Aller au contenu

Lex

Membre
  • Compteur de contenus

    85
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Lex

  • Rang
    Forumeur en herbe

Informations Personnelles

  • Pays
  1. carte d'identité

    Bonjour, Oui il a le droit. arrêté du 21 mai 2013 modifiant l'arrêté du 7 février 2007 pris en application de l'article R.2-1 du code des postes et des communications électroniques et fixant les modalités relatives au dépôt et à la distribution des envois postaux. Source: legifrance.gouv.fr
  2. Un puissant séisme secoue l'île indonésienne de Sulawesi 19 Février 2005 Un puissant séisme a secoué samedi matin l'île de Sulawesi, dans l'est de l'archipel indonésien, semant la panique dans les communautés côtières de la région où l'on s'est empressé de gagner les hauteurs. Selon l'Agence indonésienne de météorologie et de géophysique, le séisme mesurait 6,9 degrés sur l'échelle de Richter, et était donc susceptible de causer des dégâts et des pertes humaines, même si pour l'instant rien de tel n'a été signalé. "Un tsunami n'est pas à exclure", a déclaré Rachmat Triono, un responsable de l'agence, précisant que l'épicentre du séisme avait été localisé à environ 70km au sud-ouest de l'île de Buton, et à 33.000 m sous la mer de Flores. "La secousse a été ressentie sur l'île de Buton et les eaux, autour de l'île, ont monté de trois à quatre mètres, mais nous ne savons pas si elles ont déferlé sur l'île", a-t-il expliqué à Reuters. La secousse s'est produite vers 08h00 locales (00h00 GMT). Dans un secteur de l'île de Buton, des femmes et des enfants se sont réfugiés en pleurant dans un vieux fort situé sur une colline, a rapporté la radio El Shinto. On ignore combien de personnes vivent sur l'île. Selon le site internet de l'Institut américain de surveillance géologique, la secousse a été mesurée à une magnitude de 6,5 degrés. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  3. Gaston Flosse et son gouvernement renversés en Polynésie 18 Février 2005 Le président de la Polynésie française Gaston Flosse (UMP) et son gouvernement ont été renversés vendredi, une motion de censure déposée par ses adversaires ayant été votée au terme d'une matinée de débats à l'assemblée territoriale. La motion de censure, déposée par Oscar Temaru, rival indépendantiste de Gaston Flosse, et par 11 autres élus de la coalition de l'UPLD, a été votée par 30 voix sur 57 élus, a annoncé le président de l'assemblée, Hiro Tefaarere. Hiro Tefaarere a précisé que l'élection du nouveau président de la Polynésie française avait été fixée au 28 février prochain. Gaston Flosse et les 26 autres élus du Tahoeraa Huiraatira avaient choisi de ne pas prendre part au vote. Lors de la suspension de séance décidée en fin de matinée, les élus du Tahoeraa et l'ensemble du gouvernement Flosse ont quitté l'hémicycle où ils n'ont pas reparu. Jeudi soir, Gaston Flosse avait annoncé sa décision de ne pas démissionner en dépit du dépôt de la motion de censure, et avait proposé la mise en place d'un gouvernement d'union. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  4. Un millier d'enfants seraient morts de froid en Afghanistan 18 Février 2005 Plus d'un millier d'enfants afghans pourraient avoir péri en deux semaines des conséquences de la vague de froid qui s'est abattue sur le sud du pays, estime une agence humanitaire catholique (CRS). Cette organisation a envoyé plusieurs équipes dans 16 villages d'un district de la province de Ghor. Celles-ci ont recensé en moyenne dans chaque village cinq enfants âgés de moins de cinq ans morts des conséquences du froid, pour la plupart au cours des deux semaines écoulées, a déclaré Paul Hicks, directeur de l'agence pour l'ouest de l'Afghanistan. Cependant, ajoute-t-il, le bilan pour l'ensemble du district de Shahrak est probablement plus lourd car la plupart des 250 villages de ce secteur restent inaccessibles en raison des fortes chutes de neige. Deux autres districts voisins, comptant un nombre similaire de villages, sont également inaccessibles par la route. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  5. Appels à la grève dans la fonction publique le 10 mars 18 Février 2005 Les cinq fédérations syndicales de l'Education nationale et cinq des sept fédérations de la fonction publique ont annoncé qu'elles se joindraient à la journée de grèves et de manifestations du 10 mars contre la politique sociale du gouvernement Raffarin. "Le gouvernement continue à se montrer sourd aux revendications exprimées avec force par les personnels et les jeunes", souligne l'intersyndicale de l'Education (FAEN, FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, Unsa-Education) en appelant tous les personnels à "amplifier l'action" le 10 mars. Elle réclame à nouveau "l'ouverture de véritables négociations pour une autre loi" d'orientation sur l'école. Dans la fonction publique, les fédérations FO, CGT, FSU, Unsa et CFTC se sont aussi prononcées "pour que l'ensemble des fonctionnaires et agents publics participent activement à la grève et aux manifestations" le 10 mars. A la différence du syndicat CFDT de l'Education, la fédération CFDT de la fonction publique a cependant réservé sa décision jusqu'au 22 février, suivant ainsi la position de sa confédération. La septième fédération de fonctionnaires, celle des cadres CGC, s'est retirée de l'intersyndicale depuis la fin décembre. La journée du 10 mars, à laquelle sont appelés les salariés du privé et du public, est organisée par les confédérations CGT, FO et CFTC sur les mêmes thèmes que les manifestations du 5 février pour "les salaires, le temps de travail, l'emploi" et contre "la déréglementation". Au niveau confédéral, la CFDT a fait savoir qu'elle était réticente à "noyer les salariés du privé" avec les agents des services publics et qu'elle annoncerait sa position "au plus tard en début de semaine prochaine". [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  6. mère adoptive

    border="0" alt="IPB Image" /> Mimi non ?
  7. Michael Jackson a quitté l'hôpital

    Michael Jackson a quitté l'hôpital après un séjour de 48h 17 Février 2005 Michael Jackson a quitté l'hôpital où il avait été admis pour une grippe qui a interrompu la sélection du jury en vue de son procès pour attentat à la pudeur sur la personne d'un mineur, annonce un communiqué diffusé jeudi sur son site internet. Le chanteur a quitté la veille au soir le Marian Medical Center de Santa Maria, en Californie, peut-on lire sur le site MJJSource.com. Jackson avait été hospitalisé mardi à la suite d'un malaise, alors qu'il se dirigeait vers le tribunal de Santa Maria, situé à une trentaine de minutes de route de son ranch de Neverland. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  8. Bush demande le retrait de l'armée syrienne du Liban 17 Février 2005 Le président George Bush a invité la Syrie à retirer les 14.000 militaires qu'elle maintient encore au Liban, conformément à la résolution 1559 adoptée en septembre 2004 par le Conseil de sécurité de l'Onu. Il a souligné que le gouvernement syrien devait s'abstenir de s'ingérer dans le processus devant conduire en mai prochain au Liban à des élections libres et honnêtes. Mais le chef de la Maison blanche s'est gardé de mettre en cause les autorités de Damas dans l'assassinat lundi de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, qui s'était prononcé pour le retrait de l'armée syrienne. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  9. Les chiites irakiens obtiennent la majorité absolue 17 Février 2005 L'Alliance irakienne unifiée (AIU) a obtenu la majorité absolue des sièges à l'Assemblée nationale à l'issue des élections du 30 janvier en Irak et cette coalition chiite à dominante religieuse devrait désormais s'entendre avec les partis kurdes pour contrôler les deux tiers du parlement. La commission électorale a annoncé jeudi que l'AIU, créditée de 48% des suffrages, avait obtenu 140 des 275 sièges de l'Assemblée transitoire. La coalition des principaux partis kurdes, arrivée en deuxième position avec près de 26% des voix, comptera pour sa part 75 députés tandis que la liste emmenée par le Premier ministre intérimaire sortant, Iyad Allaoui, aura 40 élus. Outre la rédaction d'une nouvelle Constitution, l'Assemblée devra élire à une majorité des deux tiers un conseil présidentiel formé d'un président et de deux vice-présidents. Ce conseil nommera ensuite un Premier ministre et formera un gouvernement, que l'Assemblée approuvera à la majorité simple. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  10. Des ministres vont payer un loyer

    Des ministres vont payer un complément de loyer 17 Février 2005 Au moins deux membres du gouvernement ont décidé jeudi d'appliquer la nouvelle règle sur le logement des ministres fixée par Matignon après l'affaire du "duplex de prestige" d'Hervé Gaymard, a-t-on appris de source gouvernementale. Jean-François Copé, ministre délégué au Budget et porte-parole du gouvernement, et Frédéric de Saint-Sernin, secrétaire d'Etat à l'Aménagement du territoire, vont ainsi payer un complément de loyer sur leurs deniers personnels. Un troisième membre du gouvernement, Laurent Hénart, secrétaire d'Etat à l'Insertion professionnelle, n'aurait pas encore choisi entre un possible déménagement et le paiement d'un complément de loyer, a-t-on précisé de même source. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Reuters
  11. Nouvelle offre de Free !

    Free toujours aussi généreux avec ses abonnés 10 Février 2005 - 13h00 Grâce à l'action déterminante de l'ART, Free propose le débit maximum, jusqu'à 10 Mbit/s (ATM), à tous ses abonnés situés dans toutes les zones non dégroupées. Free va proposer à ses utilisateurs situés dans des zones non dégroupées, y compris les zones rurales couvertes par l'ADSL, le débit maximum que permet l'ADSL c'est à dire jusqu'à 10 Mbit/s en réception (10 272 kbit/s) et jusqu'à 320 kbit/s en émission sous réserve d'éligibilité de la ligne de l'abonné. Les abonnés Free Haut Débit disposant d'un terminal Freebox situés dans les zones non dégroupées bénéficieront ainsi, pour 29,99 ¿/mois d'une offre « dual-play » composée d'un accès à Internet à très haut débit (jusqu'à 10 272 kbit/s en réception et jusqu'à 320 kbit/s en émission) et de la téléphonie gratuite vers les postes fixes en France Métropolitaine. Les clients raccordés en 2 560 kbp/s en réception pourront demander à migrer gratuitement courant février 2005 sur l'offre de débit maximum directement depuis leur console de gestion en ligne sur le site de Free. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Free
  12. Test de connexion !

    Voila quelques sites sur lesquels on peut tester sa connexion internet ! Ca peut servir Le meilleur: ici 60 Millions de consommateurs: ici linternaute.com: ici ZDNet.fr: ici bw.sdv.fr: ici
  13. Free passe à 20Mbit/s !!

    Free passe à 20Mbit/s !! 28 Janvier 2005 - 15h38 Et oui 20Mbit/s en réception, 1Mbit/s en émission, une première en Europe. Pour les lignes non-dégroupés vous bénéficiez à présent d'un débit de 2560kbit/s en réception et de 160kbit/s en émission. Que de bonnes nouvelles ! Les fournisseurs d'accès à internet communiquent désormais majoritairement sur le débit ATM et non plus en débit IP ; Free est donc contraint de s' aligner sur ces nouvelles pratiques de communications et indique dorénavant ses débits en ATM. Bien sur Free ne change pas son Prix! 29¿99 Meilleur rapport Avantage/Prix comparé à la concurrence. Lex Source: Free
  14. L'affaire Seznec

    Le parquet requiert la révision de l'affaire Seznec 24 Janvier 2005 - 16h19 Le parquet général a requis la révision de la condamnation pour meurtre en 1924 de Guillaume Seznec, célèbre dossier criminel sur lequel le doute plane depuis 80 ans. "Treize requêtes en révision ont déjà été rejetées, je veux espérer que cette quatorzième requête sera favorablement accueillie et c'est en ce sens que je vais requérir", a dit l'avocat général devant la commission de révision des condamnations pénales. Cette commission, qui mettra sa décision en délibéré, a été saisie en mars 2001 par la ministre de la Justice de l'époque, Marylise Lebranchu, élue du Finistère, département d'origine du condamné. Elle peut soit rejeter la requête, soit saisir la Cour de cassation, seule habilitée lorsqu'elle siège en Cour de révision à "décharger la mémoire des morts", c'est-à-dire à blanchir Guillaume Seznec, sans nouveau procès. Dans la matinée, la présidente de la commission, Martine Anzani, avait fait état d'éléments qui affaiblissent la thèse de l'erreur judiciaire. Elle a lu à l'audience les conclusions de deux expertises réalisées en 2004 sur les deux principales pièces à conviction du dossier d'accusation de l'époque, des faux actes de ventes imputés à Guillaume Seznec et une machine à écrire. Dans les deux expertises, les conclusions vont dans le sens d'une culpabilité de Guillaume Seznec. La première conclut en effet que les faux actes de vente ont bien été tapés sur une machine à écrire saisie à son domicile. La seconde établit après examen de photos que la machine à écrire en question est bien du même type que celle qui a été présentée au procès, contrairement à ce qu'affirmait un témoin apparu tardivement, dans les années 1990. TEMOIGNAGES INCERTAINS Guillaume Seznec, négociant en bois à Morlaix (Finistère), a été condamné aux travaux forcés à perpétuité le 4 novembre 1924 pour le meurtre d'un conseiller général, Pierre Quémeneur, un ami avec lequel il avait pris la route de Paris le 25 mai 1923 et dont le corps n'a jamais été retrouvé. Guillaume Seznec a toujours clamé son innocence. Après 20 ans de bagne à Cayenne (Guyane), il a été gracié en 1947 et il est revenu en France où il est mort en 1954. La cour d'assises, pour laquelle Guillaume Seznec avait agi pour s'approprier un domaine appartenant à Quémeneur, s'appuyait sur de faux actes de vente et la machine à écrire saisie à son domicile. Dans sa requête, Marylise Lebranchu a produit deux éléments qui, selon elle, laissent penser à une machination policière contre Guillaume Seznec. Ces témoignages mettent en cause l'inspecteur Pierre Bonny, un des enquêteurs de 1924. La présidente Martine Anzani a cependant fait remarquer à l'audience que le nom de ce policier n'apparaissait que sur deux procès-verbaux du dossier, ce qui relativise son rôle dans l'enquête. Le premier témoignage est celui d'un homme auditionné en 1949 et 1956, qui disait avoir entendu, alors qu'il se trouvait dans les toilettes d'un café, le policier Bonny et un autre homme évoquer un meurtre. Le second témoignage est celui d'une ex-déportée, Colette Noll. Elle déclare que le prétendu "vrai" coupable désigné par Seznec, un dénommé Gherdi, avait travaillé avec l'inspecteur Bonny dans la "Gestapo française" sous l'Occupation, ce qui accréditerait l'idée d'une machination. La présidente Anzani a fait état des investigations approfondies menées à partir de ce témoignage depuis 2001, qui n'établissent pas avec certitude la proximité Gherdi-Bonny. Elle a souligné que les recherches faites sur le mystérieux Gherdi n'avaient rien apporté sur son éventuelle implication dans le crime. Source: Reuters
  15. Les grèves vont-elles continuer?

    Le bras de fer entre gouvernement et syndicats pourrait durer 21 Janvier 2005 - 13h41 Entre un gouvernement qui ne semble pas prêt aux concessions et des organisations syndicales débarrassées du "syndrome des retraites", le rapport de force pourrait durer après le succès de cette semaine de grèves et de manifestations dans les services publics. Les manifestations du 5 février sont annoncées comme le prochain temps fort. Les syndicats espèrent y associer les salariés du privé pour "défendre le temps de travail et le pouvoir d'achat", quatre jours après le début du débat parlementaire sur la réforme des 35 heures. "Que l'on soit payé au smic par l'Etat ou au smic par un employeur ne fait aucune différence quand on va faire ses courses", a souligné vendredi le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, sur i-télévision. Au-delà, les organisations espèrent "maintenir la pression" jusqu'au printemps, en s'appuyant sur le rejet suscité par la réforme de l'Education nationale, dont le projet de loi doit être examiné à la mi-février à l'Assemblée nationale. Sans compter les chercheurs, sur le qui-vive avant la présentation du projet de loi de programmation sur la Recherche publique en mars. Et même s'ils s'en défendent, les syndicats ont dans leur ligne de mire le référendum sur la Constitution européenne, prévu "avant l'été" et pour lequel le gouvernement aura besoin d'un climat social aussi calme que possible. "Ce référendum, c'est une question simple aux Françaises et aux Français sur l'avenir de l'Europe, ce n'est pas une élection politique", a d'ailleurs dit le président Jacques Chirac dès le 7 janvier, dénonçant "la tentation de détourner le référendum à des fins politiciennes". Le prochain référendum ne peut pas être "apolitique", lui a répondu Marie-George Buffet, secrétaire nationale du Parti communiste. "Le projet de Constitution, s'il est adopté, fera que dans les décennies à venir l'Europe se construira sur un mode libéral et qu'automatiquement, les politiques menées en France seront marquées par le poids libéral." Pour l'heure, le gouvernement réaffirme sa politique et assure qu'il n'a l'intention de négocier ni sur les 35 heures, ni sur les traitements des fonctionnaires, ni sur l'avenir de l'école. Il faut "regarder un certain nombre de choses en face", a déclaré vendredi le ministre de l'Economie Hervé Gaymard, en réaffirmant que "notre pays doit se réformer". "LE GOUVERNEMENT BLOQUE LE DIALOGUE SOCIAL" "On a l'impression qu'on a une société cadenassée, où rien ne doit bouger", a-t-il affirmé sur France Inter, en évoquant "un discours parfois corporatiste et souvent conservateur". A la demande de "rattrapage" salarial pour les fonctionnaires, le ministre de la Fonction publique a opposé jeudi soir une fin de non-recevoir. "Je n'ai pas d'argent caché sous le tapis ou dans la cheminée", a dit Renaud Dutreil, sur Public Sénat, en estimant que sa réponse aux manifestants avait "le mérite de la clarté". Au corps enseignant qui juge que sa réforme de l'école ne permettra pas de garantir la réussite de tous les élèves comme elle le prétend, François Fillon oppose son refus du "statu quo". Il répète inlassablement qu'il ne touchera plus au projet de loi et que le dernier mot reviendra aux parlementaires. Une position que le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a semblé résumer jeudi en déclarant: "La grève est un élément du dialogue social et il faut accepter de temps en temps les rapports de force." Des propos qui ont amené Force ouvrière à parler de "blocage gouvernemental contre le dialogue social". Comment peut-on se déclarer favorable au dialogue social et rester sourd aux revendications en refusant de rouvrir des négociations ?", s'est insurgé Jean-Claude Mailly, son secrétaire général, dans un communiqué. Organisées de manière quasi unitaire, les manifestations du 5 février auront lieu un samedi pour exprimer le "mécontentement général" face à la politique sociale menée depuis la présidentielle de 2002. Les revendications retenues - 35 heures, salaires, emploi et défense du code du travail - sont autant de préoccupations suffisamment larges pour espérer associer les salariés du privé. "Le 5 février sera un autre rendez-vous car le gouvernement n'entend pas raison. On attend le maximum de mobilisation", a pronostiqué Bernard Thibault vendredi. L'intersyndicale de l'Education nationale se réunira dès lundi. La FSU et l'Unsa, les deux principales fédérations, proposent déjà d'autres "temps de mobilisation" avant et pendant le débat parlementaire sur le projet Fillon. "On ne va pas laisser passer ça, même pendant les vacances scolaires", a même prévenu Gérard Aschiéri, en évoquant des "initiatives décentralisées" puisque les dates des congés d'hiver varient selon les académies. L'intersyndicale de la fonction publique se réunira pour sa part jeudi prochain, pour tenter de convenir d'"actions aussi unitaires que possible" pour réclamer "l'ouverture de vraies négociations salariales". Source: Reuters
×