• billets
    29
  • commentaires
    36
  • vues
    6 189

Sous-sol X

Circeenne

293 vues

L’enquête menait nulle part, les vidéos étaient inexploitables, la moisissure en était pour quelque chose et le matériel limité dont disposait la section de police sur la base ne pouvait en soutirer une once d’éléments intéressants. Je me sentais véritablement coincée. L’unique piste sérieuse dont nous disposions, c’était le carnet de Romain. Sa dernière prise de notes mentionne Pripiat qu’il aurait visitée. Il raconte de manière assez intime et confuse ce qu’il y a vécu. Il évoque un Alexander Domovitch, fiévreux personnage si l’on en croit sa légende. Il y explique s’être mis à sa recherche après qu’un rêve « quasi réaliste » lui avait indiqué l’endroit où il vivrait au milieu de créatures mystiques. Il y détaille le songe, en se montrant assez précis sur l’homme. Il raconte sa discussion avec lui en des termes qui frise l’ironie. L’homme l’a nommé second disciple de la confrérie du silence, et s’est vu offrir des femmes avec qui il ne lésine pas sur la précision de ses ébats. Petrov m’en avait parlée, cet homme vivrait dans la ville abandonnée au milieu des radiations qu’il supporterait avec ses rites et ses démons à qui il rend des services et dont la réciprocité lui octroie un privilège, celui d’être exceptionnel, d’avoir des pouvoirs. En somme, il aurait vendu son âme pour quelques soi-disant miracles. Il en est ainsi, l’homme veut toujours une distinction supérieure, unique, la fameuse singularité. Un désir d’être Dieu ? Ma foi… Quoi qu’il en soit, Petrov avait décidé de sonder cette bourgade satellite de Tchernobyl. Et il ne cachait pas son inquiétude tant c’était extrêmement dangereux. Il redoutait davantage la menace que pouvait faire craindre des hommes sauvages, isolés dans le vide et réuni dans la fuite. On dit qu’il y aurait quelques centaines de personnes disséminées dans toute cette région, avec une propension inédite pour l’inhumanité. Une sorte de refuge d’aliénés.

Sans me regarder au milieu de ce qui est devenu une cour végétale, sous ce toit crevé où le ciel était maquillé d’épais nuages gris et grumeleux, il regardait le sol en me lançant d’un ton grave et banal : « A vos risques et périls ». Sarah et moi, eûmes un air hypnotique, un flottement dans le temps avant de hocher la tête, comme si une énergie assez étrange, mystérieuse, quatrième dans notre conversation, nous poussait à dire un « oui » lourd, sans ressentir la menace des conséquences qu’une raison vous ferait admettre immédiatement. Nous étions anesthésiées, et l’ampleur des ténèbres qui nous attendaient, nous paraissait insignifiante. Petrov soupira et nous proposa de nous équiper, nous partirons demain matin à 5 h 00, afin d’éviter que la nuit puisse rogner le peu de jour qu’un automne voudrait bien laisser à notre investigation par ces latitudes.

Je décelais un vrai désir de vengeance qui pouvait se lire dans les yeux du commandant. Il y avait assurément dans son regard un esprit sanguinaire, avide et dénué d’âme. Un regard forcé, figé sur la pierre lisse qui comme voulant le percer, se concentrait dans l’obscurité. L’homme tué lui appartenait, il semblait être ici question d’honneur. Et Petrov déteste avoir tort. On lui avait pris son droit de commandement sur un homme. On lui avait pris une part de son pouvoir. De sa force. C’était personnel à présent.




3 Commentaires


Réaction 1: Chouette, le retour de Circéenne.

Réaction 2: Hooray, le retour des Sous-sols.

Réaction 3: Oh my god, l'ombre du satanisme.

Je me régale les yeux, les oreilles et l'esprit.

:happy:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Réaction 4: Attention, sauve bien le texte, car il pourrait disparaître du forum cf. le topic maintenance.

mellow9wl.gif

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant