou plutôt les grottes) où je traine quand je sors. Quand je sors, ce sont mes phases sociables. Souvent, je prends rendez-vous avec un groupe d’amis. On fait la tournée des bars, ou un concert, ou on va dans ces « boites » qui hurlent des sons distordus. Je m’amuse et quand je rentre, je suis heureux, parfois je ne suis pas seul. Je me laisse bousculer volontiers par les autres sans moyens efficace de les congédier. Ces quelques amis sont rarement de vieux amis, ils vont et viennent dans ma vie, comme les femmes que je rencontre au grès de ces sorties ou sur des sites dédiés.  

Je n’aime pas trop ces filles des sites de rencontre. Ca fait l’affaire de temps en temps, il faut bien que le corps se défoule un peu, il faut bien se croire encore beau mais je n’aime pas trop le sexe. Je ne suis tactile ni physiquement, ni psychologiquement. Je savais depuis longtemps que les caresses du corps me faisaient qu’un effet trop éphémère, mais j’ai mis du temps à le comprendre, encore plus à l’admettre... Je pensais trouver dans l’esprit des plaisirs plus durables et la séduction par les mots, sur ces sites me plaisait dans le principe. Il n’en fut rien. Tout nous ramène à la chair et au besoin naturel de deux humains qui se croisent. En réalité, ce que j’aime, c’est la tension, la sensible, la frustration qui précède le moment où tout est déjà joué. Ces moments où on prend le risque d’un baiser volé, d’un mot plus intime, d’un geste, d’une phrase, d’un message. L’angoisse dans l’attente de la réaction, du retour. Ce moment où on se lance dans l’inconnu. C’est ce désir entretenu qui me fait vibrer. La suite, n’est que son assouvissement et s’évanoui si vite qu’il faut tout refaire. Alors on parle, clope au bec, nu dans un lit, avant de s’endormir à deux, exalté et en apparence satisfaits. Mais le lendemain, ne reste que les ruines d’un monde à peine construit, à peine détruit, dans les vapeurs d’alcool bon marché et de tabac froid à quelques cheveux sombres que j’ai aimé une seconde et que j’oublie quand il me faut faire l’effort de changer les draps.  On tente d’entretenir une flamme. On se revoit, parfois, j’écris de temps en temps. Elles trouvent ça ringard, mais me disent que c’est mignon. C’est étrange une fille. Les garçons aussi. Je m’y suis essayé une fois, sans plus de succès et me suis convaincu que ce n’était pas pour moi.

J’ai bien eu une relation plus longue il y a quelque temps maintenant. Je ne saurai lui en vouloir d’avoir finalement conclu cette page, elle à qui revient tous le mérite des moments qui l’ont remplie. Je ne suis pas certain de l’avoir vraiment aimée. Je serai toutefois malhonnête si je disais que cela ne me rend pas malheureux. J’ai essayé de la récupérer. Mes efforts furent vains, il est trop tard, la page est tournée.

Pourtant j’ai aimé et j’aime encore, impossiblement, mais d’une force incroyable. Le temps a dilué ce souvenir encore plus ancien mais reste la trace, encore, comme reste la trace de l’océan dans le désert. Un souvenir qui me viole dès que le silence s’impose, entre deux morceaux, entre deux mots, entre deux jours, entre deux nuits.

Ces démons sont coriaces et j’ai renoncé à les combattre. Je leur ai offert un bail illimité qui me coute moins que les murs qu’il aurait fallu construire pour m’en protéger. J’ai tout de même bâti des murs, mais pour les garder au-dedans, sans les laisser sortir.

Mon cœur n’a pourtant rien d’un désert. J’aime encore me mettre au balcon, voir passer les gens. Imaginer leur vie, leur histoire, ce qu’ils font, où ils vont, quand ils reviendront, s’ils reviennent. J’aime regarder les jolies filles qui passent, me dire que si elles ne voient guère, c’est parce qu’elles sont timides, et rêver un instant quand nos regards se croisent. J’aime aller au hasard des rues voler des images qui ne me serviront à rien d’autre qu’à les décrire dans ma tête, comme faire l’amour à la beauté du monde.

 

Puis il y a les phases plus sombres où rien ne dérange la monotonie des heures qui passent. Tous ceux qui m’entourent sont silencieux. Coutumiers de mes humeurs et de ma nonchalance devant l’effort, ils ne m’approchent plus guère que quand aucun autre choix ne leur est offert. Je serai mal avisé de m’en plaindre, moi qui ai mis tant d’ardeur à ce que ce fut le cas. Je reste seul, comme un enfant qui boude. Je mets de la musique, un porno, un piano, une guitare, une réflexion, une idée, tout et n’importe quoi tant que sa présence n’occupe guère plus qu’une portion de moi-même que je peux congédier à l’envie, à l’humeur.

Je pourrais encore raconter tant de choses. Ce métier qui ne me plait plus trop, le monde affligeant dans lequel nous vivons, ces combats que j’aime porter, le féminisme, la solidarité, la tolérance, la diversité, le respect, l’écoute, la créativité, la générosité… Mais ça fait un moment que j’écris maintenant, depuis le milieu de la nuit, et la paresse est venue me rendre visite.

Pour le reste, dans ces moments, je ne sors plus. Je préfère la compagnie électronique des pseudonymes facile à ignorer. Je passe par ici, pose une prose, m’exprime sur des sujets qui me sortent un peu de l’ordinaire quotidien et lis un peu les mots de celles et ceux qui me touchent, à mon rythme, à ma manière. J’écris beaucoup et jette ici quelques morceaux en pâture à qui veut les dévorer, des lambeaux de moi tout nu.

L_



Annonces
Maintenant

5 Commentaires


Commentaires recommandés

Diantre, tu as une vie qui ressemble un peu trop à la mienne. Enfin, à celle que j'avais il y a quelques années. Hormis mon appétit pour la dépression, c'est assez proche de ce que je vivais. Bon courage, alors. ;)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Citation

Les murs sont blancs, maculés. 

J'adore cette phrase.

Citation

Ces démons sont coriaces et j’ai renoncé à les combattre. Je leur ai offert un bail illimité qui me coute moins que les murs qu’il aurait fallu construire pour m’en protéger. J’ai tout de même bâti des murs, mais pour les garder au-dedans, sans les laisser sortir.

Celles-là aussi. Je m'y reconnais tellement.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Un texte magnifique, sincère.

A le lire, on survole tes pensées et on se surprend à voir ton interieur et de cet intérieur ...ton intérieur.

Il fait écho à cette perte de la jubilation de la vie, quant ce tout désenchante le sens de ce qu'on fait, de ce qu'on voit, de ce qu'on est...

Il y a bien longtemps que j'ai perdu le trésor le plus précieux qui soit quand l'innocence curieuse croise la naïveté confiante au pays de l'enfance et du bon sentiment.

Le lâcher prise, les petits projets débiles, les petites et grandes lâchetés...

Oui, le grand projet.

Que ce soit de boulot, d'études, de moto...que ce soit avec sa femme ou avec ses enfants...que ce soit de mauvais vin ou de bon champagne...

S'ennivrer du plaisir de vivre et....de construire aussi.

Seul, entourés de spectres, l'argent le fric, la propriété, les femmes, rien ne donne cette envie d'être vraiment...en vie.

Changer une chose, une deuxième...voir des sourires, faire rire...

Ne te perds pas, retrouve toi, ce qui est autour n'est qu'un mur pour la fierté de le gravir, sois ce changement que tu souhaites voir dans ce monde.

  • Merci 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

oui, cela ressemble à une description. Mais en est-ce une ? Qu'est-ce qui est oublié et qui serait la pensée qui n'apparait pas ? quelles sont nos pensées alors qu'autour de nous c'est la réalité pittoresque ? Ce qui me plait dans un roman, c'est le mélange. Une scène, une action décrite par Chandler et Albertine qui n'est pas là !

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

@zenalpha, merci beaucoup pour ton commentaire élogieux, et surtout pour tes encouragements à suivre une voie que Gandhi a voulu tracer pour nous tous. C'est effectivement une lumière qui pourrait bien être un phare.

@moch niap, en fait, ce n'est pas vraiment une description. Ou plutôt ça n'a pas été la volonté première et il manque effectivement encore beaucoup de morceaux pour que vous soyez vraiment capable de reconstituer tout le puzzle. La pensée cachée, le restera pour le moment. Ce qui est marrant, c'est que la description est l'exercice que j'aime le moins, tant en lecture qu'en écriture. Je ne m'y aventure d'habitude pas...

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité