• billets
    109
  • commentaires
    741
  • vues
    435 623

!

Jedino

43 vues

J'me suis dit : "et si tu écrivais une histoire, ces trucs un peu chiant". Mais pour raconter quoi? Ma vie? Je sais bien que la mode consiste à tout dire sur soi et à s'imaginer, en plus, intéressant. "J'avais treize ans, j'ai eu une mauvaise note, j'ai été traumatisé." Merci, vraiment. Voilà ma vie changée. Une histoire? Tout a déjà été chanté. Il suffirait de se souvenir un peu. Et quand l'un parvient à trouver l'infime qui n'a pas été abordé, il est hué, mis en cage, et expédié assez loin pour ne déranger personne. Des idées? Mieux vaut encore jouer aux cartes. Flaubert n'avait pas tort : l'idéal serait d'écrire sur rien. Voilà une source inépuisable, une terre inexplorée et fertile. Seulement, comment écrire sur rien, sinon en n'écrivant pas? Les plus grands poètes seraient-ils ceux qui, plutôt que de l'écrire, la font vivre à travers eux? Une poésie vivante, mouvante, faisant éclore des amours et des peines? Allons, essayons.

Z. ne voulait pas autre chose que s'ennuyer, aujourd'hui. Et comment mieux s'y prendre qu'en s'adonnant à l'inactivité? Il trônait sur son banc comme un monstre sur la peur. Tout son zèle finissait dans cet enseignement de patience et de beauté. En philosophe, il songeait à ce qu'était la vie, en ce qu'elle se définissait par son mouvement, par l'action. Peut-être se trompaient-ils. Peut-être que la vie tenait davantage dans le retirement de sa nature, de son inclination à toujours s'agiter. Erreur! s'indigna sa volonté. Penser est déjà se tromper, poser le premier jalon du faire. Alors, cessons. Il était assis, il regardait sans regarder. Cela était de trop. Il ferma les yeux. Se mît droit. La vue s'était tue. Si les bruits agressaient ses tympans, il en oubliait la contenance et la provenance. Son ouïe ne voyait plus. Sa bouche, fermée, ne goûtait pas la saveur d'un air pur et corrompant. Ses narines, éteintes, manquaient de respirer. Et, enfin, son toucher, qui flirtait avec le sol et le bois, s'estompait à mesure qu'il quittait ce monde.

Arrêtons. Cela est faux. Parler de quelqu'un, c'est déjà parler de quelque chose. Je ne vois qu'une solution, radicale, pour s'en approcher.

Le caillou se tenait là, immobile, attendant avec apathie que le temps érode son dos. Il est vrai qu'il souffrait grandement de sa condition, usé qu'il était par les innombrables écrasements qu'il subissait depuis les centaines d'années qu'il trainait là. Elle l'avait pourtant déplacé, depuis, le mettant un peu de côté par rapport au chemin. Mais enfin, tout ceci n'était plus de son âge. Il laissait volontiers sa place à la jeunesse qui tardait à venir. Pourquoi? Il l'ignorait. En réalité, il ne pouvait pas même y songer. Je ne compte pas parler pour lui pour autant. Il a choisi ce qu'il a choisi. D'ailleurs, alors que je me promenais rêveusement en forêt, il m'expliqua, à mon passage, qu'il attendait son heure. C'est là que je pris conscience que plus nous bougeons, moins nous durons. Plus nous y pensons, moins nous le supportons. Je lui proposais d'écrire sa vie. Il me répondit qu'il n'en avait pas à conter, que toutes ces choses n'étaient bonnes que pour nous, les êtres à pieds. J'insistais cependant, et il me fit une concession, le résumé d'un millier d'ans : ma vie est attente. Je compris alors que j'étais bien parti pour durer, moi aussi.


1 personne aime ça


12 Commentaires


"J'avais treize ans, j'ai eu une mauvaise, j'ai été traumatisé."

Une mauvaise quoi ? Déjà que tu ne fais plus d'effort sur les titres, voilà que tu ne daignes même plus taper tous les mots de ta phrase. Je me fais du souci pour toi, Jedino. :(

J'aime beaucoup, cependant.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Hahaha! EN-ORME! J'aurais pas cru que mon rejet des notes irait jusqu'à exclure le mot auquel j'ai pourtant pensé! :smile2:

C'est gentil.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

les innombrables écrasement qu'ils subissaient

Non mais c'est trop facile la compétition en faisant des fautes, hein ! :rtfm:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Fais pas c****! :sleep:

(D'ailleurs, works me disait qu'il y en avait une! :D )

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Manque de bol, y'avait 2 fautes... usé qu'IL était par les innombrables écrasements qu'IL subissait

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Et n'oublions pas les fautes de syntaxe ! En français, les signes de ponctuation doubles (points-virgules, points d'interrogation, etc.) sont suivis ET précédés d'un espace. Je le précise parce que c'est une faute syntaxique récurrente et facile à corriger. Si, comme Tequila, j'étais un ayatollah de l'orthographe toujours disposé à faire un inventaire de fautes d'orthographe, j'indiquerais également qu'il manque un S au dernier mot de la première phrase, mais je ne suis pas un ayatollah de l'orthographe. sleep8ge.gif

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Mais tu sais ce que je lui dis, à la syntaxe? Qu'elle aille se faire voir, avec ses espaces :D

Puis pour l'orthographe, vous me gonflez! Je vais finir par me relire!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Voilà comment on est traité : on corrige bénévolement des fautes, et l'heureux bénéficiaire nomme ceci prise de tête. Et moi qui pensait qu'internet était l'outil qui permettrait de rapprocher les peuples et les hommes de bonne volonté, me voici bien marri...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

@ konvicted : après ta fameuse élision hallucinante et volontaire d'un S à la deuxième personne du singulier (je n'en dors plus la nuit) tu ne devrais pas trop la ramener. :hehe:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Hahaha! Tequila, ton acte de charité te sera rendu, tôt ou tard! Pas par l'être criard qui est en face de toi (enfin, à pas mal de kilomètres, mais nous nous comprenons, je pense), mais par un être généreux et beau!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

@ konvicted : après ta fameuse élision hallucinante et volontaire d'un S à la deuxième personne du singulier (je n'en dors plus la nuit) tu ne devrais pas trop la ramener. :hehe:

Ça s'appelle une licence poétique, madame. :sleep:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant