Aller au contenu

Commentaire de texte de philosophie


Messages recommandés

Nouveau Posté(e)
Lxlcky Nouveau 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour. J'ai un commentaire de texte en philosophie à faire, mais je n'en ai jamais fais. J'aimerais si possible qu'on m'aiguille sur la thèse de l'auteur, le découpage du texte et argumentation. J'ai vraiment du mal à comprendre le texte merci d'avance pour l'aide qu'on pourrait me donner.

1630944604864.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 75ans Posté(e)
Talon 1 Membre 17 476 messages
Talon 1‚ 75ans
Posté(e)

"J'ai vu des mortels qui avaient plus de désirs que de vrais besoins, et plus de besoins que de satisfactions.

Qu'importe d 'avoir de l'esprit ou d'être sot ? Il y a bien plus : ceux qui sont contents de leur être sont bien sûrs d'être contents ; ceux qui raisonnent ne sont pas si sûrs de bien raisonner. Il est donc clair qu'il faudrait choisir de n'avoir pas le sens commun, pour peu que ce sens commun contribue à notre mal-être.

Tout le monde fut de mon avis ; et cependant je ne trouvai personne qui voulût accepter le marché de devenir imbécile pour devenir content.

De là je conclus qui si nous faisons cas du bonheur, nous faisons encore plus cas de la raison.

Après avoir réfléchi, il paraît que de préférer la raison à la félicité, c'est être très insensé.

Des hommes d'un génie profond présentèrent au ministre des projets. L'un avait imaginé de mettre des impôts sur l'esprit. « Tout le monde, disait-il, s'empressera de payer, personne ne voulant passer pour un sot. » Le ministre lui dit : »Je vous déclare exempt de la taxe. »"

Voltaire

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 149ans Posté(e)
Annalevine Membre 2 883 messages
Forumeur alchimiste‚ 149ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, Lxlcky a dit :

Bonjour. J'ai un commentaire de texte en philosophie à faire, mais je n'en ai jamais fais. J'aimerais si possible qu'on m'aiguille sur la thèse de l'auteur, le découpage du texte et argumentation. J'ai vraiment du mal à comprendre le texte merci d'avance pour l'aide qu'on pourrait me donner.

1630944604864.jpg

Quand vous avez un texte à comprendre il faut d'abord bien l'analyser sur le plan technique afin de ne rater rien qui soit exprimé. Cela vaut pour toute activité professionnelle et sociale. Quand vous aurez une fonction sociale de responsabilité il sera crucial de toujours bien repérer ce que vos partenaires émettent comme idées, intentions, émotions, etc. Avec cette analyse de texte vous êtes en train de faire l’apprentissage de vos futures responsabilités.

Pour ne rien rater de ce qui est dit vous pouvez souligner, noter ou mémoriser les mots et expressions qui expriment des idées saillantes. Ici vous pouvez construire deux colonnes dans l'une desquelles vous pouvez noter : créatures humaines, humain intelligent, homme instruit, homme ayant du cœur, êtres pourvu de qualités supérieures, être d’aspirations élevées, etc. et dans l'une desquelles, l'autre, vous pouvez noter : animaux inférieurs, bêtes, imbécile, ignorant, être égoïste et vil, être de type inférieur etc.

Vous notez ainsi une répétition, qui s’apparente à la technique de l'anaphore (si vous ne connaissez pas ce mot, cherchez en le sens, et d'une manière générale informez-vous des "figues de style" c'est à dire des procédés littéraires utilisés pour communiquer des idées, sentiments, etc. au lecteur ou à l'auditeur).

Dans cette première série de mots distingués, vous voyez que l'auteur, non seulement utilise le procédé de la répétition, mais aussi le procédé de l'opposition. Attention, ne commentez pas encore les idées (ici il y a manifestement une opposition de valeurs) commentez seulement la technique littéraire utilisée. Ce qui est mis en opposition c'est d'un côté l'homme intelligent, instruit, ayant du cœur, etc; et de l'autre côté l'animal, la bête, l’imbécile, l'ignorant, etc. Cette opposition est couronnée par l'emploi de mots référant à la  supériorité et à l'infériorité.

Ensuite vous pouvez noter une deuxième série de mots, eux aussi construits sur le mode de la répétition et de l'opposition. Cette deuxième série est construite autour des mots : bonheur et satisfaction.

Ensuite observez comment ces deux séries sont articulées. La première colonne de la première série, couronnée par des mots référant à la supériorité est connectée aux mots exprimant l'idée de bonheur, l'autre série est connectée aux mots exprimant la satisfaction.

Vous pouvez du coup apercevoir les idées organisatrices du texte : le bonheur contre la satisfaction des désirs. Le bonheur comme recherche de l'homme aux facultés supérieures contre la satisfaction des désirs propre aux animaux, aux bêtes et aux humains aux facultés ou comportements inférieurs. " Un être aux facultés supérieures demande plus pour être heureux " que la satisfaction des désirs, même si ce "demande plus" s'accompagne de souffrance et d'insatisfaction.

Imaginez maintenant que vous recevez ce texte alors que vous êtes en train de travailler sur un discours politique qui traite des valeurs. Vous vous apercevez tout de suite que l'auteur ici n'explique pas, rationnellement, froidement, en quoi la recherche du bonheur vaut mieux que la recherche de la satisfaction des désirs. Il n’explique pas même en quoi consiste le bonheur. Alors qu'est ce qu'il utilise comme ressort pour convaincre l'auditeur, convaincre que la recherche du bonheur vaut mieux que la recherche de la satisfaction des désirs ? Il utilise l'émotion, le sentiment. Il s'appuie sur le dégoût (émotion) qu'inspire la bête, l’ignorant, l'imbécile, l'égoïste, etc. pour stigmatiser la recherche du plaisir qui ne peut être qu'entachée de dégoût aussi vu la nature de ceux qui recherche la satisfaction des désirs. Face à ce dégoût (émotion) il magnifie l'homme aux facultés supérieures (émotion de l’admiration) dont l'aspiration ne peut être que le bonheur. Il ne définit pas le bonheur, il crée une complicité avec le lecteur (sentiment affectif de compagnonnage)  pour signifier : nous n’avons pas besoin, nous, êtres supérieurs de définir le bonheur car nous savons que le bonheur est ce que tout être supérieur recherche. L'homme supérieur sait ce qu'est le bonheur est car il est justement un être supérieur.

Nous voyons donc sur quel ressort final, sur le plan de l’écrit  (ou initial sur le plan de l'intention) s’appuie le philosophe : sur le désir de chacun de se sentir, se croire, se penser : supérieur, même si ce chacun ne sait pas trop rationnellement ce qu'est la supériorité. Mais il s'en fait une idée émotionnelle. Chacun aime à se penser (même en secret) supérieur [ce dernier paragraphe vous n’êtes pas obligé de l’écrire à votre professeur, qui, s'il se pense supérieur à vous, risque de mal le prendre].

 

 

 

Modifié par Annalevine
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
QuatreEtCinq Membre 681 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, Lxlcky a dit :

Bonjour. J'ai un commentaire de texte en philosophie à faire, mais je n'en ai jamais fais. J'aimerais si possible qu'on m'aiguille sur la thèse de l'auteur, le découpage du texte et argumentation. J'ai vraiment du mal à comprendre le texte merci d'avance pour l'aide qu'on pourrait me donner.

1630944604864.jpg

Mensonge et calomnie.
Voilà l'interêt philosophique.

Maintenant je crois qu'on attend de toi que tu fasse aussi dans le mensonge et la calomnie.
Là j'peux plus t'aider.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×