Loi sur la fin de vie


Lex Membre 85 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)
041130181445srzr82jb0b.jpg

Unanimité pour voter la proposition de loi sur la fin de vie à l'Assemblée


30 novembre 2004 19h14 - AFP

Les députés ont été unanimes, à deux abstentions près sur 551 votants, pour voter mardi en première lecture la proposition de loi qui définit un droit au "laisser mourir" et refuse l'acharnement thérapeutique, sans légaliser l'euthanasie.


Le texte doit maintenant être examiné par les sénateurs. La date des débats n'a pas encore été arrêtée, mais le ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, s'est engagé à ce que le texte "passe au Sénat le plus vite possible".

La proposition de loi prévoit que les traitements ne doivent pas être poursuivis "par une obstination déraisonnable", une expression qui a été préférée à celle d'acharnement thérapeutique. Elle stipule qu'une personne en phase terminale peut décider "de limiter ou d'arrêter tout traitement" et autorise l'administration de médicaments anti-douleurs, même s'ils accélèrent le décès.

Le texte très pragmatique est le fruit d'un long travail collectif des députés, commencé le 1er octobre 2003 à l'initiative de Nadine Morano (UMP) et Gaëtan Gorce (PS), sous forme d'une mission d'information présidée par Jean Léonetti (UMP).

Cette mission faisait suite au décès de Vincent Humbert fin septembre 2003. Le jeune homme, plongé dans un coma profond par sa mère Marie Humbert après une injection de barbituriques, était décédé deux jours après son admission en réanimation dans le service du Dr Chaussoy au centre héliomarin de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais).

La proposition reprend l'essentiel du rapport de la mission rendu le 29 juin après avoir réussi à rallier anti et pro-euthanasie.

Ces clivages de fond sont néanmoins réapparus dans le débat vendredi, mais sans altérer l'atmosphère très consensuelle qui entourait le texte. Car pour certains, ce texte n'est qu'un point de départ vers une légalisation de l'euthanasie alors que pour d'autres c'est un aboutissement.

Christine Boutin (UMP) a résumé le consensus en parlant de "troisième voie".

"C'est ça le modèle français de l'accompagnement de la fin de vie que nous avons tous su définir ensemble, loin des clichés", a jugé M. Douste-Blazy. "Avec cette loi, la fin de vie en France aura un autre visage, elle sera un moment de choix et non de soumission", a-t-il ajouté.

Au lieu d'une "opposition des principes", les députés ont cherché "des solutions humaines et pratiques", a expliqué M. Gorce.

Cette loi, je l'espère, montrera à tous nos concitoyens qu'au delà de nos clivages traditionnels, nous avons pu sortir par le haut sur un problème majeur de notre société", a souligné pour sa part M. Léonetti.

Pendant ces débats, les députés ont partagé leurs doutes et leurs interrogations, mais tous sont tombé d'accord sur le refus d'un "statu quo hypocrite" et sur la nécessité de respecter à la fois la vie humaine et le droit de mourir dignement. Ils ont tous également appelé au développement des soins palliatifs. Sur ce point, le ministre s'est engagé à faire en sorte que les malades fassent "partie jusqu'au bout de la communauté des vivants".

Deux députés se sont néanmoins abstenus Jacques Desallangre (app. PCF) et Gilles Artigues (UDF).

Si pour le Dr Chaussoy qui fait actuellement face à la justice, "cette loi va nous permettre de travailler avec plus de sérénité", les pro-euthanasie, dont Mme Humbert, et avec elle, l'association "Faut qu'on s'active!" continuent à plaider pour une "aide active" à mourir.



Source: Yahoo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Kendo Membre 710 messages
Forumeur forcené‚ 33ans
Posté(e)

enfin le gouvernement se pose des vrais questions...on crève l'abcès. Il faut continuer dans cette voie les enfants ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nini la chance Membre 1 128 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

enfin!! c'est pas gagné mais si cela voulais avancé cela permettrait au gens de mourrir dignement, l'acharnement thérapeutique est une chose horrible comment peut on faire subir ça à une personne à qui l' on sait pertinament que les soins ne la sauverons pas mourrir dignement sans souffrance et un droit en tous cas moi pour ma part je voudrais si je suis perdue que l' on ne s'acharnement pas sur ma personne et encore une fois que l'on m'aide à mourrir dignement.

je sais il va en avoir si cette loi passe qui vont ce dire que cela va poser des problèmes au niveau héritages mais créons une loi qui permettrait à ces gens en fin de vie de protèger leurs bien dès qu'ils ont pris la décision d'en finir car il n'en peuvent plus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant