Aller au contenu

LeBreton66

Messages recommandés

Membre, 34ans Posté(e)
LeBreton66 Membre 549 messages
Baby Forumeur‚ 34ans‚
Posté(e)

Depuis mon portable, je demande à notre rédacteur en chef si je dois vraiment travailler, à l’approche de Noël, espérant de sa part un geste de clémence en lien avec la paix et la joie de Noël. Le message était de 13h31. A 13h32, le couperet tomba de son iPhone sous forme d’un ludique et aimable : « Fais-nous un texte léger et drôle en rapport avec les fêtes », comme si l’époque, fête ou pas, était légère ou drôle.

La légèreté, c’est le rayonnant XVIIIème siècle – du moins jusqu’en 1789 où l’époque a été moins légère ou moins drôle sauf pour les admirateurs de la géniale invention du Dr Guillotin dont il faut vous rappeler, chers lecteurs, qu’il fut considéré par certains comme un humaniste puisque sa machine avait pour but d’abréger les souffrances par rapport aux autres types d’exécutions moins tranchantes. Ce qu’ignorait notre docteur humaniste, c’est que la productivité de son invention permit de multiplier de façon considérable les mises à mort : c’est l’autre face du progrès technique. Depuis la Révolution française, l’époque a été en effet plus rude. De Napoléon qui réussit, en 15 ans, à diminuer notablement la population française aux deux guerres mondiales, du communisme au national-socialisme jusqu’à notre cher guide de la Corée du Nord en passant par tous les autres, nous sommes en pleine drôlerie (ou hilarité). Mais que l’histoire soit tragique, ce constat est d’une banalité confondante. Ce qui l’est moins en revanche, c’est d’être passé de Beaumarchais à Bedos, de Voltaire à B.H.L, de Rivarol à Guillon, de La Rochefoucauld à Glücksmann et de Ronet à Maccione. Et encore de Versailles à Beaubourg et de Rodin à Buren.

Mais mon rédac Chef veut du léger et du drôle. Pour ce faire, il faudrait convoquer Pagnol. Mais il est passé. Me voilà donc dépourvu de drôleries me contentant de rappeler que les fêtes ne sont pas la même chose que la fête. Certes, celle de Noël est extraordinaire mais elle touche au personnel, à l’intime, au sacré et parmi nos lecteurs, si certains y voient cette dimension, d’autres aussi respectables,n’ y voient que l’occasion de redistribution puisque l’argent des uns sont les cadeaux des autres. Mais après Noël il y a « le bout d’an » et ce sont donc les vœux. Alors, va pour les vœux.

Si j’étais un Italien, je profiterai bien parce qu’avec le Professeur Monti, le temps des« Berlusconneries » s’achève. .

Si j’étais un Belge, je profiterai de brocarder ce gouvernement parce qu’après ce sera la diète pendant 500 jours faute de gouvernement …. .

Si j’étais un Allemand, ce serait aussi la Diète mais celle de Francfort (réservé aux lecteurs avertis). .

Si j’étais un Anglais… Non !!! Pas cela please. .

Si j’étais un Suisse, je me réjouirai d’avoir encore pour monnaie le Franc, pourvu qu’il soit suisse. .

Si j’étais un Japonais, je considèrerai les tremblements de terre et tsunamis avec un regard de yen (rire jaune …) .

Si j’étais un Nord-Coréen, je souhaiterai que l’année commence avec le même éclat que finit la précédente : la disparition d’un despote encore que parfois, le despote du moment apparait plus rassurant que le vide du lendemain… Demandez aux Egyptiens. .

Car si j’étais un Egyptien, l’avenir me semblerait plus indéchiffrable que les hiéroglyphes avant Champollion. .

Si j’étais un Cubain, je me demanderai à tout prendre ce qui est préférable : être un castra ou vivre sous Castro, surtout lorsqu’ils sont deux. .

Si j’étais un Chinois, je souhaiterai que cette année soit celle de l’ours car il serait capable d’en vendre la peau. .

Si j’étais un Américain, je souhaiterai une année 2012 sans mois de novembre parce franchement, entre Obama et la brochette de républicains annoncés !!! .

Et si j’étais un Français… .

La suite ici

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×