Aller au contenu

moch niap

Membre
  • Contenus

    134
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de moch niap

  • Rang
    Forumeur inspiré

Informations Personnelles

  • Pays

Visiteurs récents du profil

558 visualisations du profil
  1. moch niap

    Hegel

    la conscience est d'abord naïve. Elle reflète le monde. Elle apparait lentement à elle-même du fait du devenir du monde. Elle découvre en elle la vie et le devenir : elle est l'esprit prenant conscience de lui-même. L'esprit apparait à lui-même dans l'histoire (l'esprit objectif) et dans la conscience (esprit subjectif).  « Le mouvement dialectique que la Conscience exerce .. à même son savoir .. dans la mesure où un nouvel objet vrai en surgit pour elle, est à proprement parler ce qu’on appelle expérience » « Suppression .. est un des concepts les plus importants de la philosophie, une détermination fondamentale, qui revient à tout instant, dont il importe de bien savoir le sens, détermination qu’il faut surtout bien distinguer du néant. Ce qui se supprime ne devient pas pour cela néant. Le néant est l’immédiat ; une chose supprimée, au contraire, est un médiat. Elle est le non existant ayant pour source et pour origine un être. Elle garde encore, pour cette raison, le caractère défini de cette source. Dans le langage courant, supprimer a un double sens : celui de conserver, de maintenir, et celui de faire cesser, de mettre un terme. Conserver, maintenir implique ... qu’on enlève à quelque chose, pour le conserver, son immédiateté, son être-là accessible aux influences extérieures. C’est ainsi que ce qui est supprimé est en même temps ce qui est conservé, mais a seulement perdu son immédiateté, sans être pour cela anéanti. »
  2. moch niap

    liberté

    y a-t-il une force qui en chacun exige de rester libre ? est-ce animal ou est-ce humain ? comment peut-on y parvenir ? est-ce lié au bonheur ?
  3. "que toujours déjà nous vivions dans une compréhension de l'être et qu'en même temps le sens de l'être soit enveloppée dans l'obscurité voilà qui prouve la nécessité fondamentale de répéter la question du sens de l'être" comment comprendre cette pensée de Heidegger ?
  4. moch niap

    Hegel

    A mon avis, pour Hegel, notre essence est le savoir, c'est-à-dire un processus dont la conscience est un moment grâce auquel l'être se montre Esprit. Le savoir apparait dans la conscience car celle-ci le porte en germe. «.. cette exposition n’a pour objet que le savoir dans le processus de son apparition phénoménale, ...elle peut être prise, de ce point de vue, comme la voie que suit la conscience naturelle dans sa marche insistante vers le savoir vrai ; ou comme l’itinéraire de l’âme parcourant la série de ses configurations comme autant de stations préimplantées pour elle par sa propre nature, afin de se purifier jusqu’à devenir Esprit, en parvenant, par la découverte et expérience complète de soi, à la connaissance de ce qu’elle est en soi-même »
  5. moch niap

    Hegel

    Merci pour vos interprétations de la pensée de Hegel Peut-on dire que pour Hegel, notre vérité de sujet, c'est ce qui est notre essence. Nous ne pouvons avoir affaire à notre vérité qu'en développant notre essence de telle sorte que nous comprenions le Tout. Inversement nous ne pouvons comprendre le Tout que parce que notre essence est la vérité non encore développée. autre texte de Hegel qui permet de préciser, il me semble, le sens du premier : "La philosophie kantienne peut être considérée de la façon la plus déterminée comme la philosophie qui a appréhendé l’Esprit en tant que Conscience, et qui ne contient absolument que des déterminations de la phénoménologie, non de la philosophie, de l’Esprit."
  6. moch niap

    Hegel

    « Le vrai est le Tout. Mais le Tout n’est que l’essence s’accomplissant définitivement par son développement. Il faut dire de l’Absolu qu’il est essentiellement résultat, qu’il n’est qu’à la fin ce qu’il est en vérité ; et c’est là précisément sa nature, qui est d’être quelque chose d’effectif, sujet, advenir à soi-même » Je me demande quel est le mot le plus important dans cette phrase.
  7. moch niap

    le miroir

    le miroir renvoie une image "trouble" à celui qui se regarde dedans : il se fait grâce à lui une idée de ce que voient les autres quand ils le regardent, quand ils le saisissent d'un coup d'oeil. Que voient-ils ? Ils voient ! Ils me voient, ils voient ce que je vois quand je regarde les autres : la vérité dévoilée .. je sais un peu qui tu es ... mais je ne sais pas tout ... l'expérience montre que je sais qui est l'autre dans la mesure où je sais qui je suis : je vois présent chez l'autre tout ce que je connais de moi, tout ce que j'ai dévoilé au prix d'une série d'épreuves, peu de chose, beaucoup de choses que j'ai oubliées ...
  8. le bébé est, dirait-on, attentif à quelque chose dont la présence lui est sensible et ce quelque chose peut le faire sourire ou lui faire peur. Qu'est-ce que ce quelque chose : imaginaire ? Mais, on voit bien que ce qui compte c'est : la joie et le désir de celui qui s'occupe de lui. C'est comme si le bébé devenait chaque jour plus sensible à cela … notre "être" alors serait cette "présence" qui nous prend : ce qui nous rend confiant ou bien ce qui n'a pas lieu ..la sympathie ou sa perte … la joie ou la colère ..
  9. vous raisonnez par analogie. De même que le sujet humain peut …. de même la communauté humaine …. de même l'atome ...de même une huitre ...etc.….Sans doute que l'atome a un "destin", un mouvement, une histoire, de même une huitre ou un sujet humain. Cela on peut le concevoir. Mais le problème que vous posez concernant la communauté humaine n'est-il pas qu'une certaine partie des hommes veuille qu'elle existe...
  10. aimer, être heureux, être libre. Aimer qui ? le bonheur n'a pas de loi ? être libre vis à vis de quoi ?
  11. moch niap

    Question métaphysique

    si dieu a fabriqué chaque chose et continue à les soutenir dans l'existence, il est l'être de chaque chose. N'est-ce pas suffisant ? est-il encore autre chose que cela ?
  12. moch niap

    La monstruosité

    et bien alors Selenba ? où êtes-vous passée ? venez nous dire ce qui vous interpelle dans la monstruosité ? qu'est-ce que cela montre à votre avis ?
  13. En France il y a une opinion sans doute issue de Descartes et de la Révolution : nous sommes des sujets purs.
  14. Un petit oiseau, un petit poisson s'aimaient d'amour tendre mais comment s'y prendre quand on est dans l'eau?
  15. ou bien est-ce le contraire ? le destin nous entraîne et nous découvrons tel et tel torrent où nous sommes pris. N'est-ce pas la seule liberté effective dont nous sommes les maîtres ? Un homme averti en vaut deux. Il découvre ce qui se passe, ce qui l'attend.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité