• billets
    30
  • commentaires
    76
  • vues
    20 920

Morphée-ine

Loopy

62 vues

Ne cueille pas cette fleur, fragile Vivante.

Aux désirs des entrailles elle ne servira pas.

Laisse la en paix, Belle, fraîche et flamboyante

Aux milles couleurs. Tends ton cœur, écoute là.

Sent sa petite présence emplir ton être.

En ces heures où gouvernent trop les paraîtres

Oubli un peu les étranges manèges tournoyants

Dans le regard de la fleur éclose - Envoûtant.

Étend toi près d'elle, avec délicatesse.

Cherche aux cieux les réconforts à ta détresse,

Dans l'argent d'une lune éteinte. Inspire lentement.

Ta résistance est vaine, dans tes veines maintenant

Coule le courrant chaud des ivresses enfouies.

Qu'importe. Expire la douleur et part avec lui.


   Alerter


5 Commentaires


Commentaires recommandés

Tu vois, je suis en train de me dire qu'actuellement, je ne saurais plus écrire un poème, et encore moins un poème qui sonne aussi bien que celui-là.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je pense qu'un poème ne sonne pas, il résonne... Et comme tout ce qui résonne, il y a des hauts et des bas, des fois on n'est juste pas inspiré, d'autres, nous sommes ivres !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Oui pour moi ce poème résonne, c'est vraiment le mot. Résonne-t'il pour tout le monde de la même manière ?

Probablement que non, pas vraiment. Est-ce que plus nous sommes "vide" à l'intérieur plus il y a de vibrations ?

En tout cas joli poème Loopy. (comme souvent)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant