)o(

  • billets
    45
  • commentaires
    45
  • vues
    11 537

Il est arrivé.

Criterium

43 vues

Il se réveille lentement, sans sentir son corps. Seules les paupières s'étaient animées. Devant lui, l'entrée du petit chalet, tout en bois; les étagères à un côté, la porte en face, une ouverture vers la pièce attenante à l'autre côté, à sa droite. En haut de la porte, un petit rectangle de verre triple-vitré laisse apercevoir le jour naissant — encore sombre — en pleine tempête de neige. Quelques flocons s'accrochent à la vitre. Est-il donc encore vivant? Il tente de mouvoir ses membres: c'est difficile, il sent l'inertie fantastique qui enveloppe encore son corps. Le froid; les courbatures. Une partie de ses vêtements s'est gelée durant sa marche désespérée de la veille. Lorsqu'il se relève, il entend cette glace craquer; et là où il se tenait, les planches du sol sont encore humides à cause de la neige fondue qu'il a amenée sur lui. — Le froid à l'intérieur reste supportable; l'isolation thermique du chalet est très bonne - il lui doit certainement la vie. Il ressent cependant un nouveau vide — tout au fond de son être, une sorte de griffe qui lui enserrait les entrailles: la faim.

Alors il fait quelques pas pour réveiller petit à petit tous ses muscles endoloris; et seulement maintenant débute l'exploration du refuge. L'entrée n'est qu'une petite pièce, pensée presque comme un sas. À côté, il entre dans une pièce oblongue; il y a des banquettes de bois affixées à deux murs, formant un L; sur celles-ci, des couvertures à carrés rouge, blanc, orange. En face, quelques coffres. Sur le mur le plus proche, une autre fenêtre triple-vitrée laisse voir au-dehors l'étendue blanche et désolée du désert de neige — jusqu'à l'horizon, que l'on ne peut maintenant que deviner: la tempête glaciale redouble... Il grelotte devant le spectacle. La table affixée devant la fenêtre devait être utilisée comme un bureau, ou un poste d'observation. Au milieu de la pièce, à côté des banquettes, une table basse. — L'homme avance jusqu'à une nouvelle ouverture, menant à une autre pièce, faisant office de bureau et de chambre. Celle-ci est plus petite, étroite; le mur du fond est pourvu de quelques poignées: il s'agit d'un lit mural, que l'on peut mettre en position simplement en le tirant fermement vers soi. Ouvert, il occupe presque toute la pièce; fermé, l'on obtient un bel espace. Dans le mur d'en face, une alcôve dans laquelle des étagères ont été installées; celles-ci contiennent draps et literie. Il y a également un bureau en bois, et c'est seulement sur celui-ci que l'on décèle enfin des objets moins impersonnels: une rangée de livres; des romans d'exploration. À côté, dépliée, une carte topographique de la région au 1/25 000. Sur celle-ci, un calque est disposé, sur lequel ont été tracées - par une main clairement expérimentée - les lignes de relief: crêtes et thalwegs, ainsi que quelques points correspondant à des sommets montagneux. Un dernier objet a été laissé là sur le bureau: une longue chaînette en argent, supportant une gemme — un œil-de-tigre taillé en pointe: un pendule... Tous les tiroirs du bureau sont fermés à clef.

La dernière pièce s'ouvre dans un coin de la chambre: une salle de bains très étroite. Le sol est surélevé, toute la pièce du plancher au plafond a été doublée par du plastique, pour retenir l'eau. Il n'y a qu'une douche, un lavabo et une étagère; sur celle-ci, de petites corbeilles pour l'organisation. — Il fouille celles-ci, peut-être peut-on en deviner quelque chose à propos de l'occupant du chalet. Peigne. Gel douche. Shampooing. Conditionneur. Coupe-ongle. Ibuprofène. Aspirine. Lexomil. Mélatonine. Une quantité impressionnante de somnifères. Coton-tiges. Brosses à dent. Dentifrice. Vernis à ongles. Brume corporelle. Rasoir (féminin). — L'occupante, donc.

Sa faim redouble... il revient dans les autres pièces et se met à fouiller partout, dans les coins, et au sol, à la recherche de n'importe quoi... Après quelques longues minutes, il aperçoit quelque chose sous le bureau. Qu'est-ce que cette pochette oubliée sous le meuble? Il glisse la main et l'attrape laborieusement. C'est un petit paquet de viande séchée communément appréciée par certains randonneurs. Il l'ouvre aussitôt, malgré la date de péremption expirée depuis quelques mois. Les morceaux ont un goût poussiéreux, qui lui semble pourtant fantastique — une telle faim rendrait même le caoutchouc délicieux. Il dévore ainsi tout le paquet en un instant.

— C'est seulement alors qu'il sent ses pensées s'éclaircir quelque peu, son cerveau se réveiller. Avait-il rêvé?

Il ne se souvenait que d'une abysse noire et froide.




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant