Aller au contenu
  • billets
    110
  • commentaires
    746
  • vues
    437 119

Quoi que, hein!

Jedino

415 vues

Le bonheur est un vieux problème. Depuis tout petit, il y a cet apprentissage des choses les plus simples, des goûts les plus précieux. Pas directement, crûment, mais progressivement. C'est là le but de l'éducation que de préparer au reste d'une vie en l'endroit où nous sommes. Mais, rien n'indique comment parvenir à ce mot, à cet état, qui devrait, à l'entendre, nous mener à un petit monde qui serait idéal pour nous. Est-il plaisir? Possible. C'est souvent ce que nous entendons. Une accumulation longue et importante de plaisirs qui permettent d'embellir notre existence. En cela, il n'est qu'un synonyme de plaisir. Il n'a pas lieu d'être. Est-il une forme de plénitude, d'état de satisfaction supérieur, presque divin, qui amortirait infiniment notre faim? L'idée n'est pas idiote, mais l'idée est irréalisable, impossible. Le bonheur ne serait que spéculation. Et que nous apporte la spéculation? Rien, sinon de nous tromper. Est-il absence de désir? Désirer, c'est amener à prendre plaisir. Et un bonheur sans plaisir me semble difficile à concevoir. D'autant plus qu'arrêter cette machine qui fait, quelque part, notre essence, ce n'est pas comme arrêter le moteur d'une machine. Il nous manque le bouton off.

Non, je crois qu'à lui courir ainsi derrière, nous ne pouvons que sombrer dans l'erreur. Le bonheur, ce n'est pas ce truc un peu imprécis et tellement désirable qu'il faut attraper à n'importe quel prix. Ce n'est pas non plus celui qu'il faut mépriser. Au fond, il représente tout et rien, à la fois. Il est un vide tellement plein. D'où la bêtise de vouloir s'en abreuvoir, puisqu'il n'y a pas matière à nous satisfaire. Oui, je crois bien que la leçon que ce farceur aimerait nous apprendre, c'est qu'il ne sert à rien de désirer à en souffrir ce dont nous n'avons nullement besoin. Parce que, en quoi consiste-t-il? N'est-il pas une simple idée, un de nos délires abrutis voulant nous faire passer pour des êtres ayant un besoin autre que ceux des animaux? Peut-être en doutez-vous, mais moi, je n'y vois qu'une velléité pour prendre distance avec ce que nous n'assumons pas. Nous avons besoin de manger, boire, et dormir. Soit. Pourquoi faudrait-il davantage, pour être heureux? Evidemment, cela n'est pas plus, cela n'est pas mieux. Mais, partir à la quête de ce qui n'existe pas, cela ne peut résulter que deux choses : la peur d'être ce que nous sommes, à savoir des animaux, ce qui n'a rien de péjoratif, même si nous en doutons parfois, ou la volonté de se détruire, donc de connaître la douleur, et de pouvoir s'en plaindre. Quoi qu'après, je peux comprendre qu'on craigne cela. Il n'est pas facile pour tout le monde de redescendre au niveau où il devrait être. Quand on est au-dessus, quand on a le pouvoir, redevenir commun peut être difficilement supportable. Bref, si vous souhaitez être heureux, le mieux à faire, c'est encore de ne pas y penser. Vous verrez, on s'y laisse prendre avec faiblesse et facilité.


   Alerter


4 Commentaires


Commentaires recommandés

j'aime bien cette idée de se laisser faire par le bonheur,

parce que c'est vrai que de se faire violence pour arriver au bonheur,

de se dire, tant que je n'ai pas ça (souvent du materiel) je ne serais pas heureux,

tant que je ne me serais pas mis un scotch sur le coin du sourcil, avec une boucle d'oreille, je ne serais pas heureux.

et je suis d'accord, sur l'idée des petits bonheurs de la vie, quand on ne sait pas ni se contenter, ni apprecier les petits bonheurs de la vie, comme un lever de soleil, un chant d'oiseau qui culmine en haut d'une branche, d'un parfum, d'un sourire.

On passe à coté de quelque chose de grand, et je crois que c'est notre aptitude à profiter de ce bonheur, à saisir ce bonheur, même si c'est un petit bonheur, qui peut plus tard nous permettre d'apprecier et plus encore saisir un plus grand bonheur quand il se présentera.

donc je plussoie donc, même si je pense que le bonheur est une quete donc en poursuivant cet ordre d'idée, c'est à dire qu'il faut le chercher,

que le bonheur, ce n'est pas le prince charmant pour une jeune fille seule, ou un trésor pour un pauvre, c'est une réponse personnelle à ce qu'on est au fond individuellement.

je pense comme toi, qu'avoir une idée large du bonheur, plus une optique, un horizon, qu'un objet fixe, permet d'avoir plus de chance de l'obtenir.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Si ce n'est que je voulais dire qu'il ne fallait pas avoir d'optique pour l'être, ou ne pas l'être, ce qui revient au même.

Mais, merci x)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Le bonheur ne dur qu'un instant. Il ne prévient pas quand il vient, c'est pourquoi on ne le saisi pas toujours, parfois on passe à côté. Quand on y prête attention il ressource. Finalement, ce sont tous ces petits bonheurs autour de nous qu'il ne faut pas louper :bo:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité