Aller au contenu

Ils vont transformer leur fumier en électricité


Messages recommandés

Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)
forum

Ils vont transformer leur fumier en électricité


25/02/12



    Cent treize exploitants agricoles du Nord-Mayenne et de l'Orne sont à l'origine d'un projet d'usine de biogaz. Elle alimentera en vapeur une laiterie et fournira du courant à 5 000 foyers.
Reportage

    « Nous y travaillons d'arrache-pied depuis 2009 », avoue Laurent Taupin, premier agriculteur à avoir eu l'idée d'une valorisation des effluents d'élevage. Alimenté annuellement par quelque 100 000 tonnes de fumier, un méthaniseur verra le jour en 2014 à Charchigné (Mayenne). « Il sera durable parce qu'il marchera sur trois pieds, souligne Lise Lambert, ingénieure à l'Ademe (1) : il produira de l'énergie, gérera la matière organique d'un territoire et permettra d'économiser l'engrais. »

Lire la suite de l'article

forum Source: Ouest-France
Modifié par Magus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
pololastico Membre 25 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Bonjour bonsoir

Je me demande la quantité d'énergie que représente toute la merde humaine déversée chaque jour par l'agglomération parisienne? On pourrait récupérer le méthane de cette mer de caca (ça se fait à petite échelle au Brésil) afin de produire de l'énergie renouvelable et participer ainsi à l'indépendance vis à vis de l'étranger et de l'atome.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
caloli Membre 2 221 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

5000 foyers, c'est énorme.

Ce genre d'initiative est vraiment génial

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lugy Lug Membre 9 382 messages
forumeur éclairé‚ 49ans
Posté(e)

déja fait;

le nucléaire c'est de la merde.dev.gif bande de fumiélaugh.gif

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
slanny Membre 5 248 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Bonjour bonsoir

Je me demande la quantité d'énergie que représente toute la merde humaine déversée chaque jour par l'agglomération parisienne? On pourrait récupérer le méthane de cette mer de caca (ça se fait à petite échelle au Brésil) afin de produire de l'énergie renouvelable et participer ainsi à l'indépendance vis à vis de l'étranger et de l'atome.

A l’échelle d'une ville cela se fait déjà dans un pays nordique (La suède ?). Le méthane récupéré sert de carburant aux bus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Biogasmax est un projet européen du 6e Programme Cadre de Recherche et Développement FP6 – 6e PCRD (2000-2006) de la Commission Européenne. Il fait partie des initiatives de l'Europe pour réduire sa dépendance aux carburants fossiles. Partant d'expériences existantes en Europe, il promeut des techniques et des réalisations prouvant l'intérêt de l'utilisation du biogaz comme carburant pour le transport terrestre, sur la base des gisements disponibles dans les zones urbaines en Europe.

Ce projet d’une durée de 4 ans tendra à prouver la fiabilité technique et à poser les bénéfices environnementaux, sociétaux et financiers. Sur la base de démonstrations grandeur nature, le projet permettra d'optimiser les procédés industriels existants et d'effectuer des recherches sur des nouveaux. En plus de sa valeur technique, Biogasmax a une fonction d'éclaireur afin de réduire les barrières à l 'entrée, qu'elles soient techniques, opérationnelles, institutionnelles ou réglementaires. Les connaissances acquises seront diffusées sur l'ensemble de l’Union Européenne, spécialement dans les nouveaux états membres.

De fait, ce projet ne part pas d'une situation vierge ; ses membres participent à des projets innovants dans ce domaine, depuis longtemps pour certains. Il s'agit donc d'un projet européen de preuve et non d'intention.

Biogasmax regroupe des villes telles que Lille en France, Stockholm et Göteborg en Suède, Rome en Italie, Berne en Suisse, Torun et Zielona Gora en Pologne. Le projet s'est entouré de compétences pointues, en Allemagne (ISET à Kassel pour les aspects d’épuration et de concentration du biogaz, l’Université de Stuttgart pour l’analyse du cycle de vie du biométhane-carburant), de supports de transfert de compétences, ainsi que d'un ensemble de partenaires publics et privés dans les pays concernés : opérateurs de gestion des déchets et de l’énergie principalement.

source.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité