Premières lignes

lazy Membre 13 445 messages
ne sait pas sur quel pied danser‚
Posté(e)

mon bel oranger de josé mauro de vasconcelos

Voilà cinq semaines que j'habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids ! Autrefois, car il me semble qu'il y a plutôt des années que des semaines, j'étais un homme comme un autre homme. Chaque jour, chaque heure, chaque minute avait son idée. Mon esprit, jeune et riche, était plein de fantaisies. Il s'amusait à me les dérouler les unes après les autres, sans ordre et sans fin, brodant d'inépuisables arabesques cette rude et mince étoffe de la vie. C'étaient des jeunes filles, de splendides chapes d'évêque, des batailles gagnées, des théâtres pleins de bruit et de lumière, et puis encore des jeunes filles et de sombres promenades la nuit sous les larges bras des marronniers. C'était toujours fête dans mon imagination. Je pouvais penser à ce que je voulais, j'étais libre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

"le dernier jour d'un condamne" de victor hugo

"entre autres edifices publics de certaine ville que, pour de multiples raisons, j'airai la prudence de ne pas nommer, et que je ne desire pas non plus baptiser d'un nom fictif, il en est un qui est commun depuis longtemps a la plupart des villes, grandes ou petites, a savoir un hospice..."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Serait-il possible d'avoir la réponse ? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)
Serait-il possible d'avoir la réponse ? :o

oui !!!!

c'est "les aventures d'oliver twist" de charles dickens!!

vu que j'ai pas de bouquin sous la main je vous laisse donner un autre debut!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Je relance! :o

« EH BIEN, mon prince, Gènes et Lucques ne sont plus que des apanages, des domaines, de la famille Buonaparte. Non, je vous préviens que si vous ne me dites pas que nous avons la guerre, si vous vous permettez encore de pallier toutes les infamies, toutes les atrocités de cet Antéchrist (ma parole, j'y crois), je ne vous connais plus, vous n'êtes plus mon ami, vous n'êtes plus mon fidèle serviteur, comme vous dites. Eh bien, bonjour, bonjour. Je vois que je vous fais peur, asseyez-vous et racontez. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Guerres et paix de Tolstoi et pourtant je n'ai jamais reussi à le finir (arreté à la page 1034).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Gagné, à toi Acharon :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

"Longtemps ,je me suis couché de bonne heure .Parfois à peine ma bougie eteinte , mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire :"je m'endors ".Et ,une demi heure apres , la pensée qu'il etait temps de chercher le sommeil m'eveillait ;je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumiere ;je n'avais pas cessé en dormant de faire des reflexions sur ce que je venais de lire , mais ces reflexions avaient pris un tour particulier ;il me semblait que j'etais moi meme ce dont parlait l'ouvrage : une église , un quatuor , la rivalité de François premier et de Charles Quint .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lennie0 Membre 107 messages
Forumeur inspiré‚ 30ans
Posté(e)

Du côté de chez Swann de Proust. Même pas eu besoin de Google, je connais la première phrase par coeur grâce à Beigbeder. (mais je l'ai jamais lu.. un jour peut-être !).

Je relance ? Du pas trop dur !

"Les types, à Paris, marchent beaucoup plus vite qu'au Guilvinec, Joss l'avait constaté depuis longtemps."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nerilka75 Membre 281 messages
Forumeur activiste‚ 39ans
Posté(e)

Part vite et reviens tard de ... heu Vargas !

ah j'ai oublié de mettre ma phrase ... vais chercher !

Ca y est, zêtes pret ? (je parle toute seule ^^)

"Aspar White subodora un meurtre. L'odeur évoquait celle d'une poignée de feuilles d'automne, flétries par les premières gelées et écrasées dans la paume de la main.

Jesp la Poisseuse, la femme sefry qui l'avait élevé, lui avait dit un jour que son don pariculier lui venait d'être né d'une mère agonisant sous le gibet qui offraut au Furieux ses sacrifices."

Modifié par Nerilka75

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yiauthli VIP 4 197 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)

C'est charmant tout ca....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nerilka75 Membre 281 messages
Forumeur activiste‚ 39ans
Posté(e)

N'est-ce pas ?

Mais le livre est génial ... suffit de trouver le titre ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

J'avoue que je sèche là. Quelqu'un connait-il ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Faut aimer la fantasy pour trouver... Le Roi de Bruyère de Greg Keyes? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

En attendant la confirmation, puis-je, en incise, proposer un autre texte ? Un peu plus facile pour les amateurs de littérature française. :o

16 août 1916

"Au Quai d'Orsay.

Je n'ai jamais encore eu de bureau à moi. Je n'ai travaillé jusqu'ici qu'à une table de chancellerie, autour de laquelle quatre ou cinq attachés ou secrétaires tapaient d'un doigt à la machine, chiffraient ou déchiffraient. Une chancellerie ressemble à un atelier de couture, à une salle de rédaction ; les uns agitent des idées ou des bilboquets, les autres apportent des nouvelles, dressent des plans de table, acceptent des invitations pour Son Excellence, cornent des cartes que les valets de pied chargés de les déposer jetteront trop souvent au ruisseau. On n'est jamais son maître."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Personne ne trouve ? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Mon ami google a trouvé quelque chose :o

Paul Morand : Journal d'un attaché d'ambassade

C'est ça?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Félicitations même s'il y a eu un peu fraude ! :o:o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

:o

C'était pour relancer le jeu :o

A mon tour!

Comment s'étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s'appelaient-ils ? Que vous importe ? D'où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l'on sait où l'on va ? Que disaient-ils ? Le maître ne disait rien, et Jacques disait que son capitaine disait que tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Ah ! Cela me rappelle mes années de lycée ! Diderot : Jacques le fataliste ! :o

Je relance, spéciale dédicace Acharon mais Belizarius se doit d'être le challenger ! :o

"Le vieux professeur eut une pensé ordinaire. Il avait trop lu, trop réfléchi, trop écrit aussi, pour oser proférer, même seul avec lui même, en des circonstances aussi parfaitement anormales, autre chose qu'une banalité digne d'une copie d'élève de troisième. Il faisait beau. Il faisait chaud, mais pas trop, car un vent frais de printemps courait doucement et sans bruit à travers la terrasse couverte de la maison, l'une des dernières vers le haut de la colline, accrochée à flanc de rocher comme la sentinelle avancée du vieux village brun qui dominait toute la région jusqu'à la ville des touristes, en bas, jusqu'à la luxueuse avenue, au bord de l'eau, dont on devinait le faîte des palmiers verts et des résidences blanches, jusqu'à la mer elle-même, calme et bleue, mer de riches soudainement épluchée en surface de tout le vernis d'opulence qui la recouvrait habituellement - yachts chromés, skieurs musclés, filles dorées, ventres lourds étalés sur le pont de grands voiliers prudents - et sur cette mer vide, enfin, l'incroyable flotte rouillée venue de l'autre face de la terre, échouée à cinquante mètres du rivage et que le vieux professeur observait depuis le matin. L'épouvantable odeur de latrines, qui avait précédé l'apparition de cette flotte comme le tonnerre précède l'orage, s'était maintenant complétement dissipée."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant