Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Quand Paul Krugman plaide pour plus d'inflation


Messages recommandés

economic dream Membre 3028 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

Bonjour à tous,

"Paul Krugman réclame plus d'inflation !

Mercredi 11 Avril 2012 à 05:00 | Lu 3054 fois I 6 commentaire(s)

Laurent Pinsolle - Blogueur associé

Porte-parole du parti Debout la république dirigé par Nicolas Dupont-Aignan

Avec ses propositions singulières de sortie de crise, le lauréat du prix Nobel d'économie en 2008 étonne, convainc parfois. Augmenter l'inflation pour aider l'activité et l'emploi ? C'est ce que commente notre blogueur associé Laurent Pinsolle.

954669-1128037.jpg?v=1334054070

(Paul Krugman à New York, le 13 avril 2009 - CHINE NOUVELLE/SIPA)

Heureusement que Paul Krugman, spécialiste des échanges commerciaux, a bonne presse. Cela lui permet de remettre en cause toutes les vaches sacrées de l’économiquement correct. Après le libre-échange et l’euro, il vient d’affirmer qu’il n’y a pas assez d’inflation sur son blog. <BR class=access>

Pas assez d'inflation

Ce qui fait plaisir, c’est que le statut d’homme progressiste de Paul Krugman et l’aura de sérieux de son prix Nobel font que même les médias hostiles aux idées alternatives développent malgré tout sa pensée. C’est ainsi que Le Monde a fait un papier reprenant les idées avancées par Paul Krugman sur son blog . Quel plaisir de lire un tel papier dans un quotidien qui, s’il reste encore de référence, est beaucoup trop politiquement correct sur de nombreux sujets. Le Monde cite Paul Krugman pour qui « nous irions beaucoup mieux si la Réserve Fédérale se préoccupait moins de l’inflation et plus de l’emploi » et « depuis au moins trois ans, les économistes de droite, les experts et les politiciens nous ont avertis que l’inflation pouvait débouler du coin de la rue et ils ont eu tort (…) Finalement, l’inflation se situe une fois de plus un peu en dessous de la cible, choisie par la Fed, des 2% d’inflation ». Pour lui, le pays est loin du plein emploi. Il affirme que « certains voudraient appuyer à fond sur le frein alors qu’il faudrait au contraire mettre plein gaz ». Provoquant, il reconnaît que cela pourrait faire augmenter l’inflation à 3 ou 4%, « mais, est-ce que ce serait vraiment un drame ? Au contraire, cela aiderait presque certainement l’économie ». Il pense que cela allègerait les dettes de tous les acteurs économiques, qui en ont besoin, et pousserait les entreprises à investir plutôt que de voir fondre leurs réserves.

Une pensée alternative

Cela fait depuis plus de trois ans que le prix Nobel d’économie plaide pour des mesures hétérodoxes de sortie de crise et il a été en bonne partie suivi, que ce soit sur l’énorme déficit budgétaire des Etats-Unis ou la politique de Quantitative Easing de la Fed. Cela a permis à son pays de sortir de la crise (3% de croissance au dernier trimestre 2011) quand la zone euro, qui a eu la bêtise d’appuyer sur les freins n’importe comment, est retombée en récession.

Paul Krugman rejoint souvent son collègue Joseph Stiglitz pour dénoncer les politiques absurdes menées dans la zone euro et souligner à quel point nos pays n’auraient sans doute pas dû sortir de cette monnaie unique. Depuis deux ans, ils ont adopté une attitude de plus en plus critique allant jusqu’à dire au mois d’octobre, en pleine crise financière, que « l’Europe se porterait sans doute mieux si l’euro s’écroulait plutôt aujourd’hui que demain ». Plus globalement, cette réflexion sur l’inflation est très intéressante. Les objectifs de 2% semblent aujourd’hui néfastes à l’activité et à l’emploi.

Même le FMI il y a deux ans, par la voix d’Olivier Blanchard, avait exprimé la possibilité de passer à des objectifs moins drastiques. Il proposait de viser 4% et un autre économiste soulignait que cela valait le coup si cela permettait de réduire le chômage notamment. Le cap des 2% n’a aucune validité scientifique. Encore une fois, merci à Paul Krugman d’aller contre les idées reçues des néolibéraux et véhiculées par l’UMP, le PS ou le Modem. Deux pourcents d’inflation seulement est un objectif contestable, tout comme une monnaie unique pour des pays aussi différents que ceux de la zone euro."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
caprepublic Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 61ans
Posté(e)

il analyse aussi les causes de la crise de la zone euro

http://krugman.blogs...isis-realities/

Il étudie les trois causes évoquées de cette crise pour les pays de la zone euro par des graphiques avec les PIGS en rouge

  1. Les depenses sociales des états "providences"

depense-sociale.jpg

Les PIGS ne dépensent pas plus que les autres

2 les deficits publics de 1999-2007

deficit-budget.jpg

les PIGS sont réparies parmi les autres pays

3 Les balances des paiements

balance-despaiements.jpg

Les PIGS ,en rouge ,sont tous déficitaires

Krugman en conclue que la crise vient de la balance des paiements déséquilibrée par des différences de compétitivité.Ces différences viennent des subventions versées à la création de l'euro qui ont dopés artificiellement les économies en surenchérissant les revenus et les prix.

il conclue aussi que les politiques d'austérité préconisées à partir de diagnostiques erronés ne règleront pas le problème

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
economic dream Membre 3028 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

Voilà de beaux graphiques qui montrent que l'Etat-Providence n'est pas responsable de la crise de la dette.

Je l'aime bien Krugman, surtout parce qu'il a un son de cloche différent des autres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×