Le blog d'un normand

  • billets
    81
  • commentaires
    89
  • vues
    30 791

Dans la nuit

Invité

33 vues

Dans la nuit

Alors que la nuit tombe

que le soleil a enfilé son beau pyjama rouge

que la mer se retire pour la nuit

on voit la lune apparaître

et surtout une voix dans le lointain se fait entendre

d'abord timidement plus de mieux en mieux

cette personne chante le blues,

la musique qui vient du coeur

qui exprime le mieux nos sentiments, nos envies, nos désespoirs

et ce soir j'en ai du désespoir

je suis seul sur cette plage

je contemple la mer

il reste des constructions de sable,

généralement des chateaux

que les enfants ou la mer

voire les deux

n'ont pas totalement détruit

des trous de ci de la

à se demander à quoi ils ont pu servir

de piscine, d'enterrement de personnes ou bien de bains de pieds

au choix

et moi je m'allonge là

je suis très mal

j'ai mal à mon âme,

cette voix se rapproche de moi,

pas de musiciens pour l'accompagner

juste cette voix mélodieuse et envoutante

je serre dans mes mains un camion

jouet oublié par un enfant

dommage pour lui

pourquoi la vie est-elle si injuste ?

pourquoi des gens ont tout et d'autres pas grand chose ?

pourquoi cette inégalité ?

qu'ai-je fait pour mériter ceci ?

pourtant je ne pense pas être odieux !!

alors pourquoi ?

j'étais là au mauvais moment au mauvais endroit

avec la mauvaise personne

maintenant trois enfants sont malheureux, un à lyon

deux dans le sud

je ne voulais pas ça

tiens c'est bizarre une corne de brune se fait entendre dans le lointain

il y a des étoiles, certaines plus brillants que d'autres

je n'en reconnais aucune

maintenant la lune s'est levée et le soleil est parti se coucher

pourvu qu'il ne ronfle pas, quoique il est si loin

que je me doute qu'on ne l'entendra pas

de nouveau cette corne de brune

j'entends de nouveau cette voix

elle a repris son souffle

la mélodie a changé maintenant c'est plus lent,

genre un slowe

mais toujours sur un rythme de blues

la mer vient me lécher mes pieds nus

mes chaussures sont par là

dans la nuit noire

je ne les vois plus

je marcherais pieds nus pour rejoindre mon lit

on vient me proposer des paradis artificiels

que je refuse poliment mais fermement

pas besoin de ça

ma vie sera toujours merdique après et je l'accepterais toujours pas

et pourtant j'ai pas le choix

je me lève, époussette le sable sur mon pantalon en lin blanc

je retrouve mes chaussures

je me dirige vers la sortie

je vais manger une glace pour compenser ma malheurs

après je ne m'étonnerais plus de mon poids

je choisis une double chocolat, il parait que c'est bon

cela contient du chocolat

mais pour les caries je m'en soucierais demain

pour l'instant je pleure sur moi, sur ma vie

je mange une glace arrosée de mes pleurs

des gens passent et me regardent surpris

je me tourne pour ne pas les voir

pas envie de jouer à la bête curieuse

mon dos a des subresauts de douleur

de douleur à l'âme

et je crois qu'aucun docteur n'y pourra rien faire

à moins de me bourrer de médocs et de m'enfermer dans un hp

ce que je ne souhaite pas

est-ce la solution pour moi ?

est-ce la bonne issue pour ma vie ?

au jour d'aujourd'hui, je n'en sais rien

de toute façon je ne sais plus rien

juste que je mange une glace sur un muret

dans cette station balnéaire du sud du pays

je m'essuie la bouche, je me lève et repars vers mon destin.


   Alerter


15 Commentaires


Commentaires recommandés

Il y quelques phrases vraiment très fortes et qui se démarquent du texte sombre par leur joliesse, ce que j'aime beaucoup.

Par exemple: "je choisis une double chocolat, il parait que c'est bon cela contient du chocolat" qui donne un ton enfantin et léger, au milieu de cette obscure "nuit noire", ce qui force l'admiration.

Ou encore: "je mange une glace arrosée de mes pleurs" que je trouve magnifique sans forcément réussir à me l'expliquer. L'image est simplement belle.

Bravo et bonne continuation.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

merci kégé de ton approbation, je reconnais que je suis assez fier de ce poème

pour karbo j'en sais rien, j'écris ce qui me passe par la tête et ce jour là j'avais envie d'écrire

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Ok, je me demandais si je devais faire une critique du poème ou non. Je m'abstiendrai donc...

Ne reste qu'une chose à dire : bonne chance, et courage.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

tu fais comme tu sens en fait

merci mais c'est dur à vivre et surtout de manger une glace arrosée de pleurs, remarque tout ce que je mange est arrosé de pleurs

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

«je suis seul sur cette plage

je contemple la mer

il reste des constructions de sable,

généralement des chateaux

que les enfants ou la mer

voire les deux

n'ont pas totalement détruit»

Je trouve ce passage très beau. Je supprimerais bien "voire les deux" (laisse-nous hésiter, quoi ! :)) mais l'image est belle. Elle est juste. En fait, je trouve que tu utilises de bonnes images, mais que tu as des faiblesses stylistiques. Le ton enfantin est contredit par endroits par une syntaxe trop complexe (trop de subordonnées par exemple). Sinon la simplicité des objets que tu évoques est contredite par des expressions beaucoup plus prosaïques, bien spécifiques, bien concrètes, ce qui casse la dynamique naïve, merveilleuse (au sens où les contes sont merveilleux), onirique du reste du texte ; j'aime ces ruptures dans l'atmosphère, ça fait l'effet d'un brusque retour au terre-à-terre. Cependant, ces termes sont parfois mal introduits dans le texte (je pense au "bain de pied") et c'est dommage, car le procédé a de puissants effets. Enfin, il y a des détails à fignoler Par exemple, pour la glace "arrosée de larmes", tu pourrais jouer sur le vocabulaire spécifique ; on n'arrose pas une glace, on la nappe. Une "glace au nappage larmes" ou quelque expression de ce genre rendrait, je pense, la substitution des larmes au chocolat plus saisissante. Les termes se superposeraient dnas l'esprit du lecteur (des larmes là où il ne devrait y avoir que du chocolat...). En somme, j'aime beaucoup les images, mais je trouve que techniquement, le texte pâtit d'imprécisions.

En dehors de l'aspect littéraire... qui au fond n'est pas le plus important... J'ai bien trop conscience de ne pas savoir ce que ça fait, ce que tu vis, et je ne sais pas trop quoi te dire, si ce n'est de ne pas te laisser abattre. On voudrait les absents toujours plus près de nous, on voudrait être capable de se réjouïr des moments partagés sans être triste quand ils s'en vont... Fais ce que tu peux au mieux, et résigne-toi pour le reste, c'est la seule réponse que je puisse te faire.

J'espère que ça s'arrangera pour vous.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

alors oui je me relis pas, oui j'écris comme cela vient, oui j'ai bien conscience que en travaillant mon texte, je pourrais en sortir quelque chose de mieux, entièrement d'accord avec toi, merci pour toutes ces précisions

alors non cela ne s'arrange pas du tout, c'est même de pire en pire mais bon c'est la vie

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Philippe du webe, j'avais pas lu ce poème-là.

Putain, t'as du talent mon salaud !

Ce serait cool si tu pouvais continuer à nous chanter ta petite musique de blues !

Et une deuxième : :give rose"

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant