Aller au contenu

Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ?


Invité

Messages recommandés

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ?

Autrement dit :

  • Est-ce parce que des gens trouvent leur compte dans une cause, qu'il faut défendre cette cause ?
    "Trouver son compte" ça veut dire trouver du profit, ou de l'avantage.
    "Consoler", c'est soulager quelqu'un qui de sa douleur, adoucir ou apporter du réconfort.
    Vous défendez facilement vos causes, parce qu'elles vous apportent quelque chose. Mais défendriez-vous n'importe quelles autres causes, parce qu'elle apporte un réconfort à d'autres personnes ? Et s'il y a un conflit d'intérêts, comment jugeriez-vous ce qui est véritablement avantageux pour chacun (ou pour l'avenir) ?
     
  • Pensez-vous, que toutes les causes, tous les sujets, toutes les actions, toutes les pensés sont défendable, parce qu'elle réconforte quelqu'un ?
    - Si non, quelle est la limite entre ce qui est défendable et ce qui ne l'est pas ? (l'egoïsme est-il nécessaire, ou suffisant ?)
    - Et si oui, défendriez-vous vraiment l'obscurantisme et l'escroquerie véhiculée dans certaines pratiques ?
              Exemples :
    • Prétendre que les fantômes existent et communiquent avec des voyants, ce n'est pas informatif, ni scientifique, ni obligatoirement bienveillant ou utile.
    • Prétendre que l'eau de Lourde guérie, ce n'est pas informatif, ni scientifique, ni obligatoirement bienveillant ou utile.
    • Prétendre qu'un vaisseau extraterrestre s'est écrasé à Roswelle, ce n'est pas informatif, ni scientifique, ni obligatoirement bienveillant ou utile.
    • Prétendre que la démarche psychanalytique est correcte, ce n'est pas informatif, ni scientifique, ni obligatoirement bienveillant ou utile.
    • Prétendre que la terre est plate, ce n'est pas informatif, ni scientifique, ni obligatoirement bienveillant ou utile.
    • Etc.

Je me pose la question, car je lis par-ci, par-là, que "parce qu'une personne se fait aider, par une cause*, elle est défendable".
*: Une cause, que l'ensemble des rationalistes, chercheurs ou des pragmatiques trouveraient douteuse, voir malhonnête (tel que le paranormal, ou la psychanalyse).
Par exemple :
Faut-il défendre la démarche psychanalytique parce qu'elle en aide quelques-uns (tandis qu'elle en empoisonne biens d'autres) ?
Faut-il défendre le marabout qui guérit votre ordinateur des virus, parce que ça en aide certain crédule à mieux se sentir dans leur peau (tandis qu'il soulage votre porte-monnaie) ?
Faut-il défendre le terroriste qui se fait exploser, parce que ça en aide certain de croire qu'ils arriveront plus vite au paradis (qui plus ait rempli de vierge) ?
Faut-il défendre les cultes religieux qui diabolisent la remise en cause du culte, parce que ça en aide certain à supporter leur vie (ou la définitions que ce culte en donne) ?
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité elbaid
Invités, Posté(e)
Invité elbaid
Invité elbaid Invités 0 message
Posté(e)

bah . certains pensent la planète en souffrance et en danger , à penser des conneries autant que ça leur fasse plaisir .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Obsédé textuel, 69ans Posté(e)
Gouderien Membre 24 452 messages
69ans‚ Obsédé textuel,
Posté(e)

A Demonax : je crois que tu mélanges un peu tout. Tu mets dans le même sac les fantômes et la psychanalyse, les ovnis et la théorie de la terre plate, sans oublier les religions. Cela n'a rien à voir. La théorie de la terre plate est une fumisterie, par contre je crois tout à fait à l'existence des ovnis, pour plusieurs raisons dont l'une est qu'il serait bien présomptueux de notre part de nous prétendre la seule race intelligente dans l'univers. Après, si je défends une cause, ce n'est pas parce qu'elle console, mais parce qu'elle me semble vraie, ce qui est très différent.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Talon 1, 76ans Posté(e)
Talon 1 Membre 18 642 messages
76ans‚ Talon 1,
Posté(e)

On défend ses convictions. Nous n'avons pas le pouvoir d'aller contre notre volonté. On peut agir différemment des convictions, mais pas les changer à son gré. "Une chose ne peut être limitée que par une autre de même nature. Ainsi, un corps peut limiter un autre corps et un esprit peut limiter un autre esprit, mais un corps ne peut limiter un esprit ni un esprit limiter un corps." Spinoza

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zeugma Membre 670 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

je serais du même avis que Gouderien, en ajoutant que la défense d'une cause n'est jamais première, mais survient lorsque qu'une opposition veut détruire ou relativiser une connaissance personnelle et/ou collective, sous l'argumentaire qu'une autre connaissance ne corrobore pas puisque sous certaines données il n'y a pas de preuve ni de confirmation...voir une antinomie...

ainsi défendre une cause "juste" parce qu'elle fait "du bien subjectivement", soit qu'elle procure un soulagement à une peine ou interroge un doute ou présuppose un inconnu ou convient à une situation de conflit... bref, juste pour mettre des mots, une réponse, une hypothèse ou une relation n'est pas suffisant, car ce serait dire que l'être humain n'est que le réactif du réel, et lui enlever toute action propre, toute liberté, et toute autodétermination...ça c'est la position des matérialistes qui pensent que la matière procure toutes les déterminations nécessaires pour expliciter la vie biologique et spirituelle...

mais même si il y a dans la matière toutes les occurrences nécessaires à l'individuation, cette matière est organisée par et vers une direction, vers une présence unique et irréductible, c'est la conscience personnelle et corporelle pour nous humains ou pour les autres animaux, jusque pour les insectes avec des nuances entre chaque espèce, et même pour des organismes dépendants d'autres vivants, par une présence biologique de chaque être végétal, par la répartition minérale d'éléments diverses, ainsi chaque lieu est aussi une limite entre plusieurs présences, certaines particulièrement énergétiques et actives, d'autres moins, mais tout ces lieux sont inter-connectées car il n'y a pas de lieu vide à ce point qu'il soit une rupture radicale entre deux présences...(j'ai employé le mot "présence" à dessein puisqu'il permet d'être comprit subjectivement et objectivement avec une amplitude indispensable à mon propos...)

pour conclure, si la matière est un socle, elle est aussi, si nous la regardons dans son ordre génétique et dans son ordre de perfection, ce qui témoigne du diverse et du multiple unifié dans l'individu...et "l'intelligence" qui saisie quelque chose de ces deux ordres a parfois tendance à s'arroger un droit de propriété sur ces choses, mais même si c'est un abus de pouvoir, qu'il soit au moins ouvert au futur de toutes les présences individuelles...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Puisqu'il s'agit de consoler, on parle de personnes que l'on apprécie par ailleurs.

On est jamais obligé de défendre des théses auxquelles on ne croit pas, mais on est pas obligé non plus de les dénigrer ou de les démonter si elles font du bien a d'autres.

On sait bien que les gens ont besoin de croire a quelque chose, et que si on leur enlevait leurs croyances ils iraient trés mal ou encore plus mal.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zeugma Membre 670 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

ne réduisons pas ce sujet assez large à l'aspect psychologique du vécu des croyants, ce serait s'enfermer une fois de plus dans une lecture du vécu comportementale, et donc dans une objectivation de la subjectivité, avec tous les contre-sens et les non-sens qui s'en suivent...

 

et puis croire n'est d'ailleurs pas un besoin mais un désir...distingo

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 50 minutes, zeugma a dit :

ne réduisons pas ce sujet assez large à l'aspect psychologique du vécu des croyants, ce serait s'enfermer une fois de plus dans une lecture du vécu comportementale, et donc dans une objectivation de la subjectivité, avec tous les contre-sens et les non-sens qui s'en suivent...

 

et puis croire n'est d'ailleurs pas un besoin mais un désir...distingo

Affirmation un peu péremptoire monsieur Zeugma. :hum:

De mon point de vue, meme les purs réalites-matérialistes croient a quelque chose auquel ils ont besoin pour avancer, ne serait-ce qu'en leur capacité d'appréhender la réalité.

ça mériterait d'ailleurs son topic dédié.

 

Et sinon, je ne pense pas que l'aspect psychologique soit une réduction, sauf peut etre pour les personnes qui ont une forte tendance a l'intellection.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zeugma Membre 670 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)
il y a 17 minutes, swam a dit :

De mon point de vue, meme les purs réalites-matérialistes croient a quelque chose auquel ils ont besoin pour avancer, ne serait-ce qu'en leur capacité d'appréhender la réalité.

ça mériterait d'ailleurs son topic dédié.

 

Et sinon, je ne pense pas que l'aspect psychologique soit une réduction, sauf peut etre pour les personnes qui ont une forte tendance a l'intellection.

"meme les purs réalites-matérialistes croient a quelque chose auquel ils ont besoin pour avancer " ????  

est-ce une erreur dans le choix du verbe "croire" ou tu sembles dire que "croire" est universellement répandu comme quelque chose d'émanant à toute réalité matérielle  ? ou parlais-tu de certaines personnes...dans ce cas être convaincu serait à mon avis plus juste...

je maintiens par contre que de tout voir dans et par  le vécu psychologique est une réduction et un enfermement aboutissant à une destruction du lien corporel naturel avec son milieu de vie...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 47 minutes, zeugma a dit :

"meme les purs réalites-matérialistes croient a quelque chose auquel ils ont besoin pour avancer " ????  

est-ce une erreur dans le choix du verbe "croire" ou tu sembles dire que "croire" est universellement répandu comme quelque chose d'émanant à toute réalité matérielle  ? ou parlais-tu de certaines personnes...dans ce cas être convaincu serait à mon avis plus juste...

je maintiens par contre que de tout voir dans et par  le vécu psychologique est une réduction et un enfermement aboutissant à une destruction du lien corporel naturel avec son milieu de vie...

Je n'avais pas vu ma faute de frappe ;

Je voulais écrire réalistes, et non réalités.

La différence entre croire et etre convaincu ?

Dans croire il y a une grande part d'affectif.

 

Disons que ce que j'essaye de suggérer c'est que meme l'exercice de l'intellect a besoin d'une source affective, qu'est ce que la volonté sinon ?

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zeugma Membre 670 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

hummrrrrr, de grandes incertitudes dans la connaissance de toutes ces choses tu as padaswam...

...croire et être convaincu ne se recoupe pas entièrement, et la volonté est autant à l'oeuvre dans l'acceptation du choix d'user de certaines nourritures que dans le don de soi dans le désir d'aimer...ce qui laisse effectivement une place à l'affectivité et à l'émotionnel, car la volonté est bien plus présente que certains ne semble l'admettre de nos jours, je pense à celles et ceux qui ne réfléchissent plus par eux même et suivent donc ce qu'on leur dit en l'acceptant volontairement...

mais la volonté s'exprime aussi par le refus, même si ce n'est pas là ou elle est dans sa meilleur forme...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité elbaid
Invités, Posté(e)
Invité elbaid
Invité elbaid Invités 0 message
Posté(e)

moi je défend la cause des Shadoks.....surtout qu'ils on pas vraiment tout à fait vraiment  tort ni vraiment non plus raison .

les Shadoks disent  : " quand il n'y a pas de solutions c'est qu'il n'y pas de problèmes "

et ils disaient aussi :  "  En essayant continuellement on fini par réussir , donc plus ça rate et plus on a de chance que ça marche... pas "

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Orbes claire
Invités, Posté(e)
Invité Orbes claire
Invité Orbes claire Invités 0 message
Posté(e)
il y a 28 minutes, swam a dit :

Je n'avais pas vu ma faute de frappe ;

Je voulais écrire réalistes, et non réalités.

La différence entre croire et etre convaincu ?

Dans croire il y a une grande part d'affectif.

 

Disons que ce que j'essaye de suggérer c'est que meme l'exercice de l'intellect a besoin d'une source affective, qu'est ce que la volonté sinon ?

 

 

Bonjour Swam,

Dans le prolongement de ce que tu dis, j'ajouterais que se barricader dans l’intellectualisation a ceci de rassurant que, du moins pendant un certain temps, cela donne l’impression d’avoir une parfaite maîtrise de soi et de garder tout sous contrôle … cela peut aller tant qu’on peut se maintenir en surface (à force d’efforts, de rituels, de propos corrosifs ou autres, etc) …. Cependant, tôt ou tard, il y a l’appel du « fond » qui se fait de plus en plus pressant ... pour notre plus grand bien en fait, simplement parce que le cœur a besoin de respirer et de vivre pleinement!

:bisou:;) 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 17 minutes, zeugma a dit :

hummrrrrr, de grandes incertitudes dans la connaissance de toutes ces choses tu as padaswam...

...croire et être convaincu ne se recoupe pas entièrement, et la volonté est autant à l'oeuvre dans l'acceptation du choix d'user de certaines nourritures que dans le don de soi dans le désir d'aimer...ce qui laisse effectivement une place à l'affectivité et à l'émotionnel, car la volonté est bien plus présente que certains ne semble l'admettre de nos jours, je pense à celles et ceux qui ne réfléchissent plus par eux même et suivent donc ce qu'on leur dit en l'acceptant volontairement...

mais la volonté s'exprime aussi par le refus, même si ce n'est pas là ou elle est dans sa meilleur forme...

 

Mais, Maitre,

Je peux etre convaincu que 2+2 font 4, sans que cela participe de mon affectif.

Par contre, si j'ai la volonté de comprendre le monde qui m'entoure, y compris par mon seul intellect, cela participe de mon affectif.

La volonté ou la volition, c'est de l'affectif.

 

Et ceux qui suivent ce qu'on leur dit abandonnent une grande partie de leur volonté.

 

 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Orbes claire
Invités, Posté(e)
Invité Orbes claire
Invité Orbes claire Invités 0 message
Posté(e)

@ Demonax :

Bonjour Demonax,

comme Gouderien l'a exprimé, dans votre post il y a un peu de tout ce qui confusionne un peu.

J'aurais envie de dire que si cela console, et pour autant que ça ne porte pas préjudice à l'environnement humain, animal etc, alors pourquoi pas  ... ! Le chemin que les individus prennent pour arriver au but qu'ils se sont fixé est probablement le seul qu'ils puissent emprunter à l'instant T de leur parcours ... là où ça devient pernicieux (et vicieux) c'est de faire des choix sous la menace (ouverte ou non), sous l'endoctrinement, etc ... bref lorsque le choix n'appartient pas réellement à la personne.

tout chemin est expérience ... parfois ce sont nos pires ennemis qui nous font avancer le mieux :) 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zeugma Membre 670 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)
il y a 21 minutes, swam a dit :

Je peux etre convaincu que 2+2 font 4, sans que cela participe de mon affectif.

à votre affectif non mais à votre volonté de connaitre oui et c'est là que le bas blesse, car la volonté de connaitre peut-être uniquement tournée vers un savoir peut parfois confondre le bon résultat de votre addition 2+2 = 4 avec le bien qui existe indépendamment de ce calcul ou dans l'inconséquence de ce calcul...ainsi quand vous dites : "Par contre, si j'ai la volonté de comprendre le monde qui m'entoure, y compris par mon seul intellect, cela participe de mon affectif."

vous semblez affirmer que votre intelligence retrouve de l'affectivité au contact du réel, ce qui n'est pas le cas de toutes les personnes, je désigne certains idéologues ou autres démagogues qui restent dans une gestion contrôlée de leur intelligence... 

donc :"La volonté ou la volition, c'est de l'affectif. " non pas nécessairement, dans la volonté de dominer ou d'organiser le monde, certaines personnes usent de leur volonté comme d'une auto-justification, et c'est autre chose que de l'affectif, c'est la volonté de puissance Nietzschéenne...plus du tout tournée vers le bien ou le sentiment, mais vers l'acceptation et l'affirmation de leur ego...

pour la dernière phrase: "Et ceux qui suivent ce qu'on leur dit abandonnent une grande partie de leur volonté. je suis d'accord, et c'est même cela qui permet à ceux nommé ci-dessus détendre leur empire...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 7 heures, Gouderien a dit :

Je crois que tu mélanges un peu tout.
[...] Après, si je défends une cause, ce n'est pas parce qu'elle console, mais parce qu'elle me semble vraie, ce qui est très différent.

Il y a 1 heure, Orbes claire a dit :

comme Gouderien l'a exprimé, dans votre post il y a un peu de tout ce qui confusionne un peu.

Le sujet est généraliste, c'est fait exprès pour réfléchir sur l'idée, pas sur l'exemple (attention au sophisme).
Existe-t-il une pensé, une méthode, un principe, une morale, .. qui permet de répondre à cette question de façon générale et objective (et compréhensive pour tous) ? Nous rentrerons dans le détail, une fois qu'un brouillon de réponse général sera donné.

Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ?

 

D'après vous (corrigez-moi, si je me trompe), la réponse est "oui, mais parce les causes me semblent vraies".
C'est à ce moment-là que la réponse devient du "cas-par-cas", car vous devenez le juge (non pas la raison, non pas l’objectivité, mais vous) !
Une personne lambda qui à besoin d'aide pour juger une cause, n'aura pas de lois, pas de principe, pas de méthode, elle aura besoin de "vous" pour l'y aider. Et tout ça, dans l’espoir que le personnage "vous" ne soit pas un humain mentalement déficient, ni un "co**ard".
Et si vous vouliez inclure la subjectivité, alors je vous le reprocherais, car nous sommes en philosophie ! Ce n'est pas à la subjectivité de chacun de juger la pertinence d'une réflexion, mais à la raison !.... Non ? (quoi qu'il en soit, c'est un autre sujet)

 

Il existe des exemples, afin d'aider le lecteur à comprendre l'idée générale !
Mais, il ne faut pas réduire une idée à son exemple.

  • Citation

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre la vente d'homéopathie, parce que ça en aide certains ?
    La critique est légitime.... (exemple :
    L'homéopathie plaquée au sol par James Randi)
    Donc, il y a un dilemme :
    Faut-il défendre cette causes qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre la démarche psychanalytique d'obédience freudienne, parce que ça en aide certains ?
    La critique est légitime... (exemple : sujet : la psychanalyse, Conférence avec Michel Onfray sur son livre : Le Crépuscule d'une idole, L'affabulation freudienne )
    Donc, il y a un dilemme : Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre le mysticisme dans le paranormal, parce qu'il en aide certains ?
    La critique est légitime ... (Comprendre l'illusion du mysticisme dans le Paranormal)
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre les croyances au divin, parce qu'elles en aident certains ?
    La critique est légitime ... (Sujet : preuves sur l'inexistence de divinité)
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre le système électoral mis en place, parce qu'il en aide certains ?
    La critique est légitime ... (Réformons l'élection présidentielle ! de Science étonnante)
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre l'état Français dans sa prise en charge et compréhension de l'autisme, parce qu'il en aide certains ?
    La critique est légitime ... (Sujet : Connaissez-vous l'autisme ?)
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre l'éducation national, parce qu'elle en aide certains ?
    La critique est légitime ... (Et si on revoyait les valeurs de l'école ? | Hippolyte Labourdette, lucile 22ans, dyslexique les enseignants ont passé leur temps a l'humilier, plutot qu a l'aider)
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre la croyances au père noël à l'âge adulte, parce qu'elle en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre la croyances au monstre du lochness, parce qu'elle en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre la création de culte/secte, parce qu'elle en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre la croyances au extraterrestre vert/gris, parce qu'elle en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre les extrémiste musulmans qui se font explosé, parce qu'ils en aident certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre le système politique en France, parce qu'il en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre la consommation nutritive actuelle (surconsommation, mal-bouffe,...), parce qu'elles en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre l’ignorance des amish parce qu'elles en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

    Donc, d'après vous, par exemple :
    _ Est-ce qu'il faut défendre les témoins de Jéhovah qui refusent les transfusion sanguine pour leur enfants, parce qu'elles en aide certains ?
    La critique est légitime ...
    Donc, il y a un dilemme ! Faut-il défendre cette cause qui consolent ?

...
Vous comprenez pourquoi il est absurde de traiter cette question au "cas-par-cas" ou par subjectivité ?
Car il y a trop de cas et la subjectivité n'a pas la valeur de la "raison" (c'est-à-dire : de pouvoir s'imposer à tous , et de façon correcte) !

La question philosophique que je pose, c'est bien celle de trouver une solution "généraliste" à ces dilemmes (qui sur la forme sont différent, mais dans le fond sont identique ! Attention au sophisme).
Moi-même, je continue de réfléchir à une méthode "généraliste" pour répondre à ces dilemmes, de façon correcte et objective (sans le besoin de mon intervention).

Certaines causes sont défendues, malgré leur escroquerie ou leur obscurantisme apparent (ou cacher), parce qu'elle console des gens.
Mais existe-t-il une différence "raisonnable", entre ces causes maladroite, et celle qui ne le sont pas ?
Et existe-t-il une différence "raisonnable", entre ces causes
défendue et celle qui ne le sont pas ?
....

Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ?

Toutes les réponses sont accepté (mais pas jugé acceptable au même niveau #nuance).
Mais ont ne peut pas remettre en cause la question. Le principe d'y répondre, c'est d'y répondre, par de l'éludé !
Si pour vous, la réponse est "il n'y a pas de réponse", alors dites-le, expliquez-le sans déformer ou nuire à la question. Merci.


Et à plus grande échelle:
Les gens font-ils la distinction entre défendre une cause générale, et une cause personnelle ?
Ou encore, voient-ils la différence entre défendre une cause (générale ou personnelle) dans l'intérêt de tous, ou défendre une cause (générale ou personnelle) dans son propre intérêt ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Pépé fada , râleur , et clairvoyant ., 76ans Posté(e)
Maurice Clampin Membre 9 093 messages
76ans‚ Pépé fada , râleur , et clairvoyant .,
Posté(e)
Il y a 7 heures, Gouderien a dit :

A Demonax : je crois que tu mélanges un peu tout. Tu mets dans le même sac les fantômes et la psychanalyse, les ovnis et la théorie de la terre plate, sans oublier les religions. Cela n'a rien à voir. La théorie de la terre plate est une fumisterie, par contre je crois tout à fait à l'existence des ovnis, pour plusieurs raisons dont l'une est qu'il serait bien présomptueux de notre part de nous prétendre la seule race intelligente dans l'univers. Après, si je défends une cause, ce n'est pas parce qu'elle console, mais parce qu'elle me semble vraie, ce qui est très différent.

:pap: .... Je suis tout à fait d' accord avec çà ....

De plus j' ai bien l' impression qu' il nous fait les demandes et les réponses ce bon Demonax .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 2 heures, zeugma a dit :

vous semblez affirmer que votre intelligence retrouve de l'affectivité au contact du réel, ce qui n'est pas le cas de toutes les personnes, je désigne certains idéologues ou autres démagogues qui restent dans une gestion contrôlée de leur intelligence... 

Je n'ai pas compris ce qui précède, mais je répond a ceci.

Non, c'est mon affectivité qui pousse mon intelligence a s'intéresser au réel.

Le maitre d'orchestre c'est toujours l'affectivité, pas l'intellect.

 

C'est parce que nous avons un affectif que nous éprouvons le besoin de croire.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 2 heures, zeugma a dit :

vous semblez affirmer que votre intelligence retrouve de l'affectivité au contact du réel, ce qui n'est pas le cas de toutes les personnes, je désigne certains idéologues ou autres démagogues qui restent dans une gestion contrôlée de leur intelligence... 

Je peux le formuler autrement :

 

J'aurais beau avoir un intellect surpuissant, si je n'ai pas d'affectif il ne sera pas opérant.

D'ailleurs n'est ce pas un peu le cas avec certains autistes particulierement doués ?

 

Il est a remarquer au passage que Nietzsche pense les femmes plus douées intellectuellement que les hommes, mais qu'en revanche leur volonté serait moins grande.

Et donc qu'elle les pousserait moins loin.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×