Aller au contenu

  • (2 Pages)
  • 1
  • 2

Note : - - - - - Ron Paul : les USA virent au fascisme !

20 février 2012 - 15:37 #1

0
(traduction Google)

http://rt.com/news/a...m-ron-paul-705/

Le candidat présidentiel républicain Ron Paul a claqué le système américain de gouvernance lors d'un rassemblement à Kansas City, en disant les entreprises et le gouvernement poussent le pays vers le fascisme du XXIe siècle.
Mais avant de commencer imaginer à la peau claire et aux yeux bleus PDG et les bureaucrates amok et avec leur bras droit en l'air, se calmer. Ce que le franc-parler républicain du Texas, voulait dire corporatisme fasciste - un modèle économique le plus en évidence vu dans l'Italie de Mussolini dans les années 1920 aux années 1940. Fasciste corporatisme économique impliqué le gouvernement et la gestion privée des secteurs entiers de l'économie - ce qui est dit Paul comparable à l'évolution dans l'Amérique d'aujourd'hui.
«Nous avons échappé une vraie république», dit Paul milliers de ses partisans lors de la manifestation. "Maintenant, nous glisser dans un système fasciste où il s'agit d'une combinaison de gouvernement, les grandes entreprises et un régime autoritaire, et la suppression de la droits individuels des citoyens américains chaque. "
Ses mots, qui il ya quelques années aurait été licenciés par la plupart, a sonné fort et clair dans le Kansas. Rallye Paul a coïncidé avec établie de longue date du Missouri et du Kansas événements GOP - à partir de laquelle de nombreux participants effectivement échappé à entendre Paul prononcer son discours. Étirés et saigné à blanc par cours et coûteux à l'étranger des campagnes militaires, les Américains sont de plus en plus réceptifs à une politique étrangère de paix, qui est ce que Paul promet de livrer.


Les présidentielles espoir mots résonnaient déjà une fois livrés au peuple américain - par leur président. Dwight Eisenhower a dit, dans son discours d'adieu à la nation, «Dans les conseils du gouvernement, nous devons nous prémunir contre l'acquisition d'une influence injustifiée, qu'elle soit voulue ou non, par le complexe militaro-industriel. Le potentiel pour la montée désastreuse d'un pouvoir mal placé existe et persistera. "
La montée désastreuse, il semble, qui est arrivé. Dans la seule année 2009, les États-Unis était responsable de près de la moitié du total mondial des dépenses militaires - 46 pour cent, ou 712 milliards de dollars américains. Depuis lors, les chiffres n'ont fait que croître, au point que les dépenses militaires américains dépasse maintenant celle de la Chine, la Russie, le Japon, l'Inde, et le reste de l'OTAN réunis. Les Etats-Unis a plus de 700 bases militaires dans 130 pays à travers le monde.
Mais, on peut se demander, ne peut pas le gouvernement américain - qui supervise le plus élevé du monde produit intérieur brut - se permettre certaines dépenses militaires supplémentaires?
La réponse est simple: non.
La nation la plus riche arrive aussi d'avoir la plus grande dette nationale dans l'histoire du monde. Avec le dollar agissant en tant que monnaie de réserve mondiale, la Réserve fédérale laissant la presse à imprimer en cours d'exécution autour de l'horloge, et de la fabrication et la production étant sous-traitée à bon marché les marchés du travail étrangers, l'économie américaine ressemble plus à une chaîne de Ponzi. Et comme l'ancien président George W. Bush a dit à son homologue argentin Nestor Kirchner, "La meilleure façon de relancer l'économie, c'est la guerre, et les États-Unis a connu une croissance plus forte avec la guerre."
Mais les Américains sont fatigués de la guerre - et sont fatigués d'attendre le jour magique où la guerre va magiquement relancer l'économie. C'est pourquoi Ron Paul peut-être trouvé la note parfaite de grève avec les électeurs, comme il continue à se battre dans les primaires républicaines.
Katerina Azarova, RT

L'utilisateur est hors-ligne poussiere666
Forumeur alchimiste


À l'Instant

20 février 2012 - 15:46 #2

0
Elle est illisible ta traduction google! J'en ai le vertige Image IPB

L'utilisateur est en ligne vagary
Forumeur alchimiste, 43 ans


20 février 2012 - 15:58 #3

1
Moi y en a vous dire..lol
En fait les USA, c'est quoi ?
Un tank qui avance à fond la caisse vers le précipice
Une dette effroyable, un budget militaire colossal, 700 bases dans 130 pays du monde !!!
Ca coute un bras tout ça, et oui, petit américain, tu crèves la faim mais j'ai 700 bases militaires à nourir moi !

facisme galopant, loi d'enfermement, 75 centres de surveillance à travers le pays pret à emprisonner et torturer n'importe quel imprudent qui dirait du mal de la dictature galopante

Même les projets spatiaux sont supprimés !!
Obama, ne veut plus décrocher la lune, juste voler le pétrole aux iraniens

L'utilisateur est hors-ligne poussiere666
Forumeur alchimiste


20 février 2012 - 16:34 #4

0
En bon français si possible .... là c'est chaud à comprendre

L'utilisateur est hors-ligne latin-boy30   Membre+
Jeteur de pavés dans les mares


20 février 2012 - 16:51 #5

-2
Le peuple Américain est vulnérable.

Mais bizzarement, il n'y a pas une association Française qui propose d'aider les américains pauvres.

L'utilisateur est hors-ligne ivo marin   XBannisX
RAMBO, 35 ans


20 février 2012 - 17:19 #6

0
Pas compris non plus. Ce serait bien de faire attention à ce que tu mets en ligne avant de le publier.

ex_Grenadine33*


20 février 2012 - 18:54 #7

0
Une ptite traduc qui tient a peu près la route. n'hésitez pas a corriger s'il y'a des contre sens.





Republican presidential candidate Ron Paul slammed America's system of governance at a rally in Kansas City, saying businesses and government are pushing the country into twenty-first century fascism.

Le candidat à la présidentielle Ron Paul a “taclé” le système politique américain durant un meeting à Kansas city, en disant que le monde des affaires et le gouvernement US pousse le pays vers le fascisme en ce début de XXIème siècle.

­But before you start picturing fair-skinned, blue-eyed CEOs and bureaucrats running amok and with their right arms held high, calm down. What the outspoken Texas Republican meant was fascist corporatism – an economic model most prominently seen in Mussolini’s Italy of the 1920s to the 1940s. Fascist economic corporatism involved government and private management of full sectors of the economy – which Paul says is par for the course in today's America.

Mais il ne faut pas imaginer qu’il parlait de dirigeants blancs aux yeux bleus hystériques et levant le bras droit. Ce que le républicain texan voulait dire, c’est que le fascisme corporatiste (un modèle économique qui a émergé dans l’Italie de Mussolini entre 1920 et 1940. Le corporatisme économique fasciste implique le gouvernement et la gestion privée de pans entiers de l’économie) prend une place importante dans l’amérique d’aujourd’hui.

“We’ve slipped away from a true republic,” Paul told thousands of his supporters at the rally. “Now we’re slipping into a fascist system where it’s a combination of government, big business and authoritarian rule, and the suppression of the individual rights of each and every American citizen.”

“Nous sommes sortis de la voie républicaine” reprend Paul devant un millier de supporters. « Maintenant, nous glissons vers un système fasciste ou on trouve un mélange de gouvernement, de grand capital et de lois liberticides, et la suppression des droits individuels de tous et chacun des citoyens américains »

His words, which a few years ago might have been dismissed by most, rang loud and clear in Kansas. Paul’s rally coincided with long-established Missouri and Kansas GOP events – from which many attendees actually slipped away to hear Paul deliver his speech. Drawn out and bled dry by ongoing and expensive overseas military campaigns, Americans are more and more receptive to a foreign policy of peace, which is what Paul promises to deliver.

Ses mots, qui il y’a quelques années auraient été refusés par la plupart, résonnent forts et clairs dans le Kansas. Le meeting de Paul coincide avec des meetings républicains établis de longue date dans le Missouri et le Kansas. Et d’où arrivent beaucoup de supporters qui sont venus écouter son discours. Saignés à blanc par de couteuses et incessantes campagnes militaires dans le monde, les Américains sont de plus en plus réceptifs à une politique de paix, ce que Ron Paul promet s’il est élu.

The presidential hopeful echoed words already once delivered to the American people – by their president. Dwight Eisenhower said, in his farewell address to the nation, “In the councils of government, we must guard against the acquisition of unwarranted influence, whether sought or unsought, by the military-industrial complex. The potential for the disastrous rise of misplaced power exists and will persist.”

Ces mots d’espoir ont déjà été prononcé devant les américains, par leur Président. Dwight D Eisenhower déclarait, dans son discours d’adieu à la Nation : - Dans les conseils du gouvernement, nous devons nous prémunir de l’acquisition d’une influence injustifiée, voulue ou non, par le complexe militaro-industriel. Le potentiel pour la montée désastreuse d’un pouvoir mal placé existe et existera toujours.

The disastrous rise, it seems, has happened. In 2009 alone, the United States was responsible for almost half of the world’s total military spending – 46 per cent, or 712 billion US dollars. Since then, the figures have only grown, to the point that American military spending now exceeds that of China, Russia, Japan, India, and the rest of NATO combined. The US has more than 700 military bases in 130 countries around the world.

But, one might ask, can’t the American government – which oversees the world's highest gross domestic product – afford some extra military spending?

The simple answer is: no.

Cette montée désastreuse c’est semble-t’il produite. Rien qu’en 2009, les dépenses militaires des USA ont représenté la moitié des dépenses mondiales, 46%, soit 712 milliards de dollars. Depuis, cela n’a fait qu’augmenter, au point que l’armée US dépense maintenant plus que la Chine, la Russie, le Japon, l’Inde, et l’ensemble des forces de l’OTAN ensemble. Les USA ont 700 bases installées dans 130 pays à travers le monde.

Mais, peut-on se demander, le gouv US (qui gère le plus gros PIB du monde) ne pourrait-il pas se permettre des dépenses supplémentaires ?

La réponse est : NON.



The wealthiest nation also happens to have the biggest national debt in world history. With the dollar acting as a global reserve currency, the Federal Reserve leaving the printing press running around the clock, and manufacturing and production being outsourced to cheap foreign labor markets, the US economy looks more like a Ponzi scheme. And as former president George W. Bush told his Argentine counterpart Nestor Kirchner, "The best way to revitalize the economy is war, and the US has grown stronger with war."

La nation la plus riche du monde possède également la dette la plus importante de l’histoire de l’humanité. Avec le dollar agissant comme la devise de base des réserves mondiales, la FED laisse tourner la presse à dollars jour et nuit, et les productions sont sous traitées dans des pays à main d’œuvre meilleur marché, l’économie US ressemble à la pyramide de Ponzi. Et comme l’ancien président G.W. Bush le disait à son homologue argentin Nestor Kirchner, « la meilleure façon de revitaliser l’économie est la guerre, et les US se sont beaucoup renforcés avec la guerre »

But Americans are tired of war – and are tired of waiting for the magical day when war will magically revive the economy. Which is why Ron Paul may have found the perfect note to strike with voters as he continues to fight in the Republican primaries.

Mais les américains sont fatigués de la guerre; et sont fatigués d’attendre le jour béni ou la guerre aura revitalisé l’économie. C’est pourquoi Ron Paul a peut-être trouvé un bon écho avec l’électorat et qu’il continue de se battre pendant les primaires républicaines.

­Katerina Azarova, RT

Ce message a été modifié par stank - 20 février 2012 - 18:58.

L'utilisateur est hors-ligne stank
Forumeur alchimiste, 46 ans


23 février 2012 - 10:21 #8

0
C 'est qui, c 'est quoi ce ron paul ????

"Le New York Times épingle Ron Paul pour le contenu de ses bulletins d’information, diffusés depuis les années 1980, et pour ses soutiens sulfureux. Candidat à l’investiture du Parti républicain pour les élections présidentielles de 2012, ce conservateur « libertarien », proche de la très paranoïde John Birch Society, passe en effet pour être le candidat favori des conspirationnistes du 11-Septembre. Et pour avoir lui-même versé à plusieurs reprises dans la théorie du complot…

Ron Paul Political Report
, Ron Paul's Freedom Report, Ron Paul Survival Report, Ron Paul Investment Letter : tels sont les titres des bulletins d’information mensuels qui font aujourd'hui polémique et qui ont été publiés depuis plus de vingt ans par Ron Paul. En 2008, James Kirchick révélait dans The New Republic le penchant du congressiste républicain pour les théories du complot et les dérapages racistes, manifestes à la lecture de ces fameuses newsletters. Le dernier article de Kirchick enfonce le clou. Il précise notamment que les bulletins de Ron Paul qu’il a pu consulter à l’Université du Kansas et à la Wisconsin Historical Society étaient rangés dans les archives relatives à la « littérature politique américaine d’extrême droite ». ""
.....(.....).....

http://www.conspirac...mplot_a766.html

L'utilisateur est hors-ligne grandfred
Forumeur alchimiste, 51 ans


23 février 2012 - 10:37 #9

0
Le système libéral mondial ne tient qu'a cetet structure militaire au cout exorbitant, que finance le reste de la planète, il faudrait etre vraiment stupide pour croire que l'armée américaine est un poids alors que que c'est leur seul atout pour la domination mondiale tel un empire romain.

Le point faible n'est pas la dette américaine, ce n'est meme pas la chine dans l'immediat puisqu'ils sont encore loin de pouvoir remettre en question la domination militaire americaine du globe, mais leur stabilité politique :

Le probleme c'es tque l'amerique se disloque, de plus en plus, entre des parties qui n'ont plus rien avoir les unes avec les autres, et le spectre sécessionniste hante tout le monde : un président aussi "citadin" que obama n'a fait que mettre encore plus l'accent sur cette fracture, d'où une radicalisation de certains candidats republicains.

Mais bon, faut arreter de plaquer une lecture française ou européennesur la situation politique americaine, rien avoir avec un quelconque fascisme. Puis certains glands de ce forum vont être content, ce mec est aussi anti sémite que eux.

Ce message a été modifié par Constantinople - 23 février 2012 - 10:47.

L'utilisateur est en ligne Constantinople
Forumeur alchimiste


23 février 2012 - 19:06 #10

2
Merci Stank pour la superbe traduction, ce coup-ci, ils ne peuvent plus dire qu'ils ne comprennent pasImage IPB
Il y a pleins de pro Obama qui l'adulent pour sa capacité à éradiquer de l'arabe, y a t-il une nation blanche qu'ils ont attaqués? non
Je crois que c'est ça leur principale motivation ou alors, ils font parti des actionnaires des lobbyes d'armement car je ne vois aucune raison de soutenir ce dictateur de la lignée d'Hitler qui répand la mort partout où il passeImage IPB


L'utilisateur est hors-ligne poussiere666
Forumeur alchimiste



  • (2 Pages)
  • 1
  • 2