Aller au contenu

Elisabeth Taylor est décédée ......


PUNCHETTE

Messages recommandés

Membre, Au coeur de la Cité des Papes, Posté(e)
PUNCHETTE Membre 34 166 messages
Au coeur de la Cité des Papes,
Posté(e)

280px-Cat_on_a_Hot_Tin_Roof13.jpg

L'actrice Elizabeth TAYLOR est décédée à l'âge de 79 ans .

L'actrice anglo-américaine Elizabeth Taylor est décédée à l'âge de 79 ans. La comédienne avait reçu deux fois l'Oscar de la meilleure actrice : en 1960, pour "Vénus au vison", et en 1966, pour "Qui a peur de Virginia Woolf ?".

AFP - Elizabeth Taylor, l'une des dernières légendes de l'âge d'or hollywoodien, décédée mercredi à l'âge de 79 ans, a illuminé de ses yeux d'améthyste de nombreux chefs d'oeuvre du septième art, au long d'une vie pétrie de drames et de passions, ponctuée par huit mariages.

Huit mariages mais sept maris, car elle épousa deux fois le même homme, l'acteur gallois Richard Burton, avec qui elle forma l'un des couples les plus volcaniques des années 60-70, et dont les amours ont défrayé la chronique.

Dans la vie comme au cinéma, Elizabeth Taylor a débuté très vite et très fort. Enfant prodige, la jolie petite brune née à Londres en 1932 d'un marchand d'art et d'une actrice, a débuté à l'âge de 10 ans avec "Fidèle Lassie".

L'Amérique tombe très vite amoureuse de Liz, qui enchaîne les rôles, notamment pour Vincente Minnelli ("Le père de la mariée" et "Allons donc, papa!") et réussit -- là où échouera une Shirley Temple -- à passer du statut d'enfant star à celui d'actrice adulte respectée.

Elle confiera cependant avoir difficilement vécu son enfance, "volée" par les studios. "L'une des rares fois où j'ai vraiment été heureuse, c'est lorsque j'étais enfant, avant que je commence à jouer", dira-t-elle.

En 1956, à l'âge de 24 ans, elle partage l'affiche de "Géant" avec Rock Hudson et James Dean -- qui mourra juste avant la sortie du film en salles -- et entame une glorieuse décennie qui la voit enchaîner les chefs-d'oeuvre.

Elle est l'inoubliable Maggie dans "La chatte sur un toit brûlant" (1958), aux côtés de Paul Newman, et retrouve un an plus tard l'univers de Tennessee Williams avec "Soudain l'été dernier", de Joseph L. Mankiewicz. Elle est alors l'une des actrices les mieux payées d'Hollywood.

Mais c'est aussi l'époque où elle sombre une première fois dans la dépression, après la mort accidentelle en 1958 de Mike Todd, son troisième époux. L'actrice, alors mère de trois enfants, adopte peu après le drame une petite Allemande handicapée. Et tombe dans les bras du crooner Eddie Fisher. "Je suis quelqu'un qui a besoin d'être mariée, probablement parce que j'ai un fort sentiment d'insécurité", confiera-t-elle dans une interview.

En 1963, "Cléopâtre" marque un nouveau tournant dans sa carrière. Le film de Mankiewicz, pour lequel elle touchera la somme alors faramineuse d'un million de dollars, sera l'un des "bides" les plus retentissants de l'histoire du 7e art. Mais c'est pendant le tournage qu'un certain Richard Burton lui glisse, l'air de rien: "Vous a-t-on déjà dit que vous étiez une très jolie fille?".

Liz est séduite et affirme "adorer ne pas être Elizabeth Taylor mais la femme de Richard", qu'elle épousera deux fois (1964, 1975). Il lui semble que c'est la première fois dans sa vie qu'elle n'a "pas peur d'elle-même".

Richard offre à Elizabeth les plus beaux diamants du monde et leur couple s'avère d'une extraordinaire fécondité à l'écran: le splendide "Qui a peur de Virginia Woolf" (1966) vaut à l'actrice un deuxième Oscar (après celui obtenu pour "Butterfield 8") et les amants terribles partagent l'affiche de "La mégère apprivoisée" de Franco Zeffirelli en 1967.

Encore un chef-d'oeuvre, "Reflets dans un oeil d'or" de John Huston, avec Marlon Brando, et l'actrice entre dans la tourmente des années 70, qui sera fatale à sa carrière. Celle qui était considérée comme l'une des plus belles femmes du monde enchaîne les régimes -- "je n'ai jamais aimé mon corps, mes bras trop gros et mon double menton -- , abuse des tranquillisants, de l'acool... et des époux. Après Richard Burton, elle se mariera encore deux fois, avant un ultime divorce en 1996.

Très affectée par la mort de l'acteur Rock Hudson en 1985, la star avait créé, la même année, la Fondation américaine pour la recherche pour le sida, AmFAR, qu'elle présidait encore au Festival de Cannes en 2001.

En 1988, elle avait publié un émouvant livre-confession, "Elizabeth dit tout", alors qu'elle cultivait ses amitiés, notamment avec la pop star Michael Jackson. A la mort de ce dernier, Dame Liz Taylor -- anoblie par la reine d'Angleterre en mai 2000 -- avait affirmé: "Mon coeur, mon âme sont brisés. J'aimais Michael de tout mon c¿ur et je ne peux pas imaginer ma vie sans lui.

liz-perfect.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité bizar
Invités, Posté(e)
Invité bizar
Invité bizar Invités 0 message
Posté(e)

:cray:

Triste...

c'est vrai qu'elle était très belle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 58ans Posté(e)
Decade 63 Membre 2 230 messages
Forumeur balbutiant‚ 58ans‚
Posté(e)

Bonjour,une grande actrice s'en est allée,puisse-t'elle avoir rejoint l'amour de sa vie par delà les paradis artificiels.Respect MADAME Taylor.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
KLMinville Membre 39 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Triste :cray:

une grande dame du cinéma s'en est allé ... puisse-t-elle reposer en paix.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
le merle Membre 17 976 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
280px-Cat_on_a_Hot_Tin_Roof13.jpg

L'actrice Elizabeth TAYLOR est décédée à l'âge de 79 ans .

L'actrice anglo-américaine Elizabeth Taylor est décédée à l'âge de 79 ans. La comédienne avait reçu deux fois l'Oscar de la meilleure actrice : en 1960, pour "Vénus au vison", et en 1966, pour "Qui a peur de Virginia Woolf ?".

AFP - Elizabeth Taylor, l'une des dernières légendes de l'âge d'or hollywoodien, décédée mercredi à l'âge de 79 ans, a illuminé de ses yeux d'améthyste de nombreux chefs d'oeuvre du septième art, au long d'une vie pétrie de drames et de passions, ponctuée par huit mariages.

Huit mariages mais sept maris, car elle épousa deux fois le même homme, l'acteur gallois Richard Burton, avec qui elle forma l'un des couples les plus volcaniques des années 60-70, et dont les amours ont défrayé la chronique.

Dans la vie comme au cinéma, Elizabeth Taylor a débuté très vite et très fort. Enfant prodige, la jolie petite brune née à Londres en 1932 d'un marchand d'art et d'une actrice, a débuté à l'âge de 10 ans avec "Fidèle Lassie".

L'Amérique tombe très vite amoureuse de Liz, qui enchaîne les rôles, notamment pour Vincente Minnelli ("Le père de la mariée" et "Allons donc, papa!") et réussit -- là où échouera une Shirley Temple -- à passer du statut d'enfant star à celui d'actrice adulte respectée.

Elle confiera cependant avoir difficilement vécu son enfance, "volée" par les studios. "L'une des rares fois où j'ai vraiment été heureuse, c'est lorsque j'étais enfant, avant que je commence à jouer", dira-t-elle.

En 1956, à l'âge de 24 ans, elle partage l'affiche de "Géant" avec Rock Hudson et James Dean -- qui mourra juste avant la sortie du film en salles -- et entame une glorieuse décennie qui la voit enchaîner les chefs-d'oeuvre.

Elle est l'inoubliable Maggie dans "La chatte sur un toit brûlant" (1958), aux côtés de Paul Newman, et retrouve un an plus tard l'univers de Tennessee Williams avec "Soudain l'été dernier", de Joseph L. Mankiewicz. Elle est alors l'une des actrices les mieux payées d'Hollywood.

Mais c'est aussi l'époque où elle sombre une première fois dans la dépression, après la mort accidentelle en 1958 de Mike Todd, son troisième époux. L'actrice, alors mère de trois enfants, adopte peu après le drame une petite Allemande handicapée. Et tombe dans les bras du crooner Eddie Fisher. "Je suis quelqu'un qui a besoin d'être mariée, probablement parce que j'ai un fort sentiment d'insécurité", confiera-t-elle dans une interview.

En 1963, "Cléopâtre" marque un nouveau tournant dans sa carrière. Le film de Mankiewicz, pour lequel elle touchera la somme alors faramineuse d'un million de dollars, sera l'un des "bides" les plus retentissants de l'histoire du 7e art. Mais c'est pendant le tournage qu'un certain Richard Burton lui glisse, l'air de rien: "Vous a-t-on déjà dit que vous étiez une très jolie fille?".

Liz est séduite et affirme "adorer ne pas être Elizabeth Taylor mais la femme de Richard", qu'elle épousera deux fois (1964, 1975). Il lui semble que c'est la première fois dans sa vie qu'elle n'a "pas peur d'elle-même".

Richard offre à Elizabeth les plus beaux diamants du monde et leur couple s'avère d'une extraordinaire fécondité à l'écran: le splendide "Qui a peur de Virginia Woolf" (1966) vaut à l'actrice un deuxième Oscar (après celui obtenu pour "Butterfield 8") et les amants terribles partagent l'affiche de "La mégère apprivoisée" de Franco Zeffirelli en 1967.

Encore un chef-d'oeuvre, "Reflets dans un oeil d'or" de John Huston, avec Marlon Brando, et l'actrice entre dans la tourmente des années 70, qui sera fatale à sa carrière. Celle qui était considérée comme l'une des plus belles femmes du monde enchaîne les régimes -- "je n'ai jamais aimé mon corps, mes bras trop gros et mon double menton -- , abuse des tranquillisants, de l'acool... et des époux. Après Richard Burton, elle se mariera encore deux fois, avant un ultime divorce en 1996.

Très affectée par la mort de l'acteur Rock Hudson en 1985, la star avait créé, la même année, la Fondation américaine pour la recherche pour le sida, AmFAR, qu'elle présidait encore au Festival de Cannes en 2001.

En 1988, elle avait publié un émouvant livre-confession, "Elizabeth dit tout", alors qu'elle cultivait ses amitiés, notamment avec la pop star Michael Jackson. A la mort de ce dernier, Dame Liz Taylor -- anoblie par la reine d'Angleterre en mai 2000 -- avait affirmé: "Mon coeur, mon âme sont brisés. J'aimais Michael de tout mon c¿ur et je ne peux pas imaginer ma vie sans lui.

liz-perfect.jpg

bonjour . pendant le tournage de cléopàtre , le trés grand acteur robert taylor ( rien à voir avec elle ) tenait le role de jules césar .il décédat d ' une crise cardiaque et fut remplaçédans ce role par richard burton . celui-çi avait des rapports violent avec elle , les dispute étaient nombreuses . un jour , aprés s ' étre séparés , burton revint et pour reprendre avec elle leur vie tapageuse , lui offrit un diamant de 500 millions de francs , 750000 euros , environs , mais à l ' èpoque , cette somme était énorme . bonne soirée .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Mitsakie
Invités, Posté(e)
Invité Mitsakie
Invité Mitsakie Invités 0 message
Posté(e)

A part 3 bon roles , elle n a pas fait grand chose au cinéma. Une bonne actrice ?

Des bonnes causes , oui bien sure et des relations médiatiser . Apres x mariages c est normal qu on en parle .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeur alchimiste/Honey, Posté(e)
Nightwish Membre 10 322 messages
forumeur alchimiste/Honey,
Posté(e)

paix à son âme

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité David Web
Invités, Posté(e)
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

La géante du cinéma Elizabeth Taylor est morte, mais les films qu'elle a marqués de son talent perdureront. Florilège de ses prestations inoubliables.

"Les quatre filles du docteur March"

Elisabeth Taylor, c'est d'abord, très jeune, un rôle dans "Les quatre filles du docteur March", réalisé par Mervyn LeRoy en 1949, qui révéla Lana Turner. L'actrice avait alors 17 ans. Le film retrace la vie de quatre jeunes et charmantes filles -avec leur mère et leur proche servante- dont le père est au front , et qui appartiennent à la classe moyenne de la société américaine pendant la guerre de Sécession. Elizabeth Taylor y joue de manière très juste le rôle d'Amy March.

"La Vénus au vison"

La Vénus au vison (1961) est le film de la consécration par la profession : Elizabeth Taylor obtiendra un Oscar pour son rôle de Gloria Wandrous, jeune beauté de Manhattan, mi-mannequin mi-cocotte, qui toujours obtient ce qu'elle veut des hommes.

"Cléopâtre"

Cléopâtre (1963), tourné à Londres puis Rome, correspond à l'apogée de la carrière unique de Liz Taylor. Elle devient l'actrice la mieux payée au monde, avec un cachet d'un million de dollars et une part de 10% sur les bénéfices. Acmé professionnelle, et rencontre inoubliable avec Richard Burton, son mari-amant déjanté. Liz Taylor y incarne une reine sublime, et si le nez de la Cléopâtre avait changé la face du monde, ce sont les yeux de son double cinématographique qui modifie celle du cinéma.

"Qui a peur de Virginia Woolf?"

Enfin, citons "Qui a peur de Virginia Woolf", réalisé par un débutant appelé à une carrière elle aussi exceptionnelle, Mike Nichols (qui tournera le chef d'oeuvre "Le lauréat" avec Dustin Hofmann). Pour tenir le rôle de Martha, Liz Taylor grossit de 15 kilos et le maquillage la vieillit de 20 ans. C'est un défi réussi pour l'une des plus belles femmes du monde : elle obtient ainsi son second Oscar.

Il faudrait également citer "La mégère apprivoisée" (1967) ou encore les classiques de Stevens : "Une place au soleil" (1951) et "Géant" (1956) pour retracer la fantastique carrière d'une comédienne-née, qui avait débuté à l'âge de dix ans !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
dihyia Membre 9 023 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

ô ma Cléopâtre repose en paix près de ceux que tu as tant aimés !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 110ans Posté(e)
Expert en tout Membre 265 messages
Baby Forumeur‚ 110ans‚
Posté(e)

ELIZABETH TAYLOR

(1932-2011)

elizabeth-taylor-022110.jpg

Elizabeth Taylor, actrice américaine née à Londres, commence sa carrière à l'âge de dix ans et rencontre aussitôt le succès en tournant dans des films tels que "Fidèle Lassie", "Le Grand National", "Les Quatre Filles du docteur March", "Le Père de la mariée"¿

"Une place au soleil" et "Géant", avec Montgomery Clift, James Dean et Rock Hudson, lui ouvrent, en 1956, les portes de l'immortalité.

étoile d'Hollywood dans les années 1950 et 1960, elle côtoie les plus grands acteurs et réalisateurs de l'époque. Elle reçoit deux Oscars pour ses rôles dans "La Vénus au vison" et "Qui a peur de Virginia Woolf ?". Ses autres grands succès sont entre autres "La Chatte sur un toit brûlant", "Soudain l'été dernier", "Cléopâtre" et "La Mégère apprivoisée".

Plus rare sur grand écran à partir des années 1970 en raison de sa santé précaire (et de l'insuccès de ses films dès la fin des années 1960), Elizabeth Taylor se consacre à la lutte contre le SIDA depuis le décès de son ami Rock Hudson en 1985.

En 1999, l'American Film Institute distingue Elizabeth Taylor comme la septième plus grande actrice de tous les temps dans le classement AFI's "100 Years¿ 100 Stars."

Elle fut mariée huit fois, et était connue pour sa relation passionnée mais troublée avec l'acteur Richard Burton. Vers la fin de sa vie, elle se faisait sauter par (entre autres) son majordome, qui la surnommait "la vieille trampoline".

Son image restera à jamais gravée dans les mémoires de tous les amateurs du septième art.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 43ans Posté(e)
nanouchka47 Membre 6 379 messages
Baby Forumeur‚ 43ans‚
Posté(e)

Richard Burton fut le grand Amour d'Elisabeth Taylor. Quel beau couple c'etait!

http

://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_..._a_mort_224074

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×