Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Birmanie : le triomphe d'Aung San Suu Kyi.


Messages recommandés

Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Birmanie : le triomphe d'Aung San Suu Kyi.

La "Dame" a remporté haut la main un siège de député en Birmanie, dimanche, raflant 82 % des voix, selon son parti.

birmanie-aung-san-suu-kyi-542991-jpg_372287.JPGAung San Suu Kyi, le 21 mars dernier, à Rangoun. © Ye Aung Thu / AFP

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a remporté un siège de député pour la première fois de sa carrière politique, lors d'élections partielles historiques, a affirmé dimanche, bien avant les résultats officiels, sa Ligue nationale pour la démocratie (LND). "Aung San Suu Kyi a remporté 82 % des voix" dans la circonscription rurale de Kahwmu, a déclaré à l'AFP Tin Oo, un cadre de la Ligue, tandis que des centaines de partisans de l'opposante hurlaient leur joie et chantaient devant le siège du parti, à Rangoun.

Selon le responsable, la lauréate du prix Nobel de la paix aurait remporté la victoire dans tous les bureaux de vote de cette circonscription à deux heures de Rangoun. Un autre responsable du parti a indiqué que la LND avait remporté au moins 11 sièges, dont celle de sa chef de file. Considérée il y a encore deux ans comme l'ennemie publique numéro un par la junte alors au pouvoir, Suu Kyi était très largement favorite même, si elle affrontait le verdict des urnes pour la première fois.

Problèmes de santé

Après avoir mis un terme à ses derniers déplacements à la suite de problèmes de santé mineurs, elle semblait en bonne forme, tout sourire et à son aise alors qu'elle déambulait, vêtue d'une robe rouge, dans les villages de sa circonscription. Un total de 45 sièges étaient en jeu dans tout le pays, dont 44 brigués par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Suu Kyi : 37 à la chambre basse du Parlement (sur un total de 440), six à la chambre haute et deux dans des chambres régionales.

Le gouvernement, des anciens militaires réformateurs arrivés au pouvoir il y a un an, tente de prouver que ses réformes justifient la levée des sanctions occidentales qui étranglent l'économie du pays. Au terme d'un processus de transition non violent et sous contrôle de l'armée, cette nouvelle équipe a proposé à Suu Kyi d'intégrer l'échiquier politique officiel. Selon les analystes, le gouvernement a lui-même intérêt à voir l'opposante triompher sous le regard de la communauté internationale.

Lire la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
latin-boy30 Membre+ 9575 messages
Jeteur de pavés dans les mares‚
Posté(e)

Il faudrait qu'elle prenne la tête de tout le pays, comme Mandela en son temps en Afrique du Sud...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
doug Membre+ 7186 messages
Statut : de la liberté‚ 33ans
Posté(e)

Une excellente nouvelle, la meilleure de la journée en ces temps moroses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nohanne Membre 1237 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

enfin enfin

youpi !!!!!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nana89 Membre 902 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

RFI : Est-ce que avec ces postes de députés, la LND va redevenir une véritable force d’opposition ?

Guy Lubeigt : Elle ne peut pas redevenir une véritable opposition en tant que telle, puisque le nombre de postes qu’elle aurait gagnés est relativement négligeable dans le Parlement birman : sur 664 sièges, dans le meilleur des cas elle aurait 43 sièges – un peu moins de 7%. Donc ce n’est pas grand-chose, puisque l’essentiel de la représentation officielle du Parlement est constituée par des militaires, qui représentent le quart des députés et qui, ceux-là, sont nommés par le régime.

RFI : La nouvelle session parlementaire, c’est à la fin du mois. Qu’est-ce que ces députés de la LND fraîchement élus vont faire ?

G.L. : Ils vont suivre essentiellement la ligne de conduite qui leur sera donnée par Aung San Suu Kyi. Elle veut surtout utiliser le Parlement comme tribune politique : le monde entier va avoir les yeux fixés sur ce qu’elle va dire lorsqu’elle y prendra la parole pour poser ses questions, qui pourront ensuite être répercutées dans le monde entier pour faire avancer les idées de la Ligue nationale pour la démocratie.

Aung San Suu Kyi a expliqué qu’elle allait bien sûr demander la poursuite des réformes, et notamment la fin de la mainmise des militaires sur le gouvernement civil - que ces députés militaires retournent dans leur caserne. Elle va ensuite demander que les crédits destinés à l’armée soient réduits – officiellement ils sont de 16%, mais on n’a pas de mal à imaginer qu’une partie de ces crédits sont plus ou moins dissimulés dans les budgets de plusieurs ministères auxquels les députés n’ont actuellement pas accès, et sur lesquels ils n’osent pas trop enquêter.

Elle va aussi demander que le budget de l’éducation nationale et de la santé soient augmentés. 70% de la population a moins de 35 ans, donc vous avez un pays de jeunes qui est dirigé par des vieux, des militaires qui ont monopolisé tous les postes importants de l’administration. Evidemment, Aung San Suu Kyi voudrait que le l’administration soit purgée de tous ces militaires.

RFI : le Parlement a-t-il un véritable pouvoir en Birmanie ?

G. L. : Le Parlement est issu de la Constitution de 2008, même si elle a été votée dans des conditions complètement rocambolesques. Donc il a un minimum de pouvoir. Il peut dire oui comme il peut dire non : il y a deux semaines, le président de l’Assemblée nationale voulait faire voter une loi pour augmenter les salaires des fonctionnaires, dans le but de diminuer ou supprimer la corruption. Et il a eu beaucoup de mal à faire passer cette loi, qui finalement est passée parce qu’il y avait le soutien de du président de la République.

Il y a le clan des réformateurs qui, semble-t-il, est très ouvert – le président de la République, le président du Parlement, le président de la Chambre des nationalités. Mais il y a aussi tout un clan de gens qui freine des quatre fers, qui a été formé par l’ancien régime qui ne veut pas laisser la place, bloque tout ce qui lui est possible de bloquer, et a créé pas mal d’ennuis à Aung San Suu Kyi pendant la campagne électorale.

RFI : Là, il y a une véritable attente de la population par rapport à cette quarantaine de députés élus… Pour Aung San Suu Kyi, il ne faut pas décevoir cette attente, même si la LND n’a qu’un petit pouvoir.

Source RFI

ça reste une vraie Victoire mais le chemin vers la démocratie sera long !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

A. San Suu Kyi prévoit d'aller en Norvège

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi prévoit de se rendre mi juin en Norvège et en Grande-Bretagne, dans le cadre de son premier déplacement à l'étranger depuis 24 ans, a annoncé mercredi un porte-parole de son parti.

"Elle prévoit d'aller en Norvège et en Grande-Bretagne en juin. Elle espère aussi aller dans d'autres pays", a déclaré Nyan Win à l'AFP, ajoutant que le voyage durerait environ une semaine. "Ce sera son premier voyage depuis 1988, lorsqu'elle est revenue en Birmanie", a-t-il souligné, précisant que le déplacement devrait inclure une visite à Oxford, où elle a fait une partie de ses études.

La Norvège avait annoncé plus tôt dans la journée la visite de Suu Kyi à Oslo pour recevoir en personne son prix Nobel de la paix décerné en 1991, alors qu'elle était en résidence surveillée. Des responsables birmans ont précisé mercredi à l'AFP que l'opposante avait fait une demande de passeport récemment, mais que le document ne lui avait pour l'instant pas été remis.

Source.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×