Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Graves atteintes à la liberté d'informer dans l'indifférence des candidats

Messages recommandés

nana89 Membre 902 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

De graves atteintes à la liberté d’informer ont lieu dans l’indifférence des candidats

Qui, parmi les candidats à l’élection présidentielle, a réagi à la mise en examen de cinq journalistes enquêtant sur une affaire d’intérêt général aussi connue que l’affaire Bettencourt ? Qui s’est prononcé sur le placement en garde à vue de Marie Maffre alors qu’elle réalisait un documentaire sur Jeudi Noir, une association luttant contre le mal-logement, et la saisie de son matériel journalistique ? Quel candidat s’est inquiété de l’annulation de la mise en examen de Philippe Courroye, procureur de la République du parquet de Nanterre poursuivi pour atteinte au secret des sources journalistiques ? Qui s’est insurgé contre le harcèlement judiciaire subi par Christophe Grébert, conseiller municipal de Puteaux, qui tient un blog sur sa ville ? Qui osera affirmer que les réactions à la proposition présidentielle de pénaliser la consultation des sites terroristes ou violents ont été fermes et courageuses ? Tous ces événements d’actualité auraient dû, à la veille de l’élection présidentielle, permettre aux candidats de marquer leur soutien à la liberté d’information. Cela n’a pas été le cas. Les prises de position, quand il y en a eu, ont été trop timides.

Reporters sans frontières déplore vivement que la question de la liberté de la presse soit presque totalement absente de la campagne présidentielle. Cette série d’incidents, survenus récemment, montrent pourtant que la liberté et l’indépendance des journalistes est toujours menacée, toujours à défendre : relations contrariées avec les autorités judiciaires et policières, violations du secret des sources, saisies de matériel de journalistes, poursuites et demandes de retrait de contenus, intimidations de la part d’élus politiques...

Les recours en justice et les poursuites contre la presse sont régulières et incessantes, et ce depuis plusieurs années. La mise en examen le 29 mars 2012, par exemple, de Franz Olivier Giesbert et Hervé Gattegno, respectivement directeur et rédacteur en chef du Point, puis celle, le 5 avril, d’Edwy Plenel et Fabrice Arfi, directeur et journaliste à Mediapart, et de Fabrice Lhomme, désormais au Monde, pour “atteinte à l’intimité de la vie privée", est révélatrice d’une anomalie francaise. “Dès qu’il touche à une affaire sensible, un journaliste ou un blogueur doit se préparer à des démêlés avec la justice. Ce harcèlement est nuisible à la liberté de l’information et distille un climat qui ne peut malheureusement que favoriser l’autocensure, a déclaré Reporters sans frontières. Nous ne pouvons qu’être surpris du silence des candidats à la fonction suprême quant à des questions qui touchent au coeur même de notre démocratie, alors que les violations et abus sont réguliers. Mis bout à bout, ces derniers dressent un tableau préoccupant.”

La liberté de la presse, qui souffre de graves manquements et de violations inacceptables dans une démocratie, devrait beaucoup plus préoccuper les candidats à la présidentielle. Reporters sans frontières rappelle dans son rapport les principales pierres d’achoppement à l’indépendance de l’information en France, classée 38e sur 179 pays dans le classement 2011/2012 de la liberté de la presse.

source reporter sans frontière

Suite de l'article ...Mon lien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Vasily Membre 1455 messages
Forumeur problématique‚
Posté(e)

Merci pour l'info :plus:

ça devrait être l'affaire de tous. Si les médias ne sont pas libres, alors les civiles ne le sont pas non plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hamourabi Membre 1819 messages
Forumeur alchimiste‚ 41ans
Posté(e)

Je n'était même pas au courant, heureusement qu'il y a les forums et le net, sinon on serait tenu dans l'ignorance de ce types d'affaires.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Sans le pouvoir de contraindre, il n'est pas d'opinion courageuse.

Il me semble indispensable que l'Etat puisse emprisonner ceux qui, par leurs écrits, nuisent à sa sécurité.

Cela donne un petit jeu charmant entre le gouvernement et l'écrivain, ce dernier se creusant les méninges pour inventer toutes les combines lui permettant de louvoyer avec le premier. Louis XV et Voltaire s'y livrèrent avec délice.

220px-Louis_XV_by_Maurice-Quentin_de_La_Tour.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nana89 Membre 902 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

C'est quoi ce message emperruqué, moi aussi je peux le faire

65.jpg

Sauf que c'est aussi une priorité c'est BIO :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nana89 Membre 902 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

arton173430-9435a.jpg

C’est par un simple courriel envoyé aux dirigeants de la Radio-Télévision de la République Islamique d’Iran (IRIB) que le Bureau de Régulation des Médias (BLM) basé à Munich a notifié l’interdiction de diffusion de la chaîne iranienne anglophone Press TV en Allemagne.

L’autorité affirme que la chaine internationale d’information ne dispose pas des autorisations nécessaires pour la diffusion en Europe.

Cette fermeture fait suite à l’interdiction de Press TV en Grande-Bretagne par l’Ofcom, la haute autorité britannique de régulation de l’audiovisuel en janvier dernier. [1]

La chaine de son côté estime que cette décision fait partie d’une stratégie des Occidentaux pour faire taire une voix gênante.

Press TV s’est notamment fait remarquer auprès du grand public anglo-saxon par sa couverture des mouvements de protestation Occupy aux États-Unis et en Grande Bretagne, ainsi qu’en fournissant aux téléspectateurs un regard différent sur les offensives lancées contre la Libye ou la Syrie.

Le Réseau Voltaire rappelle que la liberté d’expression est un préalable à tout système démocratique. Elle ne peut être limitée que par la loi. Or, dans cette affaire, la censure n’est pas une décision judiciaire faisant suite à la commission de crimes ou de délits, mais une simple décision administrative à caractère évidemment politique.

C’est également de cette manière que la chaîne d’information libanaise Al-Manar avait été interdite, d’abord en France, puis dans tous les États occidentaux [2]. À l’époque, Al-Manar avait été accusée d’avoir diffusé un programme antisémite, mais le juge d’instruction n’avait jamais été en mesure d’établir le délit et de saisir le Tribunal. Le Conseil d’État (c’est-à-dire le juge administratif et non pas le juge pénal) avait en définitive interdit la chaîne en raison du trouble à l’ordre public suscité par la polémique autour de l’accusation d’antisémitisme, alors même que celle-ci apparaissait non fondée.

Les interdictions administratives successives en Europe, au cours des six dernières années, de chaînes d’information libanaises, palestiniennes, libyennes, syriennes et iraniennes illustrent l’incapacité de l’Union européenne à répondre à la contradiction autrement que par la censure et la propagande, et son renoncement aux principes fondamentaux de la démocratie.

Ces interdictions administratives de télévisions du Proche-Orient visent à l’évidence à empêcher les citoyens européens de prendre connaissance d’un point de vue particulier sur les conflits de cette région, alors même qu’un débat est ouvert sur de possibles guerres auxquelles les Européens participeraient. En ce sens, elles contreviennent aux résolutions 381 [3] et 819 [4] de l’Assemblée générale des Nations Unies, lesquelles font obligations aux États membres de « supprimer les obstacles qui empêchent les peuples de procéder au libre-échange des informations et des idées, condition essentielle de la compréhension et de la paix internationales. »

Source: voltairenet.org

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zarathoustra2 Membre 8656 messages
Surhomme Nietzschéen‚ 45ans
Posté(e)

Sans le pouvoir de contraindre, il n'est pas d'opinion courageuse.

Troublante tautologie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vasily Membre 1455 messages
Forumeur problématique‚
Posté(e)

D'un autre temps...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vesto Membre 1578 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Les journalistes auraient pu ,par exemple, décider d'une journée de grève générale en pleine campagne électorale…il semblerait que dans cette corporation l'unité ne soit pas de mise non plus..!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zarathoustra2 Membre 8656 messages
Surhomme Nietzschéen‚ 45ans
Posté(e)

D'un autre temps...

Mais néanmoins nécessairement vraie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vasily Membre 1455 messages
Forumeur problématique‚
Posté(e)

Malheureusement ou heureusement ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité yakiba
Invité yakiba Invités 0 message
Posté(e)

Les journalistes auraient pu ,par exemple, décider d'une journée de grève générale en pleine campagne électorale…il semblerait que dans cette corporation l'unité ne soit pas de mise non plus..!

dans le monde des journalistes le pigiste reste de mise donc ça explique peut étre cela.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dinosaure marin Membre 24125 messages
Dégonfleur de baudruches‚ 63ans
Posté(e)
La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné jeudi la France pour violation de la liberté d'expression après une perquisition menée dans les locaux du quotidien Midi Libre en 2006 pour des motifs "pertinents mais non suffisants".

Les requérants sont quatre journalistes du Midi Libre qui avaient rédigé en 2005 plusieurs articles sur la gestion de la région Languedoc-Roussillon en reprenant des extraits d'un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) mettant en cause la gestion de la région.

Sur une plainte de Jacques Blanc, alors président du Conseil régional, pour violation du secret professionnel et recel de violation du secret professionnel, le juge d'instruction avait perquisitionné les locaux du journal le 5 juillet 2006 et saisi divers documents dont une copie du rapport de la CRC.

Mis en examen pour recel de violation du secret professionnel, les journalistes avaient obtenu un non-lieu en 2007.

"Il y a eu ingérence dans la liberté des journalistes de recevoir ou de communiquer des informations", a souligné la CEDH qui s'est interrogée sur le bien-fondé de la perquisition.

"La Cour se demande si d'autres mesures que la perquisition au siège de la rédaction du journal n'auraient pas pu permettre au juge d'instruction de rechercher s'il y avait eu violation du secret professionnel", ont relevé les juges siégeant à Strasbourg.

Dans son arrêt non définitif, la Cour a noté par ailleurs que les journalistes avaient "fait une présentation claire de la nature du rapport en cause et démontré ainsi leur bonne foi et un souci du respect de la déontologie de leur profession".

La CEDH a ajouté que le gouvernement n'avait "pas démontré que la balance des intérêts en présence, à savoir d'une part la protection des sources et d'autre part la prévention et la répression d'infractions, a été préservée".

Elle en a conclu "que la perquisition litigieuse est à considérer comme disproportionnée et a violé le droit des requérants à la liberté d'expression".

Elle a condamné la France à verser 5.000 euros à chacun des quatre journalistes pour dommage moral.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zarathoustra2 Membre 8656 messages
Surhomme Nietzschéen‚ 45ans
Posté(e)

Malheureusement ou heureusement ?

Un fait nécessaire peut-il être heureux ou malheureux ? Quel sens y-a-t-il à juger l'existence de ce qui ne peut pas ne pas être ?

A mon avis, un évènement contingent peut être heureux ou malheureux, mais pas vraiment un fait nécessaire.

D'autant qu'ici, le problème peut être tourné dans les deux sens. Un optimiste pourrait dire qu'il est heureux que dans une démocratie, il n'y ait pas besoin d'un courage spécial pour s'exprimer. Un pessimiste dira qu'il est malheureux que les journalistes actuels ne brillent pas par leur courage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vasily Membre 1455 messages
Forumeur problématique‚
Posté(e)

Un fait nécessaire peut-il être heureux ou malheureux ?

Bien sure. Mais dans ce cas je ne crois pas que l'atteinte à la liberté d'informer soit une nécessité. Loin de là.

Quel sens y-a-t-il à juger l'existence de ce qui ne peut pas ne pas être ?

Finalement, la liberté d'expression doit toujours être. Et cela, selon la déclaration des droits de l'homme. C'est aussi mon intime conviction. Nécessairement, ce qui me rend pour ma part heureux c'est la liberté d'expression et pas le contraire qui n'est en aucun cas une nécessité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nana89 Membre 902 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

On touche le fond...

:spam:

Espagne : Le Ministère de l’Intérieur projette de qualifier la résistance passive d’attentat contre l’autorité. (Publico)

arton16403-7aa90.jpg Luis Giménez San MiguelLe Ministre de l’Intérieur, Jorge Fernández Díaz, annonce que le fait d’organiser des rassemblements protestataires par Internet sera qualifié de « délit de participation à une organisation criminelle ».

img_grey_font_scale_less.gif

img_grey_font_scale_none.gif

img_grey_font_scale.gif Le gouvernement de Mariano Rajoy est conscient que le démantèlement du système social ainsi que la réforme du travail vont continuer de durcir le climat insurrectionnel présent dans les rues. Cela est apparu nettement lors des mobilisations des Indignés du 15-M [1], des étudiants du « Printemps Valencien » et de la grève générale du 29 mars 2012. Face à l’escalade de la tension sociale, l’Exécutif a décidé de « réformer en profondeur » le Code Pénal, la loi de Procédure Criminelle et la Loi Organique de Protection de la Sécurité des citoyens.

Aujourd’hui, au cours de la séance de contrôle du Congrès, le ministre de l’Intérieur, Jorge Fernández Díaz a justifié ce durcissement en alléguant la nécessité de lutter contre ce qu’il appelle « une spirale de violence » pratiquée par ce qu’il a qualifié de « collectifs anti-système » qui pratiquent des « techniques de guerre urbaine », selon Europa Press. Mais la législation dépasse largement la mise au pas des protestataires, elle vise la mise en place d’une batterie de restrictions des droits.

Le but de toutes les mesures qui ont été annoncées ces derniers jours, et de celle que le Ministre de l’Intérieur a présentée aujourd’hui est de renforcer le maintien de l’ordre public. Parmi ces mesures, le durcissement des sanctions contre la violence de la rue par l’application de la législation anti-terroriste conçue pour traiter les cas de kale borroka [2] au Pays Basque, et le rapport direct établi avec les affrontements survenus à Barcelone au cours de la grève du 29-M [3]. Il s’agit de faire en sorte que « le système inspire davantage la peur aux gens », comme l’a dit la semaine dernière le Conceller [4] de l’Intérieur, le Catalan Felip Puig.

Cependant, les protestataires ne sont pas la cible unique des réformes que proposent les conservateurs. Une autre de leurs propositions est de qualifier la résistance passive ou fortement active de « délit d’attentat contre l’autorité ». Ceci est une référence claire aux mobilisations estudiantines de Valence et au Mouvement 15-M. Avec cette législation, pourraient être condamnées pour attentat toutes les personnes participant aux mobilisations des Indignés, qui le plus souvent sont organisées sans notification préalable à la Délégation [5] du Gouvernement.

La participation à ces manifestations ne sera pas le seul acte à être réprimé. La réforme proposée prévoit que sera considéré comme « délit d’appartenance à une organisation criminelle » le fait de diffuser via Internet et les réseaux sociaux les appels à des rassemblements « protestataires susceptibles d’altérer gravement l’ordre public », ce qui concerne tous ceux qui n’auraient pas été notifiés et qui s’accompagneraient du refus de vider les lieux malgré l’avertissement de la Police. Exactement ce qui s’est passé le 15 mai 2011 et les jours qui ont suivi, place de la Puerta del Sol à Madrid.

L’Espagne a le taux de détenus le plus élevé d’Europe Occidentale et les indices de criminalité les plus bas. Néanmoins, seront incluses aussi « toutes les formes d’agression » attaque violente à l’encontre d’un policier, les menaces et comportements synonymes d’intimidation ou le jet de projectiles dangereux.

Une autre mesure, signalée par Europa Press, permettra de considérer comme circonstance aggravante le fait de perpétrer ces actions violentes dans des manifestations ou des rassemblements. Sera considéré comme délit contrevenant à l’ordre public le fait de pénétrer dans des établissements publics ou d’entraver l’accès à ces derniers. En conséquence, la quantité des dégâts comptabilisée sera étendue non seulement à ceux commis dans ces établissements mais aussi à ceux engendrés par l’interruption du service public.

Bien que le Ministre de l’Intérieur ait déclaré : « Il ne s’agit pas seulement de répondre avec le Code Pénal à des initiatives de guérilla urbaine qui tendent à proliférer dans nos rues, mais il ne s’agit pas non plus de nous installer dans une béatitude juridique », l’Espagne possède déjà un Code Pénal dur par rapport à celui des autres pays européens.

Il est de fait qu’actuellement, l’Espagne possède le taux de détenus le plus élevé de toute l’Europe occidentale. En revanche, ses indices de criminalité sont, pour le moment, parmi les plus bas.

Luis Giménez San Miguel

Madrid le 11/04/2012

http://www.publico.es/espana/429078/interior-considerara-la-...

Traduction : Simone Bosveuil-Pertosa pour LGS

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dinosaure marin Membre 24125 messages
Dégonfleur de baudruches‚ 63ans
Posté(e)

Finalement ce que souhaitait le Brigades Rouges en commettant des attentats va peut être se faire via le mouvement des indignés :

une fascisation de l'état prélude à un soulèvent populaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

une fascisation de l'état prélude à un soulèvent populaire.

Pourquoi un Etat fasciste connaîtrait-il spécialement des roubles ?

L'Italie mussolinienne n'a pas eu à gérer de particulières émeutes tant qu'elle s'est abstenue d'engager puis de perdre une guerre mondiale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
denis76 Membre 653 messages
Forumeur forcené‚ 68ans
Posté(e)

Bel article, Nana, plus un !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×