Aller au contenu
  • billets
    33
  • commentaires
    50
  • vues
    8691

L'humaine condition.

Circeenne

643 vues

Une porte s'ouvre. Un monde glauque, empli de moribonds qui vagabondent,

D'où les âmes vacillent, le coeur ralentit et les yeux blancs qui tourbillonnent.

La couleur des morts suinte sur la chair comme une visqueuse fondue.

Des cris ahuris s'élèvent d'entre les viscères, tréfonds du bonheur perdu.

 

Il y a là des hommes et des femmes au sang mêlé que rien ne distingue,

Parce que les torsions de douleur les ont façonnés androgynes et dingues.

Agités, ils courent entre l'eau bouillante et les fruits amers que l'horizon, 

Promet avec mensonge et dont la distance n'est jamais atteinte par la raison.

 

Un va-et-vient de grands chiens lugubres veillent à la valse des morts. 

Ils assurent le maintien de la folie et l'absence de répit, tel un sort. 

Je cours au milieu des âmes cueillant des fleurs au couleur de la cendre,

Et je compte les pétales vénéneux en déclamant une élégie tendre.


Au milieu du vacarme, je suis là avec mon bouquet de pivoine,

Joyeuse dans ma robe rouge et blanche, faite dans le couaille,

Je ris follement en voyant ce marasme osseux, cette pénitence 

Au milieu d'une broussaille en feu, ferrée et dure comme la rocaille.


Et je saute à cloche pied, en belle demoiselle qui se conte fleurette,

Frôlée par ces morts qui me supplient, tirent ma robe et me griffe,

Victime de la sauvagerie qui n'a de frontière que celle de la vie,

Bientôt, ils se repaîtront de ma chair, dans la violence de la haine.

 

Les mains pleines de sang et les bouches pleines d'insultes.

 



Annonces
Maintenant

3 Commentaires


Commentaires recommandés

 

Je cours au milieu des âmes cueillant des fleurs au couleur de la cendre,

Et je compte les pétales vénéneux en déclamant une élégie tendre.
... je suis là avec mon bouquet de pivoine,

Joyeuse dans ma robe rouge et blanche, faite dans le couaille,

Je ris follement en voyant ce marasme osseux,
Et je saute à cloche pied, en belle demoiselle qui se conte fleurette...

 

Si on peut se parler en toute franchise... J'ai bien aimé le thème mais les passages cités plus haut ne m'ont pas plu. Cela donne un côté midinette à l'esprit d'ensemble... j'aurais préféré du pur "spirit in the dark" plutôt que "le petit chaperon rouge et les grands méchants loups".

Continue...

 

 

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité