Aller au contenu

Le Moors Sundry Act de 1790 : l’interdiction de réduire en esclavage les noirs du Maroc


Messages recommandés

azed1967 Membre 3 026 messages
Forumeur alchimiste‚ 51ans
Posté(e)

Le Moors Sundry Act de 1790 : l’interdiction de réduire en esclavage les noirs du Maroc

 

Jos%C3%A9_Tapiro_y_Baro_Portrait_of_a_Moroccan_man-672x890.jpg

En 1790, alors que l’esclavage bat son plein, la législature de Caroline du Sud adopte une loi garantissant un statut particulier aux sujets du Sultan Maroc Mohammed Ben Abdellah al-Khatib. En vertu de cette loi, les Maures (Noirs marocains) jouissaient, sur le territoire américain, des mêmes privilèges que les citoyens blancs. De ce fait les lois régissant la vie des esclaves ne les concernaient aucunement. 

Tout débute le 20 Janvier 1790, lorsque qu’un groupe de sujets du Sultan du Maroc présente une pétition à la Chambre des représentants de Caroline du Sud. Résidant sur le sol américain, ils craignaient, du fait de leur couleur de peau, d’ être soumis aux lois esclavagistes alors en vigueur. Leur pétition demandait, au cas où ils viendraient à enfreindre la loi, qu’ils soient jugés comme des citoyens classiques. Cette demande se basait  sur le fait que le Maroc et les jeunes Etat-Unis étaient alliés. D’ailleurs, il est à noter que le traité d’amitié américano-marocain est le premier document diplomatique des USA.

Les « Maures Libres« , comme se faisaient appeler les pétitionnaires, expliquèrent la mésaventure qui les poussa à faire une telle requête. Dans le passé, alors qu’ils combattaient pour la défense de leur royaume, eux et leurs épouses furent capturés et faits prisonniers par les Portugais. Après cela, un certain capitaine Clark se les fit livrer et leur promit qu’ils seraient rachetés par l’ambassadeur du Maroc en Angleterre, et renvoyés chez eux. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Ils furent déportés en Caroline du Sud où on les vendit comme esclaves. Dès lors, à a sueur de leurs fronts, » ils achetèrent leur liberté auprès de leurs maîtres.

Ils demandèrent donc qu’en tant que sujets libres d’un souverain allié des États-Unis, ils ne soient pas considérés comme soumis à une loi de l’État dite « loi nègre« . S’ils étaient reconnus coupables d’un crime ou d’un délit, ils devraient bénéficier d’un procès équitable devant un jury légale. La question fut renvoyée à un comité composé du juge John Grimke, du Général Charles Pinckney et d’Edward Rutledge qui l’approuvèrent en ces termes :

« Ils ont Considéré de même et sont d’avis qu’aucune Loi de cet État ne peut dans sa construction ou son fonctionnement s’appliquer à eux, Et que les personnes qui sont les Sujets de l’Empereur du Maroc, étant Libre dans cet État, ne sont pas justiciables selon la Loi commandant pour le meilleur ordre et la meilleure direction des Noirs et autres esclaves. « 

SourcesState Records of South Carolina. Journals of the House of Representatives, 1789-90. Michael Stevens, Christine Allen: Pub. for SCDAH by USC Press: ©1984 SCDAH 1st Ed. Pub. by University of South Carolina Press ISBN 0-87249-944-8

 

 

Panafricainement Vôtre, Franswa Makandal

 

https://nofi.fr/2016/11/moors-sundry-act-de1790-linterdiction-de-reduire-esclavage-noirs-maroc/32117

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité