Aller au contenu

La société peut-elle conduire au bonheur ?


Invité

Messages recommandés

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Je déclare d'emblée que je ne le pense pas.

 

Dans la société il n'y a que la poursuite dans l'espérance du bonheur ou alors, des personnes bien intégrées et heureuses grace aux illusions qu'elles entretiennent sur elles memes, sur les autres, sur  la société...un peu comme d'etre dans la matrice ( société=matrice ).

Et dans la matrice il y a du monde ! Peut etre 80,90% des gens ( ?)

Il y aurait sans doute une corrélation a faire avec les personnes qui sont en tous lieux et en tous temps penchées sur leur téléphone portable.

Il me semble aussi qu'au sein de la société, donc parmi les personnes très bien intégrées, les attirances que les hommes et les femmes ont les uns envers les autres reposent sur des malentendus, qu'en réalité nous ne désirons jamais les memes choses.

Dans la société les personnes se croisent, s'entrecroisent, se melent, s'emmelent, se démelent, un vrai sac de noeud.

 

Alors si la société ne peut pas nous donner un bonheur authentique, est-il possible de le trouver ailleurs ?

Peut etre dans la rencontre des personnes qui pensent au dela ou en dehors de la société ( ?)

Ou alors, peut etre dans le détachement et le lacher prise, en n'étant pas figé, cristallisé dans une personnalité, en flottant librement entre les attitudes et comportements ( ?)

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Talon 1, 76ans Posté(e)
Talon 1 Membre 18 642 messages
76ans‚ Talon 1,
Posté(e)

"J'ai vu beaucoup d'hommes qui avaient plus de désirs que de vrais besoins, et plus de besoins que de satisfactions." Voltaire

La société originelle avait pour but de décupler les capacités des humains, de les protéger mieux. Leur idéal était conquérant. Ceux qui voulaient lui résister n'avaient qu'un moyen : se regrouper.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Forumeur discret, 59ans Posté(e)
Kid_Ordinn Membre 5 364 messages
59ans‚ Forumeur discret,
Posté(e)

Il n'y a pas qu'un seul bonheur,certains voient le bonheur comme une grande et belle chose à atteindre alors que,selon moi,le bonheur est morcelé en plein de petites choses du quotidien,de petits instants parfois fugaces.

Ce sont ces petits moments qu'il faut saisir (voir) et en profiter sans se poser d'autres questions.

Je n'ai pas d'exemple précis à l'instant ou j'écris ces lignes mais il suffit de rester open mind pour les ressentir,le matin au sortir du lit,c'est un bon café ou le soleil ou les oiseaux qui chantent,peu importe.A vous de les trouver !

  

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Marpletree
Invités, Posté(e)
Invité Marpletree
Invité Marpletree Invités 0 message
Posté(e)

Je pense que chaque être humain à sa propre propension au bonheur.

Croire qu'il dépend de la société (ou pas), de dieu, de l'univers ou de son voisin de palier, c'est à mon avis de déconnecter de son "être".

Au passage, dire ou penser que la plupart des gens s'illusionnent sur leur propre bonheur, je vois pas trop ce que ça peut apporter....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
CAL30 Membre 422 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)
Il y a 11 heures, swam a dit :

Je déclare d'emblée que je ne le pense pas.

 

Dans la société il n'y a que la poursuite dans l'espérance du bonheur ou alors, des personnes bien intégrées et heureuses grace aux illusions qu'elles entretiennent sur elles memes, sur les autres, sur  la société...un peu comme d'etre dans la matrice ( société=matrice ).

Et dans la matrice il y a du monde ! Peut etre 80,90% des gens ( ?)

Il y aurait sans doute une corrélation a faire avec les personnes qui sont en tous lieux et en tous temps penchées sur leur téléphone portable.

Il me semble aussi qu'au sein de la société, donc parmi les personnes très bien intégrées, les attirances que les hommes et les femmes ont les uns envers les autres reposent sur des malentendus, qu'en réalité nous ne désirons jamais les memes choses.

Dans la société les personnes se croisent, s'entrecroisent, se melent, s'emmelent, se démelent, un vrai sac de noeud.

 

Alors si la société ne peut pas nous donner un bonheur authentique, est-il possible de le trouver ailleurs ?

Peut etre dans la rencontre des personnes qui pensent au dela ou en dehors de la société ( ?)

Ou alors, peut etre dans le détachement et le lacher prise, en n'étant pas figé, cristallisé dans une personnalité, en flottant librement entre les attitudes et comportements ( ?)

 

 

Notre espèce, homo sapiens, n'est constituée que d'individus sociaux, fondamentalement sociaux. Et c'est cette caractéristique principale qui nous a permis de conquérir le monde voire plus par la culture  qui n'est que ce qu'on conserve de nos vies sociales.

C'est pourquoi je trouve la présentation de ta problématique bien naïve en opposant la recherche singulière du bonheur qui s'opposerait aux contraintes imposées par la société (entité monstrueuse et totalisante) qui ne produiraient que du formatage.

Sans la société et ses acquis notre vie ne serait que combat permanent pour survivre.

La société et la culture qui en jaillis permettent à chacun de prendre de la distance avec elles. Un effort permanent d'introspection permet de définir pour soi ce qu'est la recherche du bonheur. Et il sera forcément social parce que nous sommes tous des homo sapiens.  

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 66ans Posté(e)
Maroudiji Membre 6 485 messages
Forumeur expérimenté‚ 66ans‚
Posté(e)
il y a 26 minutes, CAL30 a dit :

Notre espèce, homo sapiens, n'est constituée que d'individus sociaux, fondamentalement sociaux. Et c'est cette caractéristique principale qui nous a permis de conquérir le monde voire plus par la culture  qui n'est que ce qu'on conserve de nos vies sociales.

C'est pourquoi je trouve la présentation de ta problématique bien naïve en opposant la recherche singulière du bonheur qui s'opposerait aux contraintes imposées par la société (entité monstrueuse et totalisante) qui ne produiraient que du formatage.

L'entité monstrueuse et totalisante, c'est bien l'espèce à laquelle tu t'identifies, cruelle, sanguinaire, barbare, comme tu le dis si bien : "qui nous a permis de conquérir le monde voire plus par la culture".

300px-Quebec_License_Plate.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
lumic Membre 7 366 messages
Forumeur vétéran‚
Posté(e)
Il y a 12 heures, swam a dit :

Je déclare d'emblée que je ne le pense pas.

 

Dans la société il n'y a que la poursuite dans l'espérance du bonheur ou alors, des personnes bien intégrées et heureuses grace aux illusions qu'elles entretiennent sur elles memes, sur les autres, sur  la société...un peu comme d'etre dans la matrice ( société=matrice ).

Et dans la matrice il y a du monde ! Peut etre 80,90% des gens ( ?)

Il y aurait sans doute une corrélation a faire avec les personnes qui sont en tous lieux et en tous temps penchées sur leur téléphone portable.

Il me semble aussi qu'au sein de la société, donc parmi les personnes très bien intégrées, les attirances que les hommes et les femmes ont les uns envers les autres reposent sur des malentendus, qu'en réalité nous ne désirons jamais les memes choses.

Dans la société les personnes se croisent, s'entrecroisent, se melent, s'emmelent, se démelent, un vrai sac de noeud.

 

Alors si la société ne peut pas nous donner un bonheur authentique, est-il possible de le trouver ailleurs ?

Peut etre dans la rencontre des personnes qui pensent au dela ou en dehors de la société ( ?)

Ou alors, peut etre dans le détachement et le lacher prise, en n'étant pas figé, cristallisé dans une personnalité, en flottant librement entre les attitudes et comportements ( ?)

 

 

Si des personnes pensent au delà des règles ou en dehors de la société sans doute peut on en déduire que la société s 'est tout autant construite sur des individus , des personnalités alors qui fait quoi ?

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
CAL30 Membre 422 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)
il y a une heure, Maroudiji a dit :

L'entité monstrueuse et totalisante, c'est bien l'espèce à laquelle tu t'identifies, cruelle, sanguinaire, barbare, comme tu le dis si bien : "qui nous a permis de conquérir le monde voire plus par la culture".

300px-Quebec_License_Plate.jpg

Mais c'est à nous d'en faire mille définitions.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Petit pois
Invités, Posté(e)
Invité Petit pois
Invité Petit pois Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 20 heures, swam a dit :

Dans la société il n'y a que la poursuite dans l'espérance du bonheur ou alors, des personnes bien intégrées et heureuses grace aux illusions qu'elles entretiennent sur elles memes, sur les autres, sur  la société...un peu comme d'etre dans la matrice ( société=matrice ).

Et dans la matrice il y a du monde ! Peut etre 80,90% des gens ( ?)

Il y aurait sans doute une corrélation a faire avec les personnes qui sont en tous lieux et en tous temps penchées sur leur téléphone portable.

Là, tu nous fais un remake de Matrix, c'est amusant mais pas très réaliste.

 

Il y a 20 heures, swam a dit :

Dans la société les personnes se croisent, s'entrecroisent, se melent, s'emmelent, se démelent, un vrai sac de noeud.

...ou un vrai bonheur, une pépite de communications et de relationnel, d'ouverture les uns aux autres.

 

Il y a 20 heures, swam a dit :

Alors si la société ne peut pas nous donner un bonheur authentique, est-il possible de le trouver ailleurs ?

Je voudrais savoir ce qu'est un "bonheur authentique" à tes yeux.

Il y aurait donc de faux bonheurs ? Il y aurait des bonheurs méprisables ? Il y aurait des bonheurs à fuir ?...je ne saisis pas bien ta pensée, là. Merci de la préciser.

 

Il y a 20 heures, swam a dit :

Peut etre dans la rencontre des personnes qui pensent au dela ou en dehors de la société ( ?)

Des ermites, alors. Mais par définition ils ne vont pas rechercher de rencontres.

Ou alors des marginaux réfutant toute sorte de forme sociétale ?...de toute façon, ermites ou marginaux ou je ne sais quoi sont et font partie d'une forme de structure sociétale aussi.

 

Il y a 20 heures, swam a dit :

Ou alors, peut etre dans le détachement et le lacher prise, en n'étant pas figé, cristallisé dans une personnalité, en flottant librement entre les attitudes et comportements ( ?)

Là, si ce n'est l'exagération, il y aurait presque une piste à suivre.

Le détachement : terme un peu excessif qui me paraît se rattacher à quelques religieux, quelques courants philosophiques, et à peu d'individus au sein même de ces pratiques.

Le lâcher-prise est pour moi  une condition évidente, ce qui ne veut pas dire le je-m'en- foutisme non plus. Savoir accepter une part des choses, bonne ou mauvaise, permet en effet une plus grande accessibilité à la joie, à la paix intérieure, à  d'autres idées que les siennes, au contact avec les autres et finalement à une forme de bonheur  et à une multitude de bonheurs au sein de la société et aux cercles plus restreints dans cette société.

N'être ni figé (bien que tu ne précises pas sur quoi) ni cristallisé dans une personnalité ( la sienne, ou celle que l'on attendrait d'un(e) autre ) ne mérite même pas d'être mis en question, à moins d'aboutir à une personnalité psychorigide , narcissique, absolutiste , "autoritariste" pour ne pas dire dictatoriale.

De là à en faire l’amalgame avec l'inconstance et la versatilité voire l'opportunisme comme tu le fais ensuite  , il y a un milieu, un équilibre comme dans toute bonne chose.

 

Quant à ta problématique en elle-même, je ne saurais dire mieux que Cal30

Il y a 9 heures, CAL30 a dit :

Notre espèce, homo sapiens, n'est constituée que d'individus sociaux, fondamentalement sociaux. Et c'est cette caractéristique principale qui nous a permis de conquérir le monde voire plus par la culture  qui n'est que ce qu'on conserve de nos vies sociales.

C'est pourquoi je trouve la présentation de ta problématique bien naïve en opposant la recherche singulière du bonheur qui s'opposerait aux contraintes imposées par la société (entité monstrueuse et totalisante) qui ne produiraient que du formatage.

Sans la société et ses acquis notre vie ne serait que combat permanent pour survivre.

La société et la culture qui en jaillis permettent à chacun de prendre de la distance avec elles. Un effort permanent d'introspection permet de définir pour soi ce qu'est la recherche du bonheur. Et il sera forcément social parce que nous sommes tous des homo sapiens.  

 

 

 

 

.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Je fais une réponse courte et globale :

 

Depuis toujours l'homme vie en société, a de rares exceptions, mais depuis toujours aussi il recherche le bonheur sans le trouver, ou trés rarement, d'ou les multiples religions et autres courants philosophico-ésotériques.

L'art également, est une recherche ou étude sur le bonheur.

La société c'est une course au bonheur dans un labyrinthe.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×