Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'Obama'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

27 résultats trouvés

  1. Aujourd'hui, 29 août, Barack Obama a annoncé sa nouvelle "indécision" d'intervenir militairement en Syrie. C'est bien ce même président qui avait qualifié de "ligne rouge" le fait que Bachar Al-Assad utiliserait une seule fois des armes chimiques. Et Obama de dire aujourd'hui : "Oui, nous avons la preuve formelle que le régime syrien a tué des douzaines de civils avec des armes chimiques (en plus des 100.000 morts déjà tués dans cette guerre) , c'est mal, et il ne faut plus qu'il recommence". Je crois que Al-Assad pourrait gazer tous les bébés, et toutes les femmes et les hommes de Syrie, et Obama dirait "C'est pas bien, attention, ligne rouge, Yes we can..."
  2. Obama – Attaque contre l’Iran possible dès juin Le premier article est une rumeur trouvée sur Dreuz info, parut le 26 février qui est donc à prendre avec recul, j'aurais du le préciser... Le deuxième est un article du journal "Le Monde" qui semble confirmer le premier, ensuite il s'agit d'une attaque possible qui "aurait lieu" à partir de juin..... Michel Garroté, réd en chef – Je lis sur le wire que lors de sa visite en Israël le mois prochain, le président américain Obama fera part au Premier ministre Netanyahou d’une possible frappe sur l’Iran à partir de juin. Cependant, il sera demandé à Israël de rester neutre, à l’écart, afin de ne pas envenimer encore plus la situation qui pourrait dégénérer trop vite et compromettre pour longtemps les négociations de paix avec les Palestiniens. Dreuz info 26 février 2013 Obama estime que l'Iran aura l'arme nucléaire dans "un peu plus d'un an" Pour la première fois, le président états-unien, Barack Obama, a déclaré, jeudi 14 mars, qu'il estimait à "un peu plus d'un an" le délai nécessaire à l'Iran pour se doter de l'arme nucléaire, lors d'une interview à la télévision israélienne, à une semaine de sa première visite présidentielle en Israël. Les ambitions nucléaires de Téhéran doivent constituer l'un des principaux dossiers que M. Obama évoquera en Israël lors de sa première visite en tant que président, du 20 au 22 mars. "Quand je consulterai 'Bibi' [le surnom du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou], comme je l'ai fait ces dernières années sur ce sujet, mon message sera le même que précédemment : si nous pouvons le régler diplomatiquement, ce sera une solution plus durable", a expliqué le président des Etats-Unis. "Sinon, je continuerai à conserver toutes les options sur la table", a-t-il dit. "Quand je dis que toutes les options sont sur la table, toutes les options sont sur la table, et les Etats-Unis ont bien sûr des capacités significatives." "Notre objectif est de nous assurer que l'Iran ne possède pas une arme nucléaire susceptible de menacer Israël ou de déclencher une course aux armements dans la région, qui serait extraordinairement dangereuse au moment où il y a déjà beaucoup de choses qui s'y passent." Ces déclarations sont le signe d'une montée des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran sur le dossier du nucléaire. En février 2013, le vice-président américain,Joe Biden, avait prévenu que "la fenêtre diplomatique se refermait". Dans un entretien au Figaro, il déclarait : "Le président Obama a été clair : il empêchera l'Iran d'acquérir l'arme nucléaire. Et nous ferons ce qu'il faut pour nous assurer que cela n'arrive pas. Mais il reste encore du temps et de l'espace pour que la diplomatie, soutenue par les pressions, réussisse" Le monde 14 Mars 2013
  3. Un membre du Congrès américain menace Obama de destitution http://www.solidarit...stitution_08674 Le 9 mars 2012 (Nouvelle Solidarité) – Franchissant une étape cruciale pour empêcher Obama d’engager les États-Unis dans une nouvelle guerre contre l’Iran ou la Syrie, le député Walter Jones (R-NC) a officiellement remis le 7 mars à la Chambre des représentants une résolution avertissant le Président qu’il serait passible de destitution s’il décidait d’aller de l’avant. Cette résolution n°107 pourrait, selon Lyndon LaRouche, « enrayer la marche des États-Unis vers la destruction ». La résolution affirme, entre autre : « Étant donné que la clef de voûte de la République est le respect du pouvoir exclusif du Congrès de déclarer la guerre, selon l’article I, section 8 clause 11, de la Constitution : « Qu’il soit par conséquent résolu par la Chambre des représentants (le Sénat entamant une démarche concourante), qu’il est entendu par le Congrès qu’à l’exception d’une réponse à une attaque actuelle ou imminente contre le territoire des États-Unis, l’utilisation de la force à des fins offensives par un Président sans l’autorisation préalable et explicite par une Loi du Congrès viole les pouvoirs exclusifs du Congrès de déclarer la guerre selon l’article I, section 8, clause 11 de la Constitution, et constitue par conséquent un crime passible de destitution, et un délit, selon l’article II, section 4 de la Constitution. » La résolution a été acheminée au Comité judiciaire de la Chambre des représentants, le comité ayant la responsabilité d’initier les procédures en vue d’une destitution. LaRouche a estimé que cette démarche entamée par Jones est urgente, et a souligné qu’elle était particulièrement significative vue que Jones est membre du Congrès ayant un passé militaire. C’est lui qui avait lancé une poursuite judiciaire contre Obama l’été dernier, en raison de sa guerre contre la Libye, une guerre qui violait elle aussi la constitution. Le Comité d’action politique de LaRouche aux États-Unis (LaRouchepac) a décidé de mobiliser la population en faveur de cette résolution, en plus de sa propre campagne pour obtenir le départ immédiat d’Obama, soit par la destitution, soit par l’entremise de la section 4 du 25ème amendement, exigeant le départ du Président pour des raisons de santé physique ou d’instabilité mentale. Ceci est la manière la plus efficace d’empêcher une escalade vers la guerre, pouvant conduire jusqu’à une confrontation nucléaire avec la Chine ou la Russie.
  4. Nouveauté dans la position des USA : le président Obama déclare vouloir s'attaquer aux paradis fiscaux, mais dans quelle mesure ? Lui reste il assez de pouvoir et de temps pour accomplir cette mission ? Je le souhaite mais l'opposition des financiers va être terrible. à mon avis il peut, mais au votre ? Allez à 12' :
  5. Marine Le Pen : « Obama est plus à droite que moi » 01.09.11 [/JUSTIFIER] [JUSTIFIER] En matière sociale, elle se dit à gauche de Barack Obama. Parfois proche d'Arnaud Montebourg et gaullienne dans sa vision de l'Etat : Marine Le Pen s'efforce de se défaire de l'étiquette d'extrême droite attribuée à tort, selon elle, au Front national. Suite de l'article... Source: Le Monde
  6. Menaces d'attentats : Obama utilise "la trouille" pour justifier Prism DÉCRYPTAGE. Les récentes alertes mondiales sur l'imminence d'attentats terroristes massifs sont un cas d'école de l'utilisation de la peur en politique. Barack Obama assume le système de surveillance du monde entier, Prism. © Mandel NGAN / AFP Les révélations sur Prism, le programme de surveillance et d'espionnage généralisé des États-Unis, ont dérangé les huiles de Washington. Et pour cause : leur nation qui prône la démocratie et la liberté dans le monde s'essuie ouvertement les pieds sur le droit international et sur les libertés publiques. Et Barack Obama, Prix Nobel de la paix 2009, l'assume parfaitement. De quoi être un peu moins crédible dans les réunions du Conseil des droits de l'homme aux Nations unies... Pour redonner son panache à la bannière étoilée, il fallait trouver une solution, et vite. Lire l'article (Le Point).
  7. Début du retrait d'Afghanistan: Obama annoncera sa décision mercredi photo : Ted Aljibe, AFP"Le discours sur l'Afghanistan sera mercredi", a indiqué à l'AFP un haut responsable américain, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat. Un autre responsable ne souhaitant pas non plus être identifié a confirmé cette information. Aucun autre détail n'a été divulgué dans l'immédiat. En annonçant en décembre 2009 l'envoi de 30.000 soldats supplémentaires pour lutter contre les talibans, portant le total à près de 100.000, M. Obama avait promis que dès juillet 2011, "nos soldats commenceront à revenir à la maison". Mais la Maison Blanche est restée depuis très vague sur l'étendue et la rapidité du retrait et a insisté sur le fait qu'elles seraient fonction de "la situation sur le terrain". Le Wall Street Journal avait affirmé vendredi que le Pentagone avait demandé à M. Obama de maintenir la présence des troupes envoyées en renfort jusqu'à l'automne 2012. La Maison Blanche n'a pas donné d'indice sur la teneur de la décision du président. Le président s'est entretenu régulièrement avec son équipe de sécurité nationale, et a reçu mercredi dernier à la Maison Blanche son commandant militaire sur le terrain, le général David Petraeus.
  8. Au delà des chaînes à la con qui circulent sur les réseaux sociaux perdurant ainsi l'affrontement "enculés de riches" contre "salauds d'assistés", j'ai remarqué une chose sur le traitement de l'information à propos du départ de Depardieu en Russie. Cette chose, c'est le partie pris des journalistes CONTRE la Russie , mais aussi celui des politiques mêmes ! Alors oui, la Russie n'est pas une démocratie, c'est un régime autoritaire. Oui, il y a la Tchétchénie. Mais si on se préoccupe soudain du sort de la démocratie en Russie, des droits de l'homme et tout le toutim, qu'on soit raccord. 1) Les politiques et intellectuels français, de droite comme de gauche, adulent l'Amérique d'Obama. Obama en Irak, Obama en Afghanistan, Obama en Libye, Obama et la torture, Obama ami d'Israël. 2) Les politiques français reçoivent Netanhyahou à Toulouse en grandes pompes. Bibi bombarde Gaza, Bibi donne la leçon à la France, Bibi combat l'antisémitisme à coup de missiles dans ta gueule. Bibi dirige un Etat où la torture est légale. Donc ok, la Russie de Poutine n'est pas parfaite, et donc ? Quel régime l'est? Qu'est ce qui mérite un tel traitement à charge ? ( des contrats non-signés? un refus d'alignement sur la politique occidentale? ) Pourquoi les intellectuels et politiques français s'indignent tout à coup devant la Russie répressive ? L'aurait-il fait si Depardieu avait pris la nationalité israélienne ou américaine ?
  9. On dira ce qu'on veut, les campagnes politiques outre-atlantiques sont nettement plus avancées en terme d'utilisations des technologies que les nôtres; Là où nos chers partis en sont encore à envoyer des spams, on notera l'utilisation très pertinentes du net et de sa communauté par le président Obama, qui, il y a quelques minutes, s'est pointé sur reddit.com (un des plus gros sites de discussions anglophone), pour proposer de discuter directement avec les internautes. Certaines questions étaient très sérieuses ("je suis un étudiant qui ne trouve pas de travail", suivi d'un long paragraphe) d'autres beaucoup moins ("Quel est votre joueur de base-ball préféré ?"). Quelques trolls (un grammar nazi qui corrige le président et a dû exploser de rire en le faisant), des demandes de preuves (données), et la discussion qui se termine avec le président des états-unis qui se permet de faire un clin d'oeil au même internet qui a été fait autour de lui "Si vous voulez savoir ce que je pense de toute cette expérience: "not bad"" (en référence à ceci) J'ai quand même la sensation qu'en France on est assez violemment archaïque en terme d'internet. Déjà les professeurs d'histoire français qui refusent de collaborer à Wikipedia (voire même qui n'en connaissent pas le fonctionnement), alors qu'outre-manche, le wikipedia est extrêmement documenté, et amélioré constamment par la communauté d'historien, les politiques. Qu'est-ce qu'on a en France avec l'internet ? Est-ce les états-unis et l’Angleterre, qui, par la domination de leur langage sur l'internet, s'y sont mieux accrochés, et implantés, ou est-ce qu'en France on est vraiment rétrograde ? note: lien pour les anglophones http://www.reddit.com/r/IAmA/comments/z1c9z/i_am_barack_obama_president_of_the_united_states/
  10. Le second Débat entre Obama et Romney, arbitré par Candy Crawley, chef du service politique de CNN, recouvrait un tel enjeu pour Barack Obama que, d'emblée, c'est lui qui a focalisé toute l'attention. Comme si c'était SON combat. Parce qu'il était le gladiateur sonné pris dans les filets depuis le fiasco de Denver. Parce que Romney arrivait dans le halo du gagnant du premier round. Que c'était déjà pas mal. Et que l'Amérique et un grand nombre de media abasourdis n'attendaient pas grand chose de lui. On était venu voir Obama. Hit ou miss. Obama était-il revenu de l'apathie qu'on lui avait vue malgré la thérapie d'urgence des spin doctors qui à force de présence, trainings, retraites pensaient avoir rechargé la dynamo du champion ? Et qu'on allait vérifier sur place puisque le silence régnait autour de lui depuis au moins...trois jours. Alors a-t-il gagné le débat ? On va vite savoir avec les sondages ; mais l'impression qui reste est qu'il a d'une façon habile repris en mains la campagne, sa campagne alors que Romney n'a pas passé la surmultipliée nécessaire à sa marche vers la victoire. Les ingrédients de cette performance ? Ce débat est très physique et produit une grande tension. A plusieurs reprises, les visages de Romney et Obama ne sont pas loin avec des expressions fortes sans concessions. Ils savent aussi trouver la sortie et à un moment crucial le rire d'Obama illumine son visage et renvoie à cette expression d'enfant qu'il a gardée. Leurs mains, utilisées abondamment dans des gestes de dénégations ou de mises au point ou en garde, battent l'air avec une grande maîtrise et tout ce body language traduit l'implication de chacun dans ce combat de gentlemen d'une grande " violence " maîtrisée. A ce jeu là, Obama a un côté félin et Romney se situe sur le registre du CEO carré au sourire carnassier. Obama est en mouvement. Dès son entrée sur le plateau, on retrouve le personnage naturel, projeté en avant et au visage communiquant, heureux d'être enfin au contact. Il ne quittera pas ces expressions très personnelles. Sur son tabouret haut, une jambe repliée sous l'autre, il est prêt sans cesse à " bondir " et il le fait plusieurs pour aller manifester à Candy Crawley ou à Romney son désaccord et peser sur son adversaire pour le contredire ou produire sa vérité. Et ces attitudes sont intéressantes car elles laissent très peu d'espace à Romney ou Crawley pour l'empêcher de parler. Obama attaque. Chacun attendait cette réappropriation du débat. Et il se sert de son mandat pour en faire une histoire réussie. Chaque cible a sa success story à la Maison Blanche et les femmes- cible prioritaire- sont particulièrement servies avec la loi sur l'égalité des salaires, la Réforme de la santé, l'accès à la contraception gratuite etc.. Avec l'industrie automobile et les nouvelles énergies des accents de grande conviction. Même les sujets plus épineux comme la limitation de ventes d'armes et la politique d'immigration deviennent des démonstrations moins évidentes mais cadrées. Ce sera pour le second mandat. De même il attaque Romney et relève les contradictions et contre vérités qu'il avait laissées passer lors du débat de Denver. Et termine sur les 47 % qui sont le gimmick de la communication démocrate anti Romney depuis des semaines. Et qu'Obama avait oublié de citer. Obama perso et sincère. S'il ne parle plus anniversaire de mariage, il a pour sa mère des mots de compassion et d'admiration pour sa vie de mère célibataire avec peu de moyens et une vie très difficile. En opérant ce transfert vers sa mère il a dû attendrir encore un grand nombre de femmes. C'est de bonne guerre.
  11. Déficit US dégradé par agence de notation : presse US discrète Par Gilles Klein le 19/04/2011 Obama, sous surveillance des agences de notation ? La célèbre agence de notation Standard & Poor's fait passer son appréciation de la dette des Etats Unis de «stable» à «négatif». Conséquence: les bourses du monde entier baissent. Un vrai cadeau pour les Républicains américains qui négocient pied à pied pour obliger Obama à faire des coupes sombres dans son budget. La presse américaine n'en fait pas pour autant ses gros titres. Une agence de notation dégarde les Etats-Unis. Et pourtant, le New York Times d'aujourd'hui ne consacre qu'une colonne à la Une à cette information, avant de renvoyer en page 9 de son deuxième cahier. Pas un mot dans la page des éditoriaux. C'est donc à la 35e page du journal que l'on peut lire: "Les analystes estiment qu'il n'y aura pas de conséquences immédiates à l'atttitude de S&P. (...) La prise de position de S&P va apporter un sentiment d'ugence au débat sur l'austérité fiscale". Rien d'autre, pas même une analyse de l'économiste Paul Krugman. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Arrêt sur image
  12. Bonjour Une dinde nommée Popcorn officiellement graciée par le président Obama : Le président des Etats-Unis Barack Obama a symboliquement gracié mercredi une dinde à l'occasion de la fête de Thanksgiving, une tradition folklorique solidement enracinée à la Maison Blanche. http://youtu.be/YUb9X1ic7zg "La présidence, le poste au monde où l'on a le plus de pouvoir, s'accompagne de nombreuses responsabilités formidables et solennelles... mais ce n'est pas le cas ici", a assuré M. Obama lors d'une courte cérémonie à l'entrée nord de la Maison Blanche, une belle dinde blanche de 17 kg nommée "Popcorn" à ses côtés. "Popcorn" a été préférée à sa concurrente "Caramel" à la suite d'une consultation organisée par la Maison Blanche sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, a révélé M. Obama, flanqué de ses filles adolescentes Sasha et Malia, dont les sourires semblaient crispés. Mais Caramel "ne s'est pas attardé, il est déjà en train de lever des fonds pour sa prochaine campagne", a plaisanté M. Obama, revenu justement la veille de trois jours de réunions électorales sur la côte Ouest. Si Popcorn a eu la vedette mercredi, bénéficiant d'une bénédiction de M. Obama, geste presque pontifical à la clé devant des dizaines de caméras, Caramel sera elle aussi épargnée. Les deux dindes prendront le chemin de Mount Vernon, la maison de George Washington à une vingtaine de kilomètres au sud de la capitale fédérale. Elles y resteront pendant la période des fêtes avant de couler une retraite heureuse dans une ferme historique de Virginie (est). Thanksgiving (l'Action de grâce), est l'une des fêtes les plus observées par les Américains. Elle trouve ses racines dans les premières années de la colonisation de l'actuel territoire des Etats-Unis dans les années 1620, quand les Européens installés de fraîche date avaient, selon la tradition, remercié Dieu pour l'abondance des moissons et l'aide donnée par les Indiens. Cette fête est pour beaucoup d'Américains la seule occasion annuelle de se réunir en famille et ils voyagent souvent très loin pour un dîner au menu invariable: dinde farcie, tarte à la citrouille et pain de maïs. Quelque 45 millions de dindes n'auront pas la chance de Caramel et Popcorn et finiront dans les assiettes. La corporation des éleveurs américains de dinde a l'habitude de présenter un volatile au président depuis l'époque d'Harry Truman, après la Seconde Guerre mondiale. Mais ce n'est que depuis George Bush père, en 1989, que les présidents ont pris l'habitude d'exercer leur droit de grâce sur un oiseau.
  13. http://www.wsws.org/fr/articles/2012/jui2012/cart-j28.shtml http://www.nytimes.com/2012/06/25/opinion/americas-shameful-human-rights-record.html
  14. Obama qui dance du gangnam style (sa sosie :p) http://www.youtube.com/watch?v=TtVqogiha6w
  15. Une farce http://dam.alarabiya.net/images/5442292b-0cad-4563-acf6-ee950e52f3e2/600/338/1?x=0&y=0
  16. Obama a le sens de l'humour Lors d'une soirée , Obama n'a pas oublié d'invité l'humoriste US qui se moque dans les médias d'Hollande et de la politique française Comme Hollande est incapable de voir derrière les flatteries une stratégie politique et qu'il prend tout pour argent comptant , y'avait pas péril Mais pour le quidam français , ça ne manque pas de sel Obama a bien redit à Hollande qu'il ne voulait plus de PSA en Iran arguant des sanctions US contre l'Iran ,il est vrai que ce trés gros marché est trés porteur Générall Motor's prendra la place , la nature a horreur du vide et c'est tellement gros comme une maison Obama n''a pas oublié non plus de le féliciter pour ses troupes au sol en Afrique , vu que les US ne veulent plus mettre de GI's au sol , ilss ont enfin pigé que c'était coûteux , inefficace voire contre productif et surtout impopulaire aux Etats Unis Aussi , auj notre dette a encore augmenté, on en est à 95% du PIB Hollande s'appelle Candide , même le MEDEF ne se gêne guére aveec lui Gattaz allant jusqu'à lui signifier que ses 30 milliards nauraient aucune contrepartie C'est forminable non ? Sur RMC ce matin, le MEDEF enfonçait encore le clou
  17. «Le président français, François Hollande, dit que son pays ne paye pas de rançons aux terroristes, alors qu'en réalité, il le fait», s'irrite le président américain dans les colonnes du New York Times. http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/14/01003-20140914ARTFIG00223-otages-barack-obama-reproche-a-la-france-de-payer-les-rancons.php
  18. vesto

    Bravo Obama

    Nouvelle Obs Barack Obama a annoncé vendredi 27 septembre avoir parlé au téléphone avec son nouvel homologue Hassan Rohani, un contact sans précédent entre Etats-Unis et Iran depuis 1979, survenu au moment où les négociations sur le nucléaire iranien reprennent. "A l'instant, je viens de parler avec le président iranien Rohani", a déclaré le président Obama lors d'une intervention à la Maison Blanche peu après 15h30 (21h30 heure française). Cette annonce inattendue et spectaculaire s'est produite alors que les Etats-Unis et l'Iran avaient rompu leurs relations diplomatiques dans la foulée de la révolution islamique de 1979. "Nous avons discuté de nos tentatives en cours de parvenir à un accord sur le programme nucléaire iranien", a ajouté le dirigeant américain. Le gouvernement iranien a ensuite confirmé cet appel, annoncé également sur son compte Twitter par le président iranien quasiment au moment où son homologue américain prenait la parole. Fin de l'article copié. Le président Américain a honoré son prix Nobel de la paix . Alors que le triumvirat ,Fabius, Hollande et son allié du Qatar auraient (si on avait les avait suivi) généralisé la guerre à toute la région, et peut-être à la terre entière; trois hommes habiles ont su éviter le désastre. Obama Poutine et Rohani ont bien travaillé même s'ils ont fait perdre la face à nos "petits bras" . Cela ne va pas faire plaisir a trois ennemis déclarés, mais amis implicite (pour éliminer Bachar et les chiites),Israël et le Qatar et aussi dans une moindre mesure, L'Arabie saoudite.
  19. Etats-Unis: La tentation isolationniste 14/02/2013 [DESC][/DESC] La politique étrangère américaine a toujours oscillé entre deux attitudes, dominantes à tour de rôle en fonction des intérêts et des rapports de force du moment, et ancrées dans des philosophies d'action concurrentes. D'un côté, l'idéologie interventionniste de la «destinée manifeste», imaginée au XIXe siècle pour justifier l'expansion continentale et ressuscitée au siècle suivant sous la forme de l'idéalisme d'un Wilson, voire d'un Bush : l'Amérique est une force de bien dans le monde, et sa mission est d'y promouvoir la démocratie. De l'autre, la conviction que la nation fondée par des Européens qui ont fui l'Europe, sa misère et ses persécutions, n'avait pas à se mêler de ses querelles. Formulé par le président James Monroe en 1823 et érigé en doctrine une génération plus tard, l'isolationnisme visait à l'époque l'Europe seule, à l'époque nombril du monde, à laquelle les Américains entendaient interdire de mettre son nez dans les affaires de leur pré carré, entendu au sens large, Amérique latine comprise, en échange de quoi ils lui promettaient de ne point s'immiscer dans les siennes. Il a fallu la stupidité des Allemands pour entraîner les Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale, puis celle des Japonais pour les jeter dans la Seconde. Si, entre les deux, la tentation isolationniste des Américains a repris le dessus, en vidant de sa substance l'ordre international imaginé par leur président, le monde bipolaire né de la Seconde Guerre mondiale ne leur a plus laissé le choix. Rançon de leur «hyperpuissance», les Etats-Unis sont devenus, pour plus d'un demi-siècle, le gendarme de la planète. Ce gros demi-siècle d'hégémonie a fini par occulter la tentation isolationniste toujours tapie dans l'inconscient américain. La voici qui refait surface. La fin de la guerre froide a privé les Etats-Unis de leur meilleur ennemi et enlevé à l'Europe son rôle d'enjeu stratégique majeur. Puis, à la faveur de deux aventures militaires en terre d'Islam et d'une crise économique que celles-là ont contribué à aggraver, l'opinion publique comme le gros de la classe politique expriment un refus croissant du rôle de Washington de gendarme global. Enfin, fait massif dont on n'a pas fini de mesurer les conséquences géopolitiques, les Etats-Unis sont en train de se libérer de leur dépendance énergétique. Barack Obama incarne ce néo-isolationnisme. «Leading from behind» : l'oxymore inventé, on s'en souvient, au moment de l'intervention de l'Otan en Libye, en est la parfaite illustration. Depuis, partout où l'on s'étripe, comme en Syrie, où les Américains agissent par Qatar interposé, ou au Mali, où ce sont les Français qui se trouvent en première ligne ; partout où des acteurs régionaux poussent leurs pions au détriment des intérêts des Etats-Unis et de leurs alliés, comme au Proche-Orient, dans le Golfe ou en mer de Chine, Washington «conduit par-derrière»... Suite de l'article... Source: Marianne
  20. (traduction Google) http://rt.com/news/america-fascism-ron-paul-705/ Le candidat présidentiel républicain Ron Paul a claqué le système américain de gouvernance lors d'un rassemblement à Kansas City, en disant les entreprises et le gouvernement poussent le pays vers le fascisme du XXIe siècle. Mais avant de commencer imaginer à la peau claire et aux yeux bleus PDG et les bureaucrates amok et avec leur bras droit en l'air, se calmer. Ce que le franc-parler républicain du Texas, voulait dire corporatisme fasciste - un modèle économique le plus en évidence vu dans l'Italie de Mussolini dans les années 1920 aux années 1940. Fasciste corporatisme économique impliqué le gouvernement et la gestion privée des secteurs entiers de l'économie - ce qui est dit Paul comparable à l'évolution dans l'Amérique d'aujourd'hui. «Nous avons échappé une vraie république», dit Paul milliers de ses partisans lors de la manifestation. "Maintenant, nous glisser dans un système fasciste où il s'agit d'une combinaison de gouvernement, les grandes entreprises et un régime autoritaire, et la suppression de la droits individuels des citoyens américains chaque. " Ses mots, qui il ya quelques années aurait été licenciés par la plupart, a sonné fort et clair dans le Kansas. Rallye Paul a coïncidé avec établie de longue date du Missouri et du Kansas événements GOP - à partir de laquelle de nombreux participants effectivement échappé à entendre Paul prononcer son discours. Étirés et saigné à blanc par cours et coûteux à l'étranger des campagnes militaires, les Américains sont de plus en plus réceptifs à une politique étrangère de paix, qui est ce que Paul promet de livrer. Les présidentielles espoir mots résonnaient déjà une fois livrés au peuple américain - par leur président. Dwight Eisenhower a dit, dans son discours d'adieu à la nation, «Dans les conseils du gouvernement, nous devons nous prémunir contre l'acquisition d'une influence injustifiée, qu'elle soit voulue ou non, par le complexe militaro-industriel. Le potentiel pour la montée désastreuse d'un pouvoir mal placé existe et persistera. " La montée désastreuse, il semble, qui est arrivé. Dans la seule année 2009, les États-Unis était responsable de près de la moitié du total mondial des dépenses militaires - 46 pour cent, ou 712 milliards de dollars américains. Depuis lors, les chiffres n'ont fait que croître, au point que les dépenses militaires américains dépasse maintenant celle de la Chine, la Russie, le Japon, l'Inde, et le reste de l'OTAN réunis. Les Etats-Unis a plus de 700 bases militaires dans 130 pays à travers le monde. Mais, on peut se demander, ne peut pas le gouvernement américain - qui supervise le plus élevé du monde produit intérieur brut - se permettre certaines dépenses militaires supplémentaires? La réponse est simple: non. La nation la plus riche arrive aussi d'avoir la plus grande dette nationale dans l'histoire du monde. Avec le dollar agissant en tant que monnaie de réserve mondiale, la Réserve fédérale laissant la presse à imprimer en cours d'exécution autour de l'horloge, et de la fabrication et la production étant sous-traitée à bon marché les marchés du travail étrangers, l'économie américaine ressemble plus à une chaîne de Ponzi. Et comme l'ancien président George W. Bush a dit à son homologue argentin Nestor Kirchner, "La meilleure façon de relancer l'économie, c'est la guerre, et les États-Unis a connu une croissance plus forte avec la guerre." Mais les Américains sont fatigués de la guerre - et sont fatigués d'attendre le jour magique où la guerre va magiquement relancer l'économie. C'est pourquoi Ron Paul peut-être trouvé la note parfaite de grève avec les électeurs, comme il continue à se battre dans les primaires républicaines. Katerina Azarova, RT
  21. Ce ver tueur de lombrics, qui porte le nom du président des États-Unis, continue de se répandre en France. En langue tupi, un parler amérindien, Obamasignifie «animal feuille». En 2013, des biologistes brésiliens, un peu fantasques, ont inventé ce nom de genre pour décrire des vers plats qui pullulent dans le sol des forêts amazoniennes. Et se faire sans doute un peu de publicité, en jouant sur l'homonymie avec l'actuel président des États-Unis! Sauf que depuis quelques mois, un redoutable prédateur de lombrics (nos braves vers de terres indigènes) a été officiellement rattaché à ce nom de genre pour se faire appeler Obama nungara. Auparavant désigné sous l'appellation d'«espèce marron plate», ce ver plathelminthe, introduit accidentellement en France il y a trois ans, pullule dans nos jardins où il se répand à grande vitesse. http://www.lefigaro....otre-jardin.php
  22. Melania Trump accusée d'avoir plagié un discours de Michelle Obama 19/07/2016 Melania Trump, montée sur scène lundi soir lors de la convention républicaine pour soutenir la candidature de son époux Melania Trump, montée sur scène lundi soir lors de la convention républicaine pour soutenir la candidature de son époux, est accusée d'avoir plagié le discours de Michelle Obama de 2008, une affaire qui suscite une polémique au moment où Donald Trump doit être formellement investi mardi. L'épouse du candidat républicain et ancienne mannequin de 46 ans a prononcé un discours éloquent lundi à Cleveland où elle a vanté aux Américains les qualités de son mari et possible prochain président des Etats-Unis. Une partie du discours décrivant ses valeurs ressemble fortement à un passage du discours de Michelle Obama à la convention démocrate de 2008. (...) Source: 20minutes.fr Source et suite de l'article
  23. "A l’issue de leur conférence de presse commune à La Havane, Barack Obama a essayé de donner une tape sur l’épaule du président cubain Raul Castro. Mais ce dernier a esquivé ce geste paternaliste et trompeur (ils ne sont pas des amis)" Les journaux mainstream ont comme d'habitude fait semblant de ne pas comprendre. La plume molle des journaleux francophones et… atlantistes Raoul Castro empêche Obama de lui mettre la la “papatte” sur l’épaule ce qui n'est pas le cas de Sarkozy ou de Hollande : La petite blague pour la fin :
  24. Bien que cette nouvelle soit, apparemment, passée inaperçue sur ce forum, les discours de Barack Hussein O. et de Bibi ont abordé clairement le futur de la région à l'est du Jourdain. Barack Hussein O. prône un retour aux frontières de 1967, ce qui est indéfendables selon le PM israélien (10 à 12 km de profondeur par endroit, on ne peut que lui donner raison). Pourtant, moi, je suis à 100% pour un retour aux frontières du 11 juin 1967:
  25. Obama / le roi est nu. A trop vouloir chercher des compromis avec les opposants...? http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110819.OBS8785/obama-le-roi-est-nu.html .
×