Rendez-vous au Manoir de Gravetye, West Sussex

Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

"Bonjour Madame Comte Otto von Marlsberg "je m'incline legerement " Je viens d'arriver à Londres pour quelques affaires d'ordre financier et j'en profite pour venir visiter votre bibliotheque que mon ami Rudolf Steiner(pere du mouvement anthropophasique :un mouvement issu d'une forme de theophasie tres en vogue en Allemagne ) m'a vivement recommandé ainsi que mon ami Thomas Mann qui m'a initié aux arcanes de la pensée theosophique .......

Otto se tient droit incline sa canne legerement presentant le pomeau d'argent marqué du sceau de la confrerie theosophique

theono1.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Huit heure!!! Zerline sauta du lit de fort bonne humeur elle ouvrit tout grand les fénêtres, il faisait un soleil radieux!!!! Picadilly Circus à ses pieds etait déja trés animé, livreurs, cochers, employés, couraient en tous sens, il y avait même un embouteillage..... Elle sonna la femme de chambre.....

A pot of tea for one, and some :scones, shortbread ,and crumpets,

Je parle le français Miss..... mais j'ai bien noté vos désirs......il y avait cette lettre glissée sous la porte....

.

Intriguée Zerline retournait l'étrange enveloppe dans tous les sens

C'est bizarre je ne connais personne ici ...... et ce cachet rouge... Ah pensa t'elle c'est peut être le notaire... comment s'appelait t'il déja ..... Stockwell ..... celui de Paris.... et qui l' avait en quelque sorte lancée dans cette aventure .....

Mais son petit déjeuner arrivant, elle attaqua son plateau de bel appétit.

Elle passa un long moment à sa toilette .... fichtre il s'agit d'être la plus élégante parisienne de Londres.l

La psychée lui renvoya une image d'elle même radieuse... Pantalon de jersey blanc, pull rayé, longue écharpe de soie et un petit feutre marine coquettement in cliné sur l'oeil.... bon il y a les "Richelieu".....c'est son épine dans le pied.....

soupir...

.

Ah!!! voyons ce que me veux ce brave Stockwell....... mais la lecture du courrier la plonge quasi dans l'effroi

"Nous savons qui vous êtes, nous vous suivons depuis votre arrivée"

Cela lui parait si peu crédible qu'elle pense à une erreur sur la personne......bien décidée à ne pas laisser gâter son programme elle file sur Régent Street une petite étape au 193 chez Hamley's juste pour voir les maisons de poupées du célebre magasin de jouets

Une autre plus bas, chez Liberty

.Ah Liberty !!!!!!! une débauche de chintz, de soie, de gaze, de mousseline,de tussor, de nankin,un époustouflant rayon de tartans de tous les coins d"écosse......Zerline sort son bloc à dessin et à toute volées esquisse des silhouettes, inspirée par ces tissus ..... elle demande des échantillons qu"elle epingle sur chaque esquisse.....

Aie! il est 11h15 faut pas louper la Releve de la Garde à 11h30......

C'est là, en sortant de chez chez Liberty, que deux messieurs chapeaux melons imperméables beiges et parapluie..... lui disent

SVP Mademoiselle veuillez nous suivre.

Et la force a monter dans une voiture noire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
New comer Membre 1 001 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Le 19 septembre

Hyades avait passé une partie de la nuit à essayer de lire l'un des ouvrages que Sir Goodman lui avait remis. A peine avait-il entamé la préface du livre de Frazer qu'il céda à l'appel du monde des songes.

Il fut réveillé par des petits coups sur la porte. C'était Constance *Bonjour, puis-je entrer demandait-elle?* Sortant péniblement de sa torpeur, Hyades put extirper de sa gorge un "Oui".

- Bonjour, quelle heure est-il? s'enquit-il en se levant.

- 9 heures moins le quart. Tu as encore dormi tout habillé à ce que je vois, dit-elle avec un sourire dépitée; à quelle lecture t'es-tu adonnée cette fois?

- Des livres que notre hôte m'a remis hier, répondit Hyades d'une voix très enrouée en les lui présentant.

Elle prit les deux livres et en lut les titres. Elle se tint un moment silencieuse comme si elle imaginait la conversation qui avait pu amener de telles ouvrages. Elle tourna le dos à Hyades assis sur le lit, posa les livres sur la commode en pin ciré en face de son lit. Hyades la suivit du regard. Elle dit enfin: "Nous t'attendons pour le petit déjeuner."

Le sang afflua dans le visage de Hyades, il ne put reprimer sa colère et dit entre ses dents: "Quand allez-vous me dire enfin de quoi il est question?"

Constance le regarda sans ciller. Elle dit: "Ces livres sont de très bons indices Hyades, crois-moi."

Tout en se dirigeant vers la porte, elle ajouta: "Nous t'attendons pour le petit déjeuner."

Une fois que Constance eut quitté sa chambre, Hyades se dirigea vers la commode. Il se tint debout devant le meuble, ferma les yeux. Pensif, il posa sa main sur un des livres et en ressentit les reliefs de la première de couverture. Il expira grandement...

Lancés de dé

Pouvoir D20: 1

Occultisme D100: 31

Modifié par New comer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

Marishka leva les yeux au ciel et s'exclama : "Mais enfin c'est intolérable tout de même !! Puisque je vous dis que je ne suis pas Miss Broughtmachinchose !!... vais-je devoir passer ma journée à le répéter !!"

Devant l'air hébété du garçon d'étage, Marishka perdit patience : " Oh !! Fichtre de fichtre !! Je ne suis donc entourée que de sombres imbéciles dont le cerveau ne dépasse pas la taille d'une cacahouette ! Bon très bien je vais régler ça moi-même ! Où sont donc ces fichues cabines..." ronchonna-t-elle en se dirigeant vers le hall... "Il va m'entendre ce mister je-ne-sais-plus -quoi !!"...

Marishka entra dans la cabine 5, décrocha le téléphone et aboya " Espèce de nouille en sauce, je vous répète que je ne suis pas votre Miss Broughtbidule et si vous vous avisez de me déranger encore une seule fois, je vous retrouverais où que vous soyez et je vous fais manger votre téléphone... Est-ce clair ?" ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

Carmélia jeta un rapide regard au pommeau de la canne puis reporta son attention sur son visiteur, sans qu'aucun signe d'émotion n'ait pu transparaître sur son visage. Toujours avec le même sourire courtois qu'elle affichait depuis le début de l'entretien, elle questionna : « Et que puis je pour vous exactement Comte Marlsberg ? Souhaitez vous simplement visiter nos salles de lecture ou recherchez vous un ouvrage¿en particulier ? » son sourire s'accentua imperceptiblement.

La rapidité avec laquelle les deux hommes avaient agis surprit tellement Zerline qu'elle n'offrit aucune résistance. Elle se retrouva donc bientôt assise dans la voiture à coté d'un troisième homme qui mangeait un scone aux raisins, tandis que les deux impérméables avaient pris place à l'avant. Zerline davantage indignée qu'effrayée, se lança dans une longue tirade visant à exprimer son mécontentement et ponctuée de grands gestes. L'homme qui eut tout le temps de finir son gateau, arrêta doucement le bras de Zerline qui volait dangereusement dans les airs et dit d'une voix avec un drôle d'accent:

- Madame Morand, je suis enchanté de vous rencontrer. Je vous en prie, installez vous confortablement..*il sourit et murmura en se raprochant trés légèrement*...nous allons avoir une longue route à faire ensemble...

Zerline pour la première fois, prit le temps de le détailler: il était plutot beau garçon, brun, une barbe soigneusement taillée et...lorsqu' il ordonna au chauffeur de démarrer, cela confirma son impression...oriental. Il lui sourit à nouveau et dit: "Alors qu'avez vous appris sur notre..intermédiaire?"

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Akumu Membre 1 398 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Après son petit déjeuner et sa discussion interrompue par le téléphone avec Marishka, Lucien remonte dans sa chambre finir de s'apprêter. Sa redingote est enfin sèche, mais le ciel ne montre aucun nuage, Lucien sort donc vêtu simplement de son costume bleu.

Direction les quais, il aime se promener près des bateaux, les vieux souvenirs de marin hantent sa mémoire. Puis une douleur le reprend dans le ventre, il cherche un banc pour pouvoir s'asseoir quelques minutes, mais ne trouve qu'une bitte recouverte de rouille où il s'installe tant bien que mal.

Quelques minutes sont passées, la douleur s'est estompée, Lucien se relève, frotte ses fesses vigoureusement avec les mains. Il reprend sa marche et cherche une pharmacie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

Marishka raccrocha nerveusement le combiné puis se dirigea vers une des tables de la grande salle à manger qui était du reste pratiquement déserte. Elle s'assit et prit son petit déjeuner en parcourant la presse. Un article attira son attention.

articlesy2.png

Lucien un peu perdu dans cette grande ville, se retrouve malgré lui sur Regent Street, les douleurs ont repris, l'obligeant à s'arrêter souvent. Alors qu'il est à moitié plié en deux, il voit sortir de chez Liberty, Zerline qui, l'air ravi, s'arrête une seconde, range son bloc dans son sac avant que deux hommes n'arrivent à sa hauteur et l'empoignent.

(Indication : Lucien en dehors de ton costume bleu, que possèdes tu sur toi ?)

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Akumu Membre 1 398 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Lucien, bien que les douleurs augmentent au fur et à mesure qu'il marche, reste un moment figé en regardant la jeune femme de l'hôtel ainsi malmenée par deux hommes. Ne quittant jamais son appareil photo qu'il tient pendu à son cou, il s'en saisit et photographie la scène. Son dernier cliché est celui de la voiture noire s'éloignant à tombeau ouvert.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

"Broughtington ?... Par le diable !... Serait-il possible que ce soit la même personne ou bien son mari peut-être ?..." perplexe Marishka machonne pensivement son dernier toast..

Elle finit sa tasse de thé puis se lève brusquement.

Toute cette histoire est trop étrange, il faut qu'elle en sache plus sur cette mystérieuse miss Brought-chose...

Elle décide donc d'aller faire un tour sans trop tarder du côté des bureaux de scotland yard...

Mais avant elle remonte dans sa chambre. Elle ne va tout de même pas renoncer à son intention d'inviter son amie Ludmilla Carter à prendre une tasse de thé en fin d'après-midi à cause de ces quelques contrariétés.

Elle décroche le téléphone de sa chambre, et demande le numéro de Miss Carter... La sonnerie retentit enfin à ses oreilles...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Messieurs vous devez me dire qui vous êtes sinon je saute de la voiture en marche!!!!! hélas elle put constater que la portiére etait vérouillée.

"L' homme au type oriental sortit une carte ....pas de doute elle réalisa qu'elle venait d'étre arretée par la police.

Quelques minutes plus tard elle comprit le sens de la phrase de "l'Oriental"... "nous allons avoir une longue route a faire ensemble"....car:

La voiture venait de s'arreter devant l'immeuble de Scoland Yard......

Zerline fut conduite dans un bureau ou se tenait un homme imposant:

--Voici la prévenue Patron....Et "l'Oriental"disparu.

SVP Mademoiselle veuillez vider votre sac à main

Zerline s'executa, non sans maudire le fait que le petit révolver chipé à Coco se trouvait à l'intérieur...

Mais l' homme s'etait emparé des croquis fait par elle chez Liberty:

--Interresant..... tres interressant....et cette liasse de billets? Le salaire de votre forfait je pense?????

--Monsieur! Monsieur! pour l'argent j'ai un reçu du bureau de change du Ferry!!!! pour les croquis je peux faire mieux si si .....

Lhomme s'arreta en fronçant les sourcils:

--N'agravez pas votre cas Mademoiselle!!!!!!

nous allons controler tout ça. En attendant vous étes dans ce bureau,en garde a vue.....

Les heures s'égrenaient , la nuit etait complétement tombée et Zerline frisait un morne désespoir:

Et bien Mademoiselle nous vous devont des excuses!!!!! l

L'homme imposant était devant elle,un grand sourire au levres....Je vous explique

Leurs majestés doivent se rendrent en voyage officiel France le mois prochain, or il se trouve, que lors de la présentation des croquis a la Reine le couturier a remarqué un croquis qui ne sortait pas de sa maison.....

il nous a confié l'affaire..le dessinateur a été découvert...

il etait de méche avec un grand couturier francais, qui devait par la suite, avec la complicité d' un livreur du couturier Anglais, joindre la robe française à la garde robe royale pour ce voyage .... avec mention "soirée à l'opéra"

La forfaiture atteint son comble si l'on considére que la même robe a été offerte à votre Présidente.....

Imaginez le scandale? si nos deux grandes Dames etaient apparues pour cette soirée prestigieuse dans la même toilette!!!!! et bien pire si l'on avait cru....que notre Reine avait trahit la haute couture Anglaise.

Désolé, mais nous pensions que c'était, vous, qui deviez assurer le transport du vêtement......

Au bord de la crise Zerline hurle: et c'est pour ça que vous m'avez fait loupé Harrod's et dans un sanglot...et. et... la Releve de la Garde.......

Les inspecteurs la consolent avec d'autant plus d'ardeur qu'elle est si jolie.... Mais apparemment le Patron n'en a pas fini avec elle:

Nous avons confisqué la robe.....avec vos connaissances ,on sait que vous travaillez pour Channel, peut être pourrez vous nous donner une indication sur le créateur, on déploie la robe devant elle et sans une hésitation Zerline s'exclame Poiret.

Merci beaucoup, Mademoiselle, pour votre collaboration, nos deux Gouvernements vous en sont extrémement reconnaissants.

Interloquée Zerline laisse le Grand Patron de Scotland Yard lui baiser la main et accepte d'étre reconduite à son hotel par "l'Oriental".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

"En fait Madame j'etais venu dans l'idée d'elucider le sens d'une gravure qu'une personne de ma connaissance m'a confié .C'est pourquoi je voulais consulter votre bibliotheque cependant (a ce moment je sort la gravure de ma sacoche ) peut etre aurez vous plus de presence d'esprit que moi (je lui tend ) ..........."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

(new comer: tu as réussi ton jet en pouvoir mais raté celui en occultisme)

Hyades, les yeux toujours clos, le souffle régulier, laissaient ses doigts découvrir chaque aspérité que formait le pentagrame gravé sur l'épaisse couverture en cuir. Ils glissaient sur chacun de ses angles, en caressaient les lignes, longeaient les pointes de ses flèches en étoile.

Puis ses mains qui semblaient soudainement animées de leur propre volonté, ouvrirent timidement le livre, en feuilletèrent quelques pages et s'immobilisèrent brusquement sur une des feuilles. Il sentit alors ses paumes s'élever légèrement au dessus du livre et une chaleur indescriptible, tant elle était agréable, lui parcourut tout le corps.

Hyades était incapable d'ouvrir les yeux comme il était incapable de contrôler ses gestes, pourtant il n'en éprouva aucune frayeur. Sa respiration s'accéléra légèrement et la source de chaleur se fit plus précise, plus dense.

Une voix qui ne ressemblait plus en rien à la sienne, prononça une série de sons étranges : «...Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn...Yog-Sothoth, Yog-Sothot, Yog..». Puis son c¿ur s'emballa dans sa poitrine et il eut véritablement l'impression que sa tête allait exploser. Hyades ouvrit les yeux, recula et avant de s'effondrer, il crut entendre comme un bruissement d'aile résonner à ses oreilles. Puis il s'écroula sur le sol.

Carmélia ouvrit de grands yeux quand Otto eut finit de dérouler la gravure. Elle dévisagea un instant son interlocuteur puis recouvrit presque aussitôt son ineffable sourire. Après s'être excusée, elle se leva et disparut dans la grande salle. Elle revint quelques instants plus tard en priant Otto de la suivre. Ils traversèrent la première salle mais poursuivirent vers une autre pièce, plus petite, à l'éclairage plus tamisé. Carmélia s'effaça pour laisser passer Otto et referma la porte derrière lui. Otto se retrouva face à un homme dont il distinguait à peine les traits. Cette pièce était réellement mal éclairée. L'homme prit la parole :

"- cela faisait longtemps que j'attendais votre visite Comte Marlsberg¿vous ou un autre d'ailleurs¿il semblerait que vous possédiez quelque chose dont j'ai besoin¿si le document s'avère authentique bien sûr¿Puis je l'examiner et savoir comment vous l'avez obtenu ?¿"

Et il alluma une petite lampe à la lueur bleuâtre.

Après quelques minutes d'un échange qui eut pour résultat d'empourprer les joues de Lady Carter, il fut convenu qu'elle ferait tout-son-possible pour passer en début de soirée. Marishka, de bien meilleure humeur, décida d'en profiter pour élucider ce mystère Brougtinghton. Elle enfouit donc l'article dans son sac et se rendit à Scotland Yard. Là, elle crut reconnaître une silhouette familière.

Son cliché dans la boite. Lucien se dirigea en titubant vers un bobby. Les douleurs devenaient insupportables. Il arriva à la hauteur du policier mais s'évanouit avant de pouvoir dire quoi que ce soit. Quand il se réveilla, Lucien était dans sa chambre d'hôtel. Plusieurs visages inquiets étaient penchés au dessus de lui. Il réfléchit un instant et réalisa qu'il ne souffrait plus. Il réalisa aussi qu'il ne connaissait aucun de ces visages inquiets.

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

"Hum je vois que nous recherchons la meme chose apparement "Otto se tient droit dans la penombre son coté droit legerement incliné par l'axe de sa canne .Discretement il tourne la tete pour mieux observer l'aspect de la piece à la faveure de la lampe recement allumée puis son regard vient se fixer sur son interlocuteur .

Tout en l'observant sa main gauche vient caresser delicatement sa moustache fine .

"J'ai peur Monsieur de ne pas pouvoir vous eclairer sur l'identité de l'ancien proprietaire de ce document ce dernier aimant par dessus tout la discretion .

Cependant je puis evidement vous le montrer sans pour autant vous le laisser .........à condition evidement que vous m'eclairiez sur ce document et que vous partagiez vos informations relatives au livre cela va de soit ."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

L'homme esquissa un sourire et tendit la main en direction du parchemin que tenait Otto. Tout en l'examinant, il dit:

- le livre...savez vous seulement combien l'ont recherché et combien sont aujourd'hui morts ou enfermés dans une cellule capitonnée pour avoir tenter d'en pénétrer les secrets? *il rit*..le livre...et vous que savez vous de ce livre? ou que croyez vous en savoir?...*il retourna à son examen et dit presque pour lui même*.."N'est pas mort ce qui à jamais dort

Et au long des ères peut mourir même la mort"..*il reporta son regard sur Otto, ses lèvres s'élargirent en un rictus assez effrayant, il poursuivit de cette meme voix monocorde*...Kitab Al-Azif..."le livre des hurlements des démons"...enfin, certains, sans doute plus poétique ou plus sensible, le nomment "le livre de celui qui s'approche"..*il rit à nouveau*...mais beaucoup préfèrent ne pas lui donner de nom, alors...mais pourquoi vous interessez vous à ce...livre? *ses yeux se firent plus petits, plus perçants*...

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Un sourir vient de naitre sur le visage d'Otto veritable reflet de celui de son interlocuteur :"Mais pour en percer les mysteres cela va de soit et arpenter plus avant les chemins de la connaissance menant aux cimes de la Vérité .N'est ce pas la le but de la société theosophique ?N'etes vous pas animé par les memes nobles intentions ?"..........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

L'homme éclata de rire mais d'un rire joyeux et franc.

- Oh mais bien sûr¿Satyât nâsti paro dharmah : il n'y a pas de religion plus élevée que la vérité *récita t-il d'un ton moqueur et avec un mouvement de la main indiquant un coin de la pièce dont Otto ne discernait que des ombres*¿la devise de notre société !¿*il roula la gravure et conclut*¿ce dessin est un faux¿*il se leva et s'approcha de son visiteur*¿j'ai été ravi de vous rencontrer mais j'ai bien peur que nos affaires s'arrêtent ici¿*avec un sourire presque fielleux*...je ne pense pas, comte, que vous ayez les ressources nécessaires pour poursuivre le but que vous semblez vouloir atteindre¿

Et avec un synchronisme parfait, deux hommes ouvrirent la porte et attendirent, impassibles, sur le seuil.

« Mes¿ amis.. vont vous reconduire jusqu'à la sortie. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Otto conserva un sourir figé "le plaisir fut pour moi Monsieur meme si celui ci est quelque peu affecté par votre cinglant verdicte .Faux dites vous ,hum qu'importe .....Otto à son tour part d'un rire sonore j'adore partir en quete de chimere .Pour ce qui est de mes rescources Monsieur nous verrons ,nous verrons ......"

Otto recupere son document et le remet dans sa malette au dessus de son Mauser .

"Au revoir Monsieur ."

Otto ne daigne meme pas s'incliner et s'engouffre dans la porte .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Otto passe devant Carmelia lui esquisse un sourir qui s'evapore aussitot la porte passée et se retrouve devant l'entrée .L'air pensif il marche dans la rue en quete d'un taxi qui le ramenera à son hotel .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

"Mais on dirait ..." intriguée Marishka faussa compagnie au policier à l'épaisse moustache qui avait finalement accepté de la mener à un certain sergent Bolton travaillant avec l'inspecteur Broughtington.

Elle s'engagea dans le couloir où venait de disparaître la silhouette familière... Elle eut juste le temps de l'apercevoir entrer dans un bureau.

Elle se planta devant la porte, légèrement indécise, puis avec un soupir elle frappa 3 coups secs ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

Quelques pâtés de maison plus loin, Otto sifflait un taxi. Toujours absorbé par ses pensées, il vit la voiture s'arrêter et attendre le long du trottoir opposé. Otto soupira de lassitude et traversa la rue. Il eut le temps d'entendre le vrombissement d'un moteur derrière lui.

Une voix sourde l'invita à entrer ce que fit aussitôt Marishka. Un monticule de dossiers formant une impressionnante pyramide trônait au milieu du bureau, au dessus duquel évoluaient des volutes de fumée bleues. Alors qu'elle s'avançait vers une chaise, la voix toussota puis s'excusa et la pria de s'asseoir. Marishka retira une pochette cartonnée qui encombrait sa chaise et en fit tomber plusieurs clichés. Alors qu'elle se penchait pour ramasser les photos, une tête surgit à coté d'elle. Comme en écho, ils s'exclamèrent simultanément :

- Fletcher ?!

- Miss Nortov ?!

- Mais qu'est ce que.. ?

Fletcher écarquilla les yeux et coupa :

- Et vous ?

La porte s'ouvrit et Bolton fit irruption.

- Broughtinghton t'attend, ils ont découvert un nouveau corps, mais qu'est ce que vous faites ici vous? *à l'adresse de Marishka*

Fletcher lui fit signe de s'en aller et pria Marishka d'attendre un instant, sans bouger de cette pièce insista-t-il. Marishka se retrouva seule.

Le voiture s'arrêta devant l'hôtel et Zerline adressa un sourire charmant à l'oriental en guise de remerciement. Elle s'apprêtait à descendre quand il lui prit la main et lui adressa une énigmatique mise en garde contre les hypothétiques dangers qui peuplaient ce pays. Zerline lui fit la promesse de faire attention, même si en franchissant le hall de l'hôtel, elle n'avait toujours pas saisi à quoi elle devait faire attention. Le réceptionniste l'interpella et lui remit une enveloppe¿cachetée d'un sceau rouge. Dans l'ascenseur qui la menait à sa chambre, où elle mourrait d'envie de se rafraîchir, elle lut : « Ce fut une erreur de vous rapprochez de la police. La dernière soyez en assurée. L.P. ». Elle ouvrit la porte de sa chambre et trouva sur son lit : un rat. Un horrible rat, aux poils brunâtres.

ze rat

(Indication: Otto un jet en Dextérité et en Esquive instinctive s'il te plait (D20 et D100)...Marishka si tu désires fouiller la pièce un D100 s'impose...Zerline un D100 en discrétion et un D20 en dextérité te plait....voilou ;) )

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant