)o(

  • billets
    46
  • commentaires
    45
  • vues
    11 852

Le village. (7)

Criterium

70 vues

Partie 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

Nos coups de fourchettes résonnaient dans la salle oblongue, et se mêlaient à ceux des tables voisines. De l'extérieur, il n'en avait rien paru, mais dans ce petit restaurant se donnaient manifestement rendez-vous un bon nombre des villageois. Ce lieu était lui aussi pittoresque. Ici, pas de carte; sur un tableau noir était écrit, à la craie en lettres d'écolier, les deux plats du jour, les deux entrées et l'unique dessert. Derrière le zinc, un autre tableau, celui-ci inchangé depuis longtemps - sans doute jamais effacé - recensait la carte des vins et spiritueux. L'on entendait les bruits de verres que le propriétaire était en train de laver, derrière le comptoir.

Une femme brune, d'allure agréable, trentenaire, nous avait servi. Elle avait des mouvements dynamiques, cette vie contrastait avec le repos que l'on voyait autrement au village... Je remarquais bien, d'ailleurs, les regards des anciens s'éclairer lorsqu'elle s'approchait, comme si cette vie s'était en quelque sorte communiquée à eux et avait ravivée leur flamme. Je me dis que c'était sans doute tout à fait le cas, étant donné que les interactions sociales sont nécessaires à la vie, physiquement. Certainement, ce dynamisme leur redonnait de l'énergie. Et, d'une certaine façon, comme ces émotions sont transmissibles, nous nous sentions bien, nous aussi. — J'avais opté pour une salade de poulet grillé, au parmesan et aux noix. Nous dégustions un verre de vin rouge de la région, robe sombre, capiteux et long en bouche. C'était délicieux.

Plusieurs fois j'avais senti les regards des autres se poser sur moi; je n'avais pas la sensation qu'ils étaient hostiles, mais surtout curieux de ma visite. Que faisais-je attablé avec le gendarme Jean? À une table, je vis l'artisan ferronnier que j'avais rencontré la veille, et nous nous saluâmes. Certainement ses comparses allaient lui poser un torrent de questions dès que nous finirions notre repas. —

Une fois rassasiés et dehors, nous nous mîmes d'accord sur le reste de la journée. Jean était resté un instant à l'intérieur pour passer le mot à l'artisan-ferronnier quant au fait de se redonner rendez-vous ce soir à la mairie. Nous avions maintenant toute l'après-midi pour rencontrer quelques autres anciens. Quelques-uns étaient encore dans le restaurant, mais nous préférions leur parler un par un; c'est également plus aisé, de cette manière, de guider quelqu'un dans sa conversation avec quelques allusions, et il se confie plus volontiers. — Nous nous dirigeâmes vers une maison proche, au bout de la rue où nous étions. De la façade ne se dégageait pas la même impression d'un autre temps, comme ç'avait été le cas pour les bâtisses de la ruelle où habitait le maître d'école; là, les volets avaient été récemment repeints, la porte vernie... Le gendarme me dit qu'habitait là un ancien du village assez original. Il avait été chercheur — chimie, physique ou biologie, Jean n'était pas certain — et avait travaillé en ville, revenant les fins de semaine. Maintenant retraité, il restait au village et s'était découvert une nouvelle passion pour les papillons. On le voyait souvent çà et là, avec un appareil photo et un carnet de notes, à l'affût de nouvelles observations. — Nous avions tapoté à la porte mais aucune réponse ne se fit entendre. Nous attendîmes encore un moment; finalement, alors que nous nous apprêtions à partir, la porte s'ouvrit lentement et nous vîmes une femme sur le seuil. Elle nous regardait avec des yeux fatigués; de larges cernes y étaient creusées. Elle devait avoir 45 ans à peu près, l'on lui aurait donné moins si elle n'avait pas eu ce visage épuisé. Je ne savais pas s'il s'agissait là de son aspect normal ou si nous venions de la réveiller d'une sieste — j'hésitais: devais-je m'excuser? En reconnaissant Jean, elle esquissa un sourire. Même celui-ci était fin, n'avait mobilisé que peu de muscles; l'on sentait sa fatigue posée comme un masque sur son visage. Elle nous demanda si nous cherchions François. — Celui-ci était sorti avec ses appareils, sans doute avait-il profité du beau temps pour courir champs et collines à la recherche de nouveaux spécimens à observer. Nous la remerciâmes.

— Nous nous étions alors dirigés à l'orée du village, peut-être pourrions-nous l'apercevoir. La forteresse montagneuse tout autour du village fonctionnait presque comme un amphithéâtre, il était possible d'observer dans toutes les directions à une belle distance, à part là où les bois et la forêt recouvraient les pentes. Et, effectivement, nous aperçûmes plus loin, à l'adret, la silhouette d'un homme en tee-shirt jaune - il était en train de prendre des photos, s'immobilisant, faisant deux pas de côtés, puis se penchant à nouveau sur son appareil. Nous nous approchâmes un peu, sans venir à sa rencontre - de peur qu'il fût occupé par un papillon que nous ne voulions pas faire fuir - mais suffisamment proche pour qu'il pût se rendre compte de notre présence. Un instant plus tard, il se releva et nous aperçut. Il nous salua et nous rejoignit.

Il arrive.

— "Bonjour messieurs!", fait-il d'une voix étonnamment grave, et un peu rauque.


   Alerter


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant