FFr Mag' 2.0

  • billets
    19
  • commentaires
    143
  • vues
    17 795

Contributeurs à ce blog

Cinéma... Le nanar, par Nathaniel

Tequila Moor

316 vues

Loin des blockbusters Hollywoodiens ou du cinéma dit plus "respectable" comme les films d'auteurs, ou des essais pseudo-intellos, il existe une branche sombre, moins "branchée", boudée par les festivals et même par les critiques et les personnes sérieuses : le nanar.

Et alors que de plus en plus de cinéphiles se passionnent pour cette branche ignorée du cinéma, elle reste pour le grand public une énigme, voire un passe-temps inutile pour des incultes manquants de goût.

Dans cet article je vais donc m'attacher à rendre au nanar ses lettres de noblesse...

Mais avant, un nanar, c'est quoi au juste ?

Et bien la difficulté à définir ce qu'est le nanar est la frontière floue et ténue entre le nanar et le navet.

Le premier est un film si mal réalisé, si raté, si mal exécuté qu'on le regarde non pour ses qualité mais pour ses défauts. Un film si raté qu'il en devient amusant... Il va sans dire que la pratique du nanar demande une sacrée dose de second degré.

Un navet au contraire est un film mal réalisé, mais en plus chiant. L’intérêt du nanar vient donc de son accumulation de défauts.

Cependant, la tentation est grande de qualifier un mauvais film de nanar, mais ce serait là une grave erreur.

Prenez par exemple un bon vieux film bien de chez nous, « Le Jour et La Nuit » (film de Bernard "regardez-comme-je-suis-intello" Henri Lévy).

La réalisation est grotesque, les acteurs mauvais malgré la présence d'Alain Delon et de Lauren Bacall, une intrigue ridicule : bref le film est raté.

Tous les ingrédients d'un nanar, non ? Pourtant, non. Pourquoi ? Tout simplement qu'il est aussi ennuyant qu'un dimanche pluvieux à regarder Michel Drucker.

Prenons maintenant un monument du nanar : « Birdemic ».

Birdemic.jpg

 

OVNI réalisé par le génialement mauvais James Nguyen, Birdemic se veut à la fois comme un hommage aux « Oiseaux » d'Alfred Hitchcock et comme une fable écologique, avec en sus des effets (très) spéciaux, dignes de 2008.

Le film commence par nous présenter Rod, au sommet de sa carrière, qui vient de signer le contrat de sa vie. Ne me demandez pas plus de précisions, le scénario ne le sait même pas. Aussi beau gosse que BHL, aussi expressif qu'une tranche de foie de veau, Rod est un winner.

Fort de sa vente à 1 million de dollars il fait la rencontre d'une jolie jeune femme, mannequin internationale (bon, on se fout de savoir comment elle s’appelle, vu qu'elle n'est là que pour faire joli). Après l'avoir harcelée et suivie dans la rue un bon moment, il obtient son numéro et ne va pas tarder à la séduire armé de son regard ténébreux.

Mais rien ne saurait être parfait dans ce monde, et les deux amoureux se font attaquer par des oiseaux qui n’hésitent pas à égorger les humains à coup d'ailes-lames de rasoir et à leur envoyer aux visages des fientes acides.

Ensemble ils se battront contre les terribles volatiles à coup d'armes aussi dangereuses que des cintres, recueilleront des enfants ayant vu leurs parents "massacrés" par les piafs démoniaques (rassurez-vous, les mômes eux-mêmes n'en ont rien à fiche)...

 

Présenté comme un film écologique (roulons électriques, installons des panneaux solaires, luttons contre le réchauffement climatique), Birdemic atteint un niveau d’incompétence jamais vu auparavant.

Les acteurs sont mauvais, mais MAUVAIS à un point où cela en devient un art. La prise de son est dégueulasse, les effets spéciaux horribles : Birdemic cumule les clichés et les défauts, rien n'est à sauver dans ce naufrage, chaque scène étant plus bâclée que les autres, et c'est ce qui le rend si bon.

Et voilà ce qui fait la différence entre nanar et navet.

 


  • Like 3
   Alerter


1 Commentaire


Commentaires recommandés

Je ne connaissais pas, et je connais assez peu le cinéma dans son ensemble, ça risque donc de m'intéresser de pouvoir lire la suite ;)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant