Aller au contenu
  • billets
    188
  • commentaires
    1398
  • vues
    778169

Bonnet phrygien, phrygien bonnet

konvicted

258 vues

Bonnet phrygien, phrygien bonnet

I

Personne ne saurait nous prendre en main,

C'est à celui qui nous laisse tomber

Sans voir la faute alors lui incomber

Et hier n'est pas pire que demain.

Deux mains maladroites pour chef d'orchestre,

Gauches, parkinsoniennes, arthritiques,

Dans des gants de cuisine siliconiques,

Le système entier est ambisenestre.

Sinistre jeu de chaises musicales

Auquel le peuple perd à chaque fois

Sans jamais vouloir arrêter : "Pourquoi ?

Ces pontes-là sont vraiment amicales !"

Des potes despotes et branquignols,

Un peu d'recul et la vue est sublime,

Admirez un peu la mise en abyme,

Des pantins contrôlés par des guignols.

II

Chuis pas de ces connards qui vont aux urnes *,

J'aurais le sentiment d'aller aux putes,

Et en plus sans accréditer mes burnes,

Mais des incapables qui se disputent

Comme des gamins ou comme des chiens

Le droit de cuissage sur Marianne,

Doutant de leurs intentions, je m'abstiens,

Y a un nœud coulant à leur fil d'Ariane.

Je ne suis ni disciple ni apôtre

Pour suivre un gourou comme un benêt ;

Une bande de cons ou bien une autre,

C'est bonnet phrygien et phrygien bonnet.

* Renaud, dans Où c'est qu' j'ai mis mon flingue ? :

"C'est pas demain qu'on m' verra marcher

Avec les connards qui vont aux urnes

Choisir qui les f'ra crever,

Moi, ces jours-là, j' reste dans ma turne,

Rien à foutre de la lutte de crasse,

Tous les systèmes sont dégueulasses."



Annonces
Maintenant

8 Commentaires


Commentaires recommandés

Pour jouer sur les deux sens du terme "burnes". Aller aux putes accrédite mes burnes ("je" est un autre), aller aux urnes accrédite les politicons qui sont également des burnes (dans le sens d'incapables), mais certainement pas les miennes.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

C'est moi qui te remercie d'avoir posé la question. :)

Je suis content que tu aies fait attention à ce détail. J'ai bien fait d'éditer mon billet quand je me suis rendu compte que l'italique n'avait pas été conservé par le copier/coller.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

C'est ironique ? (Il me semble que c'est plutôt en premier vers qu'il est commun de foutre le titre, mais je suis tellement inculte en poésie que je n'en suis pas certain. :|)

En tout cas, c'est assez courant chez moi, même si ça faisait un moment que je ne l'avais pas fait.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Conventionnel, non. Enfin, si on veut. Disons que de nombreux poèmes de cette époque-là étaient sans titre, et donc, pour changer cela, la postérité a décidé de prendre le premier vers, ou une partie de celui-ci.

Je ne dis pas le contraire, jeune homme! :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×