• billets
    109
  • commentaires
    741
  • vues
    435 615

Houpla!

Jedino

119 vues

Penser à quelqu'un c'est un peu faire son mal en désirant un bien, c'est songer à ce que tu pourrais connaître si tu te levais utilement ce matin. Mais, il faut bien l'admettre, ce n'est pas facile de se réveiller et de se dire qu'aujourd'hui, on va être autre chose que rien. Ca demande une certaine réaction à l'inaction. Donc c'est fatiguant. Et, ce qui est fatiguant est chiant. Voilà un principe psychico-physique inéluctable, non?

Vraiment, réfléchir, c'est un truc génial, dans le fond. Tu as l'impression de refaire le monde alors que tu ne sais pas même faire ta vie. Ca te donne le sentiment de ne pas être un raté quand tu n'es que bon à rien. Oui, j'insiste sur ce terme. Sincèrement, je trouve assez pitoyable ce besoin de se sentir grand et puissant par la pensée qui veut que la pensée est chose immense. Une sorte de compensation de notre petite situation. Non parce qu'en vérité, nous sommes à ce point doués que nous n'arrivons pas même à contrôler le peu que nous ayons. Voilà la grandeur de l'homme.

Je me sens presque intelligent à écrire ces bêtises. L'impression de dire du sensé donne une telle satisfaction qu'on se rend à peine compte de son côté dérisoire. Je ferais mieux d'être bouffé. Ou ridiculisé. Ou ignoré. Quoi que ça, on sache le faire. Divinement bien, même.

L'idéal, c'est finalement de finir fini, inutile et brisé. La valeur d'une vie n'apparaît qu'au moment où elle n'en a plus. Effectivement, je suis en train de raconter qu'un suicidaire connaît mieux la vie qu'un idiot heureux. Et, en effet, je ne comprends pas comment on peut en douter. Un type qui s'amuse avec le bonheur est à côté de la plaque, pour moi. Non pas qu'il ait tort d'être égoïste. Il est comme ça. Juste qu'il a tort de ne pas vouloir le partager avec les autres. Oui, je me contredis. Et, oui, c'est logique. Il faut juste le transposer dans deux cerveaux fondamentalement différents. L'un idiot, l'autre très con.

Ce qui m'embête, c'est que je ne parviens plus à écrire des histoires. Donc, je me répète à côté. Je décris les mêmes idées en changeant les mots. Remarque, ça compense un peu la part importante de blanc sur la page. Remarque aussi, il y a toujours plus de blanc que de noir. Je n'aimerais pas spéculer sur ce que ça peut signifier, mais je dirais que l'écriture a cela d'insignifiant qu'elle ne sait pas même combler à moitié le vide. Le plus drôle, c'est que ce vide, on le demande : il nous fait du bien. Le poids du noir est trop important. Pourtant, le noir, c'est l'absence de couleur. Mon dieu, c'est paradoxal! Je n'ai pas envie de le déchiffrer. Mais apparemment, l'absence nous porte facilement sur le coeur.

Pour des êtres vides, nous sommes sacrément remplis. Dommage que ce qu'on y met soit tellement vide.




2 Commentaires


A mon tour de te rendre visite,

Délicat et intéressant sujet, la notion de vide, que faire de son existence, noircir des feuilles blanches, laisser des traces ?

suis plus du soir, je reviendrai te lire au coeur de la nuit ...:)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Oh, c'est gentil.

Et, effectivement. Ma foi, je m'y suis risqué. Je ne sais pas vraiment ce que cela peut valoir.

Puis, pas de soucis. C'est sympa' d'être passée, et de souhaiter repasser :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant