Aller au contenu

La paille et la poutre.


Erneste

Messages recommandés

Membre, 39ans Posté(e)
Erneste Membre 980 messages
Forumeur activiste‚ 39ans‚
Posté(e)

Bonjour ! :)

J'ai remarqué que nos propres défauts, notre "mauvaise" façon d'agir nous deviennent souvent insupportables quand on peut l'observer chez "l'autre", souvent bien plus que des défauts ou comportements que nous n'avons nous-même pas.

C'est assez perturbant dans l'idée. Est-ce nous-même que nous ne supportons pas ? Avec une certaine impossibilité de se haïr soi-même qui ferait qu'on "décharge" notre propre ressenti sur "l'autre" qui nous ressemble tant pour ne pas avoir à gérer un conflit interne, une remise en question ?

Bon peut-être pas de manière hyper consciente, du fait de nos défenses narcissiques, mais n'y aurait-il pas quelque chose de cet ordre là ?

Merci.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 104ans Posté(e)
ThomasMann Membre 3 895 messages
Baby Forumeur‚ 104ans‚
Posté(e)

Il est plus que connu que ' On reproche toujours à son ennemi les défauts que l'on a surtout soi-même" .

Si on insinue que son voisin est un menteur par exemple , il y a de fortes chances pour qu'on le soit soi-même , par exemple .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, claniste, 104ans Posté(e)
cry baby Membre 43 182 messages
104ans‚ claniste,
Posté(e)

oui l'etre humain aime critiquer son vis a vis ,mais faut surtout pas le critiquer

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeuse acharnée, Posté(e)
querida13 Membre 40 710 messages
forumeuse acharnée,
Posté(e)

Ou qu'on se pardonne à soi-même des défauts énormes (la poutre)alors qu'on exagère les défauts mineurs des autres (la paille).Cela veut dire que l'on a davantage d'indulgence pour soi que pour les autres,ou bien que la critique est aisée quand il s'agit de juger l'autre mais que le regard autocritique est plus bienveillant et qu'on se trouve des excuses .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 39ans Posté(e)
Erneste Membre 980 messages
Forumeur activiste‚ 39ans‚
Posté(e)

Il est plus que connu que ' On reproche toujours à son ennemi les défauts que l'on a surtout soi-même" .

Si on insinue que son voisin est un menteur par exemple , il y a de fortes chances pour qu'on le soit soi-même , par exemple .

Il y a de ça aussi...

C'est le fameux effet miroir : "Il signifie que tout ce que nous voyons chez les autres n’est que le reflet de nous-mêmes."

http://www.les-therapies-breves.com/en-savoir-plus/effet-miroir-psychologie.html

J'y avais justement pensé en écrivant le sujet, ensuite d'autres mots me sont venus.

Ce qu'il y a d'étrange, si l'on y réfléchit, c'est que lorsque nous sommes en situation, nous cherchons par tous les moyens à briser notre image, qui nous devient insupportable chez l'autre, mais, en réalité nous le faisons simplement pour préserver notre image (idéalisée). Il y a quelque chose d'affreusement paradoxal là-dedans. Heureusement que "l'autre" est là, parce que face à soi-même, ce serait un peu comme une forme de suicide.

oui l'etre humain aime critiquer son vis a vis ,mais faut surtout pas le critiquer

Mais quelque part, critiquer son vis-à-vis, c'est aussi se critiquer soi-même. Profondément.

Ou qu'on se pardonne à soi-même des défauts énormes (la poutre)alors qu'on exagère les défauts mineurs des autres (la paille).Cela veut dire que l'on a davantage d'indulgence pour soi que pour les autres,ou bien que la critique est aisée quand il s'agit de juger l'autre mais que le regard autocritique est plus bienveillant et qu'on se trouve des excuses .

S'agit-il vraiment de se le pardonner ou simplement n'en a-t-on pas conscience et on ne le voit pas chez nous ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×